Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 15:17

 

 

DSC00207.JPGDans Le Point du 05.01.2012, Franz-Olivier Giesbert décrit son voyage avec Michel Onfray, en novembre 2011, en Algérie, sur les traces de Camus.

Vous pouvez lire ce récit de « pèlerinage » en écoutant une belle chanson kabyle. 

En bas de l’article vous trouverez les trois mini reportages vidéos tournés par Le Point en Algérie.  

________

__________________________________

___________________   

 

Il n’y a pas à tortiller, Camus est l’affaire de sa vie : j‘ai vu Michel Onfray le teint blême; submergé par l’émotion, à Alger, au 93 de l’ancienne rue de Lyon, aujourd’hui rue Mohamed Belouizdad, là où habitait dans sa jeunesse l’auteur de « L’étranger ».

onfray fait photo DSC00238Le trouble d’Onfray, difficile de ne pas le partager : la grande meule du temps a tout broyé dans l’ex-rue de Lyon, elle n’a laissé aucune trace du séjour de Camus ici-bas. Tout a été refait. L’escalier et les murs intérieurs du petit immeuble.

Rien à voir avec le lieu de culte ou de pèlerinage que ce devrait être. Il est vrai que le propriétaire de l’appartement n’est pas souvent sollicité pour montrer la petite chambre qu’Albert Camus partageait avec sa mère et son frère. Il se prête à l’exercice en bougonnant un peu, pour le principe, parce qu’il a autre chose à faire.

Faut-il croire que l’Algérie, pas reconnaissante, aurait enseveli Camus dans la fosse commune des ultras, des colonialistes, des malfaisants et des mal-pensants? Ce serait une erreur. En sortant du 93, Onfray tombe sur des octogénaires du quartier qui le reconnaissent. Ils ne se souviennent pas d’avoir rencontré Devant le domicile d’Albert Camus    personnellement Camus, mais ils l’ont lu et en ont entendu parler comme d’une gloire de Belcourt. Un jeune sportif sans le sou, qui ne la ramenait pas. « On a su qui c’était quand il est devenu célèbre, dit l’un d’eux. Avant, on ne faisait pas attention. »

Dadi Houari, un ami algérien qui voue un culte à Camus raconte que la mère et la grand-mère du philosophe allaient au marché Belcourt après 10 heures et demie du matin, quand les commerçants commençaient à remballer, juste avant que les services municipaux aspergent au grésil les étals de sardines pour rendre impropres à la consommation des poissons qui, après avoir passé plus de deux heures au soleil, ne sentaient déjà plus la rose.

Dans sa biographie de Camus, Olivier Todd écrit que, rue de Lyon, dans les années 20 ou 30, « voix françaises, arabes, espagnoles, italiennes se mêlent » et que « ça sent la cannelle, l’anis, le safran, l’eau de Javel et le poivron caramélisés. » Les odeurs n’ont pas changé depuis, mais les gens, si. Il n’y a plus  rien de cosmopolite ici. Il ne reste que la misère et la débrouille.

Les Camus étaient pauvres. Touché à la tête par des éclats d’obus lors de la bataille de la Marne, le père d’Albert Camus fut l’un des 1357000 Français morts pour la patrie pendant la Première Guerre mondiale et sa veuve de mère faisait des ménages, notamment chez le boulanger du quartier, pour assurer la subsistance de la famille.

Camus n’a jamais oublié ses origines. Un jour, il a écrit un peu naïvement vouloir « arracher cette  famille pauvre au destin de l’Histoire, qui est de disparaître sans laisser de traces », mais, devant sa mère mutique et à moitié sourde, il a observé fièrement : « Je sens que je suis d’une race noble, celle qui n’envie rien. »


DSC00231.JPGLa misère étant, comme dit l’autre, moins pénible au soleil, Camus allait souvent à Tipasa, non loin d’Alger, s’abandonner aux joies du farniente et se baigner dans la mer « vivante et savoureuse », sous le mont Chenoua, qui ressemble à une femme enceinte allongée sur le dos. 
C’est-ce paysage qui a inspiré à Camus « Noces », l’un de ses plus beaux textes de jeunesse. Onze pages superbes qui résument une philosophie en exaltant « les dieux qui parlent dans le soleil et l’odeur des absinthes, la mer cuirassée d’argent… ». C’est là qu’il dit avoir exercé son « métier d’homme » en savourant, dans une ivresse              Albert Camus et l’art de jouir
sans fin, l’orgueil de vivre et de jouir que tout, sous ce ciel, conspirait à lui donner.
En avalant à grandes goulées l’haleine tiède de la mer à Tipasa, Onfray commente : « Noces » est un grand texte panthéiste au rebours de la phénoménologie, qui complique tout avec des néologismes. Il fait de la métaphysique sans en avoir l’air, avec des mots simples. » Des mots qui, partis d’ici, on fait le tour du monde.
L’ombre de Camus plane toujours sur Tipasa et ses ruines romaines, dont il était l’enfant comme il était du quartier pauvre de Belcourt. L’auteur de « Noces » y a même son monument. Une stèle qui surplombe la mer avec cette citation inscrite dessus : « Je comprends ici ce qu’on appelle gloire : le droit d’aimer sans mesure ».
Le nom de Camus est à demi effacé. « Les sartriens sont passés par là », plaisante Onfray. A moins que ce ne soient les islamistes…

La mystique camusienne sur fond de plotinisme, se retrouve chez Onfray, qui, contrairement à la légende, ne manifeste aucune gêne dans les églises. Je l’ai même vu très à l’aise dans la basilique d’Alger, où Camus aimait se recueillir : Notre-Dame d’Afrique qui, perchée sur sa colline, toise celle de Marseille, Notre-Dame-de-la-Garde, de l’autre côté de la Méditerranée.
DSC00223.JPGNotre-Dame d’Afrique est protégée par la police vingt-quatre heures sur vingt-quatre, afin de dissuader les islamistes qui auraient de mauvaises intentions. La basilique est tenue par une belle personne, le père Bernard, que l’on dirait sorti d’un roman de Bernanos et qui donne une messe tous les jours à 18 heures. Arabophone, il est l’incarnation vivante de la prière en grandes lettres au-dessus de l’abside de la basilique : « Notre-Dame d’Afrique, priez pour les chrétiens et pour les musulmans. »
Il a beau avoir écrit le très célèbre et très anticlérical « Traité d‘athéologie », Onfray n’en fraternise pas 
    Michel Onfray à Notre-Dame d’Afrique           moins avec les prêtres de ce genre. Il signe donc sans se faire prier, sur l’autel, le livre d’or du père Bernard avant de résumer, sur le parvis, le credo de Camus : « Un syncrétisme mystique qui n’a rien à voir avec le christianisme vaticano-européen, indexé sur la pulsion de mort, mais qui appartient à la tradition du christianisme africain et panthéiste. » 
Si l’Algérie lui doit beaucoup, Camus doit aussi beaucoup à l’Algérie. C’est sur cette terre et au milieu de son peuple qu’il a construit son antisystème : celui d’un philosophe qui ne veut parler que de ce qu’il a vécu et entend manger la pomme d’Ève jusqu’au trognon. Il n’y a pas de mal ni de honte à être heureux…
Franz-Olivier Giesbert  
 
Devant le domicile d'Albert Camus 


Albert Camus et l'art de jouir. A Tipasa


Michel Onfray à Notre-Dame d’Afrique   
____________________
Ewa    
  

Partager cet article

commentaires

monica 14/01/2012 12:34


Ah ! bien !


Merci Ewa !

Ewa 14/01/2012 10:31


J’ai mis les trois mini reportages vidéos en bas de l’article, plus besoin de se balader ailleurs et supporter la publicité. 

monica 11/01/2012 21:17


... et ce petit chef d'oeuvre de Michel Onfray, écrit en 2007 : "La pensée de midi Archéologie d'une gauche libertaire" :


"Pourquoi faudrait-il préférer avoir tort avec Jean-Paul Sartre que raison avec Raymond Aron ? Lorsque l'on me demande de choisir entre Sartre et Aron, je réponds toujours : Camus. Car cette
question faussée contraint à choisir entre deux impasses, ce qui, convenons-en, n'est guère une bonne façon d'avancer..."...


"... Camus voulait débarrasser l'anachisme de ses oripeaux romantiques nihilistes, de ses tares communes avec le marxisme : messianisme, prophétisme, téléologie, optimisme, autrement dit, ses
formules...encore religieuses ! Dans ces fameuses "Lettres sur la révolte", il fait l'éloge de la pensée libertaire dont "la société de demain ne pourra pas se passer". Je suis entièrement
d'accord. Le temps est venu."


Le temps est venu. La gauche n'a qu'a bien se tenir.

Marc Lefrançois 11/01/2012 09:37


Bel article... Au moins leur petite pérégrination ne ressemble pas vraiment à celle que firent Oscar Wilde et Gide et dont la finalité était moins innocente...

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos