Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 08:03

 

 europe 1 abiker micro

Voyage voyage

David Abiker a reçu Michel Onfray dans sa chronique La philo de l’été de l'émission Europe 1 Soir de Nicolas Poincaré, le 19.07.2011, pour un entretien d’un quart d’heure autour du thème du voyage, abordé dans son livre "Théorie du voyage, Poétique de la géographie".


Pour réécouter l’émission sur le site d'Europe 1, cliquez sur l’image

 


 

Le 13 juillet, David Abiker a publié un article "Quelle philosophie pour la voiture ?" dans L'Express, en voici un extrait : 

"Michel Onfray, auteur d'une Théorie du voyage, m'a rappelé que l'errance se distingue du voyage en ce sens qu'elle consiste à aller d'un point A à un point B en acceptant de se perdre entre les deux. On erre à pied, à dos de chameau ou à cheval, mais rarement en train et encore moins en voiture. Errer, c'est se déplacer en laissant la porte ouverte à l'adversité, c'est refuser d'embarquer à bord du promène-couillons. On n'erre pas en Scénic sur l'A 6, même toutes fenêtres ouvertes. 

Et c'est bien le problème de l'automobiliste. Enfermé dans sa cylindrée pour partir en vacances, il semble perdu pour la philosophie, car, dans sa voiture, il a coupé le contact avec le monde. La "clim" réinvente le climat, l'autoradio la conversation, la vitesse la gravité et les vitres teintées achèvent de l'isoler. Ce sentiment de puissance et d'autosuffisance (dans tous les sens du terme...) explique que l'homme devenu machine a bien du mal à reconnaître l'humanité de ceux qui roulent sur la file d'à côté." 

Et si cet été vous essayez d’échanger la voiture contre un cheval ou un vélo, ou de mettre tout simplement un pied devant l’autre… 


voyager à pied marcher dunesvoyage cheval camargue

voyage velo montagne

 

      ou s’embarquer, oser les choses…

 

Le voyageur… « Quand il se met sur la route, il obéit à une force qui, surgie de son ventre et du tréfonds de son inconscient, le pose sur le chemin, lui donne l’impulsion et lui ouvre le monde comme un fruit exotique, rare et dispendieux. Dès le premier pas, il réalise son destin. Sur les pistes et les sentiers, dans les steppes et les déserts, dans les rues des mégapoles ou la désolation des pampas, sur la vague profonde ou dans l’air traversé par d’invisibles courants, il sait inévitable le rendez-vous avec son ombre - il n’a pas le choix. »

Michel Onfray, Théorie du voyage, Intrada

Ewa

 (avec la participation de Marc et Constance en guest star ;~)) 

Partager cet article

commentaires

monica 23/07/2011 14:45



Constant, merci pour lui.


Il a l'air de gérer les démangeaisons. C'est plus son amour-propre qui est atteint que sa chair. De plus, c'est un dur au coeur tendre. Il me demande tous les jours si je ne m'ennuie pas pendant
mes vacances.


On s'aime, quoi !


Bon après-midi, cher Constant



Constant 23/07/2011 14:21



J'espère que cela ne va pas trop le démanger. Dur à vivre quand on ne peut pas se soulager. :-)



monica 23/07/2011 11:54



Constance, je viens de voir ton com.


Toi seule me comprend !


Il faut que les quidam qui ne savent pas à quel point un mâle en rut est capable de tout, sachent au moins que même un plâtre tout le long de la jambe n'empêche pas qu'on les chevauche !



monica 23/07/2011 11:49



Ah, mais, justement, Constant, j'avais pas dit ni oui ni non.  "Souvent femme varie, bien fol est qui s'y fie"... et l'amour en aurait pâti...bien quel le motard soit très très patient ; ça
tient pas à grand chose la maladie d'amour !


Je ne suis que passagère (heureusement !), mais, oui, je l'avoue, la moto c'est grisant. La balade dans les bois avec le loup a aussi son charme à condition que ce dernier ait perdu toutes
ses dents.


Merci pour le chevalier, il te saura gré de ton souhait, le pôvre ! Il est tellement malheureux !


Marc, Ewa, zêtes toujours mes copains ou pas ?


 



Constant 23/07/2011 11:34



La belle aurait aussi pu tenir son orgueil, et aurait simplement dit : non, je te propose autre chose. Par exemple, de se promener dans les bois pendant que le loup n'y est pas. 


Les amoureux auraient été tous les deux gagnants.


A moins que ce ne soit pas l'orgueil qui ait poussé l'amoureuse à accepter, mais l'envie : les ballades avec un chevalier motorisé sont parait-il délicieuses. :-)


Souhaite un bon rétablissement à la victime, de ma part. 



marc 23/07/2011 11:24



maitre censeur dit non 



Ewa 23/07/2011 11:00



Monica, ce n’est pas mon domaine. Il faut que tu demandes un Maître Censeur en personne.  



monica 23/07/2011 10:51



Ewa, je viens de relire mon com des "deux pigeons"...


J'ai du mal à l'assumer ; s'il te plaît, retire-le !


C'est-y que l'amour m'aurait fait devenir culcul-la-praline !



constance 23/07/2011 10:44



Des mâles en rut, mais où, où ?


 


Monica, les hommes n'ont aucune imagination, yen a qui croient qu'un petit plâtre à la cheville nous empêche de les chevaucher... :-)



monica 23/07/2011 10:40



Excuse-moi Ewa,


C'est Constant qui posait la question sur la position adéquate à prendre avec un homme plâtré...



monica 23/07/2011 10:36



Vous rigolez, les filles ! Vous la connaissez !


C'est la seule qui vaille la peine que l'on subisse le joug des mâles en rut.



Ewa 23/07/2011 10:03



Je dirais même que les hommes souffrent de l’orgueil des femmes. Quelle violence insupportable! Ah, les pauvres choux! Défendons-les! ;~)



Constant 23/07/2011 08:19



L'orgueil des femmes est un poids trop lourd à porter pour les hommes. 


Ah ! les taquineries matinales ! :))


Tu nous diras Monica, comment on fait l'amour avec un homme plâtré ? :-)



monica 23/07/2011 06:17



Cet été, mon ami voulait que l'on parte à l'aventure en moto, loin, très loin.


Il ne sait pas que, pour moi, cette année, les fins de mois sont difficiles.


Partir en nomade à moto, cela signifiait des dépenses imprévues à l'hôtel, au restaurant...Je ne me vois plus dormir à la belle étoile...


Mon orgueil de femme indépendante risquait d'en prendre un coup. Mon ami aurait certainement tout fait pour l'apaiser, mais tout de même, je n'aurais pas vécu cette grande ballade comme j'entends
vivre ma vie depuis toujours : en femme libre. L'orgueil, ce méchant orgueil des femmes célibataires endurcies qui ne veulent compter que sur elles-mêmes, dans toutes les circonstances de la vie.


Nous sommes tombés de moto au démarrage (! et oui, c'est un instant crucial sur une grosse moto, le démarrage) quelques jours avant ces vacances. J'en suis sortie indemne, pas lui : malléole
cassée (environ 150 kg ont porté sur la cheville gauche). Mon amoureux est dans le plâtre pendant six semaines.


...Nous sommes encore plus amoureux qu'avant...


J'arpente à vélo en solitaire les sentiers de ma belle région, je prouve à mon ami que je suis là pour lui entre deux promenades, ces copains viennent lui rendre visite régulièrement. J'ai pu lui
parler de mes soucis. Nous faisons des projets de voyage pour l'année prochaine... Mon souhait : prendre le train jusqu'à une certaine vallée dont je raffole : la vallée d'Aspe, et là, ne bouger
qu'à pieds sur les chemins... Quel voyage !


Parfois, je pense à la fable de La Fontaine : les deux pigeons... amants, heureux amants, voulez-vous voyager ? ...


 



monica 21/07/2011 06:52



Oui, "Quel conteur, ce Michel Onfray !", mais quand on l'aime, c'est mieux encore.


Je viens de voir la vidéo.


Ce qui me surprend toujours, c'est qu'il me plaise à ce point même si je ne suis pas toujours totalement en phase avec lui, contrairement à mon premier com.


Je vais faire celle qui a envie de le contrarier, essayer de me mettre dans la peau de ces gens qu'il énerve :


Pour faire le touriste, il faut prévoir un petit budget tout au long de l'année. Le touriste, par celui qui a plein d'oseille, c'est aussi celui qui ne peut prétendre aux grands voyages parce que
ça coûte cher.


Pour être nomade, il n'est pas nécessaire d'en emporter beaucoup avec soi, mais qui ose s'aventurer ainsi ? une personne en bonne santé, jeune de préférence, un peu risque tout ; ce n'est donc
pas donné à tout le monde d'être un nomade. 


Pour voyager "vraiment", ne pas "faire" le Japon, le Mexique ou l'Afrique ou l'Asie, il me semble qu'il est préférable de ne pas être pauvre. Car l'argent contribue au plaisir du voyage. Je n'en
manque pas pour me nourrir, me vêtir ou me réjouir de temps en temps. J'en manque pour prendre l'avion ou le bateau et ainsi partir pour "apprendre à mieux me connaître".


Si les touristes partent en voyage organisé, c'est sans doute parce qu'à plusieurs, en groupe, c'est plus simple, on se sent moins fragile. Ne dit-on pas que l'union fait la force. Quand je serai
retraitée, je partirai en voyage organisé. Je sais, ce n'est pas la meilleure méthode pour voyager comme le prône MO, mais c'est tout de même moins compliqué pour une petite vieille.


Voilà, Michel Onfray, je ne suis pas philosophe, et ne le serai sans doute jamais comme vous, mais je vous aime. Alors tout ce qui paraît être hors de ma portée, grâce à vous me ravit, et me fait
rêver.


 



Thomas 21/07/2011 00:40



Le tourisme, on vérifie si le monument est bien à sa place, on prend les photos pour le prouver, on n’a rien vu, rien vécu mais on a fait Rome, Londres, Pékin … Cela me paraît assez juste



Frédéric 20/07/2011 23:40



Très belle densité ! Il est en pleine forme ! Vivement lundi prochain !



monica 20/07/2011 12:09



Et voilà, je suis encore en phase avec Michel Onfray !


La voiture et tout son arsenal de confort et d'options, n'invite pas à la découverte du continent qu'est la philosophie.


J'erre en vélo avec joie (pas par tous les temps), je déambule à pieds avec bonheur (par tous les temps) et j'attends la retraite pour prendre l'avion.


J'ai lu le livre et il me souvient que Michel Onfay en dit du bien, de l'avion.


J'aime errer dans mon jardin, à la nuit étoilée, les yeux dans le ciel et me figurer les voyages que je ferai plus tard...



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos