Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 09:57

 

A la suite de la conférence donnée par Michel Onfray sur Camus lors des Vendanges littéraires à Rivesaltes, Nicolas Caudeville a réalisé un compte-rendu de cette intervention ainsi qu'une interview que nous vous proposons de découvrir.  

 

 


N. C : Michel Onfray, vous êtes comme le saumon, vous revenez pondre vos oeufs, vu apparemment le nombre de gens venus vous soutenir. [...] Vous revenez donc pour un livre sur Camus libertaire, auteur que nous avons tous lu à l'école, enfin pour ceux qui y ont été, après les autres on y peut rien (sic), auteur dont on avait une image troublée par la vision sartrienne. Est-ce que Camus est encore utile dans la pensée actuelle ou c'est juste pour mémoire ?
M.O : Déjà pour mémoire, ce serait très bien. Je pense que dans des configurations comme les nôtres, les élections présidentielles, la société du spectacle, le retour d'un communisme qu'on croyait disparu, il faut dire que Camus est utile.

N. C. : Votre livre peut-il être à l'usage des politiques ?
M. O. : J'ai lu l'autre jour huit pages de Mélenchon dans Libération où on disait qu'il était plutôt sartrien et où il répondait qu'il était plutôt camusien. Je pense que c'est très exactement l'inverse, il fait l'éloge de Castro, de Chavez, de Robespierre et de Saint Just. Je pense que les politiques ne peuvent rien tirer de Camus si ce n'est la couverture à eux et en faire un mauvais usage. [...] Mon livre est un bréviaire pour les citoyens.

N. C. : N'êtes-vous pas un redresseur de dérive sémantique ?
M. O. : J'essaie, oui, effectivement de casser les légendes.

N. C. : Concernant la télé, n'êtes-vous pas tombé dans le même piège que B-H L ? (Réf à Derrida et Debord/aliénation de la télévision)
M. O. : Je ne connais de philosophes qui râlent contre la télévision que ceux qui n'y sont pas invités. Je trouve très bien que les philosophes se trouvent à la télévision. Le problème n'est pas d'y être mais ce qui y est dit. C'est ridicule cette époque des années soixante où d'abord la télévision existait à peine et où on pouvait se permettre de dire qu'on était contre. On a changé d'époque.

N. C. : Quelque chose qui ne vous a pas échappé, on est en période présidentielle. Vous avez beaucoup parlé de l'école. Il y a un parallèle entre Camus et vous, je suppose, sur l'instituteur, la République. Ne serait-il pas tant d'en parler plutôt que de parler de la viande halal ?
M. O : Tous les sujets sont possibles y compris la vainde halal. Mais je pense qu'on a affaire à des charlots. On aura un libéral de toute façon, que ce soit Sarkozy, François Hollande, question de style, on aura toujours des gens qui nous vanteront les mérites du marché, de l'Europe, de l'Euro. J'irai voter deux fois blanc. La règle du jeu me convient mais je n'ai pas trouvé des gens qui me conviennent. Je n'ai pas envie de voter soit pour des libéraux soit pour des anti-libéraux qui sont fascinés par le vieux modèle bolchévique qui a fait son temps.

N. C. : Les universités populaires, au-delà du vote duquel on est très peu satisfait parce comme disait Coluche, le vote si ça servait à quelque chose on l'aurait interdit, la meilleure manière d'être citoyen n'est-ce pas de faire ces universités et beaucoup de vulgarisation ?
M. O. : Je crois qu'on fait de la politique en dehors des élections, qu'on fait de la politique autrement qu'en mettant son bulletin de vote, faire des universités populaires c'est faire de la politique. Cela me paraît nettement plus intéressant de développer cette façon concrète de faire de la politique que de déléguer ce pouvoir à quelqu'un.
                                                                                                            Constance
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 11:38

 

Michel Onfray est devenu un habitué de l’émission de Laurent Ruquier. Samedi dernier, le 17 mars 2012, il a de nouveau pris place dans le fauteuil des invités d’On n’est pas couché pour débattre de son dernier livre.

 

Audrey Pulvar et Natacha Polony passent au crible

L’ordre libertaire. La vie philosophique d’Albert Camus 





Quelques autres interventions de Michel Onfray dans l’émission


L’accueil de Michel Onfray et la présentation synthétique de L’ordre libertaire - l’ouvrage qui réhabilite la pensée d’Albert Camus 


Michel Onfray complimente Éric Zemmour


Michel Onfray critique la politique étrangère de Jean-Luc Mélenchon


Michel Onfray fustige Nicolas Sarkozy et François Hollande et choisit de voter blanc 
 

Les déboires de Michel Onfray avec la presse et les psychanalystes à la sortie du Crépuscule d’une idole
______________________

« Dans "Le Crépuscule des idoles", Nietzsche écrivait : "Formule de mon bonheur : un Oui, un Non, une ligne droite, un but." Camus disait "Oui" à la vie, "Non" à ce qui l’entrave. Si l’on commençait à entendre enfin ce qu’il a dit ? Puis à agir en regard de cette œuvre radicale - car c’est à vivre une vie philosophique qu’il nous invite. « 

Michel Onfray, L'ordre libertaire, Flammarion 2012, p. 541
________________________________

Réactions

« Souvenons-nous que Fidel Castro a renversé une dictature qui ne gênait pas les États -Unis.
Ce que dit Jean-Luc Mélenchon c’est que ce n’est pas l’islam qui est un problème. Et il condamne les intégristes qu’il soit musulman ou catholique.
A propos du Tibet il dit que cela fait partie de la Chine depuis le XIVè siècle (avant que la Corse soit française). Il rappelle que ces Tibétains ont commencé le massacre de commerçants chinois ce qui a provoqué la répression du gouvernement chinois. Il ne dit surtout pas qu’il n’y a pas de problème. Il n’approuve pas les régimes théocratiques. « 
"... il ne votera pas Jean-Luc Mélenchon aux prochaines [élections]. Il a déclaré ne pas suivre l’homme du Front de gauche parce qu’il se réclame de Robespierre, explique que le régime de Fidel Castro n’est pas une dictature, cite Hugo Chavez comme un interlocuteur censé et crache sur Soljenitsyne. L’air de rien, c’est beaucoup de pendules remises à l’heure, surtout pour un homme engagé bien loin de la droite, mais qui possède une qualité en voie de disparition : « l’honnêteté intellectuelle »"

"Il y en a cependant un que le candidat du Front de Gauche ne convainc pas, c'est Michel Onfray, qui comptait pourtant parmi ses soutiens. Invité de l'émission « On est pas couchés » samedi, le philosophe a étrillé ses prises de position en matière de politique étrangère [...]

Dans la foule partie prendre d'assaut la Bastille, les marcheurs seraient-ils, comme Onfray, embarrassés par cet aspect du programme de Mélenchon ?"

"Michel Onfray ignore-t-il que ses paroles ont plus de poids que celles du simple citoyen ? Il est célèbre et peut s'adresser via la télévision à des millions de téléspectateurs en France et dans les pays francophones.

A entendre les déçus de la politique, ils sont plus perspicaces, mieux informés et meilleurs juges que tous ces moutons qui vont aux urnes sans le moindre esprit critique au sujet de leurs candidats préférés et des enjeux électoraux. Faute d'être des moutons, ils seraient des complices de la classe politique. Ces électeurs éclairés auraient raison sur une majorité aveugle et irresponsable. Mais paradoxe de ses électeurs : l'abstention, vote nul ou vote blanc permet à ceux qui ne savent pas de décider à la place de ceux qui savent.

 Les partis politiques doivent correspondre cent pour cent à un modèle idéal. Dans le cas contraire, ils ne valent rien. Tout décalage entre le modèle idéal de parti et les partis réels encourage ces citoyens à les condamner sans nuances. Mais le modèle idéal de démocratie et de parti politique n'existe pas. Il n'existera jamais.

 Voter blanc c'est faire la fine bouche au nom d'un purisme inutile et inefficace. Voter blanc est une solution de facilité. Ne pas choisir, en politique tout au moins, sera toujours plus facile que choisir.

 Oui, il faut voter. Le meilleur candidat ne peut pas être parfait. Oui, Michel Onfray a tort de voter blanc, mais il pourrait changer d'avis et le faire savoir. Pourquoi pas ?"

 Marc - Ewa    

(Merci à Patrick C.)  


D’autres passages de Michel Onfray sur le plateau de l’émission On n’est pas couché :


17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 00:34

 

arte 28 minutesMichel Onfray est l’invité d’Elisabeth Quin dans son magazine quotidien où la culture se frotte à l’actualité, "28 minutes" sur Arte, le 16 mars 2012.

Il tente de répondre à la question du jour posée à l’occasion du cinquantième anniversaire des accords d’Evian : Algérie : la réconciliation est-elle possible ? en parlant évidement de la position d’Albert Camus au sujet du conflit algérien. Aux côtés de la journaliste et du philosophe - Danielle Michel-Chich, essayiste, victime de l’attentat à Alger en 1956.

 

 



 

« Camus l’écrit, le pense, le croit, et l’affirme jusqu’au bout : "Nous sommes condamnés à vivre ensemble." […] Sur dix millions d’habitants, la population algérienne se compose d’un million de personnes issues de miséreux venus d’Europe il y a plus d’un siècle. Les neuf millions d’Arabes et le million d’Européens ont les uns et les autres droit de vivre sur leur terre. Le sang n’est pas une solution. Camus veut le dialogue, encore le dialogue, toujours le dialogue : chacun doit défendre le calme dans son propre camp. Tout recours à la violence entraîne immanquablement une réponse violente : ne pas faire cesser l’engrenage des violences, c’est aller vers toujours plus de violence, jusqu’à la destruction des deux camps et l’épuisement des peuples de cette terre algérienne.

Le philosophe en appelle à l’État : on ne répond pas au terrorisme nationaliste algérien par le terrorisme légal de l’État français. La terreur n’est pas le remède à la terreur, mais sa nourriture. »

Michel Onfray, L’ordre libertaire, Flammarion 2012, p. 432  

 

      ________________________

      Ewa - Marc  

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos