Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 11:33

 

Jean-Pierre Elkabbach a consacré son émission Bibliothèque Médicis, diffusée sur la chaîne Public Sénat le 15 janvier 2012, à Albert Camus. Dans de splendides décors de l’annexe historique de la Bibliothèque du Palais du Luxembourg, vous pouvez suivre une heure de débats dont la rediffusion a été inspirée par l’événement littéraire de janvier, livre de Michel Onfray :

L’ordre libertaire, la vie philosophique d’Albert Camus. 

Trois invités nous livrent « leur Camus » : Catherine Camus, sa fille (les 19 premières minutes de l'émission), ainsi que Jean Daniel et Robert Gallimard, ses amis. 

 

 

"Michel Onfray rend justice au philosophe lucide, qu’était Camus, qui fut méconnu, à la fois adulé, et méprisé par Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et leurs amis…

Albert Camus, libertaire, antitotalitaire, anticolonialiste, fidèle aux pauvres, aux sans paroles, et d’abord à sa mère, analphabète. Camus aimait le soleil de la Méditerranée, les femmes et la vie…

De loin, Camus s’adresse à nous pour aujourd’hui : plus de 50 ans après sa mort accidentelle, sur la route, il reste ce modèle vivant et libre. Comme le dit Michel Onfray : il est notre contemporain !…"

____________

 

« … ce soleil, cette mer, mon cœur bondissant de jeunesse, mon corps au goût de sel et l’immense décor où la tendresse et la gloire se rencontrent dans le jaune et le bleu. C’est à conquérir cela qu’il me faut appliquer ma force et mes ressources. Tout ici me laisse intact, je n’abandonne rien de moi-même, je ne revêts aucun masque : il me suffit d’apprendre patiemment la difficile science de vivre qui vaut bien tous leurs savoir-vivre. 

[…] … pourquoi nierais-je la joie de vivre, si je sais ne pas tout renfermer dans la joie de vivre ? Il n’y a pas de honte à être heureux. Mais aujourd’hui l’imbécile est roi, et j’appelle imbécile celui qui a peur de jouir. «

 

 Albert Camus, Œuvres complètes, Noces, Gallimard 1983, page 168 - 169

      Ewa    

Partager cet article

commentaires

constance 23/01/2012 10:43


monica, c'était de l'ironie, je n'aime pas les ripoux (ni particulièrement les mauvais garçons). J'aime les bienveillants, les doux, les intelligents du
coeur. 


 


A voir, chez Frédéric, http://pasfaux.com/moins-de-choses-plus-de-bonheur, ce qui est petit est sexy, oui :)

Frédéric 23/01/2012 09:14


Merci Monica, merci Isis :)

Isis 21/01/2012 16:28


Une petite vidéo pour Monica la passionnée de tango J


 Thierry
Le Cocq et Delphine Blanco (Milonga) - YouTube


 

monica 21/01/2012 10:48


Toujours en aparté, pour Frédéric, c'est pas du tango, c'est une valse :


http://youtu.be/hmrcGrTpLmM

monica 21/01/2012 08:59


Un ripou est un policier corrompu, pas un mauvais garçon, Constance.


Les mauvais garçons ne sont pas des pourris. J'ai de l'affection pour eux car ils ne cachent pas leur jeu comme certains. 


http://youtu.be/StJGFHX9_DQ

constance 20/01/2012 22:02


Le cailloux, quand je vois ça. Hibou (en ce moment, disons que je suis chouette, essayant de passer le plus possible inaperçue), chou, genou, joujou (je suis joueuse justement),
bijou (boucles d'oreilles uniquement), pou (non, merci, très peu pour moi). Attention, il y aussi ripou (j'évite, en général, mais enfin, les mauvais garçons, c'est bien connu).

monica 20/01/2012 08:11


Frédéric,


Bach, j'aurais bien aimé en avoir joué "un paquet" comme toi, j'aurais été un peu plus experte aujourd'hui (sourire)...


Satie, ce sont des chansons de caf' conc' entre autres ; un plaisir pour la voix. Chanter est une seconde nature, après la danse. Mais là aussi, je ne suis pas une pro ; je me fais plaisir.


Bise

Thomas 20/01/2012 01:17


La citation de "Noces" est une "confession autobiographique" ou un extrait tout innocent ? 

constance 19/01/2012 21:29


Une image valant tous les discours... Michel Onfray était le cailloux dans la chaussure. J'ai beaucoup de mal à accepter qu'on me l'enlève :))

Frédéric 19/01/2012 18:49


Hihi, je ne suis pas un prince, juste un musicien qui tente de percer des mystères. :)) J'aime bien les oeuvres simples désormais, sans nécessité d'une grande technicité. Des morceaux aux
plaisirs immédiats, qui ne t'obligent pas à travailler tous les jours : tes doigts se souviennent où jouer, et courent tous seuls :-) 


 


Difficile de snober Bach, mais pour raisons persos, je le fais. Pourtant, j'en ai joué un paquet. Chacun ses névroses. ;-p


 


Et puis, Bach est le Platon de la musique : avant lui, la musique n'avait pas d'intérêt. Après lui, la musique n'est jugée que par rapport à lui, sinon elle n'est pas sérieuse. Faudrait écrire
une contre-histoire de la Musique :)))


 


Rien de meilleur que de jouer à plusieurs, en harmonie et en rythme (ou pas ;-) ). Rien de plus difficile aussi. Tu travailles quel Satie ? Tu chantes aussi ? J'y connais pas grand chose à Satie.
Merci, Bises !

monica 19/01/2012 18:21


Cher Frédéric,


Tu me donnais déjà l'impression d'être un prince, et bien ce soir, ce prince est presque réel.


Ta partition est sur le pupitre de mon piano, prête à m'offrir les accents émouvants et sublimes de la musique de Mozart. Je te remercie de tout mon coeur.


J'aime les inventions, les préludes et fugues de Bach. En ce moment, je travaille le prélude II BWV 871 ; il n'est pas trop difficile.


Je suis aussi sur une mélodie de Satie pour piano et chant.


...et Mozart, grâce à toi...dès ce soir...

Frédéric 19/01/2012 13:18


Un aparté à Monica : je me suis aussi remis au piano ces dernières années. Un vrai plaisir de toucher d'autres touches que celles d'un clavier d'ordinateur. J'essaie en ce moment de saisir le
mystère derrière l'adagio du concerto 23 de Mozart.
J'ai arrangé une partition pour piano seul que tu peux télécharger sur pasfaux. Mais bon, j'ai toujours pas trouvé d'où vient la grâce de cette oeuvre
fabuleuse. Elle est de plus, très très agréable à jouer. C'est pas le cas de tous les morceaux que j'aime. Et puis, certains sont inaccessibles techniquement. Tu joues quoi de ton côté ? Je
parierai sur les gnossiennes :-)

monica 19/01/2012 12:25


"Quelle va être la couverture médiatique demandée pour celui-ci ? A la mode, à la mode, à force de l'être, on devient soi-même l'intelligentsia. Il faut l'accepter. "


Là, pour moi, c'est pas clair. Constance, s'il te plaît, qu'est-ce que cela signifie ? 

constance 19/01/2012 10:39


Non, mais si tu l'as déjà dit en com, je fais de suite moins anti-onfray :-)) Et je ne compte pas répondre, en effet. C'est parce que nous sommes onfrayphiles que nous sommes insultées, et non
pour ce que nous sommes. C'est pourquoi la pertinence d'écrire des commentaires publics me semble de plus en plus nulle.


 


MO a parlé d'un bouquin qu'il serait en train d'écrire sur la tyrannie-éco-logique. Quelle va être la couverture médiatique demandée pour celui-ci ? A la mode, à la mode, à force de l'être, on
devient soi-même l'intelligentsia. Il faut l'accepter.

Ewa 19/01/2012 09:36


Constance, il n’était absolument pas question pour moi de dire qui a précédé qui, mais plutôt d’aller dans ton sens.  Mon ancien commentaire n’était qu’un exemple pour montrer q’il
s’agissait d’un sujet récurrent qui revenait sur le tapis lors de chaque tapage médiatique comme celui-là. Et en plus, on aborde souvent ce sujet entre nous, en dehors du blog. Donc, personne n’a
précédé personne.


 


Dans la deuxième partie de ton message que tu as supprimé (je ne l’avais même pas vu sur le blog comme Monica, mais dans l’administration, dans la corbeille), tu avais parlé des insultes. En
effet, on en avait reçu des tonnes, dans des commentaires, mails, mots-clefs…, (une adressée à moi dernièrement, tu le sais très bien). Mais les insultes dont tu fais allusion et qui t’ont
touchée apparemment plus que les autres, n’ont pas eu lieu sur notre blog cette fois-ci, mais sur les deux blogs « voisins » ou « amis » (au choix). La majorité de nos visiteurs ne pouvaient donc
pas comprendre tes allusions. Mais je pense que les auteurs de ces blogs bienveillants, tolérants et ouverts d’esprit t’accorderont un droit de réponse sur leurs sites. C’est ce qu’il nous reste
à souhaiter, ou pas… , cela servirait à quoi?

monica 19/01/2012 07:20


Voilà, ce sont des commentaires comme ces deux derniers de Constance et de Frédéric qui me font plaisir.


Ils sont clairs et intelligents. J'aime.

Frédéric 19/01/2012 05:15


L'interview du Journal Télévisé Normand donne une piste je crois, pour comprendre ses choix : Michel Onfray a les boules : il a lancé l'UP alors que Le Pen était au second tour. Il ne souhaite
pas une répétition historique. Alors, il entre de tout son être dans la bataille médiatique, avant les prochaines élections. 


 


J'ai pas lu le livre, mais MO explique que son intention initiale était de rendre hommage au Camus politique. Cela me parait cohérent. 

constance 18/01/2012 21:51


Je ne voulais pas déranger, je n'aime pas déranger. Mais bon, comme Ewa m'avait précédée (merci Ewa), voilà ce que je disais à peu près ce matin au réveil :


 


Pourquoi Michel Onfray s'est-il plié aux demandes innombrables des médias ? Ne voit-il pas que cela lui porte tort ?


En bref... où est Michel et sa philo au marteau, privilégier l'intensité à l'abondance, enfin pourquoi ne pas avoir choisi quelques interventions de qualité, Le Point, Durand, Busnel (pour ma
part, je regrette qu'il n'ait pas fait une séquence avec Frédéric Taddéï, bien meilleur, accompagné de quelques contradicteurs). Mais MO est un homme brillant, il doit savoir ce qu'il fait.
Peut-être cette suractivité médiatique tient au côté affectif de ce livre.


 


Connaître le chemin et le suivre, les frères Wachowski.

monica 18/01/2012 18:08


Oui, c'est pas bien grave.


Je ne répèterai jamais assez que votre blog, Quatuor, est formidable. J'y puise du plaisir. Et qu'on ne vienne pas me contredire, je n'y prêterai aucune importance.


J'ai décidé de bannir la télé de chez moi. Je m'en passe depuis novembre et je viens ici pour me distraire et m'enrichir. Le soir, au lieu de m'abrutir devant le poste de télé, je me remets à
jouer du piano que j'aime tant.


J'aime lire les commentaires de Ewa, Constance, Marc, Frédéric, Jean-Claude...Certains manquent à l'appel, mais il paraît qu'ils sont toujours là.


Mes amis n'aiment pas la philosophie. Ils ont leurs raisons.


Je ne suis pas assez cultivée pour leur en donner le goût, mais cela aussi ce n'est pas bien grave.

Frédéric 18/01/2012 16:33


Je crois que Michel Onfray apprend les médias au fur et à mesure qu'il les pratique. Il y a une différence entre connaitre le chemin et le suivre. Je le trouve de plus en plus efficace. 


 


On n'est pas obligé de tout voir, ni tout entendre. Ma crainte serait de louper le moment qui éclaire toute une zone d'ombre. Un peu comme la fameuse histoire d'Yquem, totalement obscure. 


 


En même temps, c'est pas bien grave :)))))))))))

Frédéric 18/01/2012 16:25


"Je ne sais pas si certains d'entre vous ont eu l'occasion de lire quelques-uns de mes commentaires acides, mais j'ai la dent assez dure sur les forums. Je me suis aperçu qu'on était plus
souvent lu quand on était du genre Terminator que Sisi l'impératrice."


 


Qui qui donc a dit ça ? C'est le formateur Frédéric Brouard, lors de sa conférence "Contraintes et performances" sur SQL Server
2012, aux
derniers SQL Days de Microsoft. (petit lien pour que les plus curieux étoffent leur culture générale : qu'est-ce qu'un système de gestion de bases de données ? - SQL Server en est un). Malgré
son pedigree prestigieux dans sa communauté (MVP Microsoft tout de même :))
), il se voit obligé d'utiliser le bon vieux argument "des trains qui arrivent à l'heure n'intéressent personne", pour justifier son comportement.  


 


On en est toujours là : la recherche de l'audience. Mieux vaut être saignant que doux pour être entendu dans la sphère médiatique. Et bien sur Internet, c'est pareil : rien de
plus efficace que de donner des coups. "Je veux être entendu ! Moi, moi ! Ecoutez-moi, moi ! Poussez-vous, vous ! Je veux être sur le devant de la scène !" :))


 


Bon sinon, Frédéric Brouard dit un autre truc dans cette conférence qui m'a fait réfléchir un bon moment, ce matin dans le métro : "Qu'est-ce qu'une contrainte SQL ? C'est une règle qui génère une erreur en cas de
viol". Pourrait-on appliquer cela à notre société ? Un système qui empêche toute action, en cas de viol.


 


J'aime bien travailler dans l'univers ordonné des bases de données. Un refuge.


 

Ewa 18/01/2012 16:19


Juste un petit rappel (un commentaire que j'ai écrit il y a trois mois), et tant pis s’il n’est pas compris.




Bon, arrêtons nos délires un instant. Soyons un peu sérieux. Malheureusement, je partage en partie l’opinion d’Épicurien et Mireille sur ce sujet (:-o), et ça ne me fait pas franchement
plaisir.


 


Je trouve que les interventions de quelques minutes d’Onfray à la télé (comme celle-ci ou celle sur France 3
Basse-Normandie, par exemple) sont d’une banalité assourdissante, n’apportent rien de nouveau, et malgré toute la bonne volonté du monde, je ne peux pas m’empêcher de trouver ses
redondances de plus en plus lassantes. Pourquoi Michel Onfray accepte-il toutes ces sollicitations?


 


Pourquoi ne pas se contenter des « apparitions » médiatiques où il est excellent, passionnant, virulent et brillant : cours, conférences, débats sur les vrais sujets avec des adversaires
intéressants , interviews assez importantes et « sérieuses » pour qu’il puisse développer ses idées, articles dans la presse, livres…


 


Mais comme c’est notre Maître à tous (le délire revient), c’est lui qui prend ses propres décisions (lui donner des leçons « à la Mireille » serait du ridicule presque méga métaphysique) et
ces choix sont impénétrables. ;~)



Commentaire n°23 posté par Ewa le 13/10/2011 à 12h46

monica 18/01/2012 13:18


Je voulais dire Constance, que j'attache plus d'importance à ton commentaire que n'importe quelles insultes qui arrivent sur ce blog. Mais pour moi, c'est certainement plus facile que pour toi
qui les reçoient avec plus de violence car je ne les voie pas toutes.


Je comprends ton commentaire. Cependant, je tiens à dire à nouveau que Michel Onfray est libre. Personne ne peut lui dicter ce qu'il a à faire. Il ressent la nécessité de s'exprimer sur Albert
Camus et ne méprise aucun média.

constance 18/01/2012 13:04


Oui, je l'ai enlevé parce que je savais qu'il ne serait pas compris. Je lis Michel Onfray, j'écoute Michel Onfray, ce n'était pas une insulte. C'était un appel, au contraire, à autre chose.


Mais je persiste malgré cela, son importance promotionnelle dans les médias, non, je suis désolée, j'aurais préféré un juste milieu. Ce n'est pas important, on peut aimer un fond, ensemble,
Monica, sans partager la forme. Et quelques interventions bien choisies, chez des journalistes (tu l'as lu, toi aussi, je suppose dans L'Ordre libertaire) de qualité, avec des contradicteurs non
insultants, voilà ce que j'aurais souhaité.

monica 18/01/2012 12:53


Ton commentaire, chère Constance, qui a certainement sa raison d'être, me secoue bien plus que n'importe qu'elle insulte que j'ai pu découvrir ici ou ailleurs.


Je n'ai pas le sentiment que Michel Onfray se plie à quoi que ce soit. Il est libre de parler d'Albert Camus où bon lui semble et avec abondance si cela lui fait plaisir.


Ce blog consacré à Michel Onfray est original, esthétique et intelligent. Si cela énerve certains pauvres personnages qui s'évertuent à faire leurs cacas nerveux sur des blogs, mieux
vaut pratiquer l'éviction et ne pas accepter qu'ils s'expriment.  

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos