Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 08:41

 

Du 25 juillet au 26 août 2011, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2010-2011 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 9e année - Le freudisme hérétique : Otto Gross, Wilhelm Reich et Erich Fromm 

                                    

 

7 / LE MATRIARCAT : UN PARADIS PERDU - 02.08.2011

   

france culture podcasts onfray

"
Michel Onfray disserte sur le matriarcat, un "paradis perdu" envisagé comme communiste et totalement libertaire sur le plan sexuel. Dans un second temps de la conférence, il se penche sur le passage au patriarcat."


Cliquez sur le logo (le podcast pour ceux qui naviguent avec Google) ou ici (pour ceux qui préfèrent d'autres navigateurs)

 

SYNOPSIS :
 ottogross.jpg

1./ PORTRAIT DE LA MÈRE EN ANTI-PÈRE

 

a) La conception fondamentalement communiste de la symbolique du paradis (1919). Il oppose : l’enfer patriarcal, capitaliste, autoritaire, tyrannique : le Père. Au paradis matriarcal, communiste, libertaire, sensuel : la Mère. Reich et les freudo-marxistes jouent la carte féministe du matriarcat. Contre la brutalité d’un monde de pères, de guerriers, de dictateurs, de maîtres, de chasseurs, de brutes.

b) L’utopie politique, sociale, éthique, libidinale de Gross : restaurer l’ordre matriarcal d’il y a 3 millénaires, célébration du communisme primitif pour une civilisation nouvelle.

 

2./ QU'ÉTAIT LE MATRIARCAT ?

 

a) « La forme la plus parfaite de la vie en société puisqu’elle libère et unit tout le monde en faisant du corps social lui-même le centre et la garantie de la plus haute liberté individuelle »

b) Hommes et femmes ignorent normes, limites, lois, interdits

c) S’abandonnent à une vie sensuelle, sexuelle et amoureuse totalement libre : « La relation entre les sexes est exempte de toute considération de devoir, de morale et de responsabilité, indépendante de tout impératif économique, juridique ou moral. Elle ne connaît ni le pouvoir ni la soumission, ni le lien contractuel, ni   l’autorité, ni le mariage, ni la prostitution ». Dès lors, aucune psychopathologie, aucune névrose, aucune hystérie.

d) Méconnaissent la paternité et ne pensent pas une seule seconde que le père joue un rôle dans la maternité

e) La maternité ? Le plus grand service rendu à la communauté

f) Droits et devoirs équitablement répartis

g) Responsabilité et obligations équitablement réparties entre individu et société.   

 

3./ UNE LECTURE DE LA GENÈSE

 

a) Dans le paradis, liberté totale. Pas d’enfants, de mariage, de maternité, de conjugalité... autant de produits du péché originel.

b) Le péché originel : un acte contraire à la volonté de Dieu. Quel acte ? 1. Fruit défendu ? arbre de la connaissance ? Comment distinguer le bien du mal serait-il contraire au projet de Dieu ? 2. L’orgueil ? Se faire semblable à Dieu. 3. La désobéissance ? 4. Le péché de chair ?

c) Le péché originel porte bien sur le sexe. Puisque la punition concerne le sexe. Après lui : la honte, la pudeur, les organes sexuels cachés. Fin de la pureté sexuelle… mais laquelle ?

d) Gross répond : « L’abandon du matriarcat des origines ». La fin du matriarcat, c’est le début de l’ordre, de l’autorité, de la loi, de la discipline, de la propriété privée, du capitalisme. Donc des souffrances, des névroses, etc.

 

4./ COMMENT S'EFFECTUE LE PASSAGE AU PATRIARCAT ?

 

a) Avec le rapt et le viol des femmes prisonnières de guerre transformées en esclaves. Ce viol primitif s’est transmis jusqu’à ce jour. Il inscrit la sexualité dans le registre de la violence

b) Contre la thèse freudienne de la horde primitive patriarcale.

  • · Comme Engels, qu’il ne cite pas : horde primitive matriarcale
  • · Les femmes soutenues, défendues, nourries par les hommes
  • · Les femmes doivent être sereines pour enfanter
  • · L’enfant est la véritable richesse des tribus

c) En régime patriarcal les hommes sont sommés de choisir entre :  1. Liberté sexuelle sans les enfants, libertines sans enfants. 2. Enfants avec renoncement à la liberté sexuelle, mères de famille sans liberté

d) Ce conflit engendrera des névroses : Hystéries en particulier, ou homosexualité, ou masochisme.

e) Tout est fait pour que les femmes n’aient pas le choix : on leur impose, comme aux enfants, le « Vis seul ou deviens comme nous »

f) Qui préférera la solitude sans le secours du groupe ? L’immense majorité des femmes renonce à la liberté : pour offrir à un homme des enfants et l’usage sexuel exclusif de leurs corps. Conjugalité, fidélité, monogamie, maternité.

g) L’homme paie ainsi ce renoncement : finance la subsistance de l’épouse du foyer et de la famille, la femme le paie de sa liberté.

 

5./ NAISSANCE DE LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE

 

a) Économie de subsistance : chasse, pèche, cueillette · Crainte de la pénurie · Climat, aléas, etc · Manque d’habileté du chasseur · Absence de fruits en hiver · Rareté des racines avec le gel · Razzia des autres tribus · Vols · Incendies de forêt, etc

b) Économie de prévoyance : agriculture, élevage · Enclore, semer, entretenir, récolter le temps venu· Animaux pour les repas, les peaux, la graisse, l’éclairage · Protéger le travail du sédentaire par le vol possible du nomade.

c) D’où : police, armée, ordre, organisation sociale. La justice devient celle de ceux qui ont, contre ceux qui n’ont pas.

d) Les plus malins, les plus rusés, les plus forts : accumulent des stocks, spéculent, achètent à bas prix, revendent avec grosses marges (bénéfices considérables, créations de fortunes et de pauvretés, l’un meurt de faim devant un grenier gardé).

e) Gross, hypothèse : peut être les femmes se seront dit : renonçons aux pouvoirs conférés par le matriarcat, pour la sécurité mais au prix d’une sexualité exclusive avec leur mari

f) Le péché originel : en renonçant au matriarcat, obtiennent la sécurité mais perdent la liberté

g) « Le contenu du nouveau rapport juridique est que la femme se vend, par l’intermédiaire de la prostitution ou du mariage, et sa première conséquence directe est la pudeur sexuelle et la honte »

 

6./ NAISSANCE DE LA FAMILLE

 

a) La naissance de la famille : premier rouage de la machine sociale. L'État au dernier étage

b) Le patriarcat impose alors sa loi :

1. Fiction de la différence entre les sexes

2. Négation de la composante bisexuelle de chacun

3. Ineptie des associations : passifs/féminins ou actifs/masculins

4. femmes / réserve naturelle

5. hommes / agressivité

6. sexualité / mal originaire

7. Critique de la chosification des femmes

8. Catastrophe de la famille avec autorité paternelle

9. Contre l’autorité, l’ordre, la hiérarchie

 

7 ./ LA RÉVOLUTION LIBERTAIRE

 

a) Gross veut : « la véritable libération des femmes ».

b) Contre la révolution marxiste : sur l’infrastructure économique

c) Le marxisme –léninisme célèbre le patriarcat : Virilité machiste / Héros guerrier / Ouvrier musclé / Travailleur stakhanoviste / Soldat déterminé / Corps musclé des jeunes sportifs

d) La conception fondamentalement communiste de la symbolique du paradis : « Pour préparer une pareille révolution, il faut que chacun se libère individuellement du principe d’autorité, dont il est lui-même porteur, qu’il se libère de toutes ses adaptations à l’esprit des institutions autoritaires, adaptations qui se sont développées en lui tout au long de son enfance dans le giron de la famille autoritaire, qu’il se libère de toutes les institutions que l’enfant a reprises des mains de personnes de son entourage et qui ont toujours été en lutte avec lui et en lutte entre elles pour le pouvoir, il faut qu’il se libère surtout de ce caractère servile qu’une enfance de ce type nous laisse à tous, sans exception : qu’il se libère du péché originel lui-même, de la volonté de pouvoir ».

e) Faire la révolution ? En finir avec le patriarcat pour une nouvelle civilisation.

 

8./ L'IDIOSYNCRASIE RÉVOLUTIONNAIRE

 

a) Dans Situation des intellectuels (1919) : la révolution n’est pas affaire de raison, de dialectique, d’arguments. Personne ne convertit un conservateur en révolutionnaire

b) La sensibilité révolutionnaire est viscérale. On ne devient pas conservateur ou révolutionnaire : on l’est. Le premier a succombé aux séductions de l’adaptation : il est adapté, défend le mariage, la fidélité, la monogamie, la cohabitation, la prostitution, l'ordre, la loi, le droit, le capitalisme, l’autorité, la police, l’Etat. Le second y résiste Et récuse toutes ces idoles

c) Dès lors : le réformisme est impensable : on ne saurait être à moitié conservateur, à moitié révolutionnaire. L’un exclut l’autre.

d) Vise les socialistes : une politique médiatrice ne peut agir que sur des compromissions idéologiques. Négocier avec des types antagonistes ne débouche sur rien

e) Car « l’individu qui a la vocation intérieure du communisme » active et réactive une vitalité primitive, des sensations originelles, des tropismes intuitifs. Il sait qu’il sert « la vie immense et sans limites » en anarchiste, en immoraliste, en rebelle, en individu rétif, en mauvais sujet…

 

9./ QUEL CONTENU POUR LA RÉVOLUTION ?

 

a) « La dictature du prolétariat qui est l’avenir de l’humanité doit nous sauver de cette

démocratie des derniers hommes que Nietzsche nous a prophétiquement prédite »

b) Mais pas de référence à Marx ou Lénine

c) « L’objectif ultime de tout communisme est un état dans lequel nul ne peut obtenir de pouvoir de domination politique, social, économique, autoritaire, sur un autre » Ni dieux, ni maîtres…

d) Ce communisme-là est un féminisme réalisé :

  • · Abolition du pouvoir :
  • · du père sur l’enfant
  • · du mari sur son épouse
  • · du chef de famille sur ses enfants
  • · de l’homme sur la femme

e) Pas le projet bolchevique…

f) Dans La formation intellectuelle du révolutionnaire (1919) :

  • · Envisageait de donner des cours à l'École Supérieure de la Culture Prolétarienne ;
  • · Souhaitait s’appuyer sur la psychanalyse ;
  • · Contre le latin et les savoirs inutiles,
  • · Contre le goût de l’abstraction conceptuelle, la religion des idées pures,
  • · Il désirait donner à chacun les moyens de sa libération personnelle
  • · Par la connaissance de soi, qui est condition de libération de soi, donc des autres.

 

CONCLUSION : ENSEIGNER

 

1. la vérité du conflit d’intérêt entre pulsions individuelle et exigences sociales ;

2. l’étiologie sociologique des névroses ;

3. les mécanismes de production de la servitude volontaire ;

4. les logiques de la répression sociale ;

5. les dispositifs d’asservissement des individus ;

6. le bon usage, à gauche, de la psychanalyse ;

7. l’erreur trois fois millénaires de l’abandon du matriarcat au profit du patriarcat ;

8. la nécessité de restaurer un régime communiste matriarcal ;

9. l’urgence d’une révolution dionysienne sous le signe nietzschéen a) tout ceci constituait un programme magnifique. b) Sa mort 13 février 1920, l’empêchera d’aller plus loin. c) Pour mériter une place dans l’histoire des idées : il lui suffit d’avoir inventé la gauche freudienne…

 

BIBLIOGRAPHIE :

  • Ernest Borneman, Le patriarcat, PUF
  • Johann Jakob Bachofen, Le droit maternel, L'âge d'homme
  • Engels, L'origine de la famille, de la propriété privée et de l'État, Éditions sociales

Constance   

 

Partager cet article

commentaires

monica 03/08/2011 18:25



Oh là là, alors si on se met maintenant à parler du dalaï-lama, moi je démissionne !



Frédéric 03/08/2011 15:58



Je me sens en phase avec la révolution proposée par Gross : une libération personnelle. Cela peut paraitre loin de toute virilité, loin de toute efficacité, face à d'autres révolutions. Mais bon
...


Je me dis aussi que si l'individu libéré a un poids historique énorme, cela peut avoir des répercutions immenses. J'étais passé à côté de ce que le Dalai Lama fait en ce moment : 


http://pasfaux.com/le-dalai-lama-la-meilleure-maniere-de-diriger-un-peuple-est-la-voie-de-lelection


Je découvre avec joie, qu'un être totalement déterminé dès sa naissance, par la magie de la réincarnation, peut se remettre totalement en question. Il peut contempler la tradition qui lui a donné
tous pouvoirs, et s'oublier. 


Ok, vous me direz qu'il a bien peu de pouvoirs du haut de ses 76 ans et de ses dizaines d'années d'exil. Et que donc, cela a bien peu d'impact. Mais bon... 


 


 



monica 03/08/2011 12:26



Marc,


J'y suis retournée, effectivement a,... avais pas vu...


Les philosophes modernes ne disent certainement pas n'importe quoi mais ils m'intéressent moins que les autres. Je ne redoute pas la réalité ni ne la fuis. J'ai vaincu mes terreurs, mais j'ai
encore froid dans  le dos, parfois.


Je n'ai pas dit que je n'écouterai pas les cours cette année, mais que je n'écoutais pas tout. 


Vendredi dernier, pour moi, dans les réponses de Michel Onfray, le peu qu'il a dit du matriarcat et du patriarcat m'a suffi, il a été génial ; regarde mon com de ce jour-là si tu veux bien.


Attention, Marc, tu me taquines beaucoup depuis quelques jours. J'aime ça, mais à petite dose ! 


 



marc 03/08/2011 12:13



chere monica je m’explique la derniere chronique est signee "michel onfray , a" t’as pas remarqué ?


 


ça te fait froid dans le dos parce que c’est la verite ou parce que les philosophes "modernes" disent n’importe quoi ?


 


entre monica qui veut ecouter seulement les questions -reponses (mais c’est pas la synthese) 


et thomas qui veut ecouter les cours en boucle pendant 2-3 jours , que choisir ?


heureusement  nos podcasts sont la et bougent pas :)



monica 03/08/2011 08:45



Marc, j'ai lu comme tous les mois la chronique de MO.


Je ne comprends pas ton com. Pourrais-tu être plus clair ?



monica 03/08/2011 08:44



« Le contenu du nouveau rapport juridique est que la
femme se vend, parl’intermédiaire de la prostitution ou du mariage, et sa première conséquence
directe est la pudeur sexuelle et la honte »


ça fait froid dans le dos !... ?


Je n'ai pas envie cette année d'écouter tous les cours, notamment celui-là qui ne m'intéresse pas trop. J'ai préféré la synthèse de MO lors des questions/réponses.


Je pense que j'ai tort de rater cet enseignement cette année, en me rendant compte que j'aime la sagesse des philosophes antiques et un peu moins celle des modernes.



Thomas 03/08/2011 01:05



Gardez-moi tous vos podcasts au chaud, s’il vous plaît, je prendrai 2-3 jours de vacances en plus pour les écouter en boucle    


Mes sentiments insoumis



marc 02/08/2011 20:02



patati patata sympa la chronique d’onfray du mois d’a ;)


lui aussi s’amuse a envoyer pj ou c’est la coquille ? 



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos