Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 11:11

 

 

chimpansés DISNEYNATURE-oscar6

 

Entre nous et les animaux, une différence de degré seulement, non de nature, et 99% de patrimoine génétique partagé avec nos frères les chimpanzés. Le plus débile, détraqué et illuminé des hommes aurait du mal à confondre un chien avec une chaise. Et pourtant, depuis deux siècles, les animaux sont considérés dans le Code civil français comme des « biens meubles ». Encore un héritage désastreux des religions monothéistes : la manière dont les humains - le summum de la création divine (sic) - traitent les autres êtres vivants.

Pour changer enfin le statut juridique de l‘animal, 24 intellectuels de tout bord ont signé un manifeste publié le 24 octobre 2013 sur le site de la Fondation 30 Millions d’Amis.

________________________


      Manifeste

Pour une évolution du régime juridique de l’animal dans le code civil reconnaissant sa nature d’être sensible.


Les animaux sont encore définis par le Code civil comme des choses, sur lesquelles l’homme peut par conséquent exercer un droit absolu.

Nous n’ignorons pas que toute tentative de faire évoluer cette classification se heurte à la force des habitudes et soulève invariablement des objections d’ordre économique. Nous l’ignorons d’autant moins que c’est le cas chaque fois qu’est réclamée la légitime considération due à un groupe exploité ou opprimé. 

Certes, les animaux ne sont pas des êtres humains. Ce n’est pourtant pas la proclamation d’une dignité métaphysique, mais certains attributs – capacité à ressentir le plaisir et la douleur notamment – que les humains partagent avec au moins tous les vertébrés, qui enracinent les droits les plus fondamentaux. Et bien que dans diverses réglementations françaises et européennes les animaux soient reconnus pour leur qualité d’«êtres sensibles», encouragées en ce sens par les progrès de la connaissance scientifique, ils demeurent de manière de plus en plus contradictoire des biens meubles dans notre Code civil.

Pour que les animaux bénéficient d’un régime juridique conforme à leur nature d’êtres vivants et sensibles et que l’amélioration de leur condition puisse suivre son juste cours, une catégorie propre doit leur être ménagée dans le code civil entre les personnes et les biens. 

Christophe André,  Florence Burgat,  Didier van Cauwelaert,  André Comte-Sponville,  Boris Cyrulnik,  Didier Decoin,  Philippe Devienne,  Luc Ferry,  Alain Finkielkraut,  Elisabeth de Fontenay,  Irène Frain,  Marie-Angèle Hermitte,  Jacques Julliard,  Frédéric Lenoir,  Jean-Pierre Marguénaud,  Edgar Morin,  Michel Onfray,  Erik Orsenna,  Pierre Rahbi,  Hubert Reeves,  Matthieu Ricard,  Danièle Sallenave,  Enrique Utria,  et Frédéric Vitoux. 

 



_____________________________________

 

 

Chers internautes, vous aussi, vous pouvez signer la pétition pour un nouveau statut juridique de l'animal qui a déjà recueilli le soutien de 250 000 FrançaisOui, je sais, les pétitions ça sert à rien, sauf à se donner bonne conscience. Alors,  donnez-vous bonne conscience et signez pour rien... 

 

 

« Les animaux ne sont ni des machines, ni des humains, ni des idoles, et je pense que le IIIe millénaire sera celui de la découverte des mondes animaux. Avec leur chair, nous avons fait du social en inventant la chasse. Avec leurs os, nous avons fabriqué nos premiers outils. En les peignant et en les sculptant, nous avons fait naître nos croyances originelles. En les observant, nous avons compris notre place dans le monde. Et pourtant, c’est la première fois dans l’histoire de l’homme que nous sommes capables de découvrir et de comprendre les mondes mentaux des animaux. J’insiste là-dessus : le jour où l’on acceptera enfin qu’il existe une pensée sans parole chez les animaux, nous éprouverons un grand malaise à les avoir humiliés et considérés aussi longtemps comme des outils. »

Boris Cyrulnik, « La plus belle histoire des animaux », Seuil 2000, p. 218     

 

 


 

Réactions 

  • Daniel Salvatore Schiffer, Droit des animaux : le changement de leur statut juridique est un enjeu de civilisation, Le Nouvel Observateur, 26.10.2013

« C'est donc en total accord avec cette très compassionnelle mais surtout humaniste (le paradoxe, parlant ici de l'animal, n'est qu'apparent) vision des choses que, pour ma part, je tiens à m'associer, en âme et conscience, à ce manifeste des intellectuels en faveur de la cause animale.

Je le clame d'autant plus haut et fort que j'ai moi-même toujours vécu, comme aujourd'hui encore, entouré de chats et de chiens, dont, en ce qui concerne ces derniers, un jeune "beagle" que je crois avoir sauvé, en l'ayant recueilli avant qu'il ne parte pour un laboratoire d'expériences pratiquées régulièrement sur cette petite mais robuste et intelligente race de chiens, d'atroces souffrances.

Quant à cet indigne et honteux article 528 du Code civil français, lequel assimile indûment les animaux à de vulgaires "biens meubles", c'est peu dire qu'il est, probablement sans le savoir, l'une des funestes conséquences d'une certaine philosophie française, précisément, puisque c'est Descartes lui-même, le père du rationalisme moderne, qui a élaboré, dans un de ses essais, l'absurde et encore plus abominable théorie de l'"animal-machine". [...]

C'est là une question, ni plus ni moins, de civilisation correctement entendue ! Car une société, aussi évoluée soit-elle mentalement ou techniquement, qui ne traite pas bien ses animaux, est une société qui, quelle que soit l'image qu'elle souhaite se donner anthropologiquement d'elle-même, n'a pas encore atteint le stade mûr et plein de la civilisation. 

Il est des hommes dont l'inhumaine barbarie se révèle parfois, hélas, plus bestiale encore, en son insensibilité et inconscience, que celle de tout animal, le plus sauvage soit-il ! « 


 

Partager cet article

commentaires

Ewa 04/11/2013 15:07


Est-ce une erreur ou une sorte de représentation artistique du néant…?  Le doute plane et travaille en votre faveur, Daniel, donc je ne supprime pas ce message énigmatique. :~)


 

daniel df 03/11/2013 11:09



Ewa 26/10/2013 11:31


Merci pour votre merci, Anne. :~)


Concernant les saintes paroles… Je viens de compléter ce billet avec une brève interview de Hubert Reeves, l’un des signataires du manifeste, diffusée sur BFMTV.

anne 25/10/2013 16:01


quelle jolie surprise ! merci Ewa


et puis merci aussi de prendre  du temps pour nous transmettre les saintes paroles de ce cher Michel !

Ewa 25/10/2013 15:28


La petite chose sur le noyer devant ma fenêtre vous ronronne : merci, chère Anne.


 





 

anne 25/10/2013 14:02


si seulement je pouvais avoir 100 mains pour signer ......


Gandhi a dit " la grandeur d'une nation et ses progrès moraux se juge par la façon dont elle traite ses animaux  "

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos