Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 01:17

 

 

 

Je lègue aux quatre éléments

 ce que j’avais en ma possession éphémère 

 

au feu - ma pensée

qu’il se propage le feu

 

à la terre que j’ai trop aimée

mon corps graine stérile

 

à l’air mes mots et mes mains

et mes soupirs les choses inutiles

 

restera 

une goutte d’eau

qu’elle circule entre

terre et ciel

 

qu’elle devienne pluie transparente

fougère de givre flocon de neige

 

que n’ayant jamais atteint le ciel

vers ma terre vallée de larmes

 

fidèle elle revienne en rosée pure

effritant patiemment la glèbe dure

 

je rendrai bientôt aux quatre éléments

ce que j’avais en ma possession éphémère 

 

- je ne reviendrai pas à la source de la sérénité 

 

          Traduit par Ewa                    

cmentarz noca 2013

                  


A consulter également  

         

25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 11:11

 

 

chimpansés DISNEYNATURE-oscar6

 

Entre nous et les animaux, une différence de degré seulement, non de nature, et 99% de patrimoine génétique partagé avec nos frères les chimpanzés. Le plus débile, détraqué et illuminé des hommes aurait du mal à confondre un chien avec une chaise. Et pourtant, depuis deux siècles, les animaux sont considérés dans le Code civil français comme des « biens meubles ». Encore un héritage désastreux des religions monothéistes : la manière dont les humains - le summum de la création divine (sic) - traitent les autres êtres vivants.

Pour changer enfin le statut juridique de l‘animal, 24 intellectuels de tout bord ont signé un manifeste publié le 24 octobre 2013 sur le site de la Fondation 30 Millions d’Amis.

________________________


      Manifeste

Pour une évolution du régime juridique de l’animal dans le code civil reconnaissant sa nature d’être sensible.


Les animaux sont encore définis par le Code civil comme des choses, sur lesquelles l’homme peut par conséquent exercer un droit absolu.

Nous n’ignorons pas que toute tentative de faire évoluer cette classification se heurte à la force des habitudes et soulève invariablement des objections d’ordre économique. Nous l’ignorons d’autant moins que c’est le cas chaque fois qu’est réclamée la légitime considération due à un groupe exploité ou opprimé. 

Certes, les animaux ne sont pas des êtres humains. Ce n’est pourtant pas la proclamation d’une dignité métaphysique, mais certains attributs – capacité à ressentir le plaisir et la douleur notamment – que les humains partagent avec au moins tous les vertébrés, qui enracinent les droits les plus fondamentaux. Et bien que dans diverses réglementations françaises et européennes les animaux soient reconnus pour leur qualité d’«êtres sensibles», encouragées en ce sens par les progrès de la connaissance scientifique, ils demeurent de manière de plus en plus contradictoire des biens meubles dans notre Code civil.

Pour que les animaux bénéficient d’un régime juridique conforme à leur nature d’êtres vivants et sensibles et que l’amélioration de leur condition puisse suivre son juste cours, une catégorie propre doit leur être ménagée dans le code civil entre les personnes et les biens. 

Christophe André,  Florence Burgat,  Didier van Cauwelaert,  André Comte-Sponville,  Boris Cyrulnik,  Didier Decoin,  Philippe Devienne,  Luc Ferry,  Alain Finkielkraut,  Elisabeth de Fontenay,  Irène Frain,  Marie-Angèle Hermitte,  Jacques Julliard,  Frédéric Lenoir,  Jean-Pierre Marguénaud,  Edgar Morin,  Michel Onfray,  Erik Orsenna,  Pierre Rahbi,  Hubert Reeves,  Matthieu Ricard,  Danièle Sallenave,  Enrique Utria,  et Frédéric Vitoux. 

 



_____________________________________

 

 

Chers internautes, vous aussi, vous pouvez signer la pétition pour un nouveau statut juridique de l'animal qui a déjà recueilli le soutien de 250 000 FrançaisOui, je sais, les pétitions ça sert à rien, sauf à se donner bonne conscience. Alors,  donnez-vous bonne conscience et signez pour rien... 

 

 

« Les animaux ne sont ni des machines, ni des humains, ni des idoles, et je pense que le IIIe millénaire sera celui de la découverte des mondes animaux. Avec leur chair, nous avons fait du social en inventant la chasse. Avec leurs os, nous avons fabriqué nos premiers outils. En les peignant et en les sculptant, nous avons fait naître nos croyances originelles. En les observant, nous avons compris notre place dans le monde. Et pourtant, c’est la première fois dans l’histoire de l’homme que nous sommes capables de découvrir et de comprendre les mondes mentaux des animaux. J’insiste là-dessus : le jour où l’on acceptera enfin qu’il existe une pensée sans parole chez les animaux, nous éprouverons un grand malaise à les avoir humiliés et considérés aussi longtemps comme des outils. »

Boris Cyrulnik, « La plus belle histoire des animaux », Seuil 2000, p. 218     

 

 


 

Réactions 

  • Daniel Salvatore Schiffer, Droit des animaux : le changement de leur statut juridique est un enjeu de civilisation, Le Nouvel Observateur, 26.10.2013

« C'est donc en total accord avec cette très compassionnelle mais surtout humaniste (le paradoxe, parlant ici de l'animal, n'est qu'apparent) vision des choses que, pour ma part, je tiens à m'associer, en âme et conscience, à ce manifeste des intellectuels en faveur de la cause animale.

Je le clame d'autant plus haut et fort que j'ai moi-même toujours vécu, comme aujourd'hui encore, entouré de chats et de chiens, dont, en ce qui concerne ces derniers, un jeune "beagle" que je crois avoir sauvé, en l'ayant recueilli avant qu'il ne parte pour un laboratoire d'expériences pratiquées régulièrement sur cette petite mais robuste et intelligente race de chiens, d'atroces souffrances.

Quant à cet indigne et honteux article 528 du Code civil français, lequel assimile indûment les animaux à de vulgaires "biens meubles", c'est peu dire qu'il est, probablement sans le savoir, l'une des funestes conséquences d'une certaine philosophie française, précisément, puisque c'est Descartes lui-même, le père du rationalisme moderne, qui a élaboré, dans un de ses essais, l'absurde et encore plus abominable théorie de l'"animal-machine". [...]

C'est là une question, ni plus ni moins, de civilisation correctement entendue ! Car une société, aussi évoluée soit-elle mentalement ou techniquement, qui ne traite pas bien ses animaux, est une société qui, quelle que soit l'image qu'elle souhaite se donner anthropologiquement d'elle-même, n'a pas encore atteint le stade mûr et plein de la civilisation. 

Il est des hommes dont l'inhumaine barbarie se révèle parfois, hélas, plus bestiale encore, en son insensibilité et inconscience, que celle de tout animal, le plus sauvage soit-il ! « 


 

22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 19:59

 

 



*

L’invité d’Olivier de Lagarde dans l’émission « Un monde d’idées « sur France Info, le 21 octobre 2013 - voici, en trois volets, Michel Onfray qui :

  1. aide le docteur en psychologie à déconstruire le mythe de Françoise Dolto, fidèle disciple de la religion freudienne
  2. annonce le scoop : les universités populaires du goût et du théâtre quittent Argentan où le philosophe et ses initiatives n’étaient pas, selon lui, appréciés à leur juste valeur
  3. parle des religions, de dieu et de l’athéisme comme on n’ose plus en parler; 2% de l’humanité se sent un peu moins seule…

Vous pouvez visionner la vidéo de 23 minutes ou écouter trois players de 5 minutes.

Comme d’habitude, j’ai mis à votre disposition quelques transcriptions des saintes paroles du philosophe. ;~)

        _________________________________



-1- 
 Sur le livre de psychothérapeute et docteur en psychologie, Didier Pleux,
Françoise Dolto, la déraison pure , dont Michel Onfray a signé la préface.  
 
  • (00:40)   Françoise Dolto a dit beaucoup de sottises en matière de pédagogie, d’éducation et pendant des années, elle a servi une soupe sur les ondes qui a été terrible, en laissant croire aux parents que les enfants étaient le centre du monde, que les parents étaient toujours coupables, que les petits garçons voulaient coucher avec leurs mères et tuer leurs propres pères… Il y a une espèce de délire sur l’idée que les inconscients communiqueraient et qu’on n’aurait même pas besoin de langage… Une pensée totalement magique.
  • (02:43)   Il y a des gens qui dans les années 70 croyaient que la vérité du prolétariat était en l’Union Soviétique et que la vérité des relations humaines se trouvait dans l’Inconscient. Aujourd’hui, on en est revenu de l’Union Soviétique, mais il y a toujours des gens qui considèrent que l’inconscient freudien c’est l’inconscient tout court. C’est la névrose de Freud qu’on nous a présentée comme une vérité scientifique. Heureusement que les jeunes générations n’y croient plus beaucoup. La vieille génération est encore au pouvoir, fait encore la loi et défend cette vieille fiction freudienne.
« Didier Pleux effectue sa déconstruction existentielle sans haine, sans animosité, sans énervement. Il cite des textes, donne des faits, prouve, démontre calmement. Il a lu, il a vu, il a vaincu... Nul doute que ce praticien qui pense sera une fois de plus présenté comme un réactionnaire par les gardiens du temps freudien. »  (Extrait de la préface)


-2-
Sur l‘Université populaire et le livre qui lui a été consacré

  • (02:10)  - Alors, vous quittez Argentan, pourquoi?   -  Je ne suis pas désiré dans cet endroit, donc je vais faire ailleurs ce que je faisais à Argentan. L’Up du goût se déplace, elle va avoir lieu à Caen, notamment en matière d’oenologie. Et L’Up du théâtre va se déplacer à Chambois qui est mon village natal. Et on va continuer dans le même esprit, c’est-à-dire : bénévolat, gratuité et édification personnelle. La culture, ce n’est pas ce qui sert de marqueur, la culture pour moi, ça réunit. Si on peut goûter un vin avec des gens qui ne sont pas des œnologues, voir une pièce de théâtre avec des gens qui ne sont pas des critiques de théâtre, débattre sur une question philosophique avec des gens dont ce n’est pas la profession d’être philosophe - alors je suis le plus heureux des hommes. 
  • (03:43)  - Est-ce que l’Éducation nationale pourrait s’inspirer de ce que vous faites?   - Non, parce que le propre de l’Éducation nationale est de se servir de la culture comme d’un marqueur. C’est pourquoi les gens aiment si peu la peinture, la musique, la littérature, parce qu’on les ennuie avec ça, parce qu’on les fatigue, parce que Baudelaire, ça sert à passer le bac et pas à prendre le plaisir de la lecture du poème. L’Éducation nationale produit des diplômés qui eux-mêmes vont prendre leur place dans la société pour faire de telle sorte qu’il y ait des puissants et des misérables. 


-3-
Sur Le magnétisme des solstices, le cinquième volume du Journal hédoniste de Michel Onfray et sur son sujet «préféré» : dieu. 
 
  • (01:20)   L’islam est aujourd’hui dominant et prédominant dans notre civilisation, on tourne autour du pot, on n’en parle pas réellement. Il y a d’un côté des gens qui nous disent que l’islam est une religion de paix, de tolérance et d’amour, c’est pas vrai. De l’autre côté des gens considèrent que l’islam c’est immanquablement le terrorisme, c’est pas vrai non plus. En revanche, c’est une religion qu’il faut déconstruire.
  • (01:45) La religion catholique est majoritaire dans les têtes et dans les corps. Ce n’est pas parce que les églises sont vides que les têtes sont vides aussi de christianisme. Aujourd’hui, les gens ne vont plus à l’église, mangent du boudin le Vendredi Saint et ne savent pas distinguer l’Ascension de l’Assomption, c’est vrai, le christianisme est en déshérence même chez les chrétiens. Il n’empêche que dans les tribunaux, les hôpitaux, les écoles, le schéma chrétien fonctionne encore, il a été imposé par plus de deux mille ans de christianisme.
  • Par exemple, dans les hôpitaux, le christianisme produit les effets en matière de la bioéthique. Pourquoi on laisse mourir des gens avec des chimiothérapies terribles et on massacre les corps? Simplement parce que vous avez le comité éthique qui est en train de nous expliquer qu’on ne peut pas jouer sur les thérapies géniques, simplement parce que le gène est confisqué par le religieux. On ne va pas travailler sur des embryons, parce qu’on dit que ce sont des personnes potentielles, que ce sont les personnes réelles… Tout ce qui est aujourd’hui génie génétique est interdit en France. On ne travaille pas sur ces sujets-là parce qu’on a deux mille ans de christianisme derrière tout ça. Mon problème ce n’est pas les églises pleines ou vides, c’est une épistémè judéo-chrétienne, une vision des choses chrétienne qui fait encore la loi.
  • Aimez-vous les uns les autres? L’inquisition, les croisades, les Conquistadors, les guerres de religion…. « Aimez-vous les uns les autres » c’était pratiqué indépendamment du christianisme, et peut-être même la solidarité de gauche et la fraternité sociale ont fait plus en matière de l’amour du prochain que les religions. Les religions vous disent : aimez-vous les uns les autres, et on vous brandit une cimeterre aujourd’hui ou un couteau dans le temps ou le bûcher sous le nez, en vous disant : si vous ne nous aimez pas, ça va mal se passer. Aimez-vous les uns les autres, mais vous vous prendrez quand même un coup de fouet au passage.
  • (03:10)   Vous êtes en mesure de nous dire qu’il y a un dieu ou rien? Vous n’avez aucun doute?  - Je trouve toujours très étonnant qu’on me demande à moi de faire la preuve de l’inexistence de dieu, alors que c’est à ceux qui disent que dieu existe d’en faire la preuve. Autrement, je vous dis, je suis venu ce matin en train, il y avait une licorne juste à côté de moi, faites-moi la preuve qu’il n’y avait pas de licorne dans un train à mes côtés. Je suis athée. Permettez-moi de ne pas croire à ces fariboles. Je ne crois pas en dieu, maintenant, que des gens y croient, je sais très bien, il y a des gens qui croient en soucoupes volantes, à la réincarnation, les gens qui pensent que les tables tournent… C’est de la pensée magique, de la fiction, ce sont des histoires pour les enfants, c’est la même chose que le Père Noël.

 

 

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos