Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 09:11

 

 


 

Voici un avant-goût des conférences estivales de Michel Onfray : un extrait du cours de 9e cycle de la contre-histoire de la philosophie diffusé le 2 août 2011 sur France Culture. Michel Onfray y présente la conception du matriarcat de l’un des hérétiques freudiens, Otto Gross :

« Le matriarcat : un paradis perdu »

 (Cliquez sur le titre pour lire le synopsis du cours sur ce blog)

 

_____________________________

 

Il serait peut-être intéressant de rappeler les précisions de Michel Onfray concernant ce sujet formulées dans l’une des sessions questions/réponses (29.07.2011). A l’époque, j‘ai fait un bref résumé de ses propos que je vous restitue ci-dessous :

 

matriarcat venus de Willendorf, 23’000 ansRien ne permet d’affirmer que le début de notre préhistoire était matriarcal ou patriarcal, alors, sans traces ni preuves, nous en sommes réduits à des conjectures. Michel Onfray, s’appuyant sur la théorie de Jean Malaurie, suppose que les catégories actuelles de domination des femmes (matriarcat) ou des hommes (patriarcat) n’existaient probablement pas au début, mais il s’agissait plutôt de l’anarcho-communalisme : dans la horde, on partageait des tâches culturelles "mécaniquement" pour que la communauté puisse survivre, l’individu n’existait pas, la séparation des fonctions homme/femme n’a pas eu encore lieu.

Le symbole de la Terre-mère nourricière est cher à Freud et aux psychanalystes, à des religions et … aux écologistes. Et pourtant, la terre n’est pas notre mère nourricière, elle est constituée de la même matière que nous, nous ne sommes que des poussières d’étoiles (les intuitions des présocratiques, les travaux des astrophysiciens H. Reeves et J-P. Luminet). Dans la préhistoire l’homme n’était pas encore séparé de la nature et du cosmos, mais en faisait partie.

Vénus de Willendorf                

Selon la thèse de Gross et Reich sur le passage du matriarcat au patriarcat et au capitalisme, c’est le matriarcat "naturel" et harmonieux qui règne au début de notre préhistoire. Mais la dot (il faut posséder des richesses, constituer un capital, le stocker, enchérir…) est à l’origine du passage au patriarcat et puis au capitalisme, donc de la décadence de la société. La révolution serait l’occasion de finir avec le patriarcat et le capitalisme pour revenir à l’état harmonieux d’avant. Le matriarcat devient alors le but de la révolution.

 

_______________________________

 

Je vous invite également à consulter le billet « La psychanalyse freudienne au service du patriarcat pédophile ». La comparaison met en lumière les différences fondamentales entre le courant matriarcal et révolutionnaire de la psychanalyse représenté par Gross et Reich et le courant freudien - patriarcal, phallocrate, réactionnaire, bourgeois. Malheureusement, c’est ce dernier qui est sorti vainqueur et sévissait tout au long du XX e siècle.

 

freud bureauphallus-ail---02

 

 

Partager cet article

commentaires

Axel 08/07/2013 15:55


Sur l’idée d’un matriarcat originel voici  la position de Jean-Paul Demoule (c’était lors d’une fort belle – et ancienne désormais (2010)  – émission du Salon Noir) :


 


« Ne peut-il pas s’agir pour vous des déesses mères représentant des sociétés matriarcales ?


 


Non, c’est toujours le même fantasme qui remonte. C’est le cas notamment d’un historien des religions allemand, qui avait écrit un livre sur le matriarcat. C’était l’idée qu’au début les
femmes avaient le pouvoir, et que c’était des sociétés féminines avec des sexualités un peu incontrôlées. Et puis après, c’étaient devenues des sociétés patriarcales. De manière très curieuse,
cela se retrouve dans beaucoup de mythologies du monde, et c’est une justification en fait de la domination masculine de dire : avant c’était les femmes, mais cela se passait tellement mal qu’on
a été obligés de prendre le pouvoir. De manière très paradoxale les féministes se sont emparées de ce mythe pour le reprendre selon leur propre vue. (…) On connaît 10.000 types de sociétés
humaines, et il n’y en a aucune où les femmes aient le pouvoir. »


(J'ai mis le lien dans la signature vers une transcription plus exhaustive de l'émission)

Ewa 03/07/2013 21:43


Merci. Moi aussi, je le recommande. 


J’ai commis un petit billet sur ce sujet il y a deux ans (je n’ai jamais compris pourquoi le temps passe, c‘est insensé de sa part :~)) : « Michel Onfray - Débat avec Boris
Cyrulnik - Ollioules ».  J’ai ajouté cette vidéo il y a un mois, mais j’ai oublié de le signaler. C’est fait maintenant, grâce à vous - Mémoire vivante du Net. 


 


P.S. « Ce n’est que partiellement en rapport avec le post », mais il ne faut pas se fier à toutes sortes d’études débiles (sur les fôtes et le sport par exemple)… ;~)

phdams 03/07/2013 19:36


Ce n'est que partiellement en rapport avec le post, mais je vient de finir d'écouter cet entretien/débat entre Boris Cyrulnik et Michel Onfray sur la psychanalyse:
Défense et critique de la psychanalyse
Je le recommande...

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos