Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 23:03

 

 

"S'il est question d'une boisson insipide, comme, par exemple, un verre d'eau, on n'a ni goût ni arrière-goût ; on n'éprouve rien, on ne pense à rien ; on a bu et voilà tout."

Jean Anthelme Brillat-Savarin  

________________________

 

food art baroque prague lustreLa seule boisson qui puisse accompagner tous nos plats aphrodisiaques, c’est le champagne. Il jouit d’une réputation d’excitant qui tient principalement à son degré d’alcool euphorisant et désinhibant, mais son côté festif, sous pression, ses bulles pétillantes et ses ouvertures bruyantes y sont incontestablement pour beaucoup.

Dans La Raison gourmande, Michel Onfray considère le champagne comme la quintessence de l’art baroque. Ce n’est pas ma période ni mon style préféré, mais j’ai l’impression étrange que l’on ne peut pas bien saisir l’âme du baroque, si on n’a pas vu... les plus belles églises de Prague. Donc, pour s’imprégner de ce style immodérément perlé, il faudrait peut-être boire du champagne sous la coupole du lustre en cristal à l’église Saint-Nicolas de Mala Strana en écoutant "les orgues jouer Mozart". Rien que cela…

 

CHAMPAGNE

   

pied + verre

« Le champagne est une production baroque. […] Avant de toucher l’esprit, l’âme, et d’être une nourriture cérébrale, tout ce qui relève de ce style veut en priorité l’émotion, la sensation, la passion. Le corps est le premier des invités. Comment mieux dire les effets du champagne, plus séducteur que tous les vins réunis? De son emprise première, il faut d’abord se défaire. Le vin de dom Pérignon invite à ce qu’on se déprenne d’abord de ses effets pour pouvoir en goûter les richesses. Dans la bouche, le champagne envahit, requiert toutes les sensations en même temps. Sur la langue, dans le palais, il pétille emplit la bouche sur le mode impressionniste : en libérant des effets qui relèvent de registres différents, divers, multiples. Le parfum se mélange aux gaz, les saveurs de longueur coïncident avec un effet de déperdition des effervescences. Ce que l’un gagne, l’autre le perd : l’entropie que souffre l’un rend possible la richesse de l’autre. Et vice versa. Les bulles, encore les bulles. Ce sont en effet les éclatements gazeux qui autorisent les fragrances. Car la bouche est d’abord conquise plus impérieusement u’avec n’importe quel vin. Et derrière cet effet primeur se cache la vérité du breuvage?. N’y a-t-il pas là récurrence du masque baroque ?»

 

"Bal de tous les saints"


 « Chez tous les baroques, Baltasar Gracian en tête, le goût pour le travestissement est une vertu.  Masquer, cacher, dissimuler dans le dessein de découvrir, plus tard. Il y a là jeu avec le désir dont le propre réside dans la dialectique de la dissimulation et du dévoilement. Le loup du bal masqué a son équivalent dans les bulles du champagne : il est promesse de plaisir ou de bonheur. Après l’effet séducteur, la vérité sapide. Tout le baroque veut cette alternative et soumet l’artifice à ces desseins hédonistes. Le théâtre est le lieu privilégié du masque, bien sûr. La scène est l’endroit où traditionnellement on présente la vie comme un songe, un lieu où se dit encore et toujours : Homo Bulla. [...]

… le dieu du champagne est immanquablement danseur, pareil à ces maîtres du ballet baroque qui associaient la musique, le chant et la danse. Chassé, déchassé, balancé, volte et dérobée : à tout le moins, l’ennemi, c’est la lourdeur. Le champagne aime le ciel quand d’autres vins chérissent la terre ; il vénère ce qui est aérien, éthéré, jusqu’à se faire du gaz un allié ; il est complice du temps plus que de l’espace, car le terroir n’est pas son domaine de prédilection. En tout cela, il peut être apparenté à la musique - là où le bordeaux serait peinture, le bourgogne sculpture.

D’ailleurs le champagne est le seul vin qui chante, réellement. Il suffit, outre le claquement sec du bouchon, qui, à lui seul, est promesse de musiques heureuses, d’écouter crever à la surface de la coupe les bulles du breuvage qui vit. Dans le déroulement le plus aléatoire qui soit, elles font de petites explosions sèches, fines, claquent, pétillent, réjouissent l’oreille. Avec le temps qui passe, nouvellement marié avec l’air, le champagne module son chant au fur et à mesure qu’on attend de le boire, ou qu’on le boit. Les effervescences sont moindres, plus espacées : le rythme s’est modifié, la cadence n’est plus la même. L’impétuosité a laissé place à un concert différent : du fortissimo au piano, de l’allegretto à l’adagietto. […] 

S’il me faut l’équivalent, en musique, de ce que pourrait être le champagne, je le verrais volontiers chez Mozart… »

 

      Mozart, Don Giovanni, Champagne Aria, Fin ch’han dal vino


« Que dit Mozart, ici ? Da Ponte, d’abord, le librettiste : qu’il faut la fête, les plus belles des files, de la danse et du vin. On ne précise pas lequel et ce n’est pas du champagne. Don Juan envisage le menuet, la gaillarde et l’allemande. Il pense qu’ainsi il pourra augmenter sa liste d’une bonne dizaine de nouvelles conquêtes. Et si l’on dit de cette aria qu’elle est l’air du champagne, c’est seulement par ce que dit la musique, et elle seule : le traitement orchestral est, pour le moins, pétillant, effervescent. L’allure est rapide, la cadence infernale. […] Car Don Juan est-ce débordement spirituel en même temps que libidinal qu’on ne peut signifier musicalement que dans l’urgence, la frénésie et les brièvetés de cellules juxtaposées. La voix est doublée de flûtes et de violons, des instruments que Mozart utilise volontiers pour exprimer le charme et la démonie. La séquence est assimilable au masque : sous la bonhomie, le désir de fête, la volonté de jouissance, se cache le tragique. L’éternel retour du désir est dit par l’éternel retour des mêmes cellules musicales - le mouvement sans fin des bulles qui désirent la surface et l’anéantissement. Le champagne est métaphore du désir en même temps que rappel, sur le mode baroque de la vanité, de notre humain condition. […]

Le champagne est là pour dire cette aspiration au plaisir en même temps que l’enracinement de cette appétence dans le manque qui nous taraude : si nous voulons la jubilation, c’est que nous ne sommes pas heureux. Homo bulla. »


Michel Onfray, La raison gourmande, 1. Petite théorie des bulles, Grasset, 1995

 

illusions désirs bulle femme

Femme bulle…

 

food-art-champagne-3-bout-noir.jpg        

… et ses petites robes noires 

________________


« Les jouissances génésiques augmentent la soif; de là ces descriptions poétiques de Chypre, Amathonte, Gnide et autres lieux habités par Vénus, où l'on ne manque jamais de trouver des ombrages frais et des ruisseaux qui serpentent, coulent et murmurent. »

Méditation VIII, De la soif    

 

« Ceux qui s'indigèrent ou qui s'enivrent ne savent ni boire ni manger. » 

 Aphorismes    

Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût    

 


  Consultez également :    

  6. Moments sensuels  

Partager cet article

Published by Ewa - dans Gourmandise
commenter cet article

commentaires

Ewa 22/07/2012 11:36


N., peu importe à quel numéro vous habitez, quels problèmes de santé vous avez, et quelles mauvaises intentions vous nourrissez à mon égard, je vous remercie quand même. Votre recette de
kombucha m’a rappelé une autre boisson rafraîchissante fermentée : le kvas - une spécialité russe, ukrainienne et lituanienne obtenue par la fermentation du pain de seigle ou
d’orge. Je l’avais bu à Vilnius, le mois de juin très chaud et très heureux, il y a plusieurs années déjà… Moi, j’ai bien aimé, mais la personne qui m’accompagnait a passé un mauvais moment. :~)


On vendait le kvas dans les rues, comme ça :



kombucha 18/07/2012 11:33


Bonjour,


J'adore les photos!merci pour la description

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos