Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 04:30

 

Avant-premieres-l-emission-renouvelee-par-France-2 image arLe 02 février 2012, Michel Onfray était l’un des invités du magazine culturel hebdomadaire "Avant-premières" sur France 2, animé par Elizabeth Tchoungui et son équipe.

Le philosophe était interviewé par Claude Askolovitch, et en  parlant de son dernier ouvrage  L’ordre libertaire. La vie philosophique d'Albert Camus , il essayait de répondre à une question "provocante" de journaliste :

 

 La philosophie est-elle un sport de combat ?

Nous avons enregistré pour vous l'entretien de 18 minutes. 

  



Voilà une interview qui se distingue (avec celle sur Radio classique et celle dans La Grande Librairie - toutes les deux de qualité et chacune unique en son genre) du formatage que l’on fait subir à Michel Onfray et à son L’ordre libertaire lors de ce parcours médiatique depuis un mois. 
Claude Askolovitch, journaliste sportif à l’origine, avec la verve du polémiste bouscule, casse le rythme, dirige, insiste, resserre, coupe la parole pour mieux la donner ensuite - ce qui permet à Onfray d’éviter des répétitions, des citations de pages entières de son livre, des longs monologues-conférences.
Le journaliste débat tout simplement avec le philosophe, pendant que les autres l’écoutent souvent gentiment tout en ne l’écoutant pas et préparant la question suivante. Et Onfray y gagne! Il redevient vif, incisif, concret, « jeune », réceptif, brillant. Et il répond clairement à la question « sensible » : «Oui, la philosophie c’est un sport de combat pour tout le monde, y compris pour ceux qui nous disent que ce n’est pas un sport de combat « . 
_________________

« Camus part en guerre contre le « nihilisme de salon » et demande des comptes à la littérature et à la philosophie. Si l’on veut continuer à croire au pouvoir des idées et des livres, ces idées doivent être suivies d’effets et ces livres induire des réalités. Parce qu’il prend la littérature au sérieux, Camus demande aux littérateurs d’être sérieux, donc de ne pas écrire n’importe quoi, de ne pas penser n’importe comment, de ne pas affirmer ou enseigner des inepties dangereuses, autrement dit d’éviter d’ajouter au déraisonnable du monde.
Dans sa généalogie du nihilisme contemporain, Camus n’épargne aucune des valeurs sûres de l’époque. Lui qui a découvert la vérité des choses dans la lumière franche du dépouillement de son enfance pauvre, il affirme sans vergogne que le Roi est nu en présence des gens de plume qui vantent la beauté de ses atours et la magnificence de ses habits. »

Michel OnfrayL’ordre libertaire, Flammarion 2012, page 338
Ewa - Marc  
 

Partager cet article

commentaires

Frédéric 09/02/2012 17:56


Cette citation d'Enthoven me fait penser à Eve Ensler. Je ne sais si vous vous souvenez du lien que je vous avais
partagé cet été : Eve Ensler explique qu'elle avait trouvé la force de lutter, en attaquant frontalement ce qui la faisait souffrir : le souvenir de son viol qui la hantait. Alors,
elle écrivit les monologues du vagin, et porta socialement le combat, pensant résoudre ainsi la blessure intérieure. Et puis, un jour son corps n'a tout simplement plus supporté le combat. Le
corps a dit stop : pause cancer. 


 


Elle avait trouvé une raison d'être dans le monde, sans que son corps ne puisse le supporter, car encore blessé. Difficile de se battre en étant blessé. Difficile d'être à l'écoute de la
souffrance des autres, quand  on souffre soi-même, quand l'extérieur résonne à l'intérieur. 


 


Je crois qu'Onfray justement a pris le temps, de réfléchir sur lui-même, de déconstruire puis de reconstruire. De rencontrer. D'aimer. A cinquante ans, il semble fort comme un roc. "La
philosophie m'a sauvé", explique-t'il. Je crois que c'est vrai. La philosophie lui a donné des racines profondes. Une vraie vitalité. 


 


Je crois aussi que sa femme, fille de résistante, lui a énormément apporté. Grâce à elle, il a pu se connecter à un certain état d'âme. Ce n'est qu'une intuition, bien sûr. Une espèce de
philosophie, mise en musique dans le monde réel. Action !


 

monica 08/02/2012 22:48


Merci Ewa d'enchaîner sur une émission de demain, quoique...


...C'est étrange comme des personnes qui aiment Michel Onfray ne le voient pas ou ne veulent pas le voir de la même façon.


 


Je ne vois pas Michel Onfray en conflit avec lui-même, avec sa mère, avec Paris, avec la vie. Mais je ne le connais qu'à travers ses livres, ses cours.


 


Je ne souhaite pas qu'un jour il n'entreprendra plus rien. Je pense qu'il voit le monde tel qu'il est, et qu'il a du plaisir à le forger afin de l'améliorer pour ceux qui en souffrent.


 


Ce rêve d'un ami de MO m'attriste encore un peu plus.

Ewa 08/02/2012 20:33


Demain, l’un des invités de l’émission Avant-premières sera Jean-Paul Enthoven, père de Raphaël, éditeur de Michel Onfray, écrivain… Il a fait un très joli portrait d’Onfray dans
Manifeste hédoniste [éd. Autrement, 2011, page 133]


 


« Je rêve du jour où ce forçat n’entreprendra rien. Où il se contentera de flâner au fil d’heures vides. Où il apprendra à regarder le monde tel qu’il est, imparfait et beau, en négligeant la
forge dans laquelle il veut l‘améliorer. Ce jour-là, Michel sera réconcilié avec lui-même. Avec sa mère. Avec Paris. Avec la vie. Mais sera-t-il encore celui qu’il est ? »

monica 08/02/2012 19:13


Oups intro !


J'ai rien compris, mais alors rien de rien !


Profitez de quoi ?


Des victimes terrorisées ?


Tort, raison ?


Qui se fâche ici ?


Des futilités ?


Le droit ?


Marre de niaiseries ?


Point ?


Oups final !


 


 

marc 08/02/2012 17:23


franchement au lieu de profiter de cette remarque d’ewa 


melilotus et monica partent dans des histoires fumeuses et " bien objectives " 


de pauvres victimes terrorisées par une sérieuse intellectuelle qui les empêche de vivre 


 


pas  besoin d‘être " intellectuel" pour comprendre qu’ewa a voulu dire que dans l’échange entre monica et moi personne n’avait raison parce que ce n’étaient que nos avis " bien subjectifs



elle l’a dit de façon très simple et bien plus dans l’esprit d’onfray que toutes vos adorations et " affections profondes " 


 


maintenant j’ai dit ce que j’avais à dire , pour moi le sujet est clos


je ne suis ni fâché ni rien du tout , je me fâche jamais ou alors très rarement et pas pour des futilités  


vous pouvez vous exprimer dire ce que vous voulez (qui vous a demandé d’être sérieux ?)


mais moi aussi j’ai le droit et quand j’ai marre de niaiseries je le dis


point 


 

monica 08/02/2012 15:00


Je ne pensais pas que mon commentaire allait entraîner celui d'Ewa.


 


Pour les perssonnes qui ont peut-être été surprises pas mes propos, je leur fais toutes mes excuses.


 


Je ne voudrais pas que mon commentaire donne l'idée que je suis une personne méprisante. Je ne méprise personne. Quand je parle d'intelligence faible, je pense aux personnes cultivées mais
sans noblesse d'âme, et je ne vise absolument personne ici. Pour moi, une âme noble peut être cultivée comme elle peut ne pas l'être. Tout le
monde n'a pas la chance d'avoir fait des études ou d'avoir eu des parents instruits.


 


Je tâcherai dorénavant de rester la plus sérieuse possible, la plus réfléchie possible aussi... mais cela risque de m'être difficile...

monica 08/02/2012 12:26


Que nenni, Ewa, mon chat n'a rien à apprendre aux humains.


 


Ces apparitions de nos chats dans les discussions ne doivent pas nous empêcher de discuter entre nous tous.


 


Désolée, je ne faisais que m'amuser.

Ewa 08/02/2012 10:44


Vous avez sûrement raison, chère Melilotus. 


Cela n’empêche pas que le « caractère des interventions » de n’importe quelle personne sur ce blog et ailleurs, vous et moi y compris, n’est pas « bien objectif « et ne peut pas l’être, selon
moi. 


Mais si pour vous, certaines interventions sont objectives, alors il n’y pas de problème, parce que c’est votre subjectivité, (« une profonde affection » et l’objectivité me paraissent
antinomiques, mais pourquoi pas ?).


Et excusez-moi pour la « leçon » et la « terreur «. Ce n’étaient pourtant que deux exemples extrêmement simples, courts, et accompagnés de… Michel Onfray. 


Mais puisque ça vous fait peur, je propose que l’on suit le sage chat de Monica qui nous apprend qu’il ne faut pas « céder à la tentation qu’apporte la culture quand l’intelligence est faible
». Laissons-nous vivre et arrêtons de nous « masturber les méninges! » Youpi! 


Je vous laisse discuter avec Monica et son chat, je n’aurais pas dû me mêler de vos conversations bien objectives. Excusez-moi encore une fois. 

monica 08/02/2012 07:48


Merci Melilotus...


 


Mon chat m'a fait savoir qu'il préférait ne pas être éduqué ; les chats intellectuels de son quartier ont une intelligence toute relative. Il préfère confronter la sienne avec celle des chats
voyous et des chattes coquines qui lui apportent le plaisir souhaité. Il m'a dit : "nous ne sommes pas comme vous, les humains. Le bonheur pour nous, les chats, consiste à ne pas céder aux
tentations qu'apporte la culture quand l'intelligence est faible, notamment se masturber les méninges, mais plutôt à vivre dans l'instant présent et avec l'instinct
félin."... et il m'a remerciée parce qu'il est comme ça mon chat.


 


Sinon, j'ai du plaisir à lire Michel Onfray, voilà tout... et j'ai comme l'impression que nous sommes nombreux à en avoir.

Melilotus 07/02/2012 22:06


Je me referais ( à raison ou à tort ) au 
caractère des interventions  de Monica , et pas aux émotions qu’une personne  puisse avoir en lisant une
œuvre, écoutant une voix , admirant une photo, adorant un auteur …qui sont tout a fait subjectives.


 


J’ai l’impression que Monica nourrisse 
une profonde affection pour  M.Onfray ; elle en  parle 
sincèrement et candidement, en essayant  d’expliquer les raisons de ses  sentiments.


 


Malgré cela , elle est prête à noter et remarquer, que  certaines de ses


idées,  ses positions sur des issues
importantes, n’obtiennent pas l’objectif ,


qu’elles soient inopportunes ,trop fortes 
etc.


C’est cette  impartialité, cette
’honnêteté  intellectuelle , l’envie  d’être juste, que j’apprécie.


 


Une belle leçon , Ewa ,que je ne m’attendrais pas.. et qui m’a fait
penser


à mon premier examen de terreur ‘ La Philosophie et les Théories de la Loi -4 énormes
volumes d’impossibles théories subjectives et objectives, qui hantaient les nuits de mes 18 ans…, dans un passé très lointain.


 

Ewa 07/02/2012 18:21


Objectivité/Subjectivité


1) Peser « L’ordre libertaire » ou Michel Onfray et constater que son poids est de 1 kg ou 80 kg - c’est d’être objectif.


2) Lire, analyser, donner son interprétation de « L’ordre libertaire » ou son avis sur  Michel Onfray - c’est d’être subjectif.


Personne ne peut être « bien objectif «, parce que déterminé par sa biographie, la fameuse idiosyncrasie, le contexte historique, géographique etc. Ça, c’est Michel Onfray. Je partage cette approche du problème. 

Melilotus 07/02/2012 12:57


Bravissima, Monica !


Vos interventions bien objectives ,les idées que vous défendez , vos mots  d’esprit, l’amour pour la musique et pour votre chat sont un plaisir pour nous,  les lecteurs.


 


PS : pour enseigner  la lecture au
chat , pourquoi ne commencez-vous pas avec Kant ?


Ou plus simple ,peut-être avec un des chefs-d’oeuvre de grand Houellebecq , l’ illustre
Prix Goncourt  2010 ?


 


Cordialement,


M.

Ewa 07/02/2012 11:02


That is the question !

Frédéric 07/02/2012 09:17


Que faire des journaux quand on n'a pas de chat ?  Bonne journée :)

monica 06/02/2012 22:47


Michel Onfray "le vieux grincheux d'arrière-garde" !


"Vieux" : 53 ans !


"Grincheux" : philosophe hédoniste !


"Arrière-garde" : en retard au niveau des idées !


Marc, t'es devenu fou !


 


Je te répète que Michel Onfray, quand il se compare à son père silencieux, c'est par amour pour lui et pour lui donner l'importance qu'il a besoin de lui donner.


 


Marc, notre dialogue ne m'emballe pas parce que j'aimerais bien que ma main reste attachée à mon bras, surtout la droite. S'il ne me reste plus que la gauche, j'aurais du mal à taper sur mon
clavier.


 


Au fait, mon chat s'est couché sur les vieux journaux déposés dans sa litière. Je vais pouvoir faire des économies car il a l'air de préférer le papier à l'argile verte illite. Il est
devenu fou lui aussi... 

marc 06/02/2012 22:18


le monologue a sa place dans la première partie de la conférence


contrairement à toi je n’ai jamais assez et rien me dérange là dedans


mais le dialogue doit s’installer (le dialogue des philosophes voyous :))


dans la seconde partie de la conférence "questions- réponses"


l’interview à la télé ou à la radio c’est un dialogue aussi 


dirigé par le journaliste et qui a le temps limité


 


puisque "toi tu ne le vois pas comme ça " alors ok onfray n’est pas bavard


il n’est pas lucide , il ne se connaît pas assez pour dire ça de lui-même


d’ailleurs personne n’a jamais remarqué ce trait de son caractère 


 


désolé pour ta main coupée mais c’est de moi , rien que de moi !


sinon j’aurais mis cette phrase entre guillemets 


c'est de qui selon toi ?

monica 06/02/2012 21:01


Marc, j'ai connu Michel Onfray par la radio, ok, tu n'as pas tort.


Mais tu as écrit : "sans ça, ses livres n'auraient pas été lus". Je voulais dire simplement que "sans ça", certains lisent ses livres.


MO fait de grands monologues ? ça ne me dérange pas. Quand j'en ai assez, et cela m'arrive à moi aussi, je passe à autre chose.


Mais dire que "c'est un moulin à paroles" ! Un moulin à paroles est une personne très bavarde, nuance ; et puis de toute façon, je ne le vois
pas comme ça.


Son père était silencieux ; lui serait bavard... Mais ne penses-tu pas que Michel Onfray avait un tel amour pour son père qu'il a souvent envie de le mettre en valeur... "Seul le
silence est grand, tout le reste est faiblesse"...


Avec le froid, mon chat reste à l'intérieur ... Je vais peut-être me servir de journaux car la litière ne suffit plus...


Si Michel Onfray t'énerve pense à autre chose. Le "vieux grincheux d'arrière-garde" qu'il est (c'est pas de toi, j'en mettrais ma main à couper) pour certains, ne l'est pas
pour d'autres.


 

marc 06/02/2012 19:48


monica , si toi t’as pas besoin de passages d’onfray dans les médias pour lire ses livres 


ça ne signifie pas que c’est pareil pour tout le monde


le succès de ses livres dépend en grande partie de la promo radio-télé et onfray le sait bien 


parce qu’il n’arrête pas de passer partout


y a même certains qui l’ont connu grâce à la radio :)


 


t’as peut-être tout entendu mais t’as pas entendu onfray se qualifier lui-même de quelqu’un très bavard contrairement à son père silencieux (je sais pas s’il n’a même pas employé l’expression
"moulin à paroles ") 


et t’as pas remarqué qu’il fait les grands monologues si personne n’arrête 


 


mon chat méprise les journaux parce qu’il y a des litières spéciales  


si moi je peux les acheter alors onfray aussi


quelle idée d’utiliser les journaux pour ça et pourquoi les acheter si on ne les lit pas 


onfray en vieux grincheux d’arrière-garde m’énerve 

monica 06/02/2012 07:38


Marc, ce n'est pas parce qu'il passe à la télé et qu'il écrit dans les journaux que je lis ses livres.


Je vais à ma librairie préférée et je trouve ses livres. Pas besoin de pub.


Mais j'aime bien que mes potes me disent : "tiens, Michel Onfray passe à la télé ce soir"... Dis donc au fait, c'est pas mal ce qu'il dit. Il est compréhensible, lui.


Michel Onfray, "Un moulin à paroles", j'aurais tout entendu !...


Mon chat ne sachant pas lire, je ne lui donne par de journaux quand il urine ou qu'il défèque dans sa litière. Il n'est peut-être pas instruit, mais en tout cas, quand il me parle, je
le comprends, c'est l'essentiel. Comme disent les philosophes voyou : "c'est dans le dialogue que l'on construit une pensée saine"... et que l'on ne me dise pas que les bêtes, ça pense pas...

constance 05/02/2012 18:18


Je ne sais pas trop ce qu'il entend par "un vrai lieu de débat". Peut-être des émissions radio plus longues avec contradicteurs respectueux, ou bien des tables rondes.


 


Et je n'ai pas de chat, dommage pour le recyclage des journaux que j'achète.

marc 05/02/2012 15:59


ça ne l’empêche pas d’être présent comme personne d’autre à la télé ni d’écrire dans les journaux


sans ça ces livres n’auraient  pas été lus


c’est quoi un bon  lieu de débat ? l’up de caen ? 


et  y a mieux que les journaux comme litière pour chat , mon chat méprise les journaux 

constance 05/02/2012 15:29


Oui pas - le surf(ace) règne


 


le livre est la première et meilleure matière de réflexion - ici, il n'est pas question de réflechir mais peut-être de promouvoir - c'est aussi pour cette raison que MO dit que la télévision
n'est pas un lieu de débat et que les journaux des pages juste bonnes pour la litière du chat

marc 05/02/2012 14:45


si claude askolovitch avait laissé la parole à onfray sans le couper


il n’aurait pas eu de dialogue ni d’interview mais le monologue de 18 minutes 


et onfray est habitué à ça lors de ses conférences à l’up


même dans la partie question-réponse il n’y a personne pour discuter avec lui 


 


oui " le temps est dictat" depuis toujours 


on peut "être complet" et savoir synthétiser sa pensée  


le journaliste a 18 min d’antenne faut qu’il fasse les choix


il coupe quand il voit qu’onfray s’égare (à certain moment il a même commencé à parler de freud !)


quand on a 1h5 comme sur radio classique on peut se permettre de développer 


 


d’ailleurs je n’ai jamais vu onfray "s’installer dans le silence pour permettre la pensée de se déployer "


au contraire c’est un moulin à paroles , il répond toujours immédiatement   , on a l’impression qu’il n’a pas besoin de réfléchir à la question et que la réponse est toute prête  ,
c’est étonnant 


et il a toujours préféré la rapidité à la lenteur 


 


notre temps est compté , on le veut ou pas 

constance 05/02/2012 13:23


On ne s'endort pas, c'est vrai, mais je trouve au contraire absolument insupportable cette façon que Claude Askolovitch a de lui couper la parole, surtout en début d'interview.


 


C'est encore et toujours l'impossibilité de laisser le silence s'installer dans une relation (la plus minime soit-elle), entre deux propos, permettre à la pensée de se déployer, aller jusqu'au
bout de son raisonnement. Parfois, s'il est vrai que MO a tendance à se répéter et à se prolonger, c'est p-ê parce que ce sont tj les mêmes questions posées, c'est p-ê aussi parce qu'il fait dans
sa parole ce qu'il fait dans ses livres, c-à-d être complet. Désormais, le temps est dictat.

yaglourt 04/02/2012 19:35


Merci pour ce billet, en effet un passage télé moins ronronnant que les autres.


Dommage qu'on continue à y parler plus de Sartre que de Camus (Onfray est patient !)

Ewa 04/02/2012 15:26


Je remercie Marc qui a enregistré et édité cette vidéo tard la nuit (ça prend beaucoup de temps) pour que le lendemain matin sa vidéo soit convertie et le nom de l’auteur de l’enregistrement
effacé par un blogueur non civilisé. Aux internautes de juger ce procédé, s’ils trouvent sur Youtube la même vidéo (durée 18:40 et les mêmes imperfections d’enregistrement au début de
l’interview). J’ajoute que l’on se sert pour cela du prénom et du nom de philosophe qui n’a rien à voir avec ces agissements, évidement. 

monica 03/02/2012 13:26


Je viens de me rendre compte que j'ai écrit une grosse bêtise.


Vous avez raison, Litteratus. La plupart des entretiens avec MO sont d'une rare qualité.


La qualité est rare. La trouver si souvent chez des philosophes de la trempe de Michel Onfray, c' est bien agréable.

monica 03/02/2012 13:10


Rare, je ne crois pas,


Les entretiens avec Michel Onfray sont souvent de grande qualité.


Ce qui est formidable c'est de pouvoir les découvrir sur ce blog.


Merci, oui.

Litteratus 03/02/2012 12:23


Encore un entretien d'une qualité rare ! merci de l'avoir souligné !

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos