Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 07:00

 

onfray lilas

Michel Onfray est l'invité du jour de Marc Voinchet dans Les Matins de France Culture où il nous invite à une discussion sur l'hédonisme. 
 (l’émission enregistrée le 29.04.2011 et diffusée le 03.06.2011)

 

 

(51:44 - 62:16)

L’Invité du jour - l’entretien de 15 minutes avec Michel Onfray qui parle de son "Manifeste hédoniste".

 

(87:50 - 114:10)

Les Matins - le débat de 25 minutes entre Michel Onfray et Ernest Pignon-Ernest, artiste plasticien, l’un des Invités du manifeste.


DSC00143.JPG  ernest pignon-ernest

 "Blanqui L’Insoumis" dessin pierre noire, 2010,  Ernest Pignon-Ernest, "Michel Onfray à 10 ans"


« De votre existence fulgurante, je veux garder quelques leçons : le désir de verticalité, quand tout invite à la reptation et facilite l’avachissement, ce gramscisme avant l’heure en vertu de quoi la culture digne de ce nom est une arme critique et non un auxiliaire des pouvoirs en place, cette volonté libertaire intégrale, ne connaissant et ne supposant aucune composition, l’envie faustienne de mettre la politique au service d’un hédonisme au quotidien, incarné dans le plus intime détail qui fait une existence, même banale. […] Veuillez croire, cher Blanqui, à mon affection admirative, et à mes sentiments insoumis. »

Michel Onfray, Politique du rebelle, Grasset 1997


« En politique, l’hédonisme se résume à la vieille proposition utilitariste des Lumières : il faut vouloir le plus grand bonheur du plus grand nombre. Non pas demain, trop facile, trop simple, trop confortable, mais ici et maintenant, tout de suite. «  

Michel Onfray, Manifeste hédoniste, Autrement 2011, p. 53

       Ewa     

Partager cet article

commentaires

Frédéric 24/07/2011 21:58



Bon, j'ai eu droit à mon deuxième round ce midi avec mon ami. J'ai remis le couvert en attaquant à la Onfray : "la gauche, c'est le plus grand bonheur au plus grand nombre. la droite, c'est le
plus grand bonheur au plus petit nombre." 


Ben ça marche, un vrai rempart ! Je le recommande à tous. Il ouvre des perspectives insoupçonnées au débat. Il décapsule la tête des adversaires. :-)


J'avais déjà testé en début de mois, en m'attaquant à un esprit jeune, encore malléable et ouvert au débat, car sûr de ses positions. Issu d'une famille d'aristocrates français, il avait eu
l'applomb de retourner la proposition : "mais non, Frédéric, c'est l'inverse et je vais te le prouver".


En gros, sa démonstration a débouché ici : les assistés de ce pays sont une minorité qui jouissent du plus grand des bonheurs. Mais, tout s'est effondré à la remarque suivante : "ainsi, les
assistés seraient plus heureux que les aristocrates ?". Cela remettait en cause l'ordre qui définit son identité familiale. C'était impensable. Il n'a pas par contre reconnu que l'inverse était
vrai. Un travail sur le long terme :-) 


Ca progresse. Si vous avez d'autres arguments "remparts", je suis preneur. Merci.



constance 27/06/2011 12:53



Mais je vous crois, cher Jean, restez insoumis :-) celui-ci m'appartient



marc 27/06/2011 12:23



voila les clins d’œil sans aucune restriction liee au brevet ;) ;-)   



Jean 27/06/2011 00:32



Les miens aussi ;~) 



Ewa 27/06/2011 00:28



Attention, mes clins d’oeil sont brevetés! 



Jean 27/06/2011 00:20



Oui, c’est ça ce qui m’a fait peur, je n’ai même pas fini ma conversation téléphonique et je suis sorti ;~) 



Ewa 27/06/2011 00:08



Effectivement, il y a un petit air de famille entre Blanqui et l’autoportrait de vieux Leonard de Vinci.


Et vous avez remarqué que l’une des angoissantes cabines téléphoniques abritait Le Cri de Munch (enfin, presque)?



Jean 26/06/2011 23:33



Je continue mon voyage.


Je me suis arrêté sur le blog d’Ernest Pignon-Ernest, intéressant, la série des cabines téléphoniques un peu angoissante. Le portrait de Blanqui ressemble à Leonard de Vinci, vous n’avez pas
cette impression  ?


Veuillez croire, cher quatuor, à mes sentiments insoumis  



Frédéric 08/06/2011 13:41



C'est pas faux ;-)



constance 08/06/2011 08:50



Comme d'habitude, Frédéric, tes propos sont justes et intelligents. Contrairement à toi, je ne fréquente pas l'ouest parisien, heureusement d'ailleurs que tu précises car je n'aurais pas su ce
que cela signifiait :)


 


Nous aspirons tous à plus de confort, plus de bien-être, toujours plus. En apparence, ils semblent heureux, ils ont l'air heureux mais quand ils se retrouvent seuls, ne sentent-ils pas que ce
remplissage de vie n'est que le reflet de leur pauvreté ?


Comme tu le soulignes, les liliputiens sont-ils des personnes de confiance ? Ne vont-ils pas retourner leur veste quand le pouvoir sera de leur côté ? Je ne le sais pas, ce que je sais par contre
c'est que le principe que veut développer MO n'est pas de scinder à nouveau la société et que les pauvres d'hier soient les riches de demain mais au contraire un juste milieu pour tous. Je me
rends bien compte de ma vision utopiste des Etres (je n'en fréquente pas assez, je reste probablement trop dans ma bulle) mais si les utopies ne sont plus rêvées, comment pourraient-elles se
réaliser ?



Frédéric 07/06/2011 21:14



Mon ami n'est pas pessimiste. Il est juste possédé par le démon :o)



En fait, ce n'est pas lié à mon ami. Il n'est juste que le reflet d'un phénomène bien plus vaste. Je dirai même qu'il a la courtoisie de débattre : nous pourrions passer notre temps à papoter
pinard, voyages, ou autres bons moments de l'existence. 



Je travaille dans le XVIIème de Paris, entouré d'entrepreneurs de Neuilly, du XVIème, bref : de l'Ouest parisien. Leur idiosyncrasie est clairement différente.
Elle n'est pas du tout vécue de façon pessimiste. En fait, ils se moquent de nos aspirations, ou le vivent comme une menace. Ils sont dans la machine mondialisée, et essaient d'en jouir du mieux
qu'ils peuvent. Il n'y a rien de plus normal que cela autour de moi. 



Dans le principe de Gulliver, MO oublie de préciser qu'il y a un paquet de liliputiens, qui ne veulent pas que le géant soit enchaîné. Ils n'y ont pas intérêt, car
il est la source de leur pouvoir et de leur jouissance. Ils n'oublient pas de vous jeter des pierres, si vous tentez quelque acte courageux, contraire à leur éthique.  



Alors, si on doit ausculter Gulliver à la loupe, en sont-ils une partie, ou en sont-ils juste des alliés, prêts à changer de cap, si le vent tourne ? 



Constance 06/06/2011 21:31



Frédéric, laisse cet ami dans son pessimisme et fais repartir ta braise :)


 


MO distingue le capitalisme (la rareté constitue la valeur) du libéralisme (redistribution des richesses dans lequel le marché libre fait la loi). Il prône une nouvelle forme de capitalisme avec
une répartition équitable des gains en faisant cesser la logique domination/servitude. Pourquoi le bonheur serait-il toujours dans le pouvoir et non dans le don ? Grâce à ce qu'il appelle le
principe de Gulliver, et si nous sommes assez nombreux à le mettre en application, nous pourrons créer une société différente dans un monde politique différent. J'y crois, toi aussi ?


 


Comme dirait la rose : "Ce ne sont pas mes épines qui me protègent, mais mon parfum."



monica 06/06/2011 12:23



Je pense que Démocrite devait rire lorsque sa subtile sagesse n'était pas comprise et suscitait la jalousie.


Rions donc, c'est tellement bon !


Bien à vous


Monica


 



Frédéric 05/06/2011 13:37



Merci Monica pour ce réconfort. Disons tout simplement, que je me suis fait plier en deux :-)


Alors ? Faut-il en rire comme Démocrite ? Ou faut-il fourbir ses armes ? 



monica 05/06/2011 12:27



Je pense que c'est périlleux de défendre un projet politique hédoniste, seul.


Je ne vous connais pas assez pour me rendre compte si vous êtes de taille pour le faire en solitaire.


Michel Onfray est une sacrée pointure, et pourtant, les intellos qui le jalousent tâchent toujours de le mettre en difficultés. Il s'en sort haut la main, mais quel volonté et quel courage il a
face à eux.


En tout cas, ne sortez pas meurtri de ces difficiles moments que vous passez avec votre ami. Sachez que vous n'êtes pas seul à être "utopiste".


Cordialement,



Frédéric 05/06/2011 02:05



"L'hédonisme, une augmentation de la présence au monde". 


Je me suis senti tout rétréci ce soir, en voulant défendre le projet politique hédoniste dans un débat face à un ami : "le plus grand bonheur du plus grand nombre". 


Je n'ai pu résister face à l'orage d'arguments. En court : "populisme", "Un projet politique doit s'arrêter à la construction d'un état régalien."


Je réponds : "oui, mais que fait-on des accidentés de la vie, par exemple : les licenciés de plans sociaux."


réponse : "Ca ne doit pas être réglé par la politique. Ca n'a jamais fonctionné pas et ne fonctionnera jamais."









J'en suis ressorti pas bien. C'est un ami saignant. Je l'ai titillé là où il fallait pas. 


Il a défendu férocement en forçant le trait, surement pour me remettre les pieds sur terre, et cesser d'être utopiste.  


Je vois bien comment défendre le projet hédoniste au niveau local, mais au-delà, je suis perdu.


Si vous pouviez m'armer d'arguments, ca m'aiderait pour la prochaine fois. Je n'ai pas l'impression d'avoir augmenté ma présence au monde ce coup-ci.

Sinon, ça, c'est impec' : "Pour nous parler et parler entre vous, cliquez sur Qu'en pensez-vous ? "








Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos