Mercredi 22 janvier 2014 3 22 /01 /Jan /2014 13:21

       

 

dieudo1

Certains de nos lecteurs s’interrogent : quelle est la position de Michel Onfray concernant « l’affaire Dieudonné »?

Nous vous rappelons donc qu’il y a quelques années, lors d’une interview à la radio, le philosophe donnait l’impression de bien connaître ce phénomène et de l’avoir analysé suffisamment pour pouvoir exprimer une opinion assez catégorique et tranchée : « Dieudonné c’est un pauvre type, un antisémite, un fasciste, un négationniste, un révisionniste, un ami de Faurisson etc. Il n’a rien pour lui, il est détestable en tout

Le philosophe a même évoqué une idée que les services secrets auraient dû s’occuper de l’humoriste de plus près (sic).

Comme on pouvait s’y attendre un peu de la part d’un libertaire post-anarchiste, Michel Onfray était clairement opposé à l’interdiction des spectacles de Dieudonné; néanmoins, cette opposition à la censure semble avoir été motivée plus par des raisons utilitaires, d’efficacité (la censure est contreproductive), que par l’attachement inconditinnel à l’un des principes de la démocratie - la liberté d’expression.



Depuis cette interview, l’auteur de « Politique du rebelle » a certainement peaufiné et ciselé son analyse, revisité certaines constatations hâtives.  N'oublions pas que lui-même a été accusé d’antisémitisme quand il a osé s’attaquer à la mythologie freudienne et au lobby psychanalytique ou quand il a défendu les travaux scientifiques de Jean Soler.

Cependant, ses prises de positions « par rapport aux gens que l’ordre établi rejette » ont été considérées et décrites comme révélatrices du parfait conformisme du philosophe. Dans la vidéo ci-dessous dont nous vous invitons à visionner un extrait (10:10 - 12:23), la critique est très virulente, mais pas dépourvue de pertinence. Son auteur, Jonathan Sturel, - peu importe si on partage ses analyses ou pas, et quant à nous, nous ne les partageons qu’en partie -  invite plutôt à la réflexion, au questionnement du point de vue de la sociologie politique, et ne semble pas patauger dans la boue de ressentiments dans lesquels se sont empêtrés jusqu’aux oreilles les détracteurs onfrayens professionnels de l’obédience sado-freudienne. 

 


 


 « Ces trois dernières semaines, la répression qu’il subit [Dieudonné] a pris un caractère extrêmement grave du point de vue démocratique.

 Le président de la République française, le socialiste François Hollande, et son ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, sont prêts à tout pour interdire ses spectacles. Y compris bafouer leurs propres lois. Un avocat renommé et ardent partisan de la politique israélienne, Me Klarsfeld, appelle à créer des troubles à l’ordre public pour justifier leur interdiction. On menace d’utiliser des alertes à la bombe. Des patrons de grands groupes de presse appellent explicitement à « censurer internet » et faire pression sur les directeurs de salle pour qu’ils décident de ne plus mettre l’humoriste à l’affiche. Il existe aujourd’hui un consensus politique en France parmi les partis politiques traditionnels pour lutter contre Dieudonné au travers de la censure, des peines judiciaires ou d’interdictions administratives.

Ces attaques et appels à la censure sont à combattre avec la plus grande fermeté pour deux raisons essentielles.

Tout d’abord, il ne fait aucun doute que de telles mesures constitueront un dangereux précédent pour justifier la censure de toute idée considérée comme dérangeante par l’establishment. Le capitalisme (où une petite minorité continue à s’enrichir pendant que la majorité est en train de se serrer la ceinture) ne peut donner lieu qu’à des critiques et des réactions de plus en plus virulentes. Est-ce que ces critiques seront elles aussi interdites, réprimées ou censurées ? [...] 

 Aujourd’hui, on ne peut plus être contre la répression que subit Dieudonné sans également prendre ses distances avec ses idées. Et on ne peut plus lutter contre ses idées sans s’opposer fermement à la répression qu’il subit. Il ne faut céder ni sur l’un ni sur l’autre terrain.»


Un extrait de l’article publié sur le site de Michel Collon, Investig’action    

« Dieudonné, la censure et la quenelle« , Axel Bernard, 20.01.2014   

 

____________________

A consulter également notre vidéo sur YouTube :
Michel Onfray sur « l’affaire Dieudonné » - Grandes Gueules - 30.01.2014


Par Ewa et Marc - Publié dans : Onfray sur le feu audio-radio - Communauté : Résistance
Qu'en pensez-vous ? - Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil

Tribune du banquet

3504437555 8b43638ded z

 

 

      ce-qui-nest-pas-donne-est-perdu

« Tout ce qui n’est pas donné est perdu »

Le blog a interrompu son activité régulière et collective le 0I.04.2012

 

pub-2

Je lave mon cerveau avec la pub

Si vous utilisez Google Chrome, installez gratuitement Adblock Plus pour désactiver la publicité (en un seul clic, c’est très facile).  

Nos vidéos

Recherche

Partager

France Culture

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés