Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 09:16

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

(13 mai 2014)

d'Abolition 2012

(Le collectif Abolition 2012 est composé de 59 associations de lutte contre toutes les formes de violences sexuelles et sexistes.)


Emotion et mobilisation à deux vitesses 

 

nigeria-enlevement-lyceennes-chimulus

200 nigérianes à vendre par Boko Haram… 

 

une-jeune-femme-africaine-se-prostituant-en-france--photo--.jpg

Des milliers vendues sur nos trottoirs au profit des clients prostitueurs français! 

 

La France et la communauté internationale sont aujourd’hui mobilisées pour porter secours aux 223 adolescentes enlevées et séquestrées au Nigeria par le groupe Boko Haram. Nous nous en félicitions ! Mais nous tenons à rappeler que sur notre propre territoire, et dans une quasi-indifférence, des milliers de jeunes femmes nigérianes sont tenues en servitude sexuelle par des réseaux internationaux les ayant achetées et revendues pour alimenter le marché prostitutionnel français.

 

François Hollande doit faire preuve de cohérence au sommet africain de samedi 

Alors que la France a proposé l’organisation d’un sommet des dirigeants africains à Paris portant sur la sécurité au Nigeria, il serait bon et cohérent que le Président de la République commence par y annoncer que la France prendra désormais toutes ses responsabilités pour lutter contre l’esclavage sexuel des jeunes femmes nigérianes en condamnant tout achat d’un acte sexuel. Le marché prostitutionnel français, alimenté au profit des clients prostitueurs français, porte en effet une immense responsabilité dans l’enlèvement, l’achat et la revente, chaque année, de milliers de jeunes nigérianes par les réseaux de trafiquants internationaux.

 

Des milliers de jeunes femmes nigérianes exploitées violemment sur les trottoirs français

Chaque semaine, les associations de soutien aux personnes prostituées rencontrent de jeunes femmes nigérianes, parfois mineures, toujours profondément isolées, vulnérables et réduites à la prostitution par des réseaux parfaitement organisés. Ces réseaux les achètent au Nigéria, les conditionnent au prix de violences massives et d’emprise psychologique vaudoue, puis les transfèrent en France et les exploitent sur les trottoirs de nos villes.

 

Une exploitation qui rapporte 15 millions d’euros en France selon la DCPJ

Le phénomène est tellement massif que la Direction Centrale de la Police Judiciaire a publié en juin 2011 une note spécifique à ce sujet. La police française y précise que les jeunes femmes nigérianes sont victimes de violences physiques et de privation de nourriture tandis que leurs familles sont menacées au pays. Elle rappelle aussi que le seul proxénétisme nigérian en France rapporte 15 millions d’euros à ses auteurs.

      _____________________________

 

"Les jeunes filles sont vendues 10 à 15 dollars". "Le Nigéria est le second pourvoyeur de prostitution en Europe derrière les pays de l’Est", rappelle Mathieu Guidère qui ajoute : "C’est une économie complète, vous avez dans ces régions des marchés de ces jeunes filles qui sont ensuite transférées en Europe et aux Etats-Unis. Ces lycéennes pourraient finir dans ces filières. Il faut bien comprendre que ça n’a rien à voir avec de l’esclavage au sens médiéval du terme, ici nous parlons de réseaux de prostitution très bien organisés, même mieux qu’en Europe de l’Est. En général, les jeunes filles sont vendues 10 à 15 dollars, puis doivent se prostituer pour espérer racheter leur liberté".


 

 
"Les jeunes filles enlevées apparaissent aussi comme un produit d'appel, une sorte d’appât pour recruter de nouveaux djihadistes. La situation est tellement désastreuse dans le nord du pays que ces jeunes gens ont très peu de chance de pouvoir se marier. Au fond, c'est aussi leur promettre d'avoir une épouse à leur dévotion en rejoignant les rangs de cette secte islamiste."


Published by Ewa - dans Nausée
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 16:30

 

 

La promotion médiatique du premier tome de la Contre-histoire de la littérature: « Le réel n’a pas eu lieu » de Michel Onfray continue. Cette fois-ci, dans l’émission de François Busnel La Grande Librairie diffusée sur France 5 le 1er mai 2014.

 

 

 

_________________________________

 

Le réel n'a pas eu lieu, soutient Michel Onfray

Par François Busnel, publié le 23/04/2014, L'Express

 

Onfray lit dans les chefs-d'oeuvre une interprétation iconoclaste du monde. Don Quichotte, nous dit-il, est l'homme du déni.

A tous ceux qui se demandent à quoi peut bien servir la littérature, le philosophe Michel Onfray propose quelques éléments de réponse, qui nourriront sainement la réflexion des plus sceptiques. Il en va de la lecture comme de la politique : les idéologies et les convictions prédominent, or ces dernières sont les ennemies de la vérité. Après sa Contre-histoire de la philosophie, Michel Onfray s'attelle à Une contre-histoire de la littérature. 

Ses cibles? Les chefs-d'oeuvre classiques. Ces livres dont tout le monde parle mais que peu lisent vraiment. Encore faudrait-il s'entendre sur la définition du chef-d'oeuvre... Appliquons le terme, pour commencer, aux oeuvres qui ont vu des noms propres devenir des adjectifs. Sadique, rabelaisien, dantesque, kafkaïen : que signifient, au juste, ces mots devenus communs?

don quichotte2Avec Don Quichotte, Michel Onfray a fort à faire. D'abord, parce que le livre composé par Cervantès entre 1605 et 1615 a donné naissance à trois ou quatre substantifs communs : une dulcinée (du nom de la promise de l'hidalgo), une rossinante (c'était un cheval et non une jument), le donquichottisme et même - un temps - le sanchopancisme (aujourd'hui disparu des dictionnaires).

Don Quichotte: grand roman de la dénégation

Ensuite, parce que le Quichotte est une critique cinglante de l'Eglise, sous le couvert d'une mise en abyme de l'auteur, tombé par un hasard fort peu catholique sur la traduction de ce livre moqueur. Enfin, parce qu'il s'agit du grand roman de la dénégation. Arrêtons-nous sur ce dernier point. Qui est Don Quichotte?

Un homme qui a lu trop de romans de chevalerie et décide que la fiction qu'ils racontent est plus vraie que le monde qui l'entoure. Bref, Quichotte est l'archétype de l'homme qui prend ses désirs pour des réalités. Et, lorsque la réalité le fait chuter, loin de reconnaître son erreur, il évoque l'"enchantement" jeté par quelque puissant mage sur le pauvre peuple ignorant, ou encore une "machination" montée contre lui. Paranoïa et théories du complot. Don Quichotte, nous dit Onfray, est l'homme du déni : pour lui, le réel n'a pas eu lieu.

Le plus bel exemple tient dans le célèbre passage où Don Quichotte prend les moulins pour des géants, sous le regard éberlué du brave Sancho Pança. La lecture à laquelle nous invite Michel Onfray est stimulante. Elle consiste à ne plus prendre les chefs-d'oeuvre pour des blocs monolithiques, mais à en faire les grilles vivantes d'une interprétation iconoclaste du monde. Des amis, en somme. Et c'est là le plus grand service que l'on puisse rendre à la littérature. Passionnant!     

 


1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 16:35

 

 

feminisme- un-bras-d-honneur-pour-la-route

Le travail domestique non rémunéré accompli par les femmes… J’avoue que c’est un sujet qui m’exaspère. S’il y a bien un domaine où le combat féministe aurait dû être facile et terminé depuis longtemps, c’est justement sur ce terrain de l’esclavage domestico-familial, car l’esclave volontaire, pardon, la femme, a toutes les cartes en main pour régler cette sordide affaire.

Il y a 50 ans, Gisèle Halimi faisait la grève de la faim pour ne pas être au service de ses frères à la maison et avait gagné son premier petit combat pour pouvoir « se créer liberté ». Mais je n’arrive pas à comprendre comment - au XXIe siècle en France - une jeune femme intelligente, active professionnellement et indépendante financièrement peut consacrer si grande partie de son temps aux tâches ménagères et à faire la bonniche! Je ne parle évidemment pas de celles pour lesquelles le ménage est un hobby, un passe-temps favori, ni de toutes sortes de masos et de martyres - dans ce cas-là, pas de problème, si ça fait leur bonheur… Il s’agit uniquement des jeunes femmes qui s’en plaignent, demandent de l’aide (sic) et de la participation de leurs compagnons, des femmes qui négocient, appellent à la révolte, des femmes qui placent leurs centres d’intérêt ailleurs et qui auraient préféré consacrer leur temps libre à lire, à créer, à s’instruire, à aller au théâtre, à se promener, à danser, à voir des ami(e)s, à ne rien faire….

Pourquoi donc, nom de Pénates!, se sentent-elles obligées, après une journée de travail, de laver les chaussettes sales et repasser les chemises de leurs hommes!? Et eux, pensent-ils à laver les soutiens-gorge et repasser les petits hauts de leurs femmes? Le poids de la société patriarcale, de la tradition, de la religion, de l’habitude, de l’éducation… Bien sûr. Mais aujourd’hui rien ni personne ne peut vous obliger à faire ça!!! Il suffit de dire NON! C’est très simple. Et s’il ne vous vient même pas à l’idée de vous taper la double journée et d‘être une servante, alors il ne viendra à l’esprit d’aucun homme sensé d‘attendre ça de vous.

« Soyez résolues à ne plus servir et vous voilà libres. » 

 

 

        ____________________________

 

Ce maître n’a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n’a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu’il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire. D’où tire-t-il tous ces yeux qui vous épient, si ce n’est de vous ? Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper, s’il ne vous les emprunte ? Les pieds dont il foule vos cités ne sont-ils pas aussi les vôtres ? A-t-il pouvoir sur vous, qui ne soit de vous-mêmes ? Comment oserait-il vous assaillir, s’il n’était d’intelligence avec vous ? Quel mal pourrait-il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, les complices du meurtrier qui vous tue et les traîtres de vous-mêmes ? [... ]

la boétie discours de la servitude volontaire 1Et de tant d’indignités que les bêtes elles-mêmes ne supporteraient pas si elles les sentaient, vous pourriez vous délivrer si vous essayiez, même pas de vous délivrer, seulement de le vouloir. Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres. Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre.

[...] ... peut-être ai-je tort de vouloir ainsi exhorter un peuple qui semble avoir perdu depuis longtemps toute connaissance de son mal [...] Cherchons donc à comprendre, si c’est possible, comment cette opiniâtre volonté de servir s’est enracinée si profond qu’on croirait que l’amour même de la liberté n’est pas si naturel."

 

Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire    

 1) texte en français modernisé  2) texte dans sa version originale 

___________________

         

« Discours de la servitude volontaire » analysé brillamment par Raphaël Enthoven et Paola Raiman dans l'émission « Le Gai savoir » diffusée chaque dimanche (ou presque) sur France Culture.


 

 

Note : Une petite inexactitude s’était glissée dans le propos de Raphaël Enthoven (11:35) : « La Pologne est envahie par l’Allemagne. Les Polonais envoient les cavaliers contre les tanks. » Ce n’est qu’une légende, rien à voir avec la vérité historique. Le mythe a été créé en 41 par la propagande nazie (dans le pseudo document, les rôles des cavaliers polonais étaient joués par des soldats slovaques);  entretenu pendant la guerre froide par le régime communiste polonais et par les pays occidentaux; et sublimé, entre autres, par Andrzej Wajda dans le film « Lotna ».

 

 

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos