Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 23:10

 

 

Du 29 juillet au 28 août 2013, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2012-2013 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 11e année,

L'autre pensée 68 :

Henri Lefebvre, Herbert Marcuse, Guy Debord et Raoul Vaneigem. 


_________________________

 

 12/ HAINE DE LA DEMOCRATIE - 13.08.2013

 

 

 

  • Vous pouvez podcaster les conférences sur le site de l’émission, les archiver, prêter à vos amis.  "Pour des raisons de droits de diffusion et d'utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro de cette onzième saison sera podcastable et réécoutable pendant 15 jours" - nous informe France Culture. 
  • Chers internautes, n’oublions pas que les conférences à l’Up de Caen sont constamment présentées comme GRATUITES ! Ne les achetons donc  pas ! Ne remplissons pas les poches de Frémeaux & Associés ! Ne soyons pas des CON-SOMMATEURS !

      ________________________________

 


 onfray_conferences_2013_Marcuse-micros-medias.jpg

 

PREMIERE PARTIE: LA TOLÉRANCE RÉPRESSIVE

 

1./ CONTRE LA TOLERANCE

a) La tolérance répressive (1965)  • Professeur à l’université de Californie  • Collectif, sous le titre Critique de la tolérance pure  • En finir avec la tolérance, instaurer l’intolérance  • Justifier et légitimer la violence révolutionnaire  • Extrême violence contre la démocratie  • Tendresse pour Castro & Mao qui ont contribué au « progrès de la civilisation » (39)

onfray conférences 2013 marcuse tolerance repressiveb) Cite Orwell sur la perversion du langage  • En régime totalitaire : on utilise un mot pour dire le contraire :  - On veut la paix, mais on prépare la guerre  • Cite la préface de Sartre aux Damnés de la terre « Il faut tuer: abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre » (29)...

c) L’intolérance : du côté des démocraties  • Herbert Marcuse parle de « démocratie totalitaire » (31)  • Leur tolérance n’est que formelle  • On la croit vertu qui libère  • Elle est vice qui opprime

d) Il existe des libertés de se rassembler, de penser, de s’exprimer, des libertés d’opinion  • Mais ce sont des fictions  • Elles permettent à la société de laisser croire qu’elle offre des libertés  • Mais qui ne débouchent sur aucun effet concret

e) Les gouvernements ne tolèrent que ce qui ne les met pas en péril  • Herbert Marcuse : ne pas tolérer ce qui ne tolère pas l’action révolutionnaire   « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté »...  • Cf. « Il est interdit d’interdire »...

f) Contre la « tolérance abstraite » dite « tolérance pure » :  • Elle tolère tout et son contraire :  - Droite & gauche, agression & paix, haine & humanité

g) La tolérance doit se pratiquer en regard de « la vérité objective » (21).  • Cette vérité objective permet de réaliser :  - Un monde sans violence, sans guerre, sans exploitation, sans agressivité  • Elle permet de réaliser le « progrès de l’humanité » identifié au marxisme  • Bien et mal se pensent en fonction des fins.


2./ ELOGE DE LA VIOLENCE

a) Pour en finir avec la violence, il faut actualiser la violence...  • Justifie les « moyens non démocratiques » : « Retirer la liberté de parole et de réunion à des groupements et mouvements qui prêchent une politique d’agression, d’armement, de chauvinisme, de discrimination raciale et religieuse, ou qui s’opposent à l’extension des services publics, de la sécurité sociale, de l’assistance médicale, etc »...  • Interdiction de toute recherche scientifique qui ne vise pas le progrès  • Supprimer la liberté d’expression, de réunion, pédagogique, de recherche scientifique  • Instaurer la « censure » (43)  • Qui interdira ?  • Des minorités combattantes, dispersées, invisibles

b) Contre la violence des démocraties:  • Mauvaise violence réactionnaire : violence des oppresseurs  • Elle vise sa perpétuation  • Journaux, médias, société de consommation, industrie, armement, guerre, publicité, mode

c) Pour la violence libératrice :  • Elle vise son abolition  • Bonne violence libératrice  • Sartre, Mao, Castro, Fanon : violence des opprimés « Si l’on considère le rôle historique de la violence, alors il existe vraiment une différence entre la violence révolutionnaire ou réactionnaire, entre la politique pratiquée par les opprimés ou par les oppresseurs. Au regard de l’éthique toutes deux sont inhumaines et mauvaises. Mais depuis quand l’histoire obéit-elle aux règles morales ? » (35)


3./ PLAIDOYER POUR LA CENSURE

a) La situation, exceptionnelle, justifie : « Une suppression exceptionnelle de la liberté de parole et de réunion » (39).

b) Au nom de la tolérance  • On dit n’importe quoi dans l’art  • Art, non-art, anti-art sont à égalité  • Styles, tendances, écoles se mélangent

c) L’art véritable proteste contre l’ordre établi  • Il perd sa force subversive en régime démocratique

d) Débats pipés dans les médias  • Les meneurs des débats travaillent dans des supports qui défendent l’ordre économique  • La cause rebelle est digérée par les médias  • Dans les débats, « une opinion stupide a droit au même respect qu’une pensée intelligente, celui qui est insuffisamment informé peut parler aussi longtemps que celui qui est bien informé, propagande et éducation, mensonge et vérité vont de pair. Pour justifier le fait de tout tolérer, on recourt à l’argumentation démocratique, selon laquelle personne, ni groupe, ni individu, ne possède la vérité et ne se trouve en mesure de distinguer le vrai du faux, le bon du mauvais » (26).

e) Plaide pour une aristocratie éclairée

f) Eloge de la censure « dirigée contre la censure plus ou moins cachée qui pénètre les libres medias » (43).


4./ POST-SCRIPTUM 1968

a) Herbert Marcuse en appelle à l’action « des minorités intolérantes, dans leur combat, et désobéissantes aux règles de conduite qui tolèrent la destruction et l’oppression » (55).

b) S’appuie sur « un droit naturel de résistance par les minorités opprimées, écrasées, selon lequel elles pourraient recourir à des moyens extralégaux, dès que les moyens légaux ont révélé leur inefficacité » (48).  • Herbert Marcuse ne croit pas aux moyens légaux, dirigés et contrôlés par le système

c) En appelle au déclenchement, par une minorité, d’une révolution qui s’appuierait sur  • L’intolérance, la censure, l’interdiction et la violence.

 


DEUXIÈME PARTIE: MARCUSE, PRODUIT PAR « MAI 68 »


onfray conf.2013 marcuse tribune

 

TROIS GENEALOGIES DU MYTHE MARCUSE

a) « Mai 68 » a plus fait Marcuse que Marcuse n’a fait Mai 68

b) Confidentiel avant Mai :  • Seuls sont traduits:  - Le marxisme soviétique   Eros et civilisation (1963) - (2000 exemplaires)

c) Après Mai, les traductions s’enchaînent :   L’homme unidimensionnel   Raison et révolution   La fin de l’utopie   Critique de la tolérance pure   Vers la libération

d) Dans Alain Shnapp et Pierre Vidal-Naquet, Journal de la commune étudiante  • Marcuse apparaît 4 fois dans les 1000 pages de tracts, affiches, textes  • Les références ne sont pas toutes positives...


UN : LE NOUVEL OBSERVATEUR

a) « Luttes étudiantes, luttes ouvrières » paru dans Avant-garde jeunesse (JCR) 18 mai  68 :  • Selon ce journal, le mouvement a été étudiant et ouvrier   «Contrairement aux allégations du Nouvel Observateur, l’idéologie marcusienne ne joue qu’un rôle secondaire » (316-317).  • Mai 68 marcusien : une thèse de journaliste

b) En Mai, Marcuse se trouve en France par hasard  • Pour un colloque sur Marx et Malthus  • Organisé par Alfred Sauvy à l’UNESCO pour les 150 ans de Marx  • On a invité le professeur américain d’une université californienne

c) Eric Fromm participe à ce colloque,  • Avec ce texte : La contribution de Marx à la connaissance de l’homme  • Marx en colloque n’est pas Marx dans la rue

d) Herbert Marcuse a parlé :  • Des proscrits des ghettos américains  • Des étudiants sans statut social  • Des marginaux des sociétés industrielles  • Comme ferment des révolutions à venir  • Le prolétariat n’est plus le déclencheur de la révolution


DEUX : ELKABBACH

Claude Dupuydenus, son assistant, raconte :

Herbert Marcuse. Vertu de l’obstination : «C’est Jean-Pierre Elkabbach qui a sauvé Marcuse de l’emprise incroyable des journalistes pour le ramener à son hôtel au calme, il venait de publier L’Homme unidimensionnel en 1964 et le succès en librairie était devenu subitement tout aussi incroyable. Mais, chemin faisant avec Elkabbach, à son étonnement, il est à nouveau reconnu : il est invité à dire un mot en pleine assemblée générale aux Beaux-Arts. Dans l’assemblée se trouvent des maoïstes pas très friands des idées développées par Marcuse ; enfin tout se passe bien, Marcuse fait une adresse en français et la vie continue. Cette agitation autour de Marcuse laisserait penser, complètement à tort, qu’il a été la cause principale de Mai à Paris en 68... Autant se demander si les journalistes et les paparazzi ne feraient pas l’histoire ».


TROIS : L’HUMANITÉ

a) Marchais, N° 2 du PCF (derrière Waldeck-Rochet alors malade)  • Article : « De faux révolutionnaires à démasquer » : « Un des maîtres à penser des gauchistes est le philosophe allemand Herbert Marcuse qui vit aux Etats-Unis. Ses thèses peuvent être résumées de la façon suivante : les partis communistes ‘ont fait faillite’, la bourgeoisie a ‘intégré la classe ouvrière qui n’est plus révolutionnaire’, la jeunesse surtout dans les universités ‘est une force neuve, pleine de possibilité révolutionnaire’ elle doit s’organiser ‘pour la lutte violente’. Bien entendu, les adeptes de Marcuse, chez nous, doivent tenir compte de la force, de l’influence du Parti Communiste Français et de la combativité de la classe ouvrière. Mais tout en y mettant des formes, ils portent leurs coups contre notre parti - et la CGT- et cherchent à mettre en cause le rôle fondamental de la classe ouvrière dans la lutte pour le progrès, la démocratie, le socialisme ».

b) Thèses du PCF :  • Cohn-Bendit :  -Juif allemand qui favorise les provocations fascistes  • Mai 68 :  - « Élucubrations » pseudo-révolutionnaires  - Agitations qui servent le pouvoir gaulliste au service du grand capital  • Marcuse : compagnon de route de l’anti-communisme gaulliste..  - Marcuse juif, allemand, américain, gauchiste, gaulliste...

 


TROISIÈME PARTIE: MAI 68 SELON MARCUSE

 

a) Vers la libération. Au-delà de l’homme unidimensionnel (1969)  • Livre écrit avant mai  • Reprend les thèses de Marxisme soviétique  • Intègre les luttes Viet-Mîn, Cubaines, Chinoises qui témoignent du « Grand Refus » (8)

onfray conférences 2013 Marcuse-Herber Vers-La-Liberation-b) Mai 68 associé à ce Grand Refus: « L’opposition étudiante prend de plus en plus d’ampleur, tant dans les vielles nations socialistes que dans les pays capitalistes. En France, pour la première fois, elle a défié un régime qui déployait contre elle toute sa puissance, retrouvant, pour une courte période, le pouvoir libertaire des drapeaux rouges et noirs; qui plus est, elle a démontré la possibilité d’élargir la base révolutionnaire, et ce n’est pas une répression temporaire qui pourra renverser cette tendance » (9).

c) Mai 68 a changé la donne : il annonce « la contestation permanente » (11)  • On ne cherche plus:  -L’augmentation de la productivité  - L’accroissement du niveau de vie  • On veut :  - La solidarité concrète  - La fraternité universelle  - L’abolition de la misère  - De la pauvreté  - La paix sur toute la planète  - Une autre vie  - La libération, la liberté  • On ne veut plus:  - L’appropriation collective des moyens de production  - La dictature du prolétariat  - La société productiviste  - La religion du travail  - L’abdication du subjectif au profit du collectif

d) Fin du modèle marxiste dit scientifique  • Avènement de l’utopie :  • Mettre Eros au centre du dispositif politique

e) Abolir la pulsion de mort :  • Capitalisme  • Publicité  • Pornographie  • Guerre  • Consommation  • Télévision  • Religion

f) Réaliser pulsion de vie :  • Rendre le travail attractif  • Viser le loisir intelligent  • Imagination créatrice  • Art libérateur  • Science artiste  • Technologie émancipatrice  • Esthétique généralisée  • Vitalisme exacerbé  • Vie transfigurée  • Langage nouveau  • Souci écologique  • Urbanisme révolutionné  • Perception nouvelle  • Sensibilité révolutionnée

g) Elargir le savoir aux connaissances pratiques:  • Travailler à l’avènement d’un « enseignement libre et critique » (118)  • Incorporer « aux programmes des cours qui étudieraient de façon pertinente les grands courants non conformistes de notre civilisation et l’analyse critique des sociétés contemporaines » (118).   • Contre le savoir théorétique, un savoir politique.

 


QUATRIÈME PARTIE: LA VIOLENCE CONCRÈTE


onfray conférences 2013 marcuse revolutiona) Avant Mai, l’université est le lieu de la reproduction sociale  • Pendant Mai : saccage  • En vertu du principe marcusien du principe de « régression infantile »   Vers la libération « Le moteur du mouvement, c’est le refus de devenir mûr et adulte, le refus d’adopter un comportement efficace et normal dans et pour une société qui contraint la grande majorité de la population à gagner sa vie par des travaux stupides, inhumains et inutiles » (119).  • Contre le sérieux : satire, ironie, provocation moquerie, parodie

b) Insultes, les attaques ad hominem, happenings.

Daniel Cohn-Bendit :  « Que l’anecdote complaisamment répandue de l’anarchiste prêt à uriner sur la flamme soit véridique ou non ne change rien au fond : la provocation est ressentie comme une profanation. Les propos ultérieurs de Daniel Cohn-Bendit (« A Paris, nous nous sommes dirigés vers l’Arc de Triomphe parce que c’est un monument con. Le drapeau tricolore est fait pour être déchiré ») (...) aggravent le sacrilège par l’offense « allemande » faite à la Patrie et à ses morts »  extrait : Frank Georgi, Le pouvoir est dans la rue. 30 mai 1968. La « manifestation gaulliste » des Champs-Élysées, Vingtième siècle, 1995, vol. 48, p. 51.

Jean Vilar, Avignon, juillet 68.  a) Living Theatre sur la grande scène  • Vilar se fait agresser : « Vilar, Béjart, Salazar »...  b) Carnets de Vilar :  • A propos des jeunes: « Les mots que la révolte de Mai vous a appris et que vous ne faites que répéter comme esprits demeurés. Vous n’êtes que des hurleurs, des tapageurs de nuit, des fils de famille qui allez chercher le mandat paternel et hebdomadaire au bureau de poste ».  c) Living Theatre, en pointe de la contestation, quitte le festival le 31 mai  • A empoché le prix de 12 représentations pour 5 jouées.  d) Vilar part se reposer à Sète  • Il est victime d’un infarctus.

• Ricoeur :  a) Avril 1969, Doyen de Nanterre  • Des maos l’arrachent à son bureau, le traînent devant un tribunal   b) Procès « révolutionnaire »  • On lui demande ce qui justifie qu’il soit professeur  • Répond avec calme   c) Graffitis insultants  • On lui crache au visage   d) Une vingtaine d’étudiants le coursent et lui versent une poubelle sur la tête  • Le normalien maoïste devient professeur  • Présente ses excuses lors d’un jury de thèse en 1991.7

• Adorno :  a) Soutien des étudiants et de leur cause  • Critique les hiérarchies autoritaires  • Aspire au changement d’université  • Dénonce la nature répressive du code pénal en matière de sexualité   b) Conférence sur le classicisme de Goethe à l’université de Berlin   c) Etudiants avec banderole  • Lui reprochent de recourir à une formule d’Horkheimer  • Sur le danger de l’activisme violent des étudiants  • Qui risque de tourner « au fascisme de gauche ».   d) A l’été 1967, Adorno écrit à Marcuse :  • Certains de ceux qui se réclament de moi ont tendance « à synthétiser leur genre de praxis avec une théorie qui n’existe pas, et ce qui pointe le bout de l’oreille, c’est un décisionnisme qui rappelle l’horreur » (Stefan MüllerDoohm, Adorno, 467).  • De plus en plus d’hostilité en public.  • 9 mai 1968, à Peter Szondi : « J’ai seulement à dire que les histoires des étudiants me sortent par les yeux. (...) Nous avons de plus en plus l’impression d’être de simples figures servant à leurs manipulations (...). Meurtre du père avec bref sursis » (id. 468). En fait, le refus d’être mûr et adulte présenté par Marcuse comme la généalogie d’une nouvelle civilisation, montrait toute sa puissance...

 

      4/5. Interview de Herbert Marcuse (1898 - 1979) le 11/11/1976.


BIBLIOGRAPHIE :

• Marcuse, Vers la libération, Denoël Gonthier

• Marcuse, Critique de la tolérance pure, EditionsJohn Didier

• Alain Schnapp, Pierre Vidal-Naquet, Journal de la Commune étudiante, Seuil

• L'insurrection étudiante, 10/18

• Voltaire, Traité sur la tolérance, Garnier Flammarion

• John Locke, Lettres sur la tolérance, Garnier Flammarion

 

Partager cet article

commentaires

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos