Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 18:12

 

Du 23 juillet au 24 août 2012, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2011-2012 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 10e année,

Les consciences réfractaires : 

 Georges Politzer, Paul Nizan, Albert Camus et Simone de Beauvoir

_____________

 

12/ CAMUS, L’ANTI-SARTRE - 07.08.2012

1. Les attaques de la part des sartriens contre Albert Camus

2. Les erreurs politiques de Sartre

3. Le trajet « impeccable » de Camus

 

__________________________
 

La réécoute et le podcast de cette conférence « gratuite » ne sont plus disponibles. La diffusion de 15 jours, ce n’était qu’une simple promotion commerciale? Vous êtes «libres» d’y consentir et acheter le produit vendu en coffrets, ou ne pas y céder en tant que consciences réfractaires. :~) 

Je vous propose également de consulter ma note en bas du synopsis, l’article « Tout ce qui n’est pas donné est perdu », ainsi que lire et écouter le propos de Michel Onfray sur la consommation éthique (à partir de la 46ème minute).

__________________

 


 

SYNOPSIS


1/. DETRUIRE UNE LEGENDE SARTRIENNE

a) « Philosophe pour classes terminales »  · Incapable de lire ou comprendre les philosophes  · Romancier qui philosophe, littéraire dans ses romans  · Social-démocrate mendésiste  · Penseur des petits blancs · Philosophe du colonialisme

b) Le dispositif anti-Camus :  1) Mi-août 1952, Les Temps Modernes : compte-rendu de  L’Homme révolté  · Livre paru le 18 octobre 1951,  · Compte-rendu 7 mois plus tard par Jeanson : « Camus ou l’âme révoltée »  · Le livre a plu à la droite ? C’est donc un livre de droite  · Camus : si la vérité devait être de droite, je serais de droite    2) Procès de l’intelligentsia parisienne contre le fils de pauvre  · L’héritier Sartre et « Les mots » · Pour les Normaliens, Camus n’est pas philosophe   3) Camus réduit au moralisme :  · C’était passer sous silence la dimension libertaire du livre :  · Varlet, Proudhon, anarcho-syndicalisme, Bakounine, confédération  · La Première Internationale et le putsch marxiste  · La Confédération Nationale du travail en Espagne   4) On lui reproche son style   5) On passe sous silence son combat anticolonial depuis 1939, « Misère dans la Kabylie »

c) Evitement du débat :  1) Le marxisme, religion de l’histoire ?  2) La dialectique justifie les camps ?  3) Le marxisme-léninisme horizon indépassable de la gauche ?  4) Le réel a donné tort aux prophéties de Marx  5) Contre « le socialisme concentrationnaire », pour « le socialisme libertaire »

conf 2012 sartre-et-camus. chien

 

2/. LES RAISONS DE LA HAINE DE SARTRE

Erreurs politiques :

1) Montée du nazisme :  · Décembre 1970, à Gerassi : « (En 1933) j’ai passé une année formidable (en Allemagne). Je n’ai pas compris la signification du défilé des nazis au pas de l’oie sur la Ku’damn soit. Mais la plupart des berlinois que je connaissais les prenaient à la rigolade, comme moi »

2) Italie mussolinienne :  · 1933 : à Gerassi qui, parlant de son propre père, lui dit : « Au moment où Fernando combattait les fascistes en Espagne, vous êtes parti avec le Castor visiter l’Italie fasciste, et de là vous avez écrit, non pas sur Mussolini mais sur la mortadelle succulente que vous mangiez ».  · Sartre répond : « Eh ben, heureusement que la plupart des journalistes qui font les interviews ne sont pas si rentre dedans – à moins qu’ils ne s’informent pas » (87).  · Dans La force de l’âge, Beauvoir écrit : « Cette année-là Mussolini avait organisé à Rome une « exposition fasciste » et, pour y attirer les touristes étrangers, les chemins de fer italiens leur consentaient une réduction de 70%. Nous en profitâmes sans scrupules » (160).  · Pour valider les billets à prix réduits, Sartre & Beauvoir visitent l’exposition fasciste qui exhibe les matraques et les revolvers des fascistes morts au combat.

3) Front Populaire :  · N’ont pas voté, regardent passer les manifestations dans la rue  · Mai 1971, à Gerassi : « Les rassemblements, les défilés, les manifestations, tout ça c’étaient des actions que nous approuvions, mais ce n’était pas notre truc ; vous comprenez, le Front Populaire était un soulèvement ouvrier, et nous avions beau être totalement de leur côté, nous n’étions pas des ouvriers, donc si nous prenions part à leur machin (sic), c’était en qualité d’étrangers. Les ouvriers occupaient les usines. J’étais censé faire quoi, occuper mon bureau ? Autrement dit, ma table de travail... » (165).

4) Munichois :

a) Mémoires d’Aron :  · « Le conformisme va si loin que Sartre, dans Le Sursis, présente tous les munichois comme des « salauds », alors que lui-même, par pacifisme, approuva l’accord des Quatre » (205).

b) La Force de l’âge de Beauvoir :  · « Le pacte de Munich fut signé : je n’éprouvai pas le moindre scrupule à m’en réjouir. Il me semblait avoir échappé à la mort, et pour l’éternité. Il y avait même dans mon soulagement quelque chose de triomphant » (345).

5) Défenseur du pacte germano-soviétique :  « Je n’avais pas d’objections contre ça en soi – après tout, à Munich, les puissances occidentales avaient abandonné la Russie. Il était évident que le prochain geste de Hitler serait de s’attaquer à la Pologne. Il avait obtenu les Sudètes sans coup férir. Il était évident qu’il avait des vues sur la Pologne, et Staline avait de bonnes raisons de penser que l’Ouest le laisserait s’en emparer. Il fallait donc qu’il s’y prépare » (171).

6) Prisonnier libéré se disant évadé :  · Mobilisé comme météorologue en Alsace  · 1940 : prisonnier en Lorraine, stalag en Allemagne  · 7 mois de détention : lit la Bible, Heidegger  · Rédige « Bariona » et la met en scène :  - Des juifs pouilleux sont mis en scène derrière des barbelés, rires des soldats allemands (Gilbert Joseph, 90).  · Nourri, chauffé, traitement de faveur comme interprète  · Planqué (Beauvoir, 484) à l’infirmerie  · Libéré officiellement par les nazis en 1941 :  - Prétend avoir simulé la maladie  · Selon Gilbert Joseph rapportant le propos de camarades de chambrée :   - Remerciements pour sa pièce  - Ou intervention de Drieu La Rochelle  · Beauvoir parle d’une « évasion »

7) Publie dans la presse collaborationniste en 1941 et en avril 1944 :

A./ Une Résistance fictive :

a) Beauvoir invente une résistance fictive : tracts, projets de constitution...  · Bulletin clandestin de « Socialisme et liberté »  · Aucune trace dans le « Catalogue des périodiques clandestins diffusés en France de 1939 à 1945 » publié par la Bibliothèque Nationale

b) Auteur de cinq volumes d’une Histoire de la Résistance, Henri Noguères écrit à Gilbert Joseph :  · « En une vingtaine d’années consacrées à des recherches et à des travaux sur l’histoire de la Résistance en France, je n’ai jamais rencontré Sartre ou Beauvoir ».  · A Simone de Beauvoir dans La cérémonie des adieux : Sartre explique pourquoi il avait accepté un prix littéraire décerné en Italie :  · « C’était un prix qui était lié à la résistance. Je l’ai eu ; Dieu sait pourtant la résistance que j’ai faite... j’étais résistant, je voyais des résistants, mais elle ne m’a pas coûté grand-chose » (322)

B./ Une « collaboration » réelle :  Ecrit dans Comoedia, le 21 juin 1941 :

1) Selon Beauvoir, n’écrit qu’une fois : « elle fut aussi la dernière car, une fois le numéro sorti, Sartre réalisa que Comoedia était moins indépendant que ne l’avait dit, et sans doute espéré, Delange » (498), le directeur.  · Textes antisémites publiés dans ce même numéro

2) Dans les faits :   

 a. Ecrit une deuxième fois le 5 février 1944 (4 mois avant le débarquement) · Un Hommage à Jean Giraudoux qui vient de mourir   

 b. Qui est Giraudoux ?  · L’ami du Ministre des Affaires étrangères du III° Reich  · Le Commissaire à l’information du régime de Vichy  · L’auteur d’un « Pleins pouvoirs » (1939) qui éructe contre le métissage  · Et le cosmopolitisme, dont celui des Ashkénazes :  · « Nous les trouvons grouillants sur chacun de nos arts ou de nos industries nouvelles ou anciennes, dans une génération spontanée qui rappelle celle des puces sur un chien à peine né ».  · Puis : « Le pays ne sera sauvé que provisoirement par ses seules frontières ; il ne peut l’être définitivement que par la race française, et nous sommes pleinement d’accord avec Hitler pour proclamer qu’une politique n’atteint sa forme supérieure que si elle est raciale »…   

 c. Deux mois plus tard, en avril 1944, Sartre publie dans Les lettres françaises clandestines – ou comment ne pas insulter l’avenir !   

 d. Sartre intervient une troisième fois :  · Donne un entretien au journal le 24 avril 1943 pour Les Mouches  · En profite pour critiquer la conception de la liberté du juif Bergson   

e. Comoedia fait de Sartre l’auteur de l’année 1943...   

f. René Delange, le patron du journal, pistonnera Beauvoir pour un travail à Radio-Vichy :   · Sartre accepte et écrit à Beauvoir dans une lettre du 8 juillet 1943 :  · « J’ai accepté pour vous d’enthousiasme »  · Elle y travaillera du 17 janvier 1944 au 10 avril 1944   

g. Septembre 1943, Sartre participe à un jury de scénario organisé par la Gaumont et Comoedia   

h. A la Libération, Sartre nie avoir donné un seul texte au journal...  · Il l’écrit dans une lettre au juge Zoussmann chargé d’instruire le dossier de la revue hebdomadaire  · Dans cette lettre, parlant du directeur, Sartre écrit :  · « Je lui ai demandé si je serai libre d’écrire ce que je penserais – même à l’occasion d’un ouvrage de Céline – et il m’assura que je serais parfaitement indépendant. Néanmoins, je décidai, après consultation de mes amis, de m’abstenir de toute collaboration. Je le fis non par défiance de Comoedia, mais pour que le principe d’abstention ne souffrît aucune exception » (Joseph, 174).

 

3/. LE TRAJET IMPECCABLE DE CAMUS

a) Le communiste anticolonialiste

1. Août ou septembre 1935 : adhère au PC par anticolonialisme  · Il a 22 ans, vient d’avoir sa licence de philosophie  · Jean Grenier le lui conseille

2. Son communisme est moins matérialisme dialectique que fidélité à son milieu  · Ressent « le communisme comme une préparation, comme une ascèse qui préparera le terrain à des activités plus spirituelles »  · Au PC, il veut « retrouver le sens de son éternité »

3. Le PC le charge de recruter des adhérents parmi les Arabes  · Mais le PC change de stratégie :  - Moscou craint le fascisme européen, la lutte anticolonialiste est reléguée  - Camus quitte en août-septembre 1937 (2 ans)

b) Le gramscien méditerranéen

1. Entre 1935 et 1937 : militant de la culture  · Fonde le Théâtre du travail à l’automne 1935 :  - Malraux, Le temps du mépris  - Révolte dans les Asturies

2. Un militant communiste l’accuse de voler dans les caisses

3. Crée le Théâtre de l’équipe

4. Continue ses études :  · Mémoire de maîtrise :  - Métaphysique chrétienne et néoplatonisme. Plotin et saint Augustin

5. Se marie avec une femme extravagante

6. Maison de la Culture (8 février 1937) :  · « La culture indigène. La nouvelle culture méditerranéenne »  · Nourrir l’Europe apollinienne par l’Algérie et la Méditerranée dionysiennes  · Sensualisme, hédonisme, goût de la vie, volupté, plaisir à être et vivre  · Contre le goût français et européen de l’abstraction  · Cet esprit transforme tout ce qu’il touche : christianisme, fascisme

c) Le journalisme de gauche

1. « Alger républicain », créé en 1938  · Défend le projet Blum-Violette5  · En 1938 (25 ans) écrit contre :  - Le fascisme européen  - Le colonialisme de Mussolini  - Le national-socialisme  - Pour le peuple Kabyle  - Défend les congés payés  - S’insurge contre le chômage  - Prend la défense des travailleurs immigrés

2. En 1939, dans un article du 4 juillet, défend la Commune d’Albert Ollivier  · Célèbre le fédéralisme communard  · Regrette que le marxisme ait détruit cette belle idée

3. Dans « Le Soir Républicain » du 17 septembre :  · Envisage de faire la guerre sans l’aimer  · Dès novembre, critique les « régimes totalitaires »  · Souhaite une résistance européenne aux dictatures

4. Déclaration de guerre le 3 septembre 1939  · Veut s’engager. Refus pour cause de tuberculose.  · Essaie à nouveau. Deuxième refus

5. 1941, à Oran : cours clandestins à des enfants juifs  · Termine L’étranger en mai 40, le Mythe de Sisyphe le 21 février 1941,  · Prend des notes sur La peste  · Arrive en France pour sa santé  · Rencontre Sartre & Beauvoir en 1943 à la générale des Mouches

d) Le résistant

1. Juillet 1943 : publie « Lettres à un ami allemand » dans la « Revue libre »

2. Octobre : entre en contact avec « Combat » clandestin

3. Décembre : Deuxième lettre à un ami allemand :  · Critique le nationalisme en général et le nationalisme allemand en particulier

4. Décembre : rencontre Claude Bourdet, responsable du Comité National de la Résistance  · Participe aux activités clandestines du journal « Combat »  · Remplace Pascal Pia parti en mission

5. Travaille à La Peste, grand roman antifasciste

6. Entre le 21 août 1944 et le 3 juin 1947, rédacteur en chef, éditorialiste, publie plus de 150 articles :  · Sur Occupation, Résistance, collaboration, libération, épuration,  · L’après-guerre, l’Europe post-nazie, la nécessité d’un nouvel ordre international  · Un socialisme qui nationalise pour l’économie et réalise la liberté pour la société  · Camus devient conscience morale

 

4/. L’APRES-GUERRE

a) Sartre entre dans les comités d’épuration...  · Il distribue les certificats de bonne moralité pendant l’occupation...

b) Le PCF devient le parti des fusillés, de la résistance  · C’est un ascenseur social efficace

c) Beauvoir, La force des choses, concernant la Libération : « Cette victoire effaçait nos anciennes défaites, elle était la nôtre et l’avenir qu’elle ouvrait nous appartenait. Les gens au pouvoir, c’était des résistants que, plus ou moins directement (sic), nous connaissions ; parmi les responsables de la presse et de la radio, nous comptions de nombreux amis : la politique était devenue une affaire de famille et nous comptions nous en mêler » (14)

d) 17 ans après la Libération, Sartre adhère à la Société des gens de Lettre  · Remplit un document :  -A la rubrique « guerre », il écrit : « Prends une part active à la résistance et aux barricades de Paris » (Joseph, 366).  · A cette date, Camus est mort depuis deux ans.  · C’est l’époque de la gloire pour Sartre...

 

5/. LE PCF, UN ASCENSEUR EFFICACE

a) Communistes ou sympathisants :  · Eluard & Aragon, Ponge & Gide, Picasso & Léger, Merleau-Ponty & Garaudy, Kojève & Morin, Leiris & Duras, Lefebvre & Vernant, Desanti & Vercors, Sartre & Beauvoir...

b) En août 1952, le texte de Sartre contre Camus s’inscrit dans ce contexte-là  · Quiconque n’est pas communiste est de droite

c) Camus subit une seconde attaque en 1970 avec Jean-Jacques Brochier, Albert Camus. Philosophe pour classes terminales.  · Mai 68 a montré que Sartre était dépassé  · Il s’agit d’abaisser Camus pour rehausser Sartre...

d) Cette lecture sartrienne fait toujours la loi...

 

BIBLIOGRAPHIE

  • Herbert Lottman, Albert Camus, Seuil
  • Olivier Todd, Albert Camus. Une vie, Gallimard
  • Annie Cohen Solal, Sartre, Gallimard
  • John Gerassi, Entretiens avec Sartre, Grasset
  • Gilbert Joseph, Une si douce occupation. Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre 1940-1944Albin Michel

_______________

 

Voir : Le résumé du cycle de vingt-cinq conférences, l’été 2012 

 



Chers internautes,


L’année dernière, nous étions fidèles au poste, et chaque jour pendant un mois, nous donnions bénévolement de notre temps et de notre énergie pour mettre à votre disposition sur ces pages : un lien vers France Culture, un podcast et un synopsis du cours. Cette année, j’ai décidé de renouveler l’expérience espérant tenir la cadence (mes « coéquipiers » sont les bienvenus pour prendre la relève).  

Pourquoi? Parce que ces conférences sont toujours passionnantes, contrairement à certaines interventions médiatiques de Michel Onfray, et j’aimerais qu’elles puissent être écoutées par toute personne susceptible de s’y intéresser, sans restriction aucune. Et enfin, je le fais pour remercier chaleureusement monsieur Patrick Frémeaux, grâce à qui je suis devenue un peu plus lucide.

 

Michel Onfray n’oublie jamais de souligner, lors de chacune de ses interventions, que ses cours à l’Up de Caen sont gratuits et accessibles à tous. Et c’est vrai. Ceux qui assistent aux séminaires en direct, au théâtre d’Hérouville-Saint-Clair chaque lundi, ne payent pas de billets d’entrée, bien évidemment. Ces cours sont ensuite diffusés gratuitement sur France Culture au mois d’août, l’auditoire devient encore plus large, et c’est tant mieux. 

Mais la gratuité et le bénévolat s’arrêtent là, et les enjeux financiers commencent. Jusqu’à l’année dernière, les conférences étaient disponibles pour les retardataires pendant six mois sur le site de l’émission de France Culture. A partir de cette année, « pour des raisons de droits de diffusion et d’utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro […] sera podcastable et réécoutable uniquement pendant 15 jours ». Après, ces conférences seront vendues en coffrets d’une valeur d’environ 80 euros chacun par l’éditeur phonographique de Michel Onfray. 

 

Jusqu’à l’année dernière, j’étais l’une de ces personnes qui achetaient les conférences « gratuites ». C’est moi, vous, c’est nous qui engendrons les bénéfices des ventes. Nous finançons qui, quoi?

Peut-être grâce à cet argent, les subventions publiques allouées à l’université populaire - subventions parfaitement légitimes et nécessaires bien évidement, mais insuffisantes, subventions fragiles que la folle et avide secte freudienne a voulu faire disparaître il y a deux ans - ont été augmentées et ont permis d’élargir les activités éducatives et culturelles de l’Up, stimulantes pour toute la région, suivies au niveaux national et international ; je l’ose espérer… 

Peut-être le train de vie de Michel Onfray - confortable et sans soucis financiers, parfaitement mérité - en dépend. C’est possible, mais il me semble que le philosophe est plutôt à l’abri du besoin, et d‘autre part, l’argent n’est absolument pas sa motivation première, c’est un homme passionné par son travail, son rapport à l’argent est très sain, il le répète souvent et je ne doute pas de sa sincérité : l’argent est là, c‘est très bien, il n’est pas là, c‘est très bien aussi. 

 

Que finançons-nous donc en achetant les fameux coffrets et qui tient à ces « droits de diffusion « au point de modifier la durée des podcasts et de la réécoute d’une émission sur France Culture? Je n’en sais rien.

S’il y a une chose dont je suis sûre, c’est que les gens qui achètent ces coffrets ne sont pas forcement les plus aisés, au contraire,  parfois cet achat « superflu » représente un effort budgétaire conséquent. Je sais également que des conférences vraiment gratuites existent, si vous vous en souvenez, Constance avait déjà parlé du Pharmakon de Bernard Stiegler dans l’un de ses commentaires. J’aimais bien aussi la position du philosophe voyou Olivier Saint-Vincent concernant ses propres diffusions, qu’il avait exprimée dans un courriel, mais je ne peux pas tout répéter. :~) 

Et si vous utilisiez votre esprit critique envers tout le monde sans exception comme nous l’apprend si bien Michel Onfray… Vous pouvez donc vous abonner aux podcasts des conférences sur le site de France Culture (j’ai inséré le lien dans le titre de la conférence), les enregistrer tout à fait légalement et conserver dans vos documents dans votre ordi, transférer sur la clé USB, graver… Vous pouvez ensuite les prêter à des amis, envoyer  par courriel… Se débrouiller, s’entraider, créer des micro-résistances… Ça vous dit quelque chose? … 

Vous pouvez également les acheter, si vous en avez toujours envie. 

Bonne écoute!

Ewa  - anarchiste anonyme, en association avec l’arrière-grand-père Démocrite, des pervers hérétiques freudiens et des consciences réfractaires

 

6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 18:10

 

Du 23 juillet au 24 août 2012, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2011-2012 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 10e année,

Les consciences réfractaires : 

 Georges Politzer, Paul Nizan, Albert Camus et Simone de Beauvoir

______________

 

11/ UN CARTESIANISME BOLCHEVIQUE - 06.08.2012

Paul Nizan :

- l’amitié avec Politzer

- le portrait de Descartes « bolchevique »

- la révolte contre le Parti Communiste et le pacte germano-soviétique 

 

____________________________

 

La réécoute et le podcast de cette conférence « gratuite » ne sont plus disponibles. La diffusion de 15 jours, ce n’était qu’une simple promotion commerciale? Vous êtes «libres» d’y consentir et acheter le produit vendu en coffrets, ou ne pas y céder en tant que consciences réfractaires. :~) 

Je vous propose également de consulter ma note en bas du synopsis, l’article « Tout ce qui n’est pas donné est perdu », ainsi que lire et écouter le propos de Michel Onfray sur la consommation éthique (à partir de la 46ème minute).


 

 

SYNOPSIS

vertov-dziga.jpg

La photo présentée comme le portrait de Nizan dans le synopsis sur le site officiel de Michel Onfray, c’est finalement le portrait de Dziga Vertov, cinéaste soviétique d’avant-garde,  l’homme à la caméra. Eh oui, rien ne ressemble plus à un bolchevik qu’un autre bolchevik, pour certains en tout cas. Heureusement, Descartes s’en sort mieux.

 

1/. NIZAN ET POLITZER : UN COUPLE D’AMIS

conf 2012 paul henriette nizana) Mars 1924 : lancent Les philosophes avec Friedmann, Guterman, Lefebvre, Morhange

b) Mai 1926 et janvier 1927 : participent à L’Esprit - deux numéros

c) Janvier 1927 : Lettre à Rirette :  · Souscrit à la proposition d’une « mystique bolchevique » défendue par la revue.

d) 1927 : Nizan entre au Parti (27 ans)  · 30 octobre 1930 : Politzer y entre (24 ans)  · Politzer avait adhéré au PC hongrois en 1919.

e) 1929 : dans La Revue marxiste.

 

2/. NIZAN LECTEUR DE POLITZER

a) 1929 : Nizan commente La fin d’une parade philosophique de Politzer pour Les Revues Nizan : « Cette fausse sagesse qui doit enfin se montrer telle qu’elle est : une philosophie de porteurs de dividendes ».

b) Nizan analyse le texte de Politzer :  1) Le bergsonisme a annoncé un retour au concret et ne l’a pas tenu  2) Il a substitué des abstractions à la matière du monde :  · La vie insaisissable, la durée mouvante, le schème dynamique, l’élan vital  3) Il est une réaction de l’idéalisme offensé par Marx  4) Il sert les intérêts de la bourgeoisie :  « Il a été le sergent recruteur du christianisme où vont finalement se réfugier tous les traîtres ».  5) Il confère aux discours sur la guerre une portée philosophique

c) Puis Nizan critique Politzer - Arouet :  1) Politzer ne va pas assez loin dans son analyse du bergsonisme, s’arrête en route :  · « Il y a des travaux où l’on ne doit pas être sommaire »  · Il faut être radical au sens de Marx.  2) Politzer séduit par ses dons de plume  · Et son talent pamphlétaire  · Il ne faut pas séduire mais convaincre  · « Arouet doit se défier d’être trop habile »  3) Sommaire, incomplet, inachevé, trop habile :  · Politzer avait le coup de poing facile...  4) L’amitié résiste :  · Les deux couples sortent ensemble  · Georges & Maï dans une meule de foin en vallée de Chevreuse  · Rirette : Politzer revenait « quelques heures plus tard »  5) Dans la maison des parents de Rirette près de St Germain-en-Laye à Grandchamp  · Architecture de Frantz Jourdain, le concepteur de la Samaritaine  · Nizan révolutionnaire vit chez ses beaux-parents  · Ecrit là la plupart de ses livres  · Les femmes font la vaisselle ; les hommes parlent politique  · Massacre des 24 pièces du service en porcelaine  · La mère surgit et sauve un carafon.

 

3/. CONTRE HEIDEGGER ET POUR DESCARTES

A./ CONTRE HEIDEGGER

a) Tendances actuelles de la philosophie, N°1 de L’étudiant d’avant-garde (janvier 1933) :  · Nizan parle de Heidegger

b) Signale ses sources : Kierkegaard

c) Et sa Critique de la dialectique de Hegel

d) Parle de Sein und Gut...

e) Signale que Heidegger a été fait recteur de l’université nazie par « les chefs de bande nationaux  socialistes »  · Heidegger semble nouveau  · Mais il met la philosophie au service du capitalisme

f) L’année d’avant : 1933, Sur un certain front unique, Europe :  · « La philosophie de Monsieur Heidegger peut fournir des justifications théoriques à une doctrine fasciste »  · Nizan critique Heidegger 6 ans avant Politzer  · La philosophie et les mythes de Politzer date d’avril-juin 1939 dans La Pensée.

 

B./ POUR DESCARTES

a) Nizan & Politzer se retrouvent pour célébrer Descartes en 1937 : tricentenaire du Discours de la méthode.

b) L’Humanité du 22 mai 1937 :  · Le Discours de la méthode, plus important que l’Ethique de Spinoza et la Critique de la raison pure de Kant.  · Il origine le lignage qui va jusqu’au matérialisme dialectique via le matérialisme français

c) Descartes : le plus méconnu des philosophes dit Nizan  · Mystérieux, plein de précautions, de prudence  · Caché, exilé en Hollande  · Goût du secret : « je m’avance masqué »

d) Descartes comme légende :  · L’esprit cartésien des français  · Raison cartésienne de la civilisation contre barbarie allemande...

e) Le Discours de la méthode est un grand livre : « Il est quelque chose de plus que l’Ethique parce qu’il est le manifeste historique de l’intelligence bourgeoise, comme la Somme de saint Thomas avait été le manifeste de l’intelligence féodale, comme les images de Marx devaient être le manifeste de l’intelligence prolétarienne » (Pour une nouvelle culture, 192).

 

4/. PORTRAIT REALISTE SOCIALISTE DE DESCARTES

conf 2012 Frans Hals - Portret van René Descartesa) Descartes = hardiesse, générosité, audace  · Cf. Morale provisoire...

b) Impossibilité d’utiliser Descartes pour justifier la guerre :  · Il suffit de regarder le portrait du philosophe par Franz Hals :  · « Ces yeux enfoncés, ce front obstiné, ces lèvres amères » :  · Voilà de quoi présenter un autre Descartes que celui des professeurs...

c) « L’homme était hardi comme sa pensée : ses biographes racontent comment Descartes, menacé par les bateliers qui l’emmenaient, les tint en respect par sa contenance, bien qu’il fut seul » (192).  · Hardiesse d’un comportement = hardiesse de la pensée ?  · Fresque réaliste socialiste de Descartes au fronton d’une université soviétique !

d) Car la biographie dit autre chose :  · Adrien Baillet, Vie de Monsieur Descartes (1691) :  · Le philosophe « tira l’épée d’une fierté imprévue, leur parla en leur langue d’un ton qui les saisit, et les menaça de les percer s’ils osaient lui faire insulte » (48).

e) Nizan : un Descartes antimilitariste :  · Descartes « fut un soldat, un sage militant, encore qu’il méprisât la guerre et la carrière des armes où il avait passé quelque temps » (192-193).

f) Or :  

 · En avril 1619 :  1) Descartes est impatient d’aller au combat contre les Etats de Bohème pour le Duc de Bavière  2) Lettre à Beeckman (23 avril 1619) :  · Craint de trouver sur place « beaucoup d’hommes en armes, mais pas de combats »  

 · Mars 1621 :  1) Reprend du service pour le comte de Bucquoy  2) Se fait remarquer au combat  3) Adrien Baillet : « Il aimait véritablement la guerre à cet âge »  4) Plus tard il en fera un effet des passions funestes

 

5/. UN DESCARTES SOVIETIQUE

a) « Le Discours de la méthode est le livre par lequel la jeune intelligence bourgeoise arrive à une pleine conscience de son existence et de ses moyens » (193).  · Certes il y eut Kepler et Galilée en amont

b) Mais Descartes a aboli la scolastique  · Il a posé les règles d’une méthode scientifique hors religion  · L’entendement est la clé de voûte de son édifice  · Il montre la voie

c) Descartes indique que Dieu garantit la vérité  · Mais Nizan ne veut pas y croire : « La conviction formelle avec laquelle il le dit n’est pas véritablement convaincante »  · Cf. Léo Strauss, La persécution et l’art d’écrire  · Nizan doute de la foi de Descartes :  - Or : pèlerinage à Notre-Dame de Lorette en 1623

d) Nizan évacue la foi de Descartes  · Il nie son fidéisme avéré pour créer la légende d’un Descartes athée dans le fond

e) Descartes inventeur de la modernité technologique  · 3 siècles en amont : promoteur du programme industriel soviétique :  « Se rendre comme maître et possesseur de la nature »  « A partir du moment où l’homme se conçoit clairement dans un rapport de combat avec la nature, comme conquérant, les temps modernes sont ouverts »

f) Nizan corrige Descartes :  · Il a construit son cogito sur des bases ontologiques  · Alors qu’il aurait dû le fonder sur le matérialisme

g) Descartes aurait dû mener un travail collectif  · « L’élan cartésien s’est éteint dans la pensée bourgeoise. Elle en est arrivée au temps des reniements. Mais c’est un élan dont la pensée révolutionnaire peut enfin assumer l’héritage » (195)

 

6/. DESCARTES ET LA MORT

a) Sa fille Francine, avec la servante de son logeur en Hollande - Hélène Jans  · Descartes l’appelait « ma nièce » lettre à Cornelius Van Hogelande, 30 août 1637

b) Note sa date de conception : dimanche 15 octobre 1634 à Amsterdam  · Naissance le 19 juillet 1635  · Baptisée à l’église protestante sous un faux nom : le prénom du père - René fils de Joachim  · Assure discrètement l’éducation  · A 5 ans, envisage de l’envoyer en France chez une parente  · Meurt en 3 jours d’une scarlatine le 7 septembre 1640 (5 ans)

c) Descartes se sentait vieux près de cette enfant (39 ans quand elle naît, 44 à sa mort)  · Dans une lettre : signale ses cheveux blancs  · Dit ne « plus étudier à autre chose qu’aux moyens de les retarder »

d) Dans les dernières lignes du Discours :  · Veut consacrer le reste de ses jours à la médecine  · Et aux moyens d’assurer concrètement le progrès

e) Nizan : « Descartes rêve sans cesse aux résultats d’un esprit qui s’applique à la prolongation de la vie humaine »

 

7/. HITLER ET STALINE

a) 1937 : 5 semaines en Espagne pour couvrir la guerre pour L’Humanité  · 1938 : La conspiration, Prix Interallié.

conf 2012 nizan chroniques de septembreb) Mars 1939 : Chronique de septembre :  · Analyse de la situation en dehors de la ligne du Parti

c) Nizan n’est pas munichois  · Idem pour le PC pour qui laisser Hitler libre d’envahir la Tchécoslovaquie n’est pas la meilleure façon de préserver la paix

d) Souhaite un axe France-Angleterre-URSS pour sauver la paix

e) Dans Chronique, il se sépare du PCF qui n’a pas de ligne propre et s’aligne sur l’URSS

f) Signature du Pacte germano-soviétique le 23 août 1939  · Aragon applaudit  · Nizan l’apprend en Corse  · Rentre à Paris, mutique  · Se rend au Parti pour avoir des explications

g) Mobilisé  · Démission le 25 septembre :  - Lettre à Duclos : « Je t’envoie ma démission du Parti Communiste. Ma condition présente de soldat mobilisé m’interdit d’ajouter à ces lignes le moindre commentaire ».  - Ses amis lui tournent le dos  - Haine sans retenue du PCF qui soutient l’alliance du national-socialisme et du marxisme-léninisme...  - L’antifascisme n’est plus d’actualité...

h) Nizan ne critique pas le pacte vu de l’URSS pour défendre l’URSS  · Mais il critique la défense de ce pacte par le Parti

i) Nizan souhaite un communiste français indépendant de sa formule soviétique  · Les matérialistes de l’antiquité défendaient une formule post-bolchevique, sotériologique  · Salut personnel et libération de l’homme  · Moins Staline que Rimbaud : changer la vie

j) Déclaration de la guerre  · Mobilisation  · Borgne affecté au secrétariat du commandant à Orléans  · Souhaite devenir interprète  · Admis à l’école d’Abbeville  · 18 mai 1940, cantonné avec son régiment dans un château  · Aviation, artillerie, tirs de chars  · 23 mai 1940, dans le château de la comtesse de Coëtlogon, une balle lui traverse la tête  · 40 hommes de l’unité perdent la vie  · Inhumé au cimetière d’Audruicq 2 jours plus tard

 

8/. CONCLUSION

a) Le PCF le présente comme traître, vendu, indicateur de la police, etc  · Ses jeunes enfants écrivent au Parti et demandent des comptes  · Aragon, dans Les communistes, en fait un traître emblématique  · Thorez, déserteur en URSS, publie un article assassin le 21 mars 1940.

b) 3 mois plus tard, le PCF demande la reparution de L’Humanité  · Et la légalisation du PCF

c) Argumentaire ?  · Nazis et communistes ont des ennemis communs :  - Juifs, capitalistes, anglais, ploutocratie, parlementarisme...

d) Nizan cherchait une solution à l’énigme du néant  · La mort l’a emporté par surprise...

e) A 35 ans, Nizan entamait une vie de philosophe

f) Sartre allait vivre plus que la vie de Politzer ajoutée à celle de Nizan  · Largement le temps de faire le siècle à sa main...


BIBLIOGRAPHIE

  • Nizan, Chronique de septembre, Gallimard
  • Nizan, Pour une nouvelle culture, Grasset
  • Léo Strauss, La persécution et l'art d'écrire, Editions de l'éclat
  • Françoise Hildesheimer, Monsieur Descartes. La fable de la raison, Flammarion
  • Adrien Baillet, Vie de Monsieur Descartes, Table ronde

________________

 

Voir : Le résumé du cycle de vingt-cinq conférences, l’été 2012 

 


 

Chers internautes,


L’année dernière, nous étions fidèles au poste, et chaque jour pendant un mois, nous donnions bénévolement de notre temps et de notre énergie pour mettre à votre disposition sur ces pages : un lien vers France Culture, un podcast et un synopsis du cours. Cette année, j’ai décidé de renouveler l’expérience espérant tenir la cadence (mes « coéquipiers » sont les bienvenus pour prendre la relève).  

Pourquoi? Parce que ces conférences sont toujours passionnantes, contrairement à certaines interventions médiatiques de Michel Onfray, et j’aimerais qu’elles puissent être écoutées par toute personne susceptible de s’y intéresser, sans restriction aucune. Et enfin, je le fais pour remercier chaleureusement monsieur Patrick Frémeaux, grâce à qui je suis devenue un peu plus lucide.

 

Michel Onfray n’oublie jamais de souligner, lors de chacune de ses interventions, que ses cours à l’Up de Caen sont gratuits et accessibles à tous. Et c’est vrai. Ceux qui assistent aux séminaires en direct, au théâtre d’Hérouville-Saint-Clair chaque lundi, ne payent pas de billets d’entrée, bien évidemment. Ces cours sont ensuite diffusés gratuitement sur France Culture au mois d’août, l’auditoire devient encore plus large, et c’est tant mieux. 

Mais la gratuité et le bénévolat s’arrêtent là, et les enjeux financiers commencent. Jusqu’à l’année dernière, les conférences étaient disponibles pour les retardataires pendant six mois sur le site de l’émission de France Culture. A partir de cette année, « pour des raisons de droits de diffusion et d’utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro […] sera podcastable et réécoutable uniquement pendant 15 jours ». Après, ces conférences seront vendues en coffrets d’une valeur d’environ 80 euros chacun par l’éditeur phonographique de Michel Onfray. 

 

Jusqu’à l’année dernière, j’étais l’une de ces personnes qui achetaient les conférences « gratuites ». C’est moi, vous, c’est nous qui engendrons les bénéfices des ventes. Nous finançons qui, quoi?

Peut-être grâce à cet argent, les subventions publiques allouées à l’université populaire - subventions parfaitement légitimes et nécessaires bien évidement, mais insuffisantes, subventions fragiles que la folle et avide secte freudienne a voulu faire disparaître il y a deux ans - ont été augmentées et ont permis d’élargir les activités éducatives et culturelles de l’Up, stimulantes pour toute la région, suivies au niveaux national et international ; je l’ose espérer… 

Peut-être le train de vie de Michel Onfray - confortable et sans soucis financiers, parfaitement mérité - en dépend. C’est possible, mais il me semble que le philosophe est plutôt à l’abri du besoin, et d‘autre part, l’argent n’est absolument pas sa motivation première, c’est un homme passionné par son travail, son rapport à l’argent est très sain, il le répète souvent et je ne doute pas de sa sincérité : l’argent est là, c‘est très bien, il n’est pas là, c‘est très bien aussi. 

 

Que finançons-nous donc en achetant les fameux coffrets et qui tient à ces « droits de diffusion « au point de modifier la durée des podcasts et de la réécoute d’une émission sur France Culture? Je n’en sais rien.

S’il y a une chose dont je suis sûre, c’est que les gens qui achètent ces coffrets ne sont pas forcement les plus aisés, au contraire,  parfois cet achat « superflu » représente un effort budgétaire conséquent. Je sais également que des conférences vraiment gratuites existent, si vous vous en souvenez, Constance avait déjà parlé du Pharmakon de Bernard Stiegler dans l’un de ses commentaires. J’aimais bien aussi la position du philosophe voyou Olivier Saint-Vincent concernant ses propres diffusions, qu’il avait exprimée dans un courriel, mais je ne peux pas tout répéter. :~) 

Et si vous utilisiez votre esprit critique envers tout le monde sans exception comme nous l’apprend si bien Michel Onfray… Vous pouvez donc vous abonner aux podcasts des conférences sur le site de France Culture (j’ai inséré le lien dans le titre de la conférence), les enregistrer tout à fait légalement et conserver dans vos documents dans votre ordi, transférer sur la clé USB, graver… Vous pouvez ensuite les prêter à des amis, envoyer  par courriel… Se débrouiller, s’entraider, créer des micro-résistances… Ça vous dit quelque chose? … 

Vous pouvez également les acheter, si vous en avez toujours envie. 

Bonne écoute!

Ewa  - anarchiste anonyme, en association avec l’arrière-grand-père Démocrite, des pervers hérétiques freudiens et des consciences réfractaires

 

4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 10:22

 

Du 23 juillet au 24 août 2012, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2011-2012 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 10e année,

Les consciences réfractaires : 

 Georges Politzer, Paul Nizan, Albert Camus et Simone de Beauvoir

_______________


10/ QUESTIONS - REPONSES (2/4) - 03.08.2012

 

___________________________

La réécoute et le podcast de cette conférence « gratuite » ne sont plus disponibles. La diffusion de 15 jours, ce n’était qu’une simple promotion commerciale? Vous êtes «libres» d’y consentir et acheter le produit vendu en coffrets, ou ne pas y céder en tant que consciences réfractaires. :~) 

Je vous propose également de consulter ma note en bas du synopsis, l’article « Tout ce qui n’est pas donné est perdu », ainsi que lire et écouter le propos de Michel Onfray sur la consommation éthique (à partir de la 46ème minute).

_______________________

 

1. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la France a été considérée comme la fille aînée de l’Église. Pour faire un parallèle, est-ce que le Parti Communiste Français n’aurait pas considéré l’Union Soviétique un peu comme la fille aînée de la Révolution Française et de la Commune de Paris? C’est ce qui expliquerait sa fidélité inconditionnelle à l’égard de l’Union Soviétique. (28 min.)

 

2. Selon l’exposé de Michel Onfray sur Paul Nizan, l’angoisse de la mort chez Nizan a fait qu’il s’est réfugié dans la philosophie d’Épicure à la fin de sa courte carrière. L’épicurisme concerne plutôt la vie individuelle, voire étendue à la communauté mais qui reste quand même assez restreinte. Donc, est-ce possible et réaliste de penser l’épicurisme au XX siècle comme une réponse et une solution à des problèmes politiques globaux ? (25 min.)

 

3. Michel Onfray serait-il l’héritier de Camus et d’Épicure? Le point commun et la grande force de ces trois philosophes ne viendraient-ils pas du fait qu’ils soient « fils du peuple« ? (6 min.)

__________________________

 

conf 2012 question-reponse-3

Deux petites minutes durant lesquelles Michel Onfray répond à la deuxième question (à partir de la 46ème minute), c’est du pur bonheur, en résonance et en parfaite adéquation avec ma note à l’attention des internautes, note que je ne cesse de remettre en bas de chaque article depuis le début de la diffusion des conférences de la saison 2012. Je savais bien que je pouvais toujours compter sur Michel Onfray. :~)


Voici donc la retranscription de ses « bonnes paroles » sur le sujet des micro-résistances et micro-rébellions (des mots entre parenthèses viennent de moi, bien évidemment).


conf 2012 consommation-religion dessin« Après tout, la consommation c’est nous. On a un pouvoir formidable, nous les consommateurs. On peut organiser, mettre en réseaux des boycotts, en disant : on n’achète pas ça, parce que ça se produit [ou se vend « gratuitement«] dans des conditions éthiques qui ne nous vont pas. Donc, on se renseigne, on s’informe. Et si tout le monde disait : tel produit [les coffrets CD par exemple] on ne l’achète plus, on va boycotter tel supermarché [ou l’éditeur phonographique] puisque les marges que les distributeurs de supermarchés font en exploitant les paysans [ou les auditeurs], c’est inadmissible. Plutôt que de dire: je mets ma salade dans mon truc parce que je n’ai pas le temps etc., non! on organise ça en disant : on n’achète pas! [on enregistre!] Vous allez voir qu’à ce moment-là le petit peuple organisé, ses micro résistances vont pouvoir générer des macro résistances et vont raisonner le géant Gulliver, car quand on frappe au portefeuille, il commence à entendre. Et pour le coup, le grand distributeur va se dire : il faut qu’on fasse autrement [il faut peut-être qu’on change de méthodes ; les « menaces« , la suffisance, l’ignorance ou la délation, c’est pas bien, pas bien du tout] parce que effectivement, l‘argent ne rentre plus dans les caisses. Donc, je crois à des politiques concrètes, incarnées, pas idéales. Cela n’empêche pas l’idéal, il en faut, un idéal de fraternité, de solidarité, de partage [des enregistrements, CD], de communauté. Mais en même temps, il faut donner une formule concrète à ces idéaux-là et plutôt qu’attendre que ça nous vient du ciel, du parti, d’un homme providentiel [fils du peuple ou de Dieu], que ça vient d’ailleurs, mais pas de nous, il faut arrêter ça et se dire : si chacun déjà faisait ce qu’il croit bon, alors ça changerait déjà pas mal autour de soi. Faisons des révolutions moléculaires! »

Et n’oublions pas que tout ce qui n’est pas donné est perdu.

      _______________________

 

Voir : Le résumé du cycle de vingt-cinq conférences, l’été 2012 

 


 

Chers internautes,


L’année dernière, nous étions fidèles au poste, et chaque jour pendant un mois, nous donnions bénévolement de notre temps et de notre énergie pour mettre à votre disposition sur ces pages : un lien vers France Culture, un podcast et un synopsis du cours. Cette année, j’ai décidé de renouveler l’expérience espérant tenir la cadence (mes « coéquipiers » sont les bienvenus pour prendre la relève).  

Pourquoi? Parce que ces conférences sont toujours passionnantes, contrairement à certaines interventions médiatiques de Michel Onfray, et j’aimerais qu’elles puissent être écoutées par toute personne susceptible de s’y intéresser, sans restriction aucune. Et enfin, je le fais pour remercier chaleureusement monsieur Patrick Frémeaux, grâce à qui je suis devenue un peu plus lucide.

 

Michel Onfray n’oublie jamais de souligner, lors de chacune de ses interventions, que ses cours à l’Up de Caen sont gratuits et accessibles à tous. Et c’est vrai. Ceux qui assistent aux séminaires en direct, au théâtre d’Hérouville-Saint-Clair chaque lundi, ne payent pas de billets d’entrée, bien évidemment. Ces cours sont ensuite diffusés gratuitement sur France Culture au mois d’août, l’auditoire devient encore plus large, et c’est tant mieux. 

Mais la gratuité et le bénévolat s’arrêtent là, et les enjeux financiers commencent. Jusqu’à l’année dernière, les conférences étaient disponibles pour les retardataires pendant six mois sur le site de l’émission de France Culture. A partir de cette année, « pour des raisons de droits de diffusion et d’utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro […] sera podcastable et réécoutable uniquement pendant 15 jours ». Après, ces conférences seront vendues en coffrets d’une valeur d’environ 80 euros chacun par l’éditeur phonographique de Michel Onfray. 

 

Jusqu’à l’année dernière, j’étais l’une de ces personnes qui achetaient les conférences « gratuites ». C’est moi, vous, c’est nous qui engendrons les bénéfices des ventes. Nous finançons qui, quoi?

Peut-être grâce à cet argent, les subventions publiques allouées à l’université populaire - subventions parfaitement légitimes et nécessaires bien évidement, mais insuffisantes, subventions fragiles que la folle et avide secte freudienne a voulu faire disparaître il y a deux ans - ont été augmentées et ont permis d’élargir les activités éducatives et culturelles de l’Up, stimulantes pour toute la région, suivies au niveaux national et international ; je l’ose espérer… 

Peut-être le train de vie de Michel Onfray - confortable et sans soucis financiers, parfaitement mérité - en dépend. C’est possible, mais il me semble que le philosophe est plutôt à l’abri du besoin, et d‘autre part, l’argent n’est absolument pas sa motivation première, c’est un homme passionné par son travail, son rapport à l’argent est très sain, il le répète souvent et je ne doute pas de sa sincérité : l’argent est là, c‘est très bien, il n’est pas là, c‘est très bien aussi. 

 

Que finançons-nous donc en achetant les fameux coffrets et qui tient à ces « droits de diffusion « au point de modifier la durée des podcasts et de la réécoute d’une émission sur France Culture? Je n’en sais rien.

S’il y a une chose dont je suis sûre, c’est que les gens qui achètent ces coffrets ne sont pas forcement les plus aisés, au contraire,  parfois cet achat « superflu » représente un effort budgétaire conséquent. Je sais également que des conférences vraiment gratuites existent, si vous vous en souvenez, Constance avait déjà parlé du Pharmakon de Bernard Stiegler dans l’un de ses commentaires. J’aimais bien aussi la position du philosophe voyou Olivier Saint-Vincent concernant ses propres diffusions, qu’il avait exprimée dans un courriel, mais je ne peux pas tout répéter. :~) 

Et si vous utilisiez votre esprit critique envers tout le monde sans exception comme nous l’apprend si bien Michel Onfray… Vous pouvez donc vous abonner aux podcasts des conférences sur le site de France Culture (j’ai inséré le lien dans le titre de la conférence), les enregistrer tout à fait légalement et conserver dans vos documents dans votre ordi, transférer sur la clé USB, graver… Vous pouvez ensuite les prêter à des amis, envoyer  par courriel… Se débrouiller, s’entraider, créer des micro-résistances… Ça vous dit quelque chose? … 

Vous pouvez également les acheter, si vous en avez toujours envie. 

Bonne écoute!

Ewa  - anarchiste anonyme, en association avec l’arrière-grand-père Démocrite, des pervers hérétiques freudiens et des consciences réfractaires


Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos