Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 11:52
           

lepoint2042-bayrou-lemmerdeur1
Nouvel article dans Le Point du 03.11.2011, Michel Onfray évoque le temps de Proudhon. "Contre ceux qui considèrent que le libéralisme est un horizon indépassable, le philosophe hisse, à l'occasion de la parution du "Dictionnaire Proudhon" (Aden), le drapeau noir de l'anarchie." 

Nous vous proposons un extrait de cet article :



« Chacun sait que l'imprégnation chrétienne a laissé des traces et que plus de mille ans depierre-joseph-proudhon christianisme au pouvoir formatent les consciences de sorte que, non croyants, agnostiques, athées, mais aussi anti-chrétiens, libres-penseurs, militants rationalistes restent tributaires de schémas de pensée hérités de cette religion. Il en va de même avec deux siècles de marxismes qui ont enfumé la pensée et imprègnent souvent les analyses politiques contemporaines. [...]

La parution d'un "Dictionnaire Proudhon" arrive fort opportunément pour montrer qu'il existe une gauche libertaire n'ayant rien à voir avec la gauche autoritaire des marxistes nourrie de nostalgie bolchevique ou la gauche tocquevillienne qui peint la façade de son libéralisme en rose bonbon. [...]
Le premier mérite de cet ouvrage consiste à montrer que l'anarchisme est autre chose que ce que la vulgate affirme habituellement. [...]

Or il existe un courant méconnu de la pensée anarchiste française qui a proposé ce que Proudhon lui-même nomme une "anarchie positive" : construire ici et maintenant une révolution qui n'a pas besoin de tuer, massacrer, piller, pour se réaliser. Cette anarchie-là n'a rien à voir avec la gauche de ressentiment qui est pour tout ce qui est contre et contre pour tout ce qui est pour. Les tenants de cette gauche si bien analysée par Nietzsche en son temps veulent avant tout détruire. Et après ? Après triomphe un schéma religieux : bonté, bonheur, prospérité, etc. Disparition de l'exploitation, des guerres, de la phallocratie, de la misère... ce schéma reste hégélien, idéaliste, religieux - et pour tout dire : chrétien. [...]

Le proudhonisme est un pragmatisme, autrement dit, le contraire d'un idéalisme. D'où ses propositions concrètes et détaillées : la fédération, la mutualisation, la coopération comme autant de leviers pour réaliser la révolution ici et maintenant, sans qu'une seule goutte de sang soit versées [...]

Certes il existe une face noire à Proudhon : sa misogynie que Daniel Guérin, dans un ancien "Proudhon oui et non", mettait en relation avec une homosexualité brutalement refoulée ; la phallocratie qui l'accompagne et qui inscrit le philosophe bisontin dans l'ancestrale tradition pitoyable des penseurs qui passent à côté de la moitié de l'humanité - de Platon à Freud, en passant par Rousseau, Kant, Schopenhauer et Nietzsche ; d'indéfendables propos antisémites consignés dans ses "Carnets" - l'excellent Robert Misrahi analyse cette question dans son "Marx et la question juive" et rappelle les modalités de l'antisémitisme de Marx ; sa défense de la guerre comme hygiène de la force - une constellation de fautes qui conduisit quelques vichystes à embrigader Proudhon parmi leurs références intellectuelles...

Ce droit d'inventaire effectué, il est terrible, mais nécessaire, reste un philosophe ayant pensé un socialisme libertaire que Marx et les siens ont critiqué, moqué, ridiculisé (songeons à "Misère de la philosophie" d'un Marx qui répond à la "Philosophie de la misère" de Proudhon et met les rieurs de son côté, mais au détriment des idées du philosophe français recouvertes par le sacasme marxiste).

A l'heure de l'effrondement du système macropolitique mondial, cette philosophie micropolitique anarchiste concrète ouvre de grandes perspectives. [...]
»

 Michel Onfray

"Le peuple n'a jamais fait autre chose que prier et payer : nous croyons que le moment est venu de le faire philosopher "
Proudhon, De la justice dans la Révolution et dans l'Eglise
Constance  
                                                                                                                                            
  
         

Partager cet article

commentaires

Frédéric 13/11/2011 09:22



Merci Jean-Claude ! La clarinette est tellement douce au milieu de la nuit :)


Et merci de m'avoir rappelé Enrico ! http://www.youtube.com/watch?v=0YJsRzRsqn8


Que d'émotions ! Cela me rappelle un mariage où on avait interprété la chanson. J'accompagnai à la gratte un ami, qui avait eu l'excellente initiative de placer un gyrophare sur la tête. Quelle
rigolade ! Ma machoire vient à nouveau de se décrocher, rien qu'au souvenir de l'hilarité générale. Un timide n'aurait jamais osé pareille mise en scène.  



Les Onfray-hyènes de garde. 12/11/2011 13:41



Frédéric Schiffter est prié de pas rêver et pas prendre ses rêves pour la réalité !


Le pauvre Phil, ce n’est ni Constance ni Ewa. 


Les Onfray-hyènes de garde. 



Jean-Claude 12/11/2011 04:43



@Monica : le plus beau mendiant d'amour que je connaisse c'est Mozart qui , enfant dans les salons de la noblesse ,  sur les genoux des baronnes et duchesses , après avoir joué sa musique
pleine de tendresse , leur demandait naivement "M'aimez-vous?"


Illustrations :


http://www.youtube.com/watch?v=BxgmorK61YQ


http://www.youtube.com/watch?v=sq2ADjjT24k


et encore plus beau :


http://www.youtube.com/watch?v=5i2T32kCza0&feature=related 


http://www.youtube.com/watch?v=HFEToS8uelc


et enfin mutin le Mozart divin :


http://www.youtube.com/watch?v=ulryzexJ6vI&feature=fvsr


Pour les coeurs qui ont des oreilles  - et Monica en a de très grandes à l'image de son coeur :-)


Carpe Diem



Jean-Claude 12/11/2011 04:08



@Monica : tes propos me ramènent sans cesse sur ce blog dès que je suis seul et ton dernier texte , je l'avoue sans honte  , m'a fait pleurer tant j'y trouve cette tendresse qui m'habite et
m'a fait élire par une dame à toi pareille car féminine jusqu'au bout , se donnant sans retenue


Alors je viens trinquer avec vous avec mon vin de paille qui lui a mis des étoiles dans les yeux et le feu à son corps ... sans les mots mais avec les gestes je l'ai découverte hédoniste ...


Merci à dialogueintérieur qui dit avec rafinement ce que je répète inlassablement ; je ne sais étreindre que ceux - et surtout celle- que J'aime car l'amour physique est , pour moi , couronnement
et non prémisse.


Je n'ai pas lu Proudhon mais les extraits ici publiés et les propos tenus sur sa misogynie m'en dissuade : j'y trouve trop d'incohérence avec la générosité affichée dans son anarchisme - c'est ma
composante féminine qui s'exprime ici : la reconnaissance des valeurs apportées par le féminisme m'est un préalable à tout début de sympathie  pour tout courant de pensée -


Carpe Diem


PS : merci à Monica pour ce beau sentiment d'amitié qu'elle fait vivre en moi par ses propos


 



constance 11/11/2011 20:49



ewa, certains d'entre nous ont de la puissance à revendre :-)


pas moi :)


alors ce qu'a dit MO, le "vous ne voulez pas du pouvoir", c'était vrai ? :)


non, il ne suffit pas d'avoir raison, faut-il encore que la forme y soit



Ewa 11/11/2011 17:43



Au sujet de Frédéric Schiffter.


L’illustration de son billet sur Nietzsche ne m’a pas étonné, ni dérangé, ni touché. Elle m’a fait sourire, tellement elle va bien avec son blog. Elle est à l’image du bon goût et de l’élégance
de Frédéric Schiffter, rien d’autre. Elle lui ressemble - à son « âme » surtout : le vrai portrait caché de Dorian Gray. En tout cas, excellent choix! Et quelle lucidité! 


En revanche, la citation misogyne de Nietzsche - rien d’original. Effectivement, on a vu d’autres…



Ewa 11/11/2011 17:41



Axel,


Lorsque vous postez un com sur notre blog, il est publié tout de suite, sans notre approbation préalable?


Si on se trompe et vous le faites remarquer, on corrige notre erreur et on vous en remercie, n’est-ce pas?


Vous avez vu les réactions critiques que l’on met à la disposition de nos visiteurs en bas de nos articles et le nombre de commentaires critiques? Même « entre nous », nous ne sommes pas
d’accord. 


Est-ce que le blog que vous nous avez donné en lien dernièrement fait pareil?


 


Tous les liens sérieux, valables, bien documentés venant de sources différentes, nous font plaisir et sont les bienvenus. 



Ewa 11/11/2011 17:38



Au sujet de Philippe Poutou.


Une option très subjective : tu « as mal compris », Constance. 


Poutou ne se présente pas pour être « notre président de la République » et « diriger le pays ». Il ne le veut pas, n’a pas cette ambition et n’a aucune chance d’y arriver. Il le dit lui-même, il
en est conscient. Tout le monde le sait et fait comme si…


NPA profite tout simplement de la présidentielle pour faire connaître et propager ses idées (et c’est très bien, ils ont parfaitement raison), pas pour prendre le pouvoir. 


« La leçon chez Ruquier » (j’en parle ici) m’a dérangé. J’avais l’impression
que Onfray règle ses comptes avec Besancenot en se servant de Poutou. Ce geste « mielleux » qui t’a « fait frémir » m’avais paru comme un geste amical noyé dans un discours paternaliste, avec
lequel j’étais globalement d’accord, mais il ne suffit pas d’avoir raison. 


Une autre option : j’ai mal compris. :~)



dialogueinterieur 11/11/2011 14:27



Avoir étreint une prostituée ne m'a pas fait l'aimer, et ne m'a pas fait m'aimer non plus. Aimer une prostituée brise le désespoir d'une solitude trop lourde, impossible à regarder dans les yeux.
C'est un moment fugace, qui offre le bénéfice de s'accepter socialement, de pouvoir continuer à marcher aux côtés des autres. Mais cet amour nous coupe de notre intimité. De notre identité
réelle.


L'amour n'est pas dans l'étreinte, mais dans ce qu'il y a autour. Encore faut-il y avoir accès. Une prostituée laisse les portes d'elle-même fermées. Elle se plie au contrat, et ne dévoile pas
plus.


Ainsi, l'étreinte est cerise sur le gâteau. Encore faut-il un gâteau.



monica 11/11/2011 10:44



A propos de méconnaissance et de haine :


"Les autres continents ont des singes ; l'Europe a des Français. Ceci compense cela"... "La femme - le beau sexe : Qualifier de beau ce sexe de petite taille, aux épaules étroites, aux hanches
larges et aux jambes courtes ne peut être que le fait d'un intellect masculin troublé par l'instinct sexuel"... (Arthur Schopenhauer L'Art de L'insulte).


On peut dire n'importe quoi sur n'importe qui, même quand on est intelligent. Il suffit d'avoir du ressentiment pour quelqu'un ou quelque chose qui vous inspire des émotions négatives ou des
frustrations.


 



monica 11/11/2011 10:20



Comment aimer les femmes quand on n'en a pas ?


Comment aimer les hommes quand on n'en a pas ?


Cela me semble difficile de dire du bien de ce qu'on ne connaît pas.


Nietzsche a aimé Lou, il ne l'a pas eue. Comment savoir ce qu'il aurait pensé des femmes s'il avait été aimé d'elle : "Lou Salomé n'aimait pas Nietzsche d'amour ; il lui revient d'avoir, plus
tard, écrit sur Nietzsche un livre extrêmement beau ( Lou Andreas Salomé, Frédéric Nietzsche, 1894, trd. fr., Grasset)" (Nietzsche par Gilles Deleuze).


 



constance 10/11/2011 21:54



Je vous permets d'autant plus qu'il n'y en a pas. vous le savez, j'ai lu bq des livres de monsieur schiffter dont certains que je n'ai pas revendus, ce qui pour moi est une marque de
grand intérêt. 


je rajouterai ce passage demain.


non, c'est la photo d'illustration qui m'a touchée, pas le passage nietzchéen que je connais parfaitement (et s'il n'y avait que celui-ci encore :-)) désolée, je dois être en hyper
sensibilité en ce moment. cela n'a aucune importance, ni dans ma vie, ni dans la vôtre. et je ne veux pas m'étendre sur le sujet.


 


sinon, ce qui peut amuser les femmes comme les hommes chez Marc Lefrançois, le vagin qui tousse :-) il n'y a que le col fermé pour lequel je ne suis pas d'accord :)))
mais enfin, je ne suis pas un exemple



Axel 10/11/2011 21:38



Constance,


Permettez-moi de rester au dehors des querelles des clochers.


Je ne suis l’épigone de personne ni d’aucune doctrine – et par tempérament je préfère suivre mon petit chemin de traverse tranquille…


Ne sachant pas que M.O en avait parlé plus loin dans ce texte, il m’apparaissait normal que l’information soit connue. J’ai pris cette information là où je l’ai trouvée. Rien d’autre. Je suis
d’ailleurs curieux et preneur de l’analyse de MO à ce sujet, et j’espère sa condamnation à la hauteur de celle qu’il a produite à l’encontre de Freud (et dieu sait que je ne suis pas défenseur de
la psychanalyse). Simple question pour moi d’honnêteté intellectuelle.



constance 10/11/2011 21:08



Axel,


il ne s'agit pas que l'extrait de frédéric schiffter nous fasse plaisir ou non. MO en parle également dans ce texte du Point, je le rajouterai plus tard. non, si c'est là ce que
Proudhon a écrit, alors il faut qu'on le sache : le talent n'excuse pas tout.


ce qui me dérange, voyez-vous, c'est plutôt ceci au
moment où MO sort son livre sur le surhomme nietzschéen.


 


ce qui me dérange, voyez-vous, ce n'est pas la leçon chez Ruquier. M. Poutou veut être notre président de la République, il se présente pour cela, pour diriger le
pays. Où bien alors p-ê que j'ai mal compris.



Axel 10/11/2011 19:28



Je n'ai jamais lu Proudhon, mais lorsque je lis l'extrait suivant de son journal, j'avoue ne pas avoir envie d'en savoir davantage de son oeuvre.


Je me doute que cela ne fait pas forcément plaisir ici mais je pense nécéssaire de relayer. Les faits sont les faits : 


(L'article complet se trouve ici : http://lephilosophesansqualits.blogspot.com/2011/11/anarchisme-franchouillard.html#comment-form )


Date du 26 décembre : " Juifs. Faire un article contre cette race, qui envenime tout, en se fourrant partout, sans jamais se fondre avec aucun peuple. Demander son expulsion
de France, à l’exception des individus mariés avec des françaises; abolir les synagogues, ne les admettre à aucun emploi, poursuivre enfin l’abolition de ce culte. Ce n’est pas pour rien que les
chrétiens les ont appelés déicides. Le juif est l’ennemi du genre humain. Il faut renvoyer cette race en Asie, ou l’exterminer... Par le fer ou par le feu, ou par l’expulsion, il faut que le juif
disparaisse... Celui que les peuples du Moyen Age haïssaient d’instinct, je le hais avec réflexion et irrévocablement. "



constance 10/11/2011 09:38



Merci Axel pour ce lien. être soi n'empêche pas le recul. "apprendre à réfléchir par soi-même", encore faut-il, comme il le souligne, que ce ne soit pas via les influences cachées, implicites
ou bien la propagande glauque.  



constance 10/11/2011 09:31



Bonjour Virginie, bienvenue chez nous


"Quand on lutte contre des monstres, il faut prendre garde de ne pas devenir monstre soi-même. Si tu plonges longuement ton regard dans l'abîme, l'abîme finit par ancrer son regard en toi"
Nietzsche, aph 146, Par delà bien et mal



Axel 10/11/2011 08:12



Si on se regarde soi on tombe dans le "soiisme" comme l'a si bien défini Jean-Leon Beauvois dans son dernier livre (que viens tout juste de refermer), "Les influences sournoises".


Petit extrait ici : http://www.bourin-editeur.fr/uploads/pdfs/82931771b64729cc9ec6003e47b9f877.pdf



dialogueinterieur 09/11/2011 23:07



Et si on se regarde soi, on devient soi-même ? 



Le chêne parlant 09/11/2011 17:59



Excellent article !


" On devient ce que l’on regarde "


William Blake.


Etant donné ce que propose le petit écran, il y a de quoi s'inquiéter !


Amicalement, V.



dialogueinterieur 09/11/2011 15:18



On peut avoir de la compassion pour son propre corps :)



parlezmoid'amourmonica 09/11/2011 10:55



"On sait maintenant où le corps malade et ses besoins poussent, entraînent et attirent inconsciemment l'esprit - vers le soleil, le silence, la douceur, la patience, le remède, le cordial, sous
quelque forme que ce soit." Nietzsche le Gai Savoir (préface de Féeries Anatomiques de Michel Onfray).


J'ai adoré, dans ce livre, les preuves d'amour de MO pour sa compagne atteinte d'une tumeur.


Cet homme est beau comme tout homme pourrait le devenir.



parlezmoid'amourmonica 09/11/2011 10:42



... Toujours en arrêt...


Pour parler d'amour... (rien à voir avec l'anarchie positive) :


Quand je suis malade, je ne le dis pas à mes amants de peur qu'ils n'aient pas pitié de moi. Ils sont tellement certains que je suis une dure à cuir !


Je fais la morte comme une bête : plus de téléphone, plus de messagerie, jusqu'à ce que je retrouve la santé. C'est ma folie.


Ici, vous savez que je ne porte pas bien en ce moment, et vous semblez vous en préoccuper... C'est cela aussi la magie du net.


Merci à vous tous



monica 09/11/2011 10:14



Pour trinquer aussi avec Jean-Claude, et donc pour le faire revenir, voici de belles paroles d'amour, chantées par Lucien Lupi (il faut aller sur deezer : mendiant d'amour) :


Quand vous rencontrez par hasard en chemin
Un pauvre qui pleure et vers vous tend la main
Votre cœur saigne et s'apitoie.
Et toute bonté, avec joie
Vous lui faites la charité
Mais moi, que toujours vous trouvez sur vos pas,
Moi qui, comme lui, souffre et pleure tout bas
Pourquoi, pourquoi ne m'écoutez-vous pas ?
Comme lui, humble, je mendie
Un regard de vous si jolie
Comme lui j'implore et supplie
Mais en vain, j'ignore pourquoi,
Ma peine à moi,
Mes longs tourments vous laissent sans émoi.
Faites-moi l'aumône, Madame,
D'un regard, que sa vive flamme
Vienne réchauffer en ce jour
Le pauvre mendiant d'amour
Dont vous avez torturé l'âme.



Frédéric 08/11/2011 22:26



Et me voici avec mon d'Yquem. Trinquons !



monica 08/11/2011 21:40



Toujours rien à voir avec ce vilain misogyne qu'était Pierre Joseph :


Je n'ai jamais cessé de t'aimer Ewa, mais je ne te le disais plus.


Quand je vois ce que tu es capable d'écrire avec autant de coeur et d'intelligence, j'ai besoin d'exprimer ma joie d'avoir fait ta connaissance grâce au net.


Tu vois, Frédéric, le bon côté d'internet, c'est ça...



Ewa 08/11/2011 20:59



Rien à voir avec Proudhon…


Chère Monica, c’est une grave erreur d’avoir cessé de m’aimer, même quand j’embête tout le monde. Mais tu te rattrapes bien. :~) Débouchons donc une bouteille de champagne à cette occasion!



monica 08/11/2011 17:26



Quatuor, mon commentaire n'a rien à voir avec le thème de l'anarchie :


J'ai eu la mauvaise idée d'aller faire un tour sur le blog de E. C'est inouï ! La folle extra-terrestre y sévit toujours. Je l'avais oubliée. Hélas, me reviennent en mémoire ses
commentaires délirants. 


Il ne me reste plus qu'une chose à faire, c'est de déboucher un bonne bouteille !


Ewa, j'y ai vu un commentaire de toi qui me fait dire à nouveau que je t'aime.



Marc Lefrançois 08/11/2011 09:36



J'ai bein envie d'acheter ce numéro qui a l'air très intéressant...



monica 06/11/2011 17:54



Oui, oui, Constance, où avais-je la tête ?


J'ai pris l'écriture de MO pour la tienne !


Tu ne m'en voudras pas.


En fait, je suis toute excusée : j'ai passé ma semaine avec fièvre, mal de gorge... dans mes petits souliers donc.


Bise de loin !


 



constance 06/11/2011 14:06



très chère monica, je ne fais que retranscrire l'article que MO a rédigé pour Le point. C'est un extrait seulement, respect des droits oblige.



monica 05/11/2011 22:52



Dans chaque être humain, il y a une "face noire". Nous en souffrons tous. Qui n'a pas eu sa période "contre les femmes" ou "contre les hommes", selon le degré de souffrance que nous éprouvons
jeune ou moins jeune, selon le nombre de déceptions qui nous détruisent ou nous construisent.


Etre homosexuel n'était certainement pas une sinécure à l'époque de Proudhon.


Le fait de ne pas aimer les femmes pour les penseurs que tu nommes, Constance, a dû leur gâcher la vie, comme la misogynie gâche la vie des hommes d'aujourd'hui. Il y en a tant qui passent à
côté du bonheur à cause d'elle.


Mais à part cela, voilà un bel article sur Proudhon et son anarchie positive.


Merci



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos