Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 10:48

 

 

Du 29 juillet au 28 août 2013, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2012-2013 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 11e année,

L'autre pensée 68 :

Henri Lefebvre, Herbert Marcuse, Guy Debord et Raoul Vaneigem. 


_________________________

 

 17/ DEBORD AVANT MAI - 20.08.2013

 

  • Vous pouvez podcaster les conférences sur le site de l’émission, les archiver, prêter à vos amis.  "Pour des raisons de droits de diffusion et d'utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro de cette onzième saison sera podcastable et réécoutable pendant 15 jours" - nous informe France Culture.
  • Chers internautes, n’oublions pas que les conférences à l’Up de Caen sont constamment présentées comme GRATUITES ! Ne les achetons donc  pas ! Ne remplissons pas les poches de Frémeaux & Associés ! Ne soyons pas des CON-SOMMATEURS !  

      ____________________________________

 

SYNOPSIS

 

onfray conf.2013 debord aubervilliers

 

1./ DEBORD AVANT MAI

a) Une vie de charivaris de potache plus que de révolutionnaire  • En 1954, N°1 de Potlatch, cite Saint-Just, fait l’éloge de la Terreur  • Mais vit une existence de potache attardé

b) Dans cette revue qui parait vingt-sept fois entre juin 1954 et novembre 1957,  • Éructe contre toutes les valeurs du moment :  - Aragon, Mauriac, Claudel, Camus, Sartre, Beauvoir, Le Corbusier, Léger, Genet, Duvivier, Sagan, Fellini, Malraux, Artaud, Adamov, Ionesco, Gide, Guillevic, Queneau, Gracq, Michaux, Robbe-Grillet, Prévert, Char.  - « Devons-nous considérer Picasso et Clouzot, d’un point de vue moral, comme de tristes charognes bonnes à porter à quelque équarrissage ? » (195).

c) 1958, Mémoires, un livre expérimental  • Couverture en papier de verre,  • 72 pages de collages, de citations, sans aucune ligne signée de sa main...

d) Avril 1959, tournage d’un deuxième film : « Sur le passage de quelques personnes dans une assez courte unité de temps »

 

 

e) Septembre-octobre 1960, troisième film, « Critique de la séparation ».

 

 

f) Livre expérimental, cinéma avant-gardiste, vie de bohème d’un esthète entretenu par son épouse, animateur de revues confidentielles.


2./ AVEC ET CONTRE HENRI LEFEBVRE


onfrau conférences 2013 Henri-Lefebvre3onfray_conf.2013-debord-cinema.jpg

 

a) Se fait réformer pendant la Guerre d’Algérie (25 ans)  • Asthme chronique, myope, maladroit

b) 15 octobre 1957 :  • Remarques sur le concept d’art expérimental - 17 exemplaires

c) 10 octobre 1958 :  • Grâce à Michèle Bernstein (amie avec sa femme), rencontre Henri Lefebvre  • Henri Lefebvre vient de quitter le PCF après 30 ans de militantisme

d) Guy Debord aime chez lui sa critique de la vie quotidienne  • Son souci d’incarner la révolution dans la vie  • La construction de « moments »  • Marxisme hétérodoxe à partir du jeune Marx  • L’association Hegel, Nietzsche, Marx  • L’éloge de la Commune  • La révolution pensée comme une fête  • Le critique de l’urbanisme tentaculaire des villes du libéralisme

e) Henri Lefebvre enseigne la sociologie ; Guy Debord assiste à des cours  • Cohn-Bendit, Vaneigem, Baudrillard,

f) Vont à Navarrenx, s’arrêtent à Lascaux, boivent, marchent en forêt.


3./ CRITIQUE DE LA VIE QUOTIDIENNE

• Sur demande de Henri Lefebvre, Guy Debord prépare une intervention  • A Maurice Wyckaert (4 février 1961) :  - « On prépare un coup terrible pour les sociologues » (Cor. II.70).  • Le 17 mai, conférence enregistrée sur magnétophone « afin de rompre avec les apparences de la pseudo collaboration, du dialogue factice, qui se trouvent institués entre le conférencier « présent en personne » et ses spectateurs » (I.S. N° 6).  • Séminaire au Centre d’Etudes sociologiques du CNRS  • Debord est dans la salle, Baudrillard aussi.  • Titre : « Perspectives de modification consciente de la vie quotidienne »  • Debord remarque :  • Dans ce centre de Recherche on n’a rien trouvé, mais ne s’en étonne pas  • L’objet vie quotidienne semble un artefact pour les participants au séminaire  • La catégorie d’intellectuels ne s’estime pas concernée par la trivialité de cet objet  • Une critique de la vie quotidienne digne de ce nom doit déboucher sur la révolution de la vie quotidienne  • Seule la vie quotidienne est réelle  • La pauvreté de celle-ci procède de l’organisation de la société en classes  • La société imprime dans la vie quotidienne la marque de son essence :  • La privation de liberté  • « La vie quotidienne est ainsi vie privée, domaine de la séparation et du spectacle » (23)  • Les techniques modernes (art ménager, télévision, téléphone, magnétophone, disques, avion...) modifient la vie quotidienne dans le sens de l’ordre du capitalisme moderne,  bureaucratisé  • La ville joue un rôle de transformateur de l’individu en spectateur passif et aliéné  • Abolir la misère par une révolution réinventée  • Les gens sont privés de leur vie, séparés d’eux-mêmes, interdits de communication  • L’art moderne procède de la destruction des valeurs et du nihilisme de l’époque  • La vie des gens n’a pas changé en Union Soviétique où l’aspiration à consommer est devenue manifeste  • La Révolution de la vie quotidienne est la seule :  • Elle proposera :  - Une autre façon d’occuper le temps,  - Une configuration inédite dans laquelle le présent domine le passé,  - Un monde inconnu dans lequel la créativité remplacera la répétition,  - « Un comportement expérimental » (27) dans les villes.  • Ainsi, l’art se réalisera, la politique aussi :  - Le premier cessera d’être marchandise  - La seconde d’être légitimation du spectacle.


4./ DEBORD VS LEFEBVRE

a) Dans Introduction à la modernité :  • Henri Lefebvre s’enthousiasme des idées de cette nouvelle génération (mai 62).  • Il a 30 ans de + que Guy Debord

b) Dans l’Internationale Situationniste n°8 (janvier 1963) : « Renseignements situationnistes » :  • Guy Debord ne veut pas être assimilé à la jeunesse  • Refuse d’être présenté comme la force de l’avenir  • Refuse la comparaison avec un groupe oppositionnel de jeunes soviétiques

c) Guy Debord accuse Henri Lefebvre de plagiat des thèses situs sur la Commune  • Alors qu’il est contre le copyright et pour la diffusion la plus large possible  • Dans Aux poubelles de l’histoire ! Henri Lefebvre se fait insulter

d) Les vraies raisons de la rupture :  • Dans une lettre à Béchir Tlili (14 mai 1963) :  • Henri Lefebvre,  - se dit révolutionnaire & il enseigne à l’université  - Se proclame communiste & travaille au CNRS  - Se présente en disciple de Marx & fréquente l’intelligentsia  - Puis bénéficie des faveurs de la critique  • Guy Debord : «Nous aurons naturellement tous les inconvénients (mais aussi les avantages « créatifs ») de ne pas être des penseurs garantis par l’Etat » (Cor. II.230).

e) Si Guy Debord a été influencé par Henri Lefebvre  • Avec Aux poubelles de l’histoire ! on ne pourra plus le dire  • Puisque Guy Debord affirme l’inverse : Henri Lefebvre l’a plagié...


5./ POLITIQUE DE DEBORD (I)

a) Trajet sinueux :  • Se moque de la politique, du prolétariat, de la révolution  • Pour ne se soucier que d’avant-garde esthétique, de cinéma discrépant, de provocation  • Création de l’Internationale Situationniste en 1957  • La politique comme horizon lointain  • L’avant-garde esthétique remplace l’avant-garde du prolétariat


onfray conf.2013 a-la-bnf-guy-debord-n-est-pas-tout-a-fait-onfray conf.2013-debord Socialisme-ou-barbarie-1-couverture

 

b) Adhère à « Socialisme ou Barbarie » à l’automne 1960  -Y reste jusqu’au 22 mai 1961  • Participe aux réunions de groupe dans un café de la Bastille  • Vient aux comités de rédaction de la revue  • Participe à un voyage collectif en Belgique pour s’informer sur les grèves  • Contribue à la rédaction d’une brochure sur le sujet

c) Michèle Bernstein nie l’adhésion...

d) Bénéficie de l’aura lettriste  • Fascine quelques jeunes plus intéressés par l’art que la politique  • Fédère autour de lui  • Castoriadis parle d’un « groupe Dadao-clochard » (Gottraux, 225).  • Démission de Guy Debord  • Paie sa cotisation du mois en cours  • Annonce une lettre de démission qui ne viendra pas.


5’./QU’EST-CE QUE « SOCIALISME OU BARBARIE » ?

a) Un groupe (1949-1967) de gauche critique à l’endroit  • Du marxisme soviétique  • De l’URSS  • De la bureaucratie du mouvement ouvrier  • Du stalinisme

b) Critique le régime colonial français  • Prend parti pour l’indépendance algérienne

c) Défend le pouvoir des Conseils Ouvriers  • Sa revue « Pouvoir Ouvrier » déplore le silence de la gauche sur la question algérienne  • Défendent la guerre d’indépendance,   • Mais pas le FLN auquel ils reprochent :  • Son caractère bureaucratique, hiérarchisé, réactionnaire, terroriste  • Sa destruction des messalistes  • Guy Debord défend le FLN et l’Internationale Situationniste aussi  • Signe le « Manifeste des 121 » en septembre 1960.


6./ POLITIQUE DE DEBORD (II)

• C’est la fréquentation de Sartre ou Beauvoir qui infléchit politiquement l’Internationale Situationniste  - Mais Guy Debord récuse l’influence...

• Signes de cette influence :

• Dans l’Internationale Situationniste (décembre 1960) :  - Eloge signé Guy Debord des analyses de Castoriadis sur la marchandise

• Dans l’Internationale Situationniste (août 1961), Instructions pour une prise d’armes :  - Aveu que le situationnisme doit passer :  - Du souci de l’avant-garde culturelle à celui de la politique concrète

• Guy Debord se réjouit de l’émergence du courant radical « qui se groupe actuellement d’abord sur le mot d’ordre des Conseils de Travailleurs ».

Socialisme ou Barbarie est cité dans le texte.

• Dans l’Internationale Situationniste (août 1964)   a. Rupture avec Castoriadis:   b. Guy Debord écrit de Sartre ouBeauvoir :  - « Politiquement, c’est l’expression de la frange la plus gauchiste et la plus fantaisiste de ces managers et cadres moyens de la gauche qui veulent avoir la théorie révolutionnaire de leur carrière effective dans la société, et aussi bien la carrière sociale ouverte à une telle ‘théorie révolutionnaire’ » (34).  - En décembre 1960, le Conseil Central de l’Internationale Situationniste « a décidé que toute personne qui collaborera à la revue Arguments à partir du 1° janvier 1961 ne pourra en aucun cas être admise, à quelque moment de l’avenir que ce soit, parmi les situationnistes » (I.S. n°5).   c. Dans une lettre aux participants à la conférence nationale de Pouvoir Ouvrier :  - « Dans le spectacle Pouvoir ouvrier, il y a donc des vedettes – dont plusieurs me paraissent fort intéressantes, inutiles de le rappeler. Le regrettable, c’est que leur relation avec les spectateurs qu’elles ont attirés (et même sur les points où elles entretiennent un accord précis avec tel de ces spectateurs) reste très secondaire par rapport au jeu entretenu entre elles, et indéfiniment répétable. Leur opposition spectaculaire n’étant jamais sanctionnée par rien, les vedettes ne se convainquent jamais l’une l’autre : elles se neutralisent jour après jour. De sorte que l’intervention des spectateurs, même dans le cas optimum où elle est authentifiée par la médiation d’une vedette, ne fait que rejoindre l’impuissance de décision propre à la sphère de ces combattants invulnérables » (Correspondance, II. 83-84).   d. Dans une autre lettre, Guy Debord fustige la position présidentielle de Castoriadis.


7./ POLITIQUE DE DEBORD (III)

a) En 1965 :  • Guy Debord continue les happenings (été 65, « Méfiez-vous du lait ») • Rédige et publie des brochures  - Publie en juillet « Adresse aux révolutionnaires d’Algérie et de tous les pays »,   - Et «Le déclin et la chute de la société spectaculaire-marchande », une brochure en anglais sur les émeutes des 13/16 août à Los Angeles envoyée en Angleterre et aux Etats-Unis.

b) En 1966 :  • Ce texte paraît en français dans l’Internationale Situationniste n°10 situationniste.  • Participation à la VII° conférence de l’Internationale Situationniste dans un café de Paris, (14 personnes).  • Réalise des publicités pour Citroën...  • Lettre à Jean-Pierre George (24 avril 1966)  • Lettre caviardée dans la correspondance générale – citée par Bourseiller  • Dans Lipstick Traces de Greil Marcus, Michèle Bernstein : « Pour nous (sic), vous comprenez, tout ça c’était du spectacle ; la publicité n’était pas pire que n’importe quoi d’autre. Nous prenions notre argent là où nous pouvions le trouver » (434)  • Suit cette liste : vol, mendicité, poker, revente de drogue, bourses d’études, allocations parentales. • Au pronostic du tiercé et à l’horoscope, elle inventait tout. • Essai de désintoxication.


8./ STRASBOURG, LE VERITABLE AVANT-MAI

a) Parution en novembre 1966 à Strasbourg de :  De la misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects économique, politique, psychologique, sexuel et notamment intellectuel et de quelques moyens pour y remédier.  • 32 pages signées « par des membres de l’Internationale Situationniste et des étudiants de Strasbourg ».


onfray conf.2013-debord de la misère au milieu d'etudiantonfray conf.2013 debord portrait

 

b) Guy Debord a suivi l’affaire avec Mustafa Khayati :  • Il a décidé de la longueur du titre  • De l’absence de détournement de BD dans le texte  • De la sobriété de la représentation  • Il a rédigé quelques phrases  • Indiqué le contenu des titres des trois parties  • Il veut des phrases courtes  • Plus de rigueur dans le style  • Souhaite un équilibre entre les noms des auteurs cités  • Conseille un imprimeur  • Invite à se soucier des délais d’impression

c) Dans une lettre à Khayati, parle des étudiants comme de « bestiaux » (Cor. III.161).  • Dans une autre lettre (jeudi 29 septembre 1966) : « Il n’y a pas pour nous d’étudiant intéressant, en tant qu’étudiant. Son présent et son avenir planifié sont également méprisables (« encore un effort si vous voulez cesser de l’être »). La « bohème » n’est pas une solution révolutionnaire ; mais elle n’est jamais authentiquement vécue qu’après une rupture complète et sans retour avec le milieu universitaire. Donc, que des étudiants n’essaient pas de se vanter d’une version factice de ce qui est déjà une médiocre solution individuelle dans les meilleurs cas. Fais sentir d’abord à ces rédacteurs notre mépris suspendu sur eux, pour leur ôter tous les doutes sur le mépris universellement mérité par leur milieu » (Correspondance, III.164).

d) Des étudiants situs prennent l’UNEF par surprise le 14 mai 1966  • Quelques fêtards disposent d’une caisse remplie  • Des situs tomatent le professeur Moles à son cours inaugural de psychologie le 26 octobre  • Début novembre, un tract situ de BD détournées recouvre les murs  • On y annonce « Le retour de la colonne Durutti »

e) Et la parution « de la brochure la plus scandaleuse du siècle » : De la misère  • Un texte présenté comme « un cardiogramme de la réalité quotidienne qui vous permettra de choisir vous-mêmes votre bord, pour ou contre la misère présente, pour ou contre le pouvoir qui, en vous prenant votre histoire, vous empêche de vivre. A vous de jouer ».

f) Distribution de la brochure le jour de la rentrée le 22 novembre  • 10.000 exemplaires financés avec l’argent de l’UNEF  • Avec l’accord du recteur qui, dans son discours, s’attarde sur la misère de la condition étudiante  • Evêque, préfet, recteur, général, professeurs (hommes et femmes séparés), Marseillaise...


9./ « DE LA MISERE EN MILIEU ETUDIANT »

Que dit cette brochure ?

1. Première partie : « Rendre la honte plus honteuse encore en la livrant à la publicité »

• Les situationnistes invitent à :  - Attaquer la société marchande et spectaculaire  - Récuser les solutions des partis politiques traditionnels de gauche  - Refuser la collaboration avec les intellectuels dits de gauche compromis dans le spectacle et la marchandise  - Inviter l’étudiant à en finir avec son statut (aliénation, soumission à la règle du jeu capitaliste, exploitation, misère tous azimuts, courte vue des perspectives d’intégration, soumission aux professeurs de faculté)  - Ne jamais consentir aux solutions réformistes concernant l’université  - Préférer son abolition à son adaptation au système  - Ne plus consommer de marchandises culturelles (ciné-club, théâtre, maison de la culture) infectées par le spectacle qui est séparation de soi d’avec soi  - Idem avec les produits nouveaux : Livre de poche, presse spécialisée, gadgets culturels  - Honnir les vedettes de l’intelligence : Althusser, Garaudy, Sartre, Barthes, Lefebvre, Lévi-Strauss, Châtelet  - Celles du show-biz : Johnny Hallyday, Antoine  - Détester les modes du moment : existentialisme, humanisme, structuralisme, nouveau criticisme  - Les écrivains en vogue : Perec, Robbe-Grillet  - Les cinéastes dont on parle : Duvivier, Godard, Lelouch  - Tourner le dos au réformisme socialiste et à la contre-révolution stalinienne à laquelle adhère le PCF.

2. Deuxième partie : « Il ne suffit pas que la pensée recherche sa réalisation, il faut que la réalité recherche la pensée »

 • Les situationnistes célèbrent :  - La force subversive des étudiants organisés,  - Les blousons noirs qui ont raison de mépriser le travail,  - Mais tort d’accepter les marchandises  - Ils saluent les « Provos » néerlandais pour leur envie de détruire ce monde,  - Mais critiquent leur réformisme  - Ils acquiescent aux manifestations des Zengakuren japonais  - Ils fêtent la révolte des étudiants américains sur le campus de Berkeley  - Leur opposition à la hiérarchie universitaire,  - A l’intégration dans le marché et les entreprises,  - Et au système dans lequel l’économie et l’Etat exercent leur dictature  - Ils s’opposent à l’usage de la drogue, parce qu’elle détourne du chemin révolutionnaire  - Ils critiquent le totalitarisme marxiste en URSS, en chine, à Cuba  - Tout autant que la non-violence des beatniks  - Ils appellent à la fusion de la jeunesse étudiante et de la classe ouvrière.

3. Troisième partie : « Créer enfin la situation qui rende impossible tout retour en arrière »

 • Les étudiants strasbourgeois proposent :  - Une critique de la totalité  - L’intégration des échecs des révolutions précédentes dans la logique du succès des révolutions à venir  - L’évitement des syndicats et des partis politiques de gauche formés par la classe ouvrière et détournés de leur fins par des réformistes qui veulent amender la société et non la détruire ; La récusation de Socialisme ou Barbarie assimilé à « la contre-révolution dominante » (47)  - La critique de la constellation anarchiste (« Le Monde libertaire (...) atteint le degré le plus fantastique de la confusion et de la bêtise »)  - La critique des modes léninistes d’organisation (on songe au PCF bien sûr...)  - La suppression du travail au profit de l’activité libre  - L’ abolition de la séparation entre temps libre et temps de travail  - L’ invitation à la poésie faite par tous  - La pratique de la révolution comme fête perpétuelle  - L’abolition du prolétariat associée à cette définition : « Est prolétaire celui qui n’a aucun pouvoir sur sa vie, et qui le sait » (55)  - L’éloge des soviets, de l’autogestion généralisée, du pouvoir des conseils ouvriers.

 • Le spectacle y est défini comme :  - La nouvelle religion du capitalisme  - Et comme « la réalisation terrestre de l’idéologie » (54).

 • La phrase finale :  « Le jeu est la rationalité ultime de cette fête, vivre sans temps mort et jouir sans entraves sont les seules règles qu’il pourra reconnaître » (51).


10./ CONCLUSION

a) La presse nationale rapporte massivement :  • Elle ne comprend rien

b) Soutient de Touraine, Baudrillard, Lefebvre

c) Mars 1967, second tirage : 10.000 ex.  • Après mai, été 69 : 300.000 ex.  • Traductions allemande, anglaise, italienne, espagnole, japonaise, suédoise

d) Debord vient à Strasbourg   • Les demandes d’inscription à l’Internationale Situationniste affluent : Debord verrouille  • Il exclut 3 personnes sur 12

e) Sa stratégie induit une scission :  • Jean Garnault est exclu – les garnaultins  • En mai 1967, Garnault publie :  • Pour une critique de l’avant-gardisme, L’Unique et sa propriété

f) Garnault reproche à Guy Debord de diriger l’Internatioanle Situationniste en autocrate

g) Un an avant mai, Guy Debord en appelle :  • A l’autogestion  • Aux soviets  • Aux conseils ouvriers  • Mais dirige en autocrate  • Il souhaite la réunion des forces révolutionnaires:  • Mais il fractionne en excluant

h) Mustapha Khayati démissionne en septembre 1968  • Il mène un combat anti-sioniste et pro-palestinien  • Soutient les régimes communistes des pays de l’Est...

i) Pendant ce temps, Debord a rédigé La société du spectacle.


BIBLIOGRAPHIE :

• Jean-François Martos, Histoire de l'Internationale Situationniste, éd. Gérard Lebovici

• Philippe Gottraux, « Socialisme ou barbarie », Payot

• Fabien Danesi, Le mythe brisé de l'Internationale Situationniste, Les presses du réel

• Guy Debord, De la misère en milieu étudiant, éd. champ libre

• Henri Lefebvre, Introduction à la modernité, Minuit

 

Partager cet article

commentaires

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos