Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 18:50

 

     Michel Onfray est l’invité de Françoise Estèbe et Dominique Costa dans l’émission Une vie, une œuvre ( France Culture, le 20.02.2011.) consacrée à Diogène de Sinope .

  

     Connu pour être une caricature, Diogène de Sinope surgit au milieu de Platon et Aristote en revendiquant le chien comme emblème philosophique. Exilé de Sinope, il part sur les traces d’Antisthène, père fondateur de l’école cynique.

 

     Diogène de Sinope enseigne par la voie courte à se conformer à la nature afin de conquérir la maîtrise de soi et ainsi accéder à la liberté absolue, en démystifiant notamment les fausses gloires, les illusions. Une pensée philosophique en actes.

 

Diogene 

 L’école d’Athènes (fragment - Diogène), anonyme d’après Raffaello Santi, 17-18e siècle, musée du Louvre 

Cliquez sur l'image

pour écouter l'émission Diogène de Sinope, le chien royal (-413 à - 327 av. JC)


"Diogène est partout où l’on dit non aux valeurs bourgeoises dominantes. En ce sens, frère de Cyrano, il est libertin avant l’heure, mais surtout avant le mot. Non à l’argent, aux richesses factices, aux compromissions, aux médiocres, à la trivialité. Il guerroie contre les petits qui visent la gloire ici-bas, la paient le prix fort et discréditent après eux le travail de la pensée, l’œuvre d’écriture et la fonction authentiquement subversive de la philosophie."

 Michel Onfray, Le désir d’être un volcan, ch 15  

constance 

Partager cet article

commentaires

Isis 26/02/2011 20:48



Heureusement que je n'ai pas attendu les philosphes pour savoir que le bonheur, le malheur, l'éthique et toutes sortes de valeurs existaient, seulement il faut de tout pour faire un monde et il y
a ceux qui sont capables de sentir ces valeurs sans qu'on leur inculque et ceux qui ne sentent rien et ne sentiront jamais rien même avec toute la philosophie du monde, parce que tous les êtres
n'ont pas la même sensibilité, tout simplement parce c'est l'égo trop développé qui domine l'être et la philosopohie ne peut faire taire ou supprimer l'égo humain, seul le propriétaire de celui
le peut en méditant.



monica 26/02/2011 17:53



Oui, vous avez sans doute raison.


Mais, à chacun son métier. Il y a les philosophes qui nous parlent de bonheur, du malheur, de sagesse, d'éthique et il y a les scientifiques. Heureusement qu'ils existent. Les uns pour nous
faire réfléchir, les autres pour nous rendre moins ignares sur l'univers, la médecine et que sais-je encore...


 



Isis 26/02/2011 15:37



Je n'ai pas la prétention de me croire philosophe,  surout à l'idée de voir mes chevilles enfler comme des pattes d'éléphants, ( pas très gracieux, non?). je suis moi même et personne
d'autre, je ne suis que mes intuitions et me base sur mes connaissances, de plus les philosophes n'ont pas inventé la poudre, ne sont jamais allés sur la lune et  pour beaucoup n'y
connaissent rien de l'être humain, certains scientifiques détiennent des secrets qu'ils ne sont pas près de dévoiler au grand public qui n'est pas prêt à les recevoir, je pense que quand
l'homme apprendra qui il est, les philosophes surtout MO devront recorriger leur copie.



monica 26/02/2011 13:37



Ah ! chère Isis, votre impression est tellement bonne ! Vous, vous êtes un puits de bonne volonté quand vous le voulez bien. Faites encore un effort et rallier vous au panache de l'un des
meilleurs philosophes des temps modernes ! Cela fera ainsi une philosophe de plus...


Et surtout, carpe diem !



Isis 25/02/2011 22:12



Faut pas confondre érudition et intelligence, l'une peut aller sans l'autre et allier les deux n'est pas donné à beaucoup ici bas, et puis j'ai l'impression que grâce à MO il va y avoir un sacré
paquet de philosophes en France, ça va être difficile d'y retrouver ses petits.



monica 25/02/2011 19:16



Oui, Ewa, merci, c'est dans ce livre-ci que j'avais lu que Diogène cherchait ironiquement l'homme de Platon avec sa lanterne.


Oui, "l'idéal n'existe pas..."d'où la quête infructueuse à la lanterne". Ce texte est magnifique de lucidité, d'humanité, de philosophie... j'adoooore. Mais comme dirait un chrétien de mes amis,
il ne faut adorer que Dieu ; mais moi j'adore les livres d'Onfray. Je ressors de la lecture de ces livres tellement plus philosophe, et donc plus intelligente aussi.


Ewa, je vous serre dans mes bras une fois de plus.


 



Ewa 25/02/2011 18:45



Hier soir, j’ai relu quelques passages d’un excellent livre de Michel Onfray Les sagesses antiques (Grasset 2006) - le chapitre sur les cyniques, entre autres. Voici quelques extraits
pour tous ces petits vieux qui, comme Igor, n’arrivent pas à écouter les conférences d’Onfray, tellement leur sonotone grésille de toutes sortes de ressentiments.  Alors, ajustez vos
lunettes de presbytes et ramassez les restes de votre mémoire défaillante! Les platoniciens perdus peuvent aussi en prendre de la graine.


 


« Les protagonistes du triangle subversif (Antisthène, Diogène et Aristippe) partagent donc un antiplatonisme déconstruit par un geste qui comprend l’humour, l’ironie, les railleries, les jeux de
mots et autres facéties verbales construites sur les homophonies. Antisthène le premier, le père fondateur de l’école cynique - dit "le Vrai Chien" -, affirmait en pure nominaliste qu’il voyait
bien des chevaux, certes, mais pas de caballéité platonicienne. L’idée de cheval n’existe pas car seule sa réalité est. Plus tard, et sur le même principe, d’aucuns affirmeront que le concept de
chien n’aboie pas. Car dans un monde d’idées pures, la vie manque quand triomphent fantômes, fantasmes et fictions…


Plus tard, le disciple Diogène - dit "le Chien Royal" -, effectue de semblables variations sur le même thème. D’où l’anecdote du philosophe à la lanterne qui a beaucoup fait pour - et contre! -
la réputation du cynique! Chevelu, barbu, pieds nus, besace au côté et bâton à la main, le manteau double enveloppant son corps vaguement puant, non loin du tonneau - une amphore plutôt, le
tonneau étant une invention  gauloise… - où il passe toutes ses nuits, Diogène chemine dans les rues d’Athènes, en plein jour, une lanterne à bout de bras, effectuant des moulinets, braquant
l’objet dans la direction des passants et ajoutant qu’il cherche un homme. (…)


En effet, Diogène cherche moins un homme en particulier, tel qu’il pourrait le trouver ou le reconnaître dans la foule, qu’il ne quête ironiquement l’homme de Platon, l’humanité quintessenciée -
car, bien sûr, on ne rencontre pas plus d’idée que de forme intelligible, on risque aussi peu de tomber nez à nez avec un concept qu’avec un hippogriffe ou un centaure! Pas plus que n’existe
l’Homme digne de mériter ce nom grâce à ses qualités développées, travaillées et sublimées… L’idéal n’existe pas, on ne le trouve jamais - d’où la quête infructueuse à la lanterne. En revanche,
celle-ci éclaire autant de particuliers et de singularités que possible : le menuisier, le rhéteur, le musicien, le sportif, le percepteur ou le sycophante. (…)


L’ambiance philosophique ne manquait pas de piquant sur l’agora d’Athènes! On fustigeait alors les idées pures, l’idéalisme et l’intellectualisme platonicien avec de meilleurs arguments que des
discours à n’en plus finir. »



monica 21/02/2011 10:16



Un certain Igor se complaît à venir ici afin d'y semer sa merde.


Grand bien lui fasse s'il aime respirer la sienne, pour les autres, elle n'a pas d'odeur.



Igor Travieso 21/02/2011 09:17



Beaucoup de vieilles femmes ayant eu la peau de leur pauvre mari, et ne voulant pas vivre seules, adoptent un petit chien édenté, malodorant et aux érections rares mais intempestives, qu'elles
nomment Diogène. Cela, en hommage au Cynique de l'antiquité dont elles ont appris l'existence en écoutant, le sonotone tout grésillant de plaisir, les conférences de Michel Onfray.


 


Mes hommages, Mesdames.


Igor Travieso



monica 20/02/2011 19:19



Il a existé aussi unE philosophe cynique : hypparchia.


J'ai fait sa connaissance grâce à Michel Onfray.


J'aime les hommes, philosophes ou pas.


Mais je ne supporte que les femmes philosophes, connues ou méconnues, les autres m'ennuient.


Pourquoi les femmes philosophes sont-elles si rares ?


Parce que la vie les assaille de tous côtés, et qu'il est sans doute aussi peut-être difficile de penser en philosophe quand on a la marmaille, le travail, les parents, son mari, et les soins du
ménage à s'occuper.


Alors, enseignons la philosophie aux enfants, les filles et les garçons deviendront les meilleurs amis/amants du monde.



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos