Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 11:52

 

 

En couverture du Point du 17 juillet 2014 un article signé Michel Onfray « Combattre l’incivilité, c’est résister à la barbarie ». En voici un extrait:

 

 le-point-cover-large.png

Olivia Recasens: Faut-il voir dans la montée des incivilités un indicateur du degré de notre civilisation ?

Michel Onfray: La politesse est le premier degré de la morale, elle est le signe éthique par excellence. Par elle, on dit à l’autre qu’on a vu qu’il existait et qu’on prend en considération sa présence, donc son existence . (…)

 

Olivia RecasensLe triomphe du chacun-pour-soi serait-il le dernier avatar du libéralisme sauvage ?

La fin de tout ce qui faisait communauté (la religion avec le judéo-christianisme et la politique avec les idéaux marxistes) a laissé place au nihilisme d’une époque dans laquelle, en effet, l’argent fait la loi. Le libéralisme, en tant qu’il suppose les pleins pouvoirs du marché, a substitué des « valeurs » aux valeurs anciennes: l’idéal se trouve moins dans le prêtre ou dans le militant que dans l’égotiste, qui se permet tout.

 

Olivia RecasensMais jouir aux dépens des autres marque le triomphe de la liberté individuelle, celle du bon plaisir; faudrait-il donc s’en réjouir ?

Michel Onfray: Non, sûrement pas. Tout ce qui s’obtient aux dépens des autres est à éviter: je suis l’autre pour des milliards de personnes sur la planète, il me faut donc être avec les autres comme j‘aimerais que les autres soient avec moi. C’est l’éthique minimale en nos temps sans transcendance. Se savoir centre du monde d’un point de vue ontologique en sachant que chacun se sait aussi pareillement centre du monde et qu’il faut donc connecter en permanence ces centres pour réaliser des réseaux éthiques et produire de la morale en actes. (…)

 

Olivia Recasens: Si faire preuve d’incivilité, c’est nuire à tous en ne respectant personne, dès lors comment encore vivre ensemble ?

Michel Onfray: En inversant l’invitation évangélique qui disait: « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse » au profit de celle-ci: « Fais à autrui ce que tu voudrais qu’il te fasse ». On passerait alors d’une morale de l’évitement de la négativité à une éthique positive de la proposition volontariste hédoniste. Non pas vouloir éviter le mal, ce qui est déjà beaucoup, mais réaliser le bien, ce qui est mieux.

 

Olivia RecasensL’homme n’a jamais réussi qu’en coopérant; la loi du chacun-pour-soi signe-t-elle la fin de l’humanité ?

Michel Onfray: Il y a les sauvages, les barbares, les égoïstes, les brutes qui sont seuls au monde et chosifient tout ceux qu’ils approchent et tous ceux qui les approchent. Puis il y a les hédonistes, les altruistes, les généreux, les prodigues qui veulent transformer en fête toute relation avec autrui. Les premiers sont plus nombreux que les seconds, bien sûr. Et la brutalité l’emporte toujours quand elle est en compétition avec la gentillesse - qui est à mes yeux vertu cardinale et première.

 

Olivia RecasensAu final, combattre l’incivilité, n’est-ce pas résister à la barbarie ?

Michel Onfray: Si, absolument, et d’une façon éminemment concrète.

 

 

Partager cet article

commentaires

jean-ckaude serlet 22/07/2014 10:22


l'homme de raison refuse tout extrémisme source de tant de maux.


l'homme de raison ne justifie pas son comportement par celui d'autrui .


alors ,même si nous sommes minoritaires , je reste parmi ceux qui respectent autrui  quel qu'il soit : le meilleur prêche est l'exemple espérant qu'il fera réfléchir

marc 21/07/2014 23:01


on ne sait pas ce qu’en pense onfray , il ne lit pas ce blog :)


mais merci pour l’info


 

GB 21/07/2014 19:06


Et quant à Jacques Kupfer, Onfray en pense quoi ?  


C'est entre deux baignades dans la Grande Bleue le thème de sa prochaine conférence, très applaudie, à Tel Aviv, voire à Gaza-sur-Gravats ?


 


 


Appel au meurtre de masse


Jacques Kupfer : "Nous devons raser Gaza"



Source : europe-israel.org



Le texte ci-dessous a été écrit le 15 juillet 2014 par Jacques Kupfer, membre de l’Organisation sioniste mondiale et du Bétar et co-président du Likoud Mondial. Cette dernière organisation est
chargée de la communication du Likoud, parti d’extrême droite (la vraie) de Benyamin Netanyahu. Rappelons que le président français François Hollande a manifesté son soutien au Premier ministre
israélien en affirmant qu’Israël devait « prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces ».


 


 


 


La protection divine dont nous bénéficions, le génie de la technologie juive du « Dôme d’Acier » et le courage de nos soldats ne peuvent compenser ni remplacer une détermination
politique qui semble faire défaut et une direction gouvernementale faible.


Nous parlons en hébreu à des barbares criminels qui ne comprennent que l’arabe. Les 150 à 200 missiles quotidiens lancés par le Hamas sur Israël sont destinés à tuer. Le commando maritime des
terroristes arabes qui a tenté de pénétrer sur le territoire israélien, était destiné à tuer. Pour ces fanatiques du Coran, peu importe qu’ils tuent mais de préférence leurs tirs sont dirigées
sur des villes où les femmes, les enfants et civils risquent d’être atteints.


Dans cette bande de Gaza où sont distribuées des friandises pour célébrer un drame en Israël, où les enfants sont éduqués dans la haine la plus féroce par des maîtres musulmans fanatiques, où les
programmes télévisés exaltant le meurtre des Juifs, où la population a voté unanimement pour le Hamas, où les défilés militaires sont quotidiens avec des volontaires pour devenir
« martyrs », je ne vois pas de « civils innocents » mais des ennemis à éliminer.


C’est pourquoi, j’aimerais que l’on m’explique pourquoi nous avons laissé le temps aux terroristes de Gaza de se procurer ou de fabriquer des milliers de missiles sans intervenir. J’aimerais
comprendre pourquoi encore aujourd’hui nous envoyons par le poste-frontière de la nourriture et des biens d’équipement dans la bande de Gaza.


Pourquoi nous envoyons des centaines de milliers de tracts et d’appels téléphoniques pour dire à l’ennemi d’abandonner ses maisons avant le bombardement.


Si je dois choisir entre le fait de détruire tous les missiles et de laisser vivant ceux qui les envoient, je préfère que les missiles rouillent sur place mais qu’il n’y ait plus personne pour
les manier.


Lorsque les alliés ont voulu mettre un terme à la guerre contre l’Allemagne nazie, ils ont détruit la ville de Dresde. À juste titre. Lorsque les États-Unis ont voulu mettre un terme à la guerre
contre le Japon ils ont détruit Hiroshima et Nagasaki en lançant la bombe atomique. À juste titre. Si nous voulons mettre un terme à la guerre, nous devons raser Gaza.


Gaza doit devenir un champ de ruines d’où ne peuvent sortir que des gémissements.


Si un seul instant, la protection divine et le soutien de notre technologie cessaient de s’exercer, nous aurions à pleurer un véritable désastre. Nous devons considérer ce que l’ennemi a voulu
faire et non pas ce que nous l’avons empêché d’exécuter. Nous devons considérer que les centaines de missiles envoyés sur toute l’étendue de notre territoire ont touché les cibles qu’ils étaient
destinés à toucher. Notre réaction doit être proportionnelle à leur intention et non pas à la réussite de notre défense.


Nos trois jeunes garçons massacrés par les terroristes arabes méritaient une opération militaire immédiate car il était clair, dès le deuxième jour de leur enlèvement, qu’une issue tragique était
vraisemblablement intervenue. Pourquoi attendre ? Pourquoi devons-nous supporter davantage qu’un seul missile sur Israël avant de détruire l’ennemi ? Pourquoi attendre le centième
missile avant de réagir ? Ce qui semble être de la retenue occidentale civilisée pour notre gouvernement, n’est que le signe d’une immense faiblesse pour les Arabes. Nous devons réagir à la
première fusée lancée contre Israël comme s’il y en avait eu 1000. Nous devons réagir aux 1000 fusées lancées contre notre territoire comme si elles avaient toutes touché leur cible.


Nous sommes en guerre contre des barbares et nous devons parler un langage qu’ils comprennent.


Un T-shirt publicitaire résume fort bien la pensée populaire : « Seul D.ieu peut pardonner aux terroristes. Notre mission est de permettre le rendez-vous ! » Notre capacité à
effectuer des frappes chirurgicales est certainement la meilleure du monde. Certainement davantage que celle des avions alliés exécutant les invités d’un mariage en Afghanistan, des hôpitaux en
Serbie ou des emplacements civils à Tripoli.


Mais le problème aujourd’hui n’est plus celui d’une opération chirurgicale mais d’une ablation totale.


Nous payons le prix de notre retrait malheureux de nos soldats de la bande de Gaza, la destruction des maisons juives et de nos synagogues, Nous sommes en guerre contre un État nazi soutenu par
sa population et par une idéologie islamiste criminelle.


Il est évident que nul Juif ne peut se satisfaire de bombarder des hôpitaux. Mais les stocks de fusées sont entreposés dans les mosquées, les hôpitaux, les écoles de l’ONU.


Entre la certitude que ces missiles seront sortis de ces places protégées par nos principes humanitaires et la possibilité qu’elles touchent un enfant en Israël, mon choix est évident. Que soient
détruits leurs hôpitaux, leurs écoles et leurs mosquées mais que soit protégée notre population. Les Gazaouis comprendront rapidement qu’il n’y a plus d’asile pour leurs armes et leurs chefs
cesseront de se servir d’eux impunément comme « bouclier inhumain ».


La condamnation des Nations unies, les cris des gauchistes dans le monde seront les mêmes. Ils montrent les photos truquées de nos destructions, autant en faire de vraies !


Une guerre doit se terminer par une victoire. L’ennemi

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos