Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 10:22

 

Du 23 juillet au 24 août 2012, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2011-2012 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 10e année,

Les consciences réfractaires : 

 Georges Politzer, Paul Nizan, Albert Camus et Simone de Beauvoir

_______________


10/ QUESTIONS - REPONSES (2/4) - 03.08.2012

 

___________________________

La réécoute et le podcast de cette conférence « gratuite » ne sont plus disponibles. La diffusion de 15 jours, ce n’était qu’une simple promotion commerciale? Vous êtes «libres» d’y consentir et acheter le produit vendu en coffrets, ou ne pas y céder en tant que consciences réfractaires. :~) 

Je vous propose également de consulter ma note en bas du synopsis, l’article « Tout ce qui n’est pas donné est perdu », ainsi que lire et écouter le propos de Michel Onfray sur la consommation éthique (à partir de la 46ème minute).

_______________________

 

1. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la France a été considérée comme la fille aînée de l’Église. Pour faire un parallèle, est-ce que le Parti Communiste Français n’aurait pas considéré l’Union Soviétique un peu comme la fille aînée de la Révolution Française et de la Commune de Paris? C’est ce qui expliquerait sa fidélité inconditionnelle à l’égard de l’Union Soviétique. (28 min.)

 

2. Selon l’exposé de Michel Onfray sur Paul Nizan, l’angoisse de la mort chez Nizan a fait qu’il s’est réfugié dans la philosophie d’Épicure à la fin de sa courte carrière. L’épicurisme concerne plutôt la vie individuelle, voire étendue à la communauté mais qui reste quand même assez restreinte. Donc, est-ce possible et réaliste de penser l’épicurisme au XX siècle comme une réponse et une solution à des problèmes politiques globaux ? (25 min.)

 

3. Michel Onfray serait-il l’héritier de Camus et d’Épicure? Le point commun et la grande force de ces trois philosophes ne viendraient-ils pas du fait qu’ils soient « fils du peuple« ? (6 min.)

__________________________

 

conf 2012 question-reponse-3

Deux petites minutes durant lesquelles Michel Onfray répond à la deuxième question (à partir de la 46ème minute), c’est du pur bonheur, en résonance et en parfaite adéquation avec ma note à l’attention des internautes, note que je ne cesse de remettre en bas de chaque article depuis le début de la diffusion des conférences de la saison 2012. Je savais bien que je pouvais toujours compter sur Michel Onfray. :~)


Voici donc la retranscription de ses « bonnes paroles » sur le sujet des micro-résistances et micro-rébellions (des mots entre parenthèses viennent de moi, bien évidemment).


conf 2012 consommation-religion dessin« Après tout, la consommation c’est nous. On a un pouvoir formidable, nous les consommateurs. On peut organiser, mettre en réseaux des boycotts, en disant : on n’achète pas ça, parce que ça se produit [ou se vend « gratuitement«] dans des conditions éthiques qui ne nous vont pas. Donc, on se renseigne, on s’informe. Et si tout le monde disait : tel produit [les coffrets CD par exemple] on ne l’achète plus, on va boycotter tel supermarché [ou l’éditeur phonographique] puisque les marges que les distributeurs de supermarchés font en exploitant les paysans [ou les auditeurs], c’est inadmissible. Plutôt que de dire: je mets ma salade dans mon truc parce que je n’ai pas le temps etc., non! on organise ça en disant : on n’achète pas! [on enregistre!] Vous allez voir qu’à ce moment-là le petit peuple organisé, ses micro résistances vont pouvoir générer des macro résistances et vont raisonner le géant Gulliver, car quand on frappe au portefeuille, il commence à entendre. Et pour le coup, le grand distributeur va se dire : il faut qu’on fasse autrement [il faut peut-être qu’on change de méthodes ; les « menaces« , la suffisance, l’ignorance ou la délation, c’est pas bien, pas bien du tout] parce que effectivement, l‘argent ne rentre plus dans les caisses. Donc, je crois à des politiques concrètes, incarnées, pas idéales. Cela n’empêche pas l’idéal, il en faut, un idéal de fraternité, de solidarité, de partage [des enregistrements, CD], de communauté. Mais en même temps, il faut donner une formule concrète à ces idéaux-là et plutôt qu’attendre que ça nous vient du ciel, du parti, d’un homme providentiel [fils du peuple ou de Dieu], que ça vient d’ailleurs, mais pas de nous, il faut arrêter ça et se dire : si chacun déjà faisait ce qu’il croit bon, alors ça changerait déjà pas mal autour de soi. Faisons des révolutions moléculaires! »

Et n’oublions pas que tout ce qui n’est pas donné est perdu.

      _______________________

 

Voir : Le résumé du cycle de vingt-cinq conférences, l’été 2012 

 


 

Chers internautes,


L’année dernière, nous étions fidèles au poste, et chaque jour pendant un mois, nous donnions bénévolement de notre temps et de notre énergie pour mettre à votre disposition sur ces pages : un lien vers France Culture, un podcast et un synopsis du cours. Cette année, j’ai décidé de renouveler l’expérience espérant tenir la cadence (mes « coéquipiers » sont les bienvenus pour prendre la relève).  

Pourquoi? Parce que ces conférences sont toujours passionnantes, contrairement à certaines interventions médiatiques de Michel Onfray, et j’aimerais qu’elles puissent être écoutées par toute personne susceptible de s’y intéresser, sans restriction aucune. Et enfin, je le fais pour remercier chaleureusement monsieur Patrick Frémeaux, grâce à qui je suis devenue un peu plus lucide.

 

Michel Onfray n’oublie jamais de souligner, lors de chacune de ses interventions, que ses cours à l’Up de Caen sont gratuits et accessibles à tous. Et c’est vrai. Ceux qui assistent aux séminaires en direct, au théâtre d’Hérouville-Saint-Clair chaque lundi, ne payent pas de billets d’entrée, bien évidemment. Ces cours sont ensuite diffusés gratuitement sur France Culture au mois d’août, l’auditoire devient encore plus large, et c’est tant mieux. 

Mais la gratuité et le bénévolat s’arrêtent là, et les enjeux financiers commencent. Jusqu’à l’année dernière, les conférences étaient disponibles pour les retardataires pendant six mois sur le site de l’émission de France Culture. A partir de cette année, « pour des raisons de droits de diffusion et d’utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro […] sera podcastable et réécoutable uniquement pendant 15 jours ». Après, ces conférences seront vendues en coffrets d’une valeur d’environ 80 euros chacun par l’éditeur phonographique de Michel Onfray. 

 

Jusqu’à l’année dernière, j’étais l’une de ces personnes qui achetaient les conférences « gratuites ». C’est moi, vous, c’est nous qui engendrons les bénéfices des ventes. Nous finançons qui, quoi?

Peut-être grâce à cet argent, les subventions publiques allouées à l’université populaire - subventions parfaitement légitimes et nécessaires bien évidement, mais insuffisantes, subventions fragiles que la folle et avide secte freudienne a voulu faire disparaître il y a deux ans - ont été augmentées et ont permis d’élargir les activités éducatives et culturelles de l’Up, stimulantes pour toute la région, suivies au niveaux national et international ; je l’ose espérer… 

Peut-être le train de vie de Michel Onfray - confortable et sans soucis financiers, parfaitement mérité - en dépend. C’est possible, mais il me semble que le philosophe est plutôt à l’abri du besoin, et d‘autre part, l’argent n’est absolument pas sa motivation première, c’est un homme passionné par son travail, son rapport à l’argent est très sain, il le répète souvent et je ne doute pas de sa sincérité : l’argent est là, c‘est très bien, il n’est pas là, c‘est très bien aussi. 

 

Que finançons-nous donc en achetant les fameux coffrets et qui tient à ces « droits de diffusion « au point de modifier la durée des podcasts et de la réécoute d’une émission sur France Culture? Je n’en sais rien.

S’il y a une chose dont je suis sûre, c’est que les gens qui achètent ces coffrets ne sont pas forcement les plus aisés, au contraire,  parfois cet achat « superflu » représente un effort budgétaire conséquent. Je sais également que des conférences vraiment gratuites existent, si vous vous en souvenez, Constance avait déjà parlé du Pharmakon de Bernard Stiegler dans l’un de ses commentaires. J’aimais bien aussi la position du philosophe voyou Olivier Saint-Vincent concernant ses propres diffusions, qu’il avait exprimée dans un courriel, mais je ne peux pas tout répéter. :~) 

Et si vous utilisiez votre esprit critique envers tout le monde sans exception comme nous l’apprend si bien Michel Onfray… Vous pouvez donc vous abonner aux podcasts des conférences sur le site de France Culture (j’ai inséré le lien dans le titre de la conférence), les enregistrer tout à fait légalement et conserver dans vos documents dans votre ordi, transférer sur la clé USB, graver… Vous pouvez ensuite les prêter à des amis, envoyer  par courriel… Se débrouiller, s’entraider, créer des micro-résistances… Ça vous dit quelque chose? … 

Vous pouvez également les acheter, si vous en avez toujours envie. 

Bonne écoute!

Ewa  - anarchiste anonyme, en association avec l’arrière-grand-père Démocrite, des pervers hérétiques freudiens et des consciences réfractaires


Partager cet article

commentaires

Ewa 06/08/2012 15:35


Je dois être une vraie force retardatrice. Je viens enfin de comprendre à quoi ressemblent les fameuses voitures de Perpignan, où on « entre-écoute » Michel Onfray.  



Melilotus 05/08/2012 21:17


Bravissima Ewa !


Tante grazie ,


ciao!


j.

Ewa 05/08/2012 20:26


Mais vous, Fellwa, vous êtes un vrai accélérateur. J’ai beaucoup ri. Merci. :~)


 

Fellwa 05/08/2012 19:27


quel retardateur ce Fellwix !

Ewa 05/08/2012 14:11


Merci d’avoir pris la peine d’écrire ces quelques mots, Félix. :~)

Lix 05/08/2012 07:36


Bonjour Ewa, quel plaisir de savoir que des personnes comme vous s'éforcent de lutter pour la gratuité, et de surcroît cette culture et philo si indispensable. Croyez moi que ce n'est pas en
vain. J'ai entre-écouté M. Onfray sur Nizan dans la voiture, et à ma grandre frustration n'ai pu entendre que 10 minutes de son intervention. Et PAF! Je cherche et je tombe chez vous. Merci
encore.


Félix (Perpignan).


 

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos