Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 11:15

 

Du 25 juillet au 26 août 2011, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2010-2011 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 9e année - Le freudisme hérétique : Otto Gross, Wilhelm Reich et Erich Fromm

__________


24/ ELOGE DE LA PSYCHANALYSE AMERICAINE - 25.08.2011

 

france culture podcasts onfray

"Freud défend sa vision contre une société américaine revendiquant une pluralité des psychanalyses et notamment un droit de regard de la communauté scientifique sur ce métier, qualifié par certains de « charlatanisme freudien »."

Cliquez sur le logo (le podcast pour ceux qui naviguent avec Google) 

 ou  ici (pour ceux qui préfèrent d'autres navigateurs)


conf fr c freud tableauconf fr c detournee-statue liberté

SYNOPSIS :

1./ ELEMENTS DE LANGAGE FREUDIENS

a) Critique de la psychanalyse américaine : chez Freud. On disait qu’elle était  1. Plus efficace  2. Moins chère – gratuite ou remboursée  3. Soucieuse d’effets pratiques concrets

b) Alors que la psychanalyse viennoise :  1. Persistait dans le registre transcendantal  2. Conceptuel  3. Mythologique  4. Lyrique  5. Littéraire  6. Théorétique : sans souci de guérir le patient   7. Tendue vers le progrès de la dite science freudienne.

 

2./ FREUD ET LES AMERICAINS

a) Freud déteste les Américains :  - Bavards  - Hypocrites  - Prudes  - Matérialistes  - Incultes  - Plusieurs fois : « Sauvages » (Lettre à Arnold Zweig, 10 juillet 1935)  - Obsédés par l’argent

b) Le même Freud qui reproche le goût du lucre aux Américains  - Négocie âprement les conditions financières de sa venue aux Etats-Unis  - Université de Clark en 1908

c) A Jones : « A quoi servent les Américains s’ils ne nous rapportent pas de l’argent ? Pour le reste, ils ne sont bons à rien »  - A Rank : « J’ai toujours pensé que l’analyse va aux Américains comme une chemise blanche à un corbeau » (23 mai 1924)  - Même image dans une lettre à Wittels (8 juillet 1928).

d) Freud veut garder la mainmise sur toute la psychanalyse  - Les Américains manifestent une volonté d’indépendance

e) Freud défend la position du chef qui conduit les masses  - Cf. Psychologie des masses et analyse du moi  - Freud leur reproche une passion égalitariste.  - Lettre à  Sandor Rado :  « Les Américains transposent le principe démocratique du domaine politique à celui de la science. Tout le monde doit être président à tour de rôle, personne ne doit l’emporter par le mérite sur les autres ; aussi, tous tant qu’ils sont, ils n’apprennent ni n’accomplissent grand-chose » (30 septembre 1925).


3./ SCIENCE AMERICAINE CONTRE CHARLATANISME FREUDIEN

a) L’ordre freudien :

1. Freud veut l’hégémonie de sa formule sur la planète  - Or une multitude d’autres analystes menace son fantasme impérialiste      - Tout écart doctrinal avec ses thèses = une insulte personnelle, offense privée, casus belli.

2. La rupture avec les analystes américains se fait sur la question de l’analyse profane

3. Freud : l’analyse : une question de pairs qui se cooptent  - Sur le principe du premier moteur immobile  - Cf. rôle de l’auto analyse  - Il est la garantie de ceux qui certifient un semblable  - Après une analyse didactique  - La psychanalyse devient une affaire de famille sur le mode incestueux :      - Est analyste celui dont l’analyste dit qu’il peut l’être.

b) La méthode américaine :  - Différence aux Etats-Unis :  - 12 février 1911,  Abraham Arden Brill fonde la Société Psychanalytique de New York   - Les statuts stipulant, contre Freud :  - Que seules peuvent devenir psychanalystes les médecins  - Pas question, aux USA, d’accepter les gourous, les charlatans, les guérisseurs  - Brill :  « Comme je me sens en quelque sorte responsable de la psychanalyse dans ce pays, je voudrais seulement dire que si la psychanalyse est dans le domaine des troubles  mentaux une découverte aussi merveilleuse que, par exemple, les rayons X en chirurgie, il importe néanmoins qu’elle soit utilisée seulement par des gens compétents ayant reçu une formation en anatomie et en pathologie ».


4./ LA QUESTION DE L’ANALYSE PROFANE

a) Freud publie (1926) La question de l’analyse profane. Entretien avec un homme impartial  - « Profane » = non médecin  - Les non médecins peuvent-ils être psychanalystes ?  - Non seulement, ils le peuvent  -Mais seuls peuvent l’être ceux qui ne sont pas médecins…

b) Texte de circonstance pour défendre Théodore Reik  - Psychanalyste non médecin ayant eu pour patient un américain psychotique,   - Newton Murphy, médecin  - Un patient envoyé par Freud à Reik.  - Qui a porté plainte pour usurpation de qualification médicale

c) Freud défend la psychanalyse :  1. Elle est échange de paroles et rien d’autre  2. Elle n’a pas besoin d’un examen anatomique  3. Elle n’a pas besoin d’instruments médicaux  4. Elle guérit sans prescription médicale

d) La psychanalyse suppose de la part de l’analyste :  1. Une « question de flair » (XVIII.44)  2. Une « certaine finesse d’oreille » (XVIII.44)  3. Freud parle de son « influence suggestive » (XVIII.50)  4. Il affirme que pour le bon fonctionnement de l’analyse, il faut  « une croyance à l’analyste » (XVIII.50)

e) Car la psychanalyse est « un art de l’interprétation » (XVIII.54)  - Inutile de connaître l’anatomie  -(Cf. Emma Eckstein et le ruban de gaze)


5./ REPROCHE FREUDIEN AUX AMERICAINS

1. LE CHARLATAN : 

 - Freud retourne la situation :  - Reproche-t-on aux psychanalystes non médecins d’être des charlatans ?      - Freud définit le charlatan :  - Non comme une personne dépourvue de diplôme de médecin  - Mais comme une personne dépourvue de compétence d’analyste  - Pirouette sophistique :  - « Les médecins fournissent aux charlatans en analyse le plus fort contingent » (XVIII.56)  - Puis il ajoute que le charlatan est moins dangereux en psychanalyse qu’en médecine

2. LE DROIT DE REGARD :

- Freud refuse le droit de regard de la société sur l’activité psychanalytique :  - Peu de lois, voire pas de lois  - Laissez-faire total en la matière  - La psychanalyse n’a de comptes à rendre à personne  - La profession doit faire la loi dans son secteur  - Il étend cette revendication ultra libérale à l’occultisme (XVIII.64)  - Qu’il faudrait laisser tranquille – comme la psychanalyse…

3. LES PSYCHANALYSES

a) Dans une postface à L’analyse profane datée de juin 1927, il enfonce le clou :      - Les Américains croient que la psychanalyse n’est pas la discipline du seul Freud !  - James Putnam, neurologue converti à Freud à 63 ans, acclimate la psychanalyse aux USA,  - Affirme que cette discipline est riche de promesses avec des talents nombreux  - Dont celui de Freud…

b) Jones monte au combat (lettre du 9 avril 1910) :  - « J’ai noté que vous dites : ‘il y a plusieurs méthodes psychanalytiques’ dont une est celle de Freud. Vous devez avoir à l’esprit les diverses manières d’effectuer une analyse psychologique, car il faut donner à Freud la priorité exclusive au moins du mot ‘psychanalyse’, ne serait-ce que pour éviter toute confusion »  - Entre quoi et quoi ? Qui et qui ?

c) Putnam a raison, et Freud tort :  - La psychanalyse est la création d’un intellectuel collectif  - Dans lequel Freud a sa part, mais pas toute la place  - Impossible pour Freud de consentir à cette lecture de la psychanalyse comme  - Discipline dialectique, évolutive

d) Et non comme un catéchisme définitif à réciter.

4. L’INCULTURE AMERICAINE :

a) Freud stigmatise les Américains :  - Il n’y a pas de lieu où l’on enseigne le freudisme  - Les ouvrages de Freud ne sont pas traduits  - Les livres en langue anglaise pêchent par leur complexité  - Le niveau intellectuel des Américains est plus bas que celui des européens  - Ils n’ont jamais le temps, sont toujours pressés  - Ils n’aiment que l’argent  - Ils veulent devenir analystes en 3 ou 4 mois  - Et faire aboutir une analyse dans des temps record

b) En appelle à l’issue de la Première Guerre mondiale :  - Les Américains sont les vainqueurs  - Les Autrichiens, les vaincus  - Fin de la postface : « Peut-être mes lecteurs trouveront-ils que j’ai maintenant dit suffisamment de mal  du pays devant lequel nous avons, au cours de la dernière décennie, appris à nous incliner ? » (XVIII.90) 

c) 1930, Freud rédige une préface à la « Revue médicale des revues »  - Il réitère ses critiques :  1. L’Amérique a de l’argent,  - Mais n’investit pas dans des instituts de formation à l’analyse freudienne  2. La psychanalyse américaine sert à des psychiatres ou à des neurologues  - Mais sans souci du théorétique  3. Elle se moque des problèmes culturels  4. Les psychanalystes ne font pas du freudisme la seule psychanalyse possible  - Ils effectuent des synthèses empiriques impossibles  - Et pensent cet œcuménisme analytique comme une preuve de leur « largeur d’esprit »  - Freud y voit plutôt un « manque de jugement »  5. En un mot : déplore que l’Amérique ne soit pas freudienne

d) Dans les Nouvelles suites des leçons d’introduction à la psychanalyse (1933) :      - « Il n’y a encore que très peu de temps, les médecins d’une université américaine se sont refusés à reconnaître à la psychanalyse le caractère d’une science, en avançant comme raison qu’elle ne permet pas de preuves expérimentales »(XIX.103).  - S’en tire avec une pirouette - Les vérités astronomiques ne permettent pas non plus de preuves expérimentales  - Elles sont pourtant vraies... 


6./ UNE CONTRE-REFORME FREUDIENNE

a) Point de friction entre :  1. Une psychanalyse transcendantale, conceptuelle, idéaliste, philosophique, littéraire, théorétique, viennoise et  2. Une psychanalyse empirique, pratique, thérapeutique, pragmatique, concrète, américaine  1 bis. L’une vise la vision du monde  2 bis.  L’autre le soin individuel.

b) Ce combat oppose Lacan et Fromm : deux façons de se comporter  1ter. L’une, religieuse, extrait une vulgate de textes divers, hétérogènes, contradictoires  - pour un catéchisme.  ° La bureaucratie freudienne  2 ter.   L’autre, dialectique, conserve et dépasse,  - Effectue un droit d’inventaire  - Récuse certaines thèses  - Invite à repréciser certaines thèses   ° La psychanalyse non freudienne dans toute sa vitalité

c) Bilan sur Fromm :  - La mission de Freud (1959)  - La crise de la psychanalyse (1970)

d) Pendant ce temps, Lacan :  - Septembre 1958, Congrès de Barcelone :  - La psychanalyse vraie et la fausse  - Présenté comme « argument d’une communication pour un congrès tenu à Barcelone en septembre 1958 »  - Formule les thèses d’une contre-réforme freudienne :  - « La psychanalyse vraie a son fondement dans le rapport de l’homme à la parole » (Autres écrits, 165) – celle de Freud et la sienne…  - Chez Lacan : religion linguistique structurale  - La fausse psychanalyse : toutes les autres…  -Y compris et surtout celle qui vient de « New York » (170) qui trahit Freud par « son détournement à des fins de suggestion sociale et d’assujettissement psychologique »

e) Le véritable enjeu n’est pas :  1. Paris fidèle à Freud avec Lacan contre  2. New York infidèle à Freud avec Fromm mais  3. Contre révolution freudienne structuraliste :  - Religion du langage avec confinement de l’analyse dans le cabinet privé  contre  - Rituel viennois narcissique et conservateur  -Freud & Lacan  4. Révolution post-freudienne freudo-marxiste  - Théorie militante  - Gauche freudienne révolutionnaire  - Otto Gross, Wilhelm Reich, Eric Fromm.


BIBLIOGRAPHIE :

- Freud, L'analyse avec fin, l'analyse sans fin, OC XVIII, PUF

- Lacan, Autres écrits, Seuil

- Jacques Alain Miller, Jean-Claude Milner, Voulez-vous être évalué ? , Grasset

- Agnès  Aflalo,  L'assassinat manqué de la psychanalyse, préface de Bernard  Henri  Lévy, Editions Cécile Defaut,

L'introduction de la psychanalyse aux Etats-Unis. Autour de James Jackson  Putnam, Gallimard 

- Anne Millet, Psychanalystes, qu’avons-nous fait de la psychanalyse ? , Seuil

Marc  

Partager cet article

commentaires

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos