Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 01:00

 

DSC00111-copie-1

la ciota docLe 29 janvier 2011, La Ciotat

Michel Onfray a participé au débat autour du film L'ombre de la grande ombre, le documentaire de 52mn réalisé par Mary-Pier Vadelorge, consacré à l'amiral Flohic, ancien des Forces françaises libres et aide de camp du général de Gaulle dans les années 50 et 6O. Le débat était animé par le philosophe ciotaden et membre du Comité national d'éthique Pierre LeCoz, avec la participation de Noémie LeGoff-Vadelorge, fille du réalisateur, petite-nièce de l'amiral Flohic et l'une des intervenantes du film.

 

C'était l'occasion de revenir sur la vision de philosophe de l'héritage gaulliste mais aussi sur la dernière polémique "onfrayenne": sa relecture très critique du travail de Freud et de ses disciples dans "Le crépuscule d'une idole".

 

Voilà les propos  recueillis par Guénaël Lemouée et publiés sur le site 

 La Provence.com


 



"Comment avez-vous été amené à participer au film L'ombre de la grande ombre ?

Mon ami Mary-Pier Vadelorge et sa compagne Catherine Dehée m'ont demandé d'y participer. Nous nous connaissons depuis plus de trente ans et mon goût pour le général de Gaulle est ancien, moins pour Mary-Pier qui a appris, le temps passant, à se libérer des choses convenues dites sur le général de Gaulle.

Nous nous sommes retrouvés sur ce projet commun qui engage Mary-Pier très intimement puisque, par la mère de sa fille, il est apparenté à l'amiral Flohic.

En quoi le personnage et le parcours de Charles de Gaulle vous intéressent-ils?

La dignité, la droiture, le sens de l'histoire, la capacité à y inscrire son destin en même temps que celui d'une nation, la démonstration faite qu'on peut tenir la politique et l'éthique dans un même dessein, la résistance au nazisme, la résistance au communisme soviétique tout autant qu'au mode de vie consumériste américain, la volonté d'indépendance, d'autonomie Faut-il poursuivre? 

Mais comment s'extirper du côté quasi-sacré et figé de la figure du général et vraiment questionner ce parcours?

En allant directement aux sources, en lisant son oeuvre, en croisant les sources, en évitant les lectures idéologiques, en faisant de l'histoire alors qu'on se contente souvent de sacrifier aux légendes.

Que vous inspire votre vision de De Gaulle face à la droite aujourd'hui au pouvoir?

Cette droite libérale qui ne se cache même pas d'aimer l'argent, de favoriser les riches, de mener une politique en faveur des plus aisés et de détruire tous les acquis sociaux, le système de santé, d'éducation, est peu fondée à se réclamer du général de Gaulle! 

Comment jugez-vous la vive polémique suite à la sortie de votre livre, Le crépuscule d'une idole, l'affabulation freudienne ? Comment réagissez-vous aux critiques vous reprochant un travail à charge et mal documenté?

Les mêmes ont aussi dit que je réactivais les thèses de l'extrême droite, que je faisais le jeu des nazis, que j'étais pédophile, ils sont intervenus auprès du président de la région Basse-Normandie pour que la subvention allouée à l'Université populaire de Caen, où enseignent bénévolement dix sept personnes, dont une amie psychanalyste, soit supprimée, ils ont initié une pétition, au nom de "la liberté d'expression", pour interdire la diffusion de mon cours comme chaque été depuis 2003 sur France-Culture. Comment voulez vous qu'on puisse tenir pour sérieuses leurs critiques. Mme Roudinesco  a même fait savoir que ce livre était sans citations et sans bibliographie alors qu'il existe trente pages de références bibliographiques et une moyenne de cinq citations référencée par page... Il aurait suffi de se contenter de feuilleter le livre pour s'en apercevoir".

        Ewa - Constance 

Partager cet article

commentaires

monica 10/02/2011 20:43



Je vais lire ce livre, Juliette.


Je me suis souvent demandé quel devait être l'état d'esprit des jeunes gens qui vivent la guerre. En temps de paix, être jeune n'est pas une sinécure... alors vivre sa jeunesse dans une pays en
guerre, quel traumatisme ! Quel choix faire quand on voit les adultes crever de peur ou vivre comme si de rien n'était... L'antisémistisme n'était pas mal vu, bien au contraire ; con ou pas, un
grand enfant se laisse influencer facilement.


Je n'ai pas connu cette guerre que mes parents ont vécue. Je sais que les blessures physiques et morales les ont marqués à vie.



juliette 10/02/2011 19:11



lire aussi Alias Caracalla, de Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin. J'ai aimé l'honnêteté de l'auteur: il ne cache pas son passé antisémite, très "jeune con", son attirance pour
Pétain, et puis, les prises de décision face à la réalité, la guerre, l'action et la résistance au quotidien.



monica 10/02/2011 06:58



Cher Marc,


Votre gentillesse me touche.


Bise aussi à vous.



marc 09/02/2011 21:06



chere monica 


je suis tres content de votre retour


bises a vous



monica le retour 09/02/2011 20:22



Chers tous,


Mon père, résistant, déporté à Mauthausen, évadé du camp, fidèle du Général de Gaulle, militaire de carrière, aurait aimé Michel Onfray.


Lire aussi : "Trois photos du Général" (le désir d'être un volcan Journal hédoniste I). Magnifique.


Bises à tous



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos