Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 15:15

  

Michel Onfray dans l'émission de Faustine Bollaert Et si c'était ça le bonheur (Europe 1, le 21.02.2011) - parle de sa "recette du bonheur" : Carpe diem!


onfray fauteil

Cliquez sur la photo


"Pourquoi cherches-tu l'impossible en voulant à tout prix connaître d'avance ce que la vie nous réserve à toi et à moi ? 

Quoi qu'il puisse nous arriver, la sagesse n'est-elle pas de nous soumettre chacun à notre sort ? 

Que la vie te réserve encore bien des hivers ou, au contraire, que tu sois en train d'en vivre le dernier - celui-là même qui, en ce moment, éreinte les vagues de la mer à l'assaut des rochers - crois-moi, ne change rien à tes occupations et, dans un cas comme dans l'autre, n'escompte jamais vivre plus loin que le jour où nous sommes. 

Déjà, tandis que nous parlons, le temps impitoyable aura fui. 

C'est aujourd'hui qu'il faut vivre. Car demain reste pour toi ce qu'il y a de moins sûr".


Ode à Leuconoë, Horace, traduction et adaptation moderne : Gilles Simard 

marc 

Partager cet article

commentaires

jean-claude 20/03/2011 04:01



je suis seul pour encore 6 jours ... je traine donc sur ce gentil blog ... et de fait lors de la création de cet article,  j'étais en pleine activité de construction de moments de bonheur
avec ma bien aimée ...le bonheur se construit et ne se trouve pas suite à une recherche


pour quelques minutes de bonheur : une orange bien fraiche et quelques carrés de chocolat noir ... la suite relisez ma recette ... je construis mon bonheur car j'ai appris à me connaitre (
sensuel et gourmand)  pour m'adonner à ce plaisir gustatif qui me rend heureux car je me sens exister en savourant...


et de façon générale je rejoins Monica sur la façon de mettre en pratique cette  maxime


Chaque jour penser à ce qui me fait vibrer car me faisant prendre conscience d'être : une bonne bouteille , un bon repas , une conversation animée avec des amis , une embrassade folle avec 
mes petits-enfants... et le mettre en pratique


Carpe diem : être à l'écoute de ses désirs et y succomber sauf si cela peut faire mal à quelqu'un car l'homme est un animal désirant et c'est se faire mal que de s'y refuser


Carpe diem + : la même chose mais à plusieurs ... alors laissez vagabonder votre imaginationsans auto-censure



monica 26/02/2011 11:41



Bruno,


Je suis désolée que vous soyez dans la peine.


Amitiés,


Monica



constance 25/02/2011 22:29



Chacun porte son deuil comme il le peut, le souhaite, parfois en s'isolant, parfois en le partageant. Il n'existe pas de règles au malheur. C'est pourquoi Bruno, j'espère que ton chagrin
s'atténuera avec le temps, seul remède. Bises  



Isis 24/02/2011 23:02



Bonsoir Bruno


Je vous présente toutes mon condoléances pour votre père, et sachez que si vous pensez très fort à lui avec amour en lui disant mentalement tout ce qui vous tient à coeur vous verrez, vous vous
sentirez apaisé. Vous n'êtes pas obligé de me croire, mais vous pouvez toujours faire l'essai


Bien à vous.



bruno 24/02/2011 21:47



Merci Monica pour ta gentillesse ; et oui, bien sur, tu me dire tu.


Constance, ce qui m'a mis sur le tapis c'est que j'ai perdu mon père ; je m'y étais pourtant préparé (on savait qu'il allait partir en début d'année) ; et donc la semaine dernière a été une
semaine grise, virant sur le noir ; mais bon, le moral remonte doucement mais surement et je n'oublie pas les choses importantes. A+


Bruno



monica 24/02/2011 13:23



Oui, dommage...


Mais je suis certaine qu'il prend du bon temps "l'animal" !


Bise à toi Marc



marc 24/02/2011 11:50



dommage que jean-claude ne nous livre pas sa vision du carpe diem


c'est sa devise pourtant


et ça pourrait tres bien completer les propos d'onfray



monica 24/02/2011 10:58



Je suis heureuse que vous soyez revenu, Bruno.


Avec celui de Marc, pour moi, vous prénom, ici, est synonyme de gentilhomme, et je pèse mes mots.


Et puis, il est nécessaire de voir aussi l'écriture des messieurs ; qu'elle soit posée, spontanée ou passionnée. J'ai pu constater  que Marc, Bruno et Jean-Claude sont des seigneurs de la
courtoisie et de l'humour. C'est bon ça...!


Bise à vous.


Puis-je te dire tu à toi aussi ?



constance 24/02/2011 10:17



Je souhaite également de bonnes vacances à tous ceux partis, les anges de nuit aux ailes fragiles. Peut-être, Bruno, comme Isis et Monica, tu es toi aussi un oiseau de nuit ?



constance 24/02/2011 10:07



Monica, Isis, vous êtes d'une nature beaucoup trop exaltée. Gardez de l'énergie pour nos prochains articles.


 


Bruno, est-ce là le printemps qui te mine ? Allons, les sentiments que nous partageons ici sont bien réels même s'ils sont virtuels.



bruno 24/02/2011 01:28



Chers amis, j'ai du quitté le banquet pour des raisons personnelles ; j'ai reparcouru les messages apparus pendant mon absence et je veux juste vous dire que j'ai pensé à vous avec affection ; en
particulier à Constance, Monica et surtout Ewa (j'éspère d'ailleurs que tu vas bien, j'ai cru comprendre que tu étais pas en pleine forme ces deux derniers jours). Bon aussi Marc, mais entre mecs
c'est pas pareil. J'ai parcouru avec régal le dialogue entre Isis et Monica, les meilleures ennemies du monde ; j'ai d'ailleurs le sentiment que mon message fait tâche en s'incrustant dans votre
conversation, je m'en excuse !


Je compte bien reprendre un rythme à peu près normal, mais soyez indulgents, je ne suis pas au top en ce moment (ca va revenir, c'est une question de temps)


Affectueusement,


Bruno



monica 24/02/2011 00:19



Chère Isis,


Je ne crois qu'en Michel Onfray ? tiens ? Vous prenez tous les hédonistes pour des onfrayiens ? Je crois en moi et c'est déjà pas mal.


Mais, si je n'étais pas devenue ce que je suis, je n'aurais pas été charmée par son écriture, son style, sa noblesse d'âme, son érudition, sa pédagogie et sa profonde gentillesse.


Cessez d'avoir de telles obsessions sur ma personne et sur celle de ce philosophe, et continuez à venir discuter sur ce blog ; je pense que vous y prenez du plaisir vous aussi, mine de rien.


Carpe diem (ou noctem ?) !



Isis 23/02/2011 23:47



Bonsoir à tous


Il est temps que je me retires, pardonnez moi d'avoir abusé de cet espace pour débiter mes discours éthérés.


 Bien à vous - Chao.



Isis 23/02/2011 21:09



Monica, vous dites :  le divin dans l'homme c'est l'invention des hommes.


En êtes vous si sûre, vous devriez vous cultiver sur le sujet. Les saints sont justes de hommes qui ont connu l'éveil de la divinité présente en eux et cette éveil concerne tout être humain
quelqu'il soit, il n'est pas réservé qu'à une élite.


Vous dites aussi : "essayez de parler  à la jeunesse comme vous le faites ici."


Eh bien justement je parle avec beaucoup de jeunes comme je le fais ici, des jeunes qui ont vécus des expériences extraordinaires et qui cherchent une réponse à cette expérience et rassurez vous,
ils sont  plus nombreux que vous le pensez, et je peux vous assurer qu'ils ont une maturité d'esprit comme j'avais jamais vu.


Je sais, le monde immatériel et éthéré, vous le rejetez car vous ignorez  tout sur celui-ci sans doute parce qu'il vous effraie comme beaucoup d'ailleurs. Vous êtes formatée, depuis toujours
et vous préferez les oeillières et je ne peux vous en blamer car vous n'êtes pas responsable de cela, mais le fait de vous élever avec véhémence et rejeter sans chercher à vous informer
dénote une envie de ne rien savoir. L'homme n'est pas un animal, c'est ce qu'on lui fait croire depuis  toujours et MO n'arrange pas les choses étant persuadé lui même de cela. Pouvez vous
prouver que l'homme est un animal? Il est capable de se conduire comme un animal et bien plus parfois, mais sa vrai nature n'est pas l'animal. Etant donné que l'homme a un cerveau comme vous
dites, il serait tant qu'il apprenne à s'en servir pour chercher sa vraie nature.


Je pense que je vous embêtes plus que je vous fais vous poser des questions et réfléchir. Quand à ma quête vous n'y avez rien compris, c'est pas que je suis compliquée, c'est que vous êtes fermée
à tout ce qui vous est inconnu et très ouverte à ce que dit MO, mais il n'a pas la parole d'évangile comme on dit si bien, réfléchissez un peu par vous même. Vous pouvez l'aimer si ça vous plait,
mais ne CROIRE qu'en lui vous rend aveugle.



monica 23/02/2011 17:29



Allez ! on  danse !


http://www.youtube.com/watch?v=kbPHxxmspVw



monica 23/02/2011 17:25



Isis,


"le vrai bonheur", "la quête de la vérité, celle que tout le monde cherche en ce monde..." "l'homme divin oublié par l'homme animal, mais qui sommeille en chacun de nous"..."ouverture d'esprit
sur cette part de l'univers qui est irrationnelle..."...


Veuillez comprendre vous aussi que, à mon sens, le bonheur est accessible pour chacun de nous, que toute le monde n'est pas à la recherche de La Vérité, que le divin dans l'homme c'est
l'invention des hommes, et que l'ouverture d'esprit, celle que j'ai sur le monde réel, que je touche, que je sens, que je vois, que j'aime me donne la joie d'être entourée d'amis et d'amies qui
sont heureux d'être, tout simplement.


Comprenez aussi que le fait de "recherchez le bonheur" est l'action des gens qui ne sont pas heureux.


Je pense très sincèrement que le bonheur n'est pas une recherche, ni une quête ; pourquoi ne serait-il pas là où l'on se trouve ? Pourquoi le "rechercher" ailleurs, dans un monde invisible,
éthéré et immatériel.


Ce n'est pas que votre quête à vous ne m'est pas compréhensible, non, c'est qu'en fait en parlant ainsi de la divinité de l'homme, il semble que le bonheur ne peut être obtenu que par certains
"élus", auréolés comme les saints ou comme Dieu lui-même, une puissance donc qui pourrait échappée au commun des mortels ; car vous l'avez dit vous-même que votre démarche est
compliquée. Vous voyez de la divinité chez un être humain, là où je vois, tout simplement, de la noblesse, de l'élégance, de la gentillesse, de la grâce chez l'homme et la femme.


Essayez de parler comme vous le faîtes ici avec la jeunesse qui vous entoure et dites-moi ce qu'elle en pense.


Isis, pourquoi ne pas admettre la part d'animalité chez l'être humain ? 


L'un des meilleurs moyens de comprendre l'homme, c'est de comprendre le comportement animal : l'éthologie (science du comportement animal). Plus personne ne récuse cela de nos jours.


Oui, Isis, nous sommes des animaux, certainement supérieurement intelligents mais des animaux quand même, avec deux pieds pour garder le contact avec notre bonne, vieille planète bleue, deux bras
pour embrasser le monde et un cerveau pour appréhender ce monde et pour réfléchir à tout ça...


Carpe diem !



Isis 23/02/2011 16:19



Monica vous dites :


Excusez-moi, mais de quoi parlez-vous ? D'autre chose ? Cela semble bien compliqué puisque
vous ne donnez pas d'exemple.  pense l'avantage que, en ce qui me concerne, je pourrais y trouver ; bien qu'au bout de trois jours de solitude - j'en ai fait l'expérience - je ne souhaite
plus qu'une chose c'est de me rapprocher à nouveau de mes congénères afin de partager un gâteau à la crème, un Pessac-Leognan, un tango argentin ou une promenade au bord de la mer... Mes bonheurs
à moi doivent vous paraître bien terre à terre. Pourtant lorsque j'écoute une symphonie de beethoven par exemple, j'ai l'impression de planer et j'ai des étoiles plein la tête ; et quand
j'entends un tango argentin, entre autre, mes pieds ne touchent plus le sol ! A chacun ses plaisirs.


 


Je sais que ça va paraître encore compliqué comme explication mais la recherche du bonheur ne peut être donné
en exemple parce qu’il ne peut résulter que d’une quête d’individuelle. Le vrai bonheur ne se trouve pas dans les plaisirs car ils sont éphémères sur la durée. Le vrai bonheur se trouve après une
quête de la vérité, celle que tout homme cherche en ce monde, c'est-à-dire ce que nous sommes, pourquoi sommes nous et la finalité d’être. Diogène en rejetant de façon cynique le monde tel qu’il
était cherchait  peut être la preuve que l’homme pouvait être autre chose que l’animal qu’il essayait d’incarner. .Avec sa lanterne  il cherchait sûrement  l’homme parmi les soi disant hommes, celui dont parle PLATON,  l’homme divin oublié par
l’homme animal mais qui sommeille en chacun de nous.  Le bonheur véritable c’est de l’avoir trouvé, mais cela demande une très grande ouverture
d’esprit, notamment  sur cette part de l’univers qui est irrationnelle aux yeux de l’être humain mais qui fait partie de la réalité tout de même
quoiqu’en disent certains. Le fait de chercher uniquement le bonheur terre à terre éloigne  du véritable bonheur.



monica 22/02/2011 23:17



Ewa, ma belle,


Marc a bien raion de dénicher ces petits moments intimes avec MO ; moi ça me plaît bien ; ce n'est pas forcément quand c'est long que c'est bon !


Si je croyais aux miracles, je ferais le voeu de me rapprocher de toi pour t'apporter un bouquet de violettes, il y en a plein mon jardin. Je suis certaine que tu apprécierais et que tu
oublierais ces deux stupides minutes avec Michel.


Bisou à toi



monica 22/02/2011 23:10



Chère Isis,


Excusez-moi, mais de quoi parlez-vous ? D'autre chose ? Cela semble bien compliqué puisque vous ne donnez pas d'exemple. 


Vous me dites bien être sur un nuage ? et que vous n'y redescendez plus. L'endroit ne doit pas être très encombré, c'est je pense l'avantage que, en ce qui me concerne, je pourrais y trouver ;
bien qu'au bout de trois jours de solitude - j'en ai fait l'expérience - je ne souhaite plus qu'une chose c'est de me rapprocher à nouveau de mes congénères afin de partager un gâteau à la crème,
un Pessac-Leognan, un tango argentin ou une promenade au bord de la mer...


Mes bonheurs à moi doivent vous paraître bien terre à terre. Pourtant lorsque j'écoute une symphonie de beethoven par exemple, j'ai l'impression de planer et j'ai des étoiles plein la tête ; et
quand j'entends un tango argentin, entre autre, mes pieds ne touchent plus le sol !


A chacun ses plaisirs.


Je vous embrasse sur votre nuage.



Isis 22/02/2011 22:04



PS - IL paraît que quand on est sur un nuage on fini toujours pas en redescendre et là j'ai pas trouvé d'escalier pour descendre, peut être qu'il n'y en a pas ;)



Isis 22/02/2011 22:00



Bonsoir Monica


le bonheur dont vous parlez je le connais je l'ai goûté mais j'ai connu autre chose et celui là bien que toujours appréciable me semble plus fade, voilà ce que sait de pouvoir comparer.



Ewa 22/02/2011 21:43



Marc, où tu as déniché si vite cette émission? (C’est une question rhétorique, je sais que tu ne peux pas répondre ce soir à cause de ta machine infernale). Je ne savais même pas qu’elle existait
(l’émission de radio, bien sûr). Je n’ai pas perdu grand-chose, je crois. 


Qu’est-ce qu’on peut dire en deux minutes? En plus, à part "carpe diem", c’est un peu hors sujet. Ce n’est pas tellement "sa recette du bonheur", mais "sa musique et son film préférés".


Sinon, j’aime bien la photo style Ikea et la traduction moderne d’Horace - ça fait un sacré contraste avec J.S.Bach. Bise.


Un bisou à lointaine Monica!



monica 22/02/2011 20:47



Vous avez raison, Isis, il n'y a pas de recette au bonheur. Il y a une aptitude au bonheur.


Cette aptitude, chacun peut l'obtenir. Il suffit de ne pas vouloir l'inespéré, l'impossible, l'idéal, etc.


Pourquoi le "véritable" bonheur ? il existerait des faux bonheurs ?


Et puis aussi, pourquoi la plénitude ? le nirvana ? 


Je voudrais dire qu'en ce qui me concerne, un verre de bon vin, un livre, une belle musique, une conversation amoureuse, une danse, mes enfants avec moi autour d'un bon petit repas, une
promenade... c'est du bonheur.


Essayez vous verrez... 


Je vous embrasse, Isis



Isis 22/02/2011 19:04



Il n'y a pas de recette du bonheur étant donné que nous sommes tous différents et que le bonheur est vu différemment d'un individu à l'autre et d'un endroit à un autre. Le véritable bonheur,
c'est la plénitude, c'est le nivarna mais peu de gens l'atteignent bien qu'il ne soit pas justement hors d'atteinte.



monica 22/02/2011 18:17



Que la vie est belle quand j'écoute MO ! Il me fait autant de bien que lorsque j'écoute une belle musique. Il dit les mots comme je les ressens, et je ne suis pas la seule à penser ainsi.


Cueille le jour... Brassens... le ras le bol des autres... alors, Bach... la volupté de sa musique et de son rythme qui change le rythme d'un coeur oppressé par la vie pas toujours commode... et
là, on se retrouve.


Et puis, on réfléchit, et on se dit qu'on n'est pas si malheureux que ça ; qu'il suffit de humer la vie, de la regarder en soi et tout autour de soi, qu'un livre nous attend, que la musique est
là, et que si les amis sont loin, qu'importe, eux aussi sont capables d'éprouver le bonheur de vivre.


Je suis lyrique ce soir.


Bisous 


 



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos