Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 01:10

 

Michel Onfray - l’invité de Laurent Ruquier dans l’émission On n’est pas couché sur France 2, le 30 avril 2011 - présente son dernier livre

Manifeste hédoniste (Éditions Autrement)

 

onfray-sur-le-plateau-don-nest-pas-couche-copie-1ruquier-copie-1.jpg

 

Nous avons enregistré pour vous toutes les interventions de Michel Onfray dans cette émission - 8 vidéos, soit au total 58 minutes de visionnage. 

Si vous êtes intéressés uniquement par le passage, où Onfray se trouve dans le fauteuil d’invité et parle de son dernier livre Manifeste hédoniste -  regardez directement la dernière, 8e vidéo de 24 minutes.

Si vous vous êtes retrouvés sur ce blog par hasard et si vous ne supportez ni Onfray ni les auteurs de ce site - il vous reste la 7e vidéo de 6 minutes : le sketch de Jonathan Lambert. Nous vous prévenons que cela demande quand même un minimum de sens de l’humour et de manque de sympathie pour l’extrême droite.

Nous plaignons sincèrement tous ceux qui ne peuvent regarder aucune de ces vidéos. Que les dieux d’hédonistes vous gardent!


      1/ La présentation de Michel Onfray et de son Manifeste hédoniste par Laurent Ruquier.

 

2/ Onfray/Anémone - La corrida inscrite au patrimoine français par Frédéric Mitterrand.
    Onfray : Pitoyable! Ça me sidère que l’on peut jouir du spectacle de la mort qu’on inflige!

3/ Onfray/Zemmour - La pub contre les violences « éducatives « : des claques et des fessées.

4/ Manifeste hédoniste - Politique. Comment maîtriser le capitalisme?
Le capitalisme libertaire. Le principe de Gulliver.

5/ Onfray/Besson/Anémone - Le nucléaire.
    Le contrôle démocratique et populaire du nucléaire ne passe pas par l’assemblé nationale mais par les vrais débats avec des spécialistes et des associations antinucléaires.

6/ Onfray/Besson - Le débat sur l’identité nationale réchauffé et remis sur le plateau.
    Préparer une omelette de Besson ou rendre la république désirable et appétissante pour tous
ou presque? 

7/ Sketch de Jonathan Lambert.
    La contre-histoire de Jeanne d’Arc racontée par sa dernière descendante, Mireille d’Arc.
    Elle déboulonne une idole si chère au Front National, la veille du premier mai oblige.

 8/ Michel Onfray sur le fauteuil d’invité face à Zemmour et Naulleau - Manifeste hédoniste.
Les prochains manifestes dans les Éditions Autrement consacrés à la défense des animaux et … des femmes.
Les portraits d’Onfray par G. Bedos et J-P. Enthoven sont-ils vraiment si inattendus et antinomiques? 
Un livre sur Camus en préparation ; Up du goût et les expos à la médiathèque d’Argentan.
L’importance de la biographie dans l’histoire de la philosophie : il faut articuler l’œuvre et la vie.
L’affaire Serrano : ni l’œuvre ni sa dégradation ne sont intéressantes.  
Le côté graphique de Manifeste - une belle maquette ou une mise en page doctrinale et simpliste?
La psychanalyse expéditive (?) de Paul de Tarse et son "écharde dans la chaire".
L’indispensable présence des athées dans les comités bioéthiques.
Érotique - le plaisir sans transgression, la jouissance sans souffrance? - les iconoclastes austères, les iconophiles sensuels? - un libertin : affranchi féministe amoureux de la liberté ou coucheur collectionneur phallocrate?

 «  La philosophie hédoniste est une proposition psychologique, psychagogique, éthique, érotique, esthétique, bioéthique, politique… Elle (se) propose de la même façon qu’Épicure et les épicuriens, mais également et surtout de Lucrèce, un "discours sur la nature des choses" afin que tout un chacun puisse trouver sa place dans une nature, un monde, un cosmos dans la perspective d’une vie réussie - la vie réussie se définissant comme celle qu’on aimerait revivre s’il nous était possible d’en vivre une à nouveau. Sachant cela, voulons ici et maintenant ce que nous voudrions voir se répéter dans l’hypothèse d’un éternel retour. »

Michel Onfray, Manifeste hédoniste, Autrement 2011, p.21


Ewa - Marc    

 

Partager cet article

commentaires

marc 14/05/2011 10:47



voila un lien sympa pour ceux qui ne le connaissent pas et ne comprennent pas toujours certains messages ni l’articles sur les autres blogs


http://banquetonfray.over-blog.com/article-frederic-schiffter-et-sa-philosophie-sentimentale-2-65065667.html



Ewa 12/05/2011 23:09



Ce soir, en consultant la riche correspondance souterraine de notre blog, j’avais l’impression que certain Sinope avait discuté peut-être un peu trop longtemps avec un extraterrestre illuminé et
que l’atrophie neuronale de ce dernier a déteint sur lui. Alors pour son information : concernant Sade, il ne s’agit pas de nier l’existence des pulsions sadiques et masochistes que chacun de
nous possède en quantité et intensité variable (j’ai l’impression de l’avoir déjà écrit quelque part); ni de juger les pratiques sexuelles sado maso entre les personnes libres, adultes et
consentantes, si chacun y trouve sa satisfaction. Mais il est question de philosophe - monstrueux boucher féodal et de sa philosophie qui correspond  à toutes les caractéristiques des
totalitarismes et de l’organisation des camps de concentration. La différence est là.



marc 12/05/2011 00:10



j’etais a cette conference sur sade a paris


je suis arrivé en retard alors assis pres de la sortie


j’ai vu un groupe de gothiques qui sont sortis bien avant la fin


tres deçus de traitement reservé par onfray a sade


c’etait drole ils s’attendaient surement aux emotions fortes sado-maso


et pas a la critique en regle



Ewa 09/05/2011 11:26



A propos des cueilleurs du plaisir  (libre expression)


 


J’ai passé un super week-end, "j’ai pris du plaisir", mais je l’avais construit avant, sinon je n’aurais rien eu à cueillir. Les plaisirs inattendus et pas construits qui ne demandent qu’à être
cueillis - pourquoi pas? Mais parfois même quand ils se présentent en tombant du ciel - une petite construction avant la cueillette les fait grandir et sublimer. Ceux qui ne font que cueillir
sont peut-être moins exigeants… Il est quand même pas mal, notre philosophe…;~) 


Mais pour vous Aspasie, Onfray restera pour toujours "le cadavre exquis". J’ai l’impression que Van Minh serait peut-être plus engageant,  si vous pensiez toujours ça : "Le bonheur est
un fruit mûr qui ne demande qu’à être cueilli" Alors, bonne cueillette, Aspasie! 



Ewa 09/05/2011 11:21



A propos de Sade (digression)


 


Si la boucherie et le camp de concentration font jouir Yorick, "Stirner" et les autres - c’est leur problème. Quant à moi, malgré toute la bonne volonté du monde,Les Cent Vingt Journées de
Sodome ont anesthésié strictement tous mes sens, m’ont donné des atroces nausées et une tumeur de la haine au cerveau - cette terrible envie de vengeance contre le bourreau imaginaire
(eh oui, ce n’est pas donné à tout le monde d’être comme Onfray : sans ressentiments ;~))


 


Sade - un grand jouisseur libertin! La liberté pour qui? Et la jouissance? Il fut sûrement un amant merveilleux qui fit jouir ses "partenaires" - à mort, par delà bien et mal! En tout cas, je
suis sûre que dans son délire, il en aurait été persuadé (de les faire jouir), s’il avait pu seulement remarquer leur existence. Parce que le matérialisme de Sade, contrairement au matérialisme
d’Onfray, "laisse place à l’Autre". Eh oui, bien sûr, et quelle place de choix! Prenez-là, cette place, L’Ailite, si elle vous tente tellement et régalez-vous! L’Autre n’en veut pas.


 


L’analyse de la philosophie de Sade (le dernier philosophe féodal) comme le phénomène totalitaire - proposée par Onfray - est très pertinente, dans la lignée d’Albert Camus et Hannah Arendt et à
l’opposé de cette fascination morbide à la mode de la majorité des écrivains et philosophes contemporains. Une partie de cette analyse se trouve effectivement dans Le souci des plaisirs,
si apprécié par Yorick ou Stirner (voir le chapitre Le tropisme sadique  suivi de Sade version Bataille : Une théologie négative thanatophile). Mais pour comprendre
vraiment la position d’Onfray - il n‘y a pas mieux que  Contre-histoire de la philosophie t.4, Les Ultras des Lumières (en CD - Vol. 8, Disc 7-8-9).


Sade était aussi le sujet d’une conférence (la deuxième - le 23 juin) de Michel Onfray au Théâtre du Rond Point à Paris. Et le thème général de cette saison  : Les monstres. Ça le
fait, non? 



Stirner 06/05/2011 17:51



Cher Igor Travieso,


Vous avez "la vista", même si je vous trouve indulgent avec le patois du préposé aux ciseaux.


Cordialement aussi.


 



monica 05/05/2011 18:31



Ewa, tu m'as donné envie de relire le "De Natura Rerum".


Après la danse de tout à l'heure, avant de dormir, cela m'aidera, après tant d'excitations.


Bise



monica 05/05/2011 18:01



Ah ! Marc ! Je nous vois tous danser nus autour des légumes de l'UP du Goût d'Argentan !


C'est tellement joyeux comme vision ! Yorick et son petit salsifis, Stirner et sa petite branlette, Igor et son gros gland, toi, Ewa, Constance, Lucette, les autres et moi, dansant frénétiquement
autour de ces antiques légumes ébahis... Le fou rire ne me quitte plus... j'en ai mal au ventre, cela exacerbe chez moi une pulsion que je ne peux nommer ici, en attendant de me retrouver
tout à l'heure dans les bras de mes fiers tangueros bien montés  ! Ouf ! j'en peux plus !



marc 05/05/2011 17:15



le rikiki touche ? 


avis aux amateurs ! vous pouvez voir les interventions d’intelligence rare 


du serviteur appelé igor sur notre blog 


ce sont que des insultes


 


quant au pretendu stirnenr unique et ressuscité il fallait que je censure un de ses coms samedi la nuit


il s’occupait tellement de la sexualite d’onfray 


que le psychanalyste freudien (apres 10 cheres annees de l’analyse) 


aurait decelé la peur de la castration a cause de la masturbation 


l’envie de coucher avec la mere d’igor , de tuer le pere de yorick


et de danser nu autour des legumes oublies d’up du gout d’argentan


il n’aurait pas pense a l’impuissance ni a la jalousie feroce qui lui bouffe le cerveau et c'est une hypothese la plus probable 



Igor Travieso 05/05/2011 15:21



Señores Yorick y Stirner,


À lire vos commentaires, je vois que, sans erreur possible, vous êtes tous deux des caballeros lettrés et plein d'esprit. Aussi serait-il vain que vous tentiez le moindre échange
intelligent avec les dames de ce blog qui souffrent d'être délaissées des vrais hommes, comme en témoigne leur goût pour l'affichage de pénis et leur culte pour la tête de gland de leur idole.
Naturellement, ne vous attendez pas à davantage d'intelligence de la part des messieurs de ce blog chez qui la maîtrise de la lecture et de l'écriture étant loin d'être acquise, ne peuvent
s'exprimer qu'en patois dérivé de l'espéranto.


En attendant, croyez que j'ai pris bien du plaisir à la lecture de vos mots dont le style m'évoque le fameux "art de la pointe" prôné par Baltasar Gracián.


Cordialmente,


Igor Travieso


 



mamie Lucette 05/05/2011 13:35



Ah… Yorick, je vous ai pris pour l’une des incarnations de philosophe Rikiki. Il faut croire que je suis obsédée par lui (comme toutes les mamies). Mais maintenant, je vois bien à quel point je
me suis trompée. Il serait absolument incapable d’être si drôle, décapant et imagé. J’avais encore dans mon esprit tous ces légumes touchés par l’injustice - pendant mon déjeuner. Du coup, j’ai
repris du raifort, les larmes me sont venues aux yeux, la nostalgie du pays…


 


Je m’appelle Lucette et je suis furieusement hédoniste, savez-vous? 


(le détournement)



monica 05/05/2011 12:42



Vous n'êtes pas sans qualités, Yorick, cette fois, vous avez su retenir mon attention qui s'est transformée en émotion.


Que de couleurs, de goûts et de fragrance dans votre soupe ! vous pleurez ? je pleure aussi !


Dites-moi tout... Vous êtes donc philosophe ? Un grand, de surcroît ! Il y a tant de contrastes dans votre pensée : flaubert, Pétain, Salsifis, et tutti quanti... C'est l'apanage des âmes fortes
- que seul peut avoir un philosophe de qualité - d'avoir le goût des contrastes.


Au plaisir,



Yorick 05/05/2011 11:14






Oui Stirner, Bouvard et Pécuchet à lui tout seul.


 


Et puis les héros flaubertiens, et surtout ce cher Homais qui se vantait d'être membre d'une société agronomique de Rouen (classe de
pomologie) auraient pu très bien participer à l’université du goût. Argentan n’est qu’à quelques encablures. Et puis voilà un plaisir  hygiénique et
sain que le Maréchal Pétain lui-même n'aurait pas désavoué, lui qui aimait tant la France rurale.


 


Communier avec ferveur dans le culte de la bette et du rutabaga, de l’échalas et du salsifis, du raifort et de la scorsonère, et surtout du
panais, - ah ce panais qui met tout de suite l'eau à la bouche, d’où l’expression “tremper son panais” qui n’a rien envier au “penisneid” freudien – tous ces pauvres légumes injustement
stigmatisés et délaissés sur les étals et les rayons des supermarchés, toutes ces vicitimes du fastfood dont nous devons impérativement réhabiliter la mémoire. Et de la mémoire, ils en sont
gorgés, autant que par le soleil et la pluie. Ils en ont des choses à nous dire. Et lors de longues veillées autour du feu, pareils à des enfants dans
le giron de mère-nature, nous les écoutons émerveillés nous raconter leur fabuleuse histoire, les gestes de jadis et les sapiences d’antan, l’humus qui s’élève de la terre et l’art du cultivateur
penché sur sa glèbe… Rien de d’y penser, les larmes m’en viennent aux yeux.


 



monica 04/05/2011 12:47



Mais oui, mais oui, vous avez parfaitement raison, Yorick, calmez-vous donc, le phénomène Onfray, l'ignorance crasse, l'idole d'un crépuscule... oui, oui, on a bien compris, ça vous met hors de
vous !


Carpe diem, carpe diem et en même temps et surtout, évitez de faire une indigestion d'Onfray ; On l'a bien compris Onfray c'est pas bon pour votre petite santé.


Au plaisir de vous voir en bonne forme.



Yorick 04/05/2011 12:03






Vous avez parfaitement raison, Stirner. Le phénomène Onfray n’a pu surgir que sur un fond d’ignorance crasse. C’est "l’idole d’un crépuscule" pour reprendre l’excellente formule lue quelque part
sur la toile à l’époque du livre sur Freud.


 


Cordialement



Ewa 04/05/2011 11:57



Ça fait très longtemps que j’ai quitté cette vieille terre aride, aigrie, desséchée, assoiffée de la parole schiffteresque.  Je viens d’y passer un court moment ennuyée à mort.


Point de glamour dans le "w", que la banalité assourdissante de mes origines. Pas de bovarysme dans la prononciation - comme le "wagon", tout simplement. Quelle clairvoyance de psychanalyste
freudien, Fryderyk!



Ewa 04/05/2011 09:53



George Michael en direct de New York et la voix féminine "d‘outre-tombe" - j‘aime beaucoup. Mais il faut faire le copier coller du lien "indirect" envoyé à 02h03.


 


Re-bienvenue à Jean-Claude!



marc 04/05/2011 02:14



encore une tentative directe toujours calling you !


http://www.youtube.com/watch?v=z-46HyXuAwk&feature=youtu.be



marc 04/05/2011 02:03



le dernier lien ne fonctionne pas alors calling you encore une fois !


http://youtu.be/z-46HyXuAwk



marc 04/05/2011 01:26



mais qu’est-ce que je fais ici la nuit ?


c’est sympa cette reunion des habitues du blog


salut a tous et surtout a jean-claude de retour


 


calling you !!! pour ceux qui ne sont pas la


http://www.youtube.com/watch?v=z-46HyXuAwk&feature=related



monica 03/05/2011 22:18



Constance,


Je sens que Bruno n'est pas loin non plus.


Il a besoin que nous lui disions que l'on pense à lui pour qu'il nous revienne.


Bruno, on t'attend,


Amitiés



constance 03/05/2011 20:16



Non, non, ange, les vidéos sont revenues :)


J-C, Monica, votre retour était attendu. Il ne manque que Bruno, Bruno où es-tu ? Tu nous manques :-)



Serlet Jean-Claude 03/05/2011 19:55



Comme d'accoutumée Monica me devance pour renvoyer dans les groupies de M. Schiffter ces prétendants au savoir vrai , aux prétendus détenteurs de la vrai façon de philosopher ,à ces détracteurs
sans argumentaire des réflexions de MO et des amis de ce blog ..
Ne pas opposer de jugements de valeurs aux leurs me devient de plus en plus difficile et par analogie azu showbiz ils me font penser à ces gratteurs de guitare de fond de garage qui dans les
années 60 qualifiaient le succès des Beatles de "musique commerciale " la leur étant la seul "vraie musique"


Nul besoin de réfléchir un 1/4 de seconde supplémentaire sur leur thèse maintes fois répétée : l'écho inaudible de leurs propos dans la masse des individus devraient leur faire prendre conscience
de ce qu'ils attisent comme intérêt : RIEN



monica 03/05/2011 19:24



Certainement, Stirner,


Sans culture, sans instruction, ignare, désespérément candide et agressive, telle vous me voyez, et telle, sans doute je suis, et heureuse de l'être pour ne pas avoir la prétention de vouloir
rejoindre votre confrérie qui a pour devise : "sois belle et tais-toi".


Je gère ma beauté (d'âme, cela va de soi, quoique...), mon plaisir de vivre et mon animalité avec bonheur et spontanéité.


J'espère qu'il en est de même pour vous, "Monsieur l'ennuyé par des gens comme moi".


Au plaisir de vous lire,


et surtout, surtout, carpe diem sans vous prendre la tête.  



Aspasie 03/05/2011 17:23



Comment Michel Onfray peut-il prononcer sans s'étouffer les deux mots "militant" et "hédoniste" ? À moins qu'il ne propose une nouvelle version du jeu du "cadavre exquis". "Le plaisir ça se
construit!", dit-il aussi. Moi qui pensais que le plaisir se cueillait... Pas très engageant votre philosophe...



Stirner 03/05/2011 16:38



@ Yorick,


Votre commentaire est excellent.


On n'en finirait pas de relever toutes les aberrations doctrinales de Michel Homais (ou Homay) qui me semble quant à moi être un Bouvard et Pécuchet à lui tout seul. N'ayant affaire qu'à un
public sans culture philosophique solide, servi par des journalistes non moins ignares, il peut s'autoriser à publier quantité de pensums approximatifs, lacunaires et simplistes (feraient-ils
plus de cinq cents pages). On voit bien que l'engouement qu'il suscite n'a rien d'intellectuel, mais relève d'une simple cristallisation collective. On projette sur lui, magiquement, comme sur un
totem, des vertus ou des qualités humaines qui n'ont jamais existé mais dont on déplore quand même la disparition dans une société où le cynisme marchand a digéré sans difficulté les aspirations
contestataires de 68. On veut croire que Michel Homais incarne le non falsifié, le non trafiqué, le pur en matière d'idée. Voilà pourquoi les gogos achètent ses livres comme ils achètent de la
nourriture bio et des produits équitables. Ils se disent qu'ils résistent ainsi au système, qu'ils sont du côté de l'humanité, de la tolérance, etc. Les autres sont des salauds ou ils ont le cœur
sec. Bref, tout le gnangnan de l'indignation et des bons sentiments. C'est d'ailleurs ainsi qu'il leur vend sa marchandise: comme une philosophie alternative et sociale cultivée loin de Paris,
auprès de vraies gens, dans l'authenticité d'un terroir provincial. Il joue sur du velours, bien sûr, tellement le désir propre aux gens incomplètement instruits de se soumettre affectivement et
intellectuellement à un Rebelle (de plateaux de télévision) l'emporte sur celui de douter et de se cultiver. La réaction candide et agressive de Monica et de Constance à vos commentaires en
témoigne. 


Amicalement



monica 03/05/2011 12:47



Yorick, si j'essaie de me mettre à votre place...


Effectivement, comment peut-on être philosophe et déprécier le mensonge, la duperie, la feinte, le masque, la mascarade etc.


Ah ! oui ! j'imagine la scène des seins de la dame, etc. quelle mascadrade, en effet !


Effectivement, comment détester Sade quand on est philosophe et faire l'éloge du poignard de Charlotte assassinant sauvagement Marat !


Vu sous ces angles (et qu'ils sont droits, propres et réfléchis !)on peut douter d'un philosophe comme Michel Onfray.


Oui, vous avez sans doute raison, mais faites un effort et tâchez, si vous le pouvez, de voir Michel Onfray sans oeillères, sans parti pris et surtout avec un brin de jugeotte, on
ne sait jamais... 



Yorick 03/05/2011 10:01






@ Stirner.


 


En effet, Michel Onfray (que Philippe Muray appelait “Michel Homais”) est bien sûr opposé au libertinage transgressif, car celui-ci rappelle le péché et donc la religion. Or le “souci des
plaisirs” sauce Onfray élimine le péché, la transgression, le manque sous toutes ses formes, le mensonge et la duperie, la feinte, le masque, la mascarade, le quiproquo, le malentendu, la
surprise de la rencontre… bref tous les ingrédients de ce que nous nommons le désir et la séduction. En guise de libertinage, Onfray aspire à un ciel radeux, une sorte de phalanstère baigné de
lumière et de transparence, où chacun trouverait chaussure à son pied après avoir dûment scellé ses désiderata dans le cadre d’un contrat, afin d’éviter toute mauvaise surprise liée au
surgissement d’un désir incongru. N’oublions pas que le matérialisme plat et insipide d’Onfray ne laisse aucune place à l’Autre.


 


Cette histoire de contrat me rappelle la pratique qui sévissait dans certaines universités américaines au temps où les féministes faisaient la loi.  J’avais lu ça dans “Une Amérique qui fait peur” du journaliste Edward Behr. Il était convenu que pendant le flirt, l’homme devait demander respectueusement à la
femme l’autorisation de passer à chaque étape suivante, sous peine d’être accusé de viol . On voit d’ici la scène. Après avoir obtenu l’autorisation de caresser le sein droit et il fallait
refaire l’opération pour le sein gauche. Un peu comme dans l’administration : après le bordereau bleu, il faut présenter le bordereau rose.


 


Dans “Le souci des plaisirs”, Onfray se déchaîne contre Sade. Cest d’autant plus comique que dans un autre ouvrage, il rend pieusement hommage au couteau de
Charlotte Corday.  Lorsque le crime est “citoyen” il a droit à tous ses éloges. Lorsqu’il se présente sous l’alibi du Bien, le Mal est non seulement
légitime mais désirable. C’est très comique dans la mesure où Sade voyait dans la Terreur la réalisation de ses fantasmes.  Il manquait aux Français qui étaient sur la bonne voie de faire “encore un effort”.



un ange trépasse 03/05/2011 05:10



raahhh ! J'arrive trop tard : M. BUG a effacé toutes les vidéos !



Stirner 02/05/2011 17:21






Voici une version plus claire (enfin, j'espère), cher Yorick


Intéressant, l’échange entre Zemmour et
Onfray dans la mesure où l’on perçoit tout le « riquiquisme  philosophique » du second tel que F. Schiffter le définit dans son blog (http://lephilosophesansqualits.blogspot.com/), à savoir comme une doctrine impuissante à assumer
conceptuellement et existentiellement ce qu’elle fait mine de défendre ou de célébrer.


Zemmour rappelle, à raison, que le
catholicisme, en guerre contre la Réforme puritaine et iconoclaste, promeut au XVI e siècle une iconographie et une musicalité sensuelles (cf. l’art renaissant, le baroque, le maniérisme), Onfray
affirme avec un non sens historique et esthétique déconcertant que cet art aurait pu apparaître sans son socle catholique, un peu comme si la statuaire des temples tibétains aurait pu être
inventée sans la spiritualité bouddhiste. Zemmour souligne, à raison encore, qu’il n’y a pas de plaisir vif sans transgression des interdits, Onfray lui oppose une révélatrice typologie de
plaisirs encadrés par des interdits ou régis par des contrats.


Zemmour évoque les figures incontournables
de libertins, c’est-à-dire de grands séducteurs et de grands jouisseurs tels que Casanova, Sade (j’ajouterai Crébillon fils, Monsieur de Bernis, Mirabeau, Hérault de Séchelles, etc.), Onfray
rabat le libertinage avec une pudibonderie d’institutrice sur la définition livresque du XVIIe siècle c’est-à-dire celle de libre penseur. Tel est son hédonisme « riquiqui »,
dirait Schiffter : un ensemble de pétitions de principes théoriques, entre hygiène et bons sentiments (cf. les commentaires de Constance et de Monica) élaborés contre les plaisirs les plus
réels qui s’éprouvent par-delà bien et mal et, surtout, contre ceux qui se contentent de les vivre sans sermonner ceux qui en sont incapables. 



Stirner 02/05/2011 17:13






Intéressant, l’échange entre Zemmour et
Onfray dans la mesure où l’on perçoit tout le « riquiquisme  philosophique » du second tel que F. Schiffter le définit dans son blog (http://lephilosophesansqualits.blogspot.com/), à savoir comme une doctrine impuissante à assumer
conceptuellement et existentiellement ce qu’elle fait mine de défendre ou de célébrer.


Zemmour rappelle, à raison, que le
catholicisme, en guerre contre la Réforme puritaine et iconoclaste, promeut au XVI e siècle une iconographie et une musicalité sensuelles (cf. l’art renaissant, le baroque, le maniérisme), Onfray
affirme avec un non-sens historique et esthétique déconcertant que cet art aurait pu apparaître sans son socle catholique, un peu comme si la statuaire des temples tibétains aurait pu être
inventée sans la spiritualité bouddhiste.


Zemmour souligne, à raison encore, qu’il n’y
a pas de plaisir vif sans transgression des interdits, Onfray lui oppose une (révélatrice) typologie de plaisirs encadrés par des interdits ou régis par des contrats.


Zemmour évoque les figures incontournables
de libertins, c’est-à-dire de grands séducteurs et de grands jouisseurs tels que Casanova, Sade (j’ajouterai Crébillon fils, Monsieur de Bernis, Mirabeau, Hérault de Séchelles, etc.), Onfray
rabat le libertinage avec une pudibonderie d’institutrice sur sa définition livresque du XVIIe siècle c’est-à-dire celle de libre penseur. Tel est l'hédonisme « riquiqui »
d'Onfray, dirait Schiffter : un ensemble de pétitions de principes théoriques, entre hygiène et bons sentiments (cf. les commentaires de Constance et de Monica) élaborés contre les plaisirs
les plus réels qui s’éprouvent par-delà bien et mal et, surtout, contre ceux qui se contentent de les vivre sans sermonner ceux qui en sont incapables. 



constance 02/05/2011 12:44



Ah, Ah, Ah, tout à fait d'accord ! Je dirais même que le must serait que certains en lisant les théories d'Onfray se remettent en question et, puisque rien n'est jamais perdu ni impossible,
évoluent pour plus de tolérance, d'amour envers son prochain, d'amour pour la différence. Monica, on dirait toi mais nous n'avons pas beaucoup de mérite te concernant, tu étais comme cela avant
de venir :)


 


Rappelons-nous que l'intelligence et l'ouverture sont les seuls moyens de rendre les autres meilleurs, cela se gagne citoyen par citoyen. Onfray n'a rien d'un gourou, Onfray propose à tous (quel
que soit leur bord politique, mais plus particulièrement à ceux d'extrême droite) réflexion et humanisme. Si, par ce blog, certains se laissent convaincre, alors nous aurons gagné
quelque chose qui n'a pas de valeur :)



un épicurien 02/05/2011 11:36



Peut être que ces messieurs devraient changer de librairie, car là où j'achète mes livres, je n'ai jamais vu d'ouvrage de Michel Onfray au rayon spiritualité et/ou developement personnel (bien
que la philosophie soit aussi d'une certaine manière un dévelopement de soi et une thérapie de l'âme).



Yorick 02/05/2011 09:34






Tout à fait d’accord avec vous Stirner, c’est bien l’impression que ça donne. Une sorte de compote New-Age. Et ce n’est pas l'un des moindres
paradoxes de cette “philosophie” qui se veut matérialiste que celle de servir de guidance spirituelle pour ses épigones. Une “philosophie” prétendûment matérialiste mais qui
finit dans le rayon “développement personnel”, voilà qui devrait susciter quelques interrogations tout de même...



Stirner 01/05/2011 15:38



On dirait une publicité à l'adresse de pauvres cadres fatigués avides de se ressourcer dans un séminaire de secte "new age"... 



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos