Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 21:53


cerium grand logo blanc

Pour ceux d’entre vous qui ne se sont pas encore lassés de Freud et des hérétiques freudiens, nous proposons dix minutes de réflexions d’un lecteur du Crépuscule d’une idole et d’Apostille au Crépuscule de Michel Onfray.

C’est Jean-François Lisée, directeur du CERIUM (Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal) qui nous livre ses impressions dans l’émission des chercheurs du CERIUM "Planète Terre", diffusée le 10 février 2012.

 

 



 

      Les sujets abordés :

  • Les archives concernant Freud inaccessibles aux chercheurs.
  • La psychanalyse freudienne déconseillée aux pauvres.
  • Les cas cliniques inventés, la théorie freudienne ne s’applique qu’à Freud lui-même, elle est bâtie sur son expérience autobiographique tenue pour universelle.
  • Les erreurs de diagnostic de Freud en tant que « médecin » entraînent la mort des patients.
  • Freud complaisant avec le nazisme.
  • Les attaques furieuses de la secte psychanalytique freudienne défendant son fond de commerce et les fondements de l’idéologie.
  • L’utilité et la légitimité de la psychanalyse moderne purgée de Freud.
_______________________

 

« L’invective et le mépris ayant tenu lieu de « débat », je souhaite préciser avec cette Apostille que j’aimerais que ce Crépuscule d’une idole soit aussi et surtout l’occasion de penser une psychothérapie pour aujourd’hui, voire pour demain. Dès lors que je ne peux me prévaloir de la clinique, il n’est pas question pour moi d’élaborer seul, et pour le papier, une psychanalyse non freudienne. Je crois aux vertus de ce que Pierre Bourdieu nommait un « intellectuel collectif », un groupe de travail dans lequel chacun se soucie moins de faire triompher les passions tristes, la haine en premier lieu, que des mérites de l’ »agir communicationnel » de Jürgen Habermas. »

Michel Onfray, Apostille au Crépuscule, Grasset 2010, page 30

      Ewa  

16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 00:16

 

« Burckhardt, Goethe et le Grand Homme », c’est la troisième conférence donnée par Michel Onfray en saison 2008-2009 à l’Up de Caen. Le cycle de 25 conférences était diffusé sur France Culture : « Contre-histoire de la philosophie - 7ème année - La construction du surhomme ».

Nous avons trouvé l'enregistrement de cette conférence (comme celui de la précédente) en trois « vidéos-audio » éparpillées sur la chaîne Dailymotion documentaireroots. Malgré les petits inconvénients (les répétitions au début et à la fin de chaque "vidéo", la musique et les images qui n'ont rien à voir avec la conférence), nous avons décidé de partager ces enregistrements avec vous. Nous mettons également à votre disposition le synopsis du cours publié sur le site officiel de Michel Onfray.

Ce n’est qu’une simple invitation à continuer l’aventure en lisant « La construction du surhomme » paru chez Grasset le 19 octobre 2011. 

 

 

SYNOPSIS    : « BURCKHARDT, GOETHE ET LE GRAND HOMME  »

 

Après les lectures transcendantes du Grand Homme : Hegel, Carlyle, Emerson

Les lectures immanentes : Burckhardt et Goethe


burckhardt.jpgI - BURCKHARDT


1./ QUI EST JACOB BURCKHARDT ?  - 25 mai 1818 - 8 août 1897 à Bâle  - Professeur d’histoire des civilisations à Bâle  - Nietzsche assiste à ses cours, il a 26 ans  - Une soixantaine d’auditeurs  - Publié sous le titre Considérations sur l’histoire universelle  - L’époque de Constantin le Grand (1853)  - Civilisation de la Renaissance en Italie (1860)


2./ BURCKHARDT ET NIETZSCHE :

a) Les influences sur Nietzsche :  - Importance du modèle grec dans les civilisations après elles  - Rôle de la grande individualité à la Renaissance  - Rôle de la conversion de Constantin  - Fond schopenhauerien de l’analyse historique  - Annonce les combats à venir entre prolétariat et capitalisme  - Refus de l’un et de l’autre  - Diagnostic la haine de la culture par les masses  - Déteste l’Etat moderne  - Méfiance à l’endroit des trois monothéismes  - Valeur éthique de l’art  - Franc tireur célibataire : aime les chats, refuse les honneurs, déteste les institutions.

b) La fausse nouvelle de l’incendie du Louvre lors de la Commune

La lettre à Gersdorff : « Nous sommes responsables des horreurs qui ont eu lieu. Gardons-nous donc, du haut de notre orgueil, de rejeter uniquement sur ces malheureux le crime d’avoir déchaîné la lutte contre la culture humaine ».

Contre la lecture marxiste :  - Nietzsche défenseur : De l’ordre bourgeois, De l’absolutisme féodal  - Fondateur de l’impérialisme

c) La naissance de la tragédie : livre très burckhardien :  - Salut politique par l’art, la culture, le théâtre, la musique  - Révolution de la civilisation par la restauration du tragique grec via Wagner  - Sortie du nihilisme et du pessimisme par l’esthétique – le drame musical  - La tâche étant confiée au « philosophe artiste ».


3./ LE GRAND HOMME CHEZ BURCKHARDT :

- Synthétise les forces du passés et du présent : Wagner cristallise :  a) La Grèce de Prométhée et de Pindare, d’Eschyle et d’Euripide  b) La Renaissance italienne de Machiavel et Raphaël, Michel-Ange et Palestrina

-Fondateur de religion  - Figure historique  - Architecte, musicien, peintre, sculpteur : artiste  - Le philosophe couronne le tout

- Il n’est pas un homme célèbre :  a) L’homme célèbre : Utilise les recettes du moment, Obtient un petit succès opportuniste, Illustre les tendances de son temps, N’a de cesse que de se « commercialiser » (1870 !)  b) Le Grand Homme réalise l’esprit du temps, Il est conduit par une force irrésistible, Il écoute « sa voix intérieure »

- Il exprime la nature intime de son époque et celle du mondeIl transmet cela à la postérité sous la forme d’un « message impérissable ».

 - N’exprime pas le dessein de Dieu  - Révèle la vérité d’un moment de l’histoire  - En lui se cristallise la matière de l’histoire universelle selon des lois organiques concrètes  - Il emporte l’assentiment du peuple

 - On le sent, le voit, le sait unique et irremplaçable, « C’est avec les grands philosophes seulement que nous entrons dans le domaine de la vraie grandeur, unique et irremplaçable, de l’énergie défiant toute norme et de la réalisation de la relation à l’universel ».

- N’est pas un modèle, mais une exception de l’histoire universelle  - Dispose de facilités dans les activités intellectuelles et physiques  - Se concentre à volonté sur n’importe quel sujet  - Excelle dans l’analyse et dans la synthèse  - Montre une facilité désarmante à réaliser ce qui résiste à l’homme du commun  - Saisit les choses clairement là où tout semble obscur  - Découvre le rapport intime des choses  - Saisit d’un seul coup d’œil le détail et l’ensemble  - Agit sans hésitation, car il connaît l’instant propice  - Exclut la contemplation pure  - Animé d’un désir violent de dominer la situation  - Montre une formidable force de volonté à l’ouvrage  - Irradie autour de lui une « contrainte magique »  - Accomplit des choses nécessaires que personne d’autre que lui ne pourrait mener à bien.  - S’expose à des dangers graves et constants  - Affirme sa puissance indépendamment de la morale qui ne saurait entraver son action  - Il fascine : on cherche à l’approcher, à le rencontrer  - Il est choisi par le peuple qui le reconnaît comme tel  - Saisit la nature intime du particulier et de l’universel  - Assigne aux sciences des directions et des perspectives particulières  - Est à la hauteur de toutes les situations  - Développe ses facultés intellectuelles au fur et à mesure de son accomplissement.


4./ NOMS DE GRANDS HOMMES :

Montaigne, La Bruyère, Raphaël, Mozart, Schiller, Shakespeare, Michel-Ange, Copernic, Galilée, Kepler, Alexandre, Dante, Mahomet, Goethe, César, Cromwell, Richelieu, Charles Martel… Napoléon.


goetheII - GOETHE


1./ GOETHE ET NIETZSCHE :

Dans le Crépuscule des idoles : Goethe est un « être intégral »

« Goethe est le dernier Allemand pour qui j’ai du respect ».

Dans Le Voyageur et son ombre, sur les Conversations avec Eckermann : « le meilleur livre allemand qu’il y ait ».


2./ QUI EST GOETHE ?

(28 août 1749 à Francfort/ 22 mars 1822 à Weimar)

- Génie précoce : écrit des pièces de théâtre avant dix ans  - Apprend langues, droit, piano, danse, escrime, équitation  - Fait son droit sans passion  - Vit en dandy  - S’enthousiasme pour la littérature  - Gravement malade pendant deux ans : Sort fortifié psychiquement de cette épreuve  - Suit des cours de médecine, d’anatomie, de chimie, Assiste à des dissections  - A du succès dès Goetz de Berlichingen  - Passionné par Prométhée  - Ne croit pas en un dieu anthropomorphe  - Passionné par Spinoza  - Aime l’Italie  - Homme d’action : Ministre du Duc, Construit des routes, des ponts, S’occupe de finances, De guerres : assiste à Valmy  - Etudie géologie, minéralogie, optique, botanique, la couleur, Ecrit sur ces sujets des livres qui font date  - Converse avec Hegel qu’il met en garde contre la dialectique  - Apprend la peinture, le dessin, le modelage  - Pense que l’artiste est la perfection de l’homme  - Dirige un théâtre pendant un quart de siècle  - Ami de Schiller  - Ecrit son autobiographie : Poésie et vérité :  - Sublime Faust  - Utilise des expressions qui séduiront Nietzsche : « En deçà du bien et du mal » dans Complices, ouvrage de jeunesse, « La nature surhumaine » dans Faust (v.486-490)  - N’aime pas la révolution Française, trop sanglante  - Tombe amoureux régulièrement  - Vit avec une compagne simple qui lui donne des enfants  - S’intéresse à l’Orient  - Vitalité exceptionnelle jusqu’à la fin à 82 ans : « La métamorphose des plantes » et sa philosophie biologique, Les lois qui président au développement d’une plante sont celles qui gouvernent l’évolution d’un être, Rechercher l’unité sous la diversité des métamorphoses


3./ GOETHE ET NAPOLÉON :

a) Pour Nietzsche : « cet événement européen » que Napoléon souhaite rencontrer à Erfurt en 1808

b) Erfurt : 2 empereurs (dont le Tsar), 4 rois, 34 princes, ministres, généraux, cour…

c) Apprenant que Goethe est en ville, Napoléon le fait venir :  - 2 octobre 1808 à 11h00  - Talleyrand est là  - Napoléon a emporté Werther en Egypte et l'a lu 7 fois  - N’a pas aimé la fin  - « Evidemment votre majesté n’aime pas qu’un roman se termine »  - Parlent : a) Des traductions de Voltaire faites par Goethe b) Du mécanisme des romans goethéens c) De la tragédie et du destin  - Napoléon le veut à Paris : « je l’exige de vous »  - Lui donne la légion d’honneur  

 d) Après la rencontre, Napoléon, à Daru (Grand Intendant des armées ) et Berthier (Chef d’Etat Major) : « Voilà un homme »…  - Goethe à Cotta (2 décembre 1808) : rien ne pouvait m’arriver de plus grand et de plus agréable.  - « Me traitant, si je puis dire, en égal, et exprimant sans ambiguïté que ma personnalité était à sa mesure »  - Se veut l'équivalent de Napoléon dans les lettres européennes  - Lui qui affirme que toute littérature est autobiographique…  - … se remet à Faust.


4./ QU’EST-CE QU’UN « ETRE INTÉGRAL » ?

Lecture du Crépuscule des idoles §.49

- Un corps trempé dans l’acier : et une âme à l’avenant.  - Une sensibilité à fleur de peau : et une force invincible  - Une passion pour la vie : et un talent pour en saisir théoriquement et pratiquement la quintessence  - Un homme de pensée : et un homme d’action  - Un poète : et un ministre  - Un amoureux chaviré par les femmes : et un tempérament que n’égare pas la passion.  - Un artiste talentueux en tout : et un scientifique évoluant à égalité avec les grands  - Un sédentaire enraciné : et un cosmopolite avéré.  - Un Allemand : et un Européen…


5./ LE GRAND HOMME AVANT LE SURHOMME :

Tant qu’il n’a pas mis au point son concept de Surhomme

Travaille avec celui de Grand homme  - Dans Schopenhauer éducateur : l’humanité doit engendrer quelques grands hommes  - Dans Par delà : « un mauvais petit poème fait après coup »  - Dans le Crépuscule : « le singe de son idéal »  - Dans Nietzsche contre Wagner : « une mauvaise petite fable »


6./ GRAND HOMME ET VIE SUBLIME :

a) Le siècle du sublime :

A./ Chez les philosophes :  - Kant, Critique de la faculté de juger (1790)  - Hegel, Leçons sur l’esthétique  - Schopenhauer, Le Monde comme Volonté  - Schiller, Du Sublime (1801)

B/. Chez les peintres : Caspar David Friedrich et ses glaciers, montagnes, nuages, arc en ciel, couchers de soleil, orages, naufrages…

b) Expérimentation de sa petitesse dans la vastitude cosmique

- Cosmos sans limite et condition humaine fragmentaire

- Depuis Copernic, Spinoza, Darwin : L’univers est infini, Le libre arbitre n’existe pas, L’homme est un mammifère parmi d’autres

c) Extrapolons le sublime dans l’esthétique au sublime dans l’éthique :

Le surhomme sera la formule de l’hédonisme vitaliste ou du vitalisme hédoniste

Qu’entrent donc : Jean-Marie Guyau et Frédéric Nietzsche…


Bibliographie : 

Max Scheler, Le saint, le génie, le héros, Emmanuel Vitte éditeur

Jacob Burckhardt, Considérations sur l'histoire universelle, Payot

Jacob Burckhardt, Civilisation de la renaissance en Italie, 3 vol, Livre de Poche

Jacob Burckhardt, Le Cicerone, Firmin Didot

Conversations de Goethe avec Eckermann, Gallimard

Georges Luckas, La destruction de la raison. Nietzsche, éditions Delga

Marc Sautet, Nietzsche et la Commune, Le sycomore

Marc - Ewa  

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 21:53

 

 

« Carlyle, Emerson et le Grand homme », c’est le titre de la deuxième conférence donnée par Michel Onfray en saison 2008-2009 à l’Up de Caen. Le cycle de 25 conférences était diffusé sur France Culture : « Contre-histoire de la philosophie - 7ème année - La construction du surhomme ».

Nous avons trouvé l'enregistrement de cette conférence en trois « vidéos-audio » éparpillées sur la chaîne Dailymotion documentaireroots. Malgré les petits inconvénients (les répétitions au début et à la fin de chaque "vidéo", la musique et les images qui n'ont rien à voir avec la conférence), nous avons décidé de partager ces enregistrements avec vous. Nous mettons également à votre disposition le synopsis du cours publié sur le site officiel de Michel Onfray.

Ce n’est qu’une simple invitation à continuer l’aventure en lisant « La construction du surhomme » paru chez Grasset le 19 octobre 2011.

          



 

SYNOPSIS    « CARLYLE, EMERSON ET LE GRAND HOMME » 

Après le Grand Homme chez Hegel  - Et toujours dans l’ombre de Napoléon  - Le Grand Homme chez Carlyle et Emerson.

carlyle-2.jpgI/. CARLYLE


1./ THOMAS CARLYLE :

a) Philosophe écossais : 1795/1881  - Calviniste ayant perdu la foi  - Radical et pamphlétaire  - Critique de la démocratie et du capitalisme  - De l’aristocratie et de la bourgeoisie  - Solitaire, indépendant, pauvre et libre

 b) 1840 : conférences sur le Grand Homme publiées sous le titre Les héros. Le culte des héros et l’héroïque dans l’histoire

c) Nietzsche le déteste :  - Un « pessimiste dyspeptique »… anglais !  - « Demi comédien », «grand faux monnayeur », « rhéteur insipide », (cf. Crépuscule des idoles).

d) Dans « Le culte des héros et ses fanatiques » (Gai savoir, §.298) :  - « Vieux grognon embrouillé et prétentieux qui s’est employé, sa longue vie durant, à rendre romantique la raison de ses anglais ».  - Nietzsche et le romantisme…  - Nietzsche et l’assassinat ou le silence sur ses sources possibles (Spinoza ; Stirner ; Carlyle…)  - Nietzsche sur Napoléon : il est ce personnage qui a « jeté dans l’âme de ce siècle cette prostration romanesque devant le génie et le héros si étrangère à l’esprit rationaliste du siècle dernier ».  - Les catégories de génial et d’héroïque contraignent à la génuflexion : Nietzsche les récuse.  - Se veut plutôt du siècle de Chamfort et d’Helvétius.  - Cf. son rapport à Voltaire.  - Affirme que le XIX° tranche en mettant en son centre la question du Grand Homme.


2./ LE GRAND HOMME CHEZ CARLYLE :

a) A l’origine de l’humanité on trouve :  - Le héros comme Divinité : Odin

b) Dans son évolution :  - Le héros comme Prophète : Mahomet  - Le héros comme Poète : Dante, Shakespeare  - Le héros comme Prêtre : Luther, Knox.  - Le héros comme Homme de Lettres : Johnson, Rousseau, Burns

c) Dans sa modernité :  - Le héros comme Roi : Cromwell, Napoléon.


3./ CARLYLE ET NAPOLÉON

a) Napoléon : « il est notre dernier grand homme ».  - (D’autant qu’en juillet 1815, l’Empereur a demandé l’hospitalité aux anglais pour échapper aux royalistes français  - Le Bellérophon, dans le port de Plymouth.)

b) Napoléon souhaitait établir une tyrannie européenne  - Et il s’étonne qu’on lui résiste ?

c) En tant que dernier grand homme, il résume la totalité des formes variées de l’héroïsme :  - Prophète, Poète, Prêtre, Homme de Lettres, Roi…  - Procède de l’âge de l’imprimerie.  - Il est là pour nous guider.  - La tâche du peuple ?  Trouver l’homme le plus capable.  L’élever à la place suprême : roi.  Le révérer loyalement.

 ***

d) Après Cromwell, il est « notre second roi moderne ».  - Or Cromwell s’appuyait sur la religion  - Napoléon n’a que « de pauvres Encyclopédies sceptiques » comme supports.

e) Napoléon fut grand :  - Tant qu’il crut aux Faits et aux Evènements  - Il dompta la Révolution française  - Permit que son destin devint organique  - Et qu’elle survive dans des institutions durables  - Conduit par un instinct sûr, il a transformé la négativité de la Révolution française en positivité institutionnelle.

f) Napoléon fut petit :  - Quand il a cessé de croire aux faits et aux Evènements pour se soumettre aux Simulacres  - Quand Bonaparte est devenu Napoléon,  - Qu’il a cessé d’être un Démocrate pour devenir un Tyran.

g) Napoléon fut « une grande ébauche, une grossière esquisse jamais complétée »  - Cf. Hegel sur les Grands Hommes : « Leur but atteint, ils sont tombés comme des douilles vides ».


 

Emerson-4.jpgII/. EMERSON


1./ EMERSON & CARLYLE :

a) Emerson a lu Les héros de Carlyle en 1840.

b) Carlyle fut le grand rendez vous d’Emerson en Europe.  - 2 jours sur place, une nuit chez lui

c) Balade dans les landes écossaises :  - Parlent de Cromwell, Faust, Voltaire et Robespierre.  - De la nécessité de l’action et du faire.  - De Dieu et de l’immortalité de l’âme  - Carlyle peste contre les gens de lettre, les journalistes, l’injustice sociale, ses contemporains

d) Mme Carlyle lui montre un collier envoyé par Goethe.

e) Emerson lui propose de venir enseigner ou diriger une revue aux Etats-Unis.

f) Correspondance entre les deux hommes toute leur existence.


2./ EMERSON ET LE GRAND HOMME :

a) Publie en 1850 Les hommes représentatifs.  - Sous titré dans l’édition française de 1895 (Izoulet et Roz) d’Armand Colin : Les Sur-humains – un mot qui ne renvoie à rien du titre anglais.  - L’édition de 1920 chez Crès sous titrera Les surhumains.

b) Emerson n’a pas pu être nietzschéen :  - Les œuvres les plus nietzschéennes de Nietzsche sont postérieures à son travail.  - En revanche, Nietzsche aurait pu être transcendentaliste…

c) Equivalence entre Grand homme et Homme Représentatif.  - La grandeur réside dans la représentativité  - Plus l’homme représente son temps, son époque, sa civilisation, sa culture, son continent géographique, historique, culturel, mental, plus il est grand.

***

d) Qu’est-ce qu’un grand homme ?  - Il habite les plus haute sphère de la pensée  - Il entretient un rapport avec la Surâme (Oversoul)  - L’autre nom de l’« Ame du Monde » ou l’« Ame Universelle ».  - Dieu existe, mais pas de façon anthropomorphe  - Dans Nature et dans Les forces éternelles :   Dieu est associé à :  L’« Esprit du Monde », L’« Energie de la Nature », Aux « Forces Cosmiques ».  - Emerson se trouve à la croisée de Platon et Spinoza, Plotin et Hegel, sinon Goethe.  - Les individus procèdent de la Surâme sur le mode platonicien  - Et ce de façon inégale  - Celui qui y participe grandement est un Grand Homme  - Il entretient une relation privilégiée, directe, forte, irrationnelle, instinctive, immédiate à la Surâme.  - On peut accéder à la divinité de la nature par cette participation  - On expérimente la jouissance de cette communion mystique avec les forces qui constituent l’être du réel.  - Le Grand Homme est le réceptacle privilégié de la Surâme du monde.  - Il en assure la lisibilité, la visibilité.  - Il contamine par capillarité par sa seule présence  - Il agit plus vite, plus loin, plus fort que les autres  - Il voit ce que les autres ne voient pas  - Il saisit dans l’instant la nature du réel.  - Il emporte les suffrages par sa pensée et son action qui légitiment le réel  - Il fait comprendre que ce qui a lieu ne pouvait pas ne pas avoir lieu.  - Il est tendu vers un seul but :  - C’est ontologiquement un monomaniaque.

e) Qui sont les Grands Hommes d’Emerson ?  - Platon le philosophe  - Swedenborg le mystique  - Montaigne le sceptique  - Shakespeare le poète  - Goethe l’écrivain  - … et Napoléon, « l’homme de l’univers ».

f) A quoi sert le Grand Homme ?  - A être un modèle qu’il nous faut suivre.  - A contaminer par son expérience  - A générer à nouveau de Grands Hommes  - Autrement dit à assurer l’histoire et le progrès de l’humanité.


3./ EMERSON ET NIETZSCHE :

a) Lecture de jeunesse  - Le cite dès ses devoirs à Pforta.

b) Lit (et perd) les Essais.  - Lit La conduite de la vie et Société et Solitude.  - Dans les fragments posthumes : « L’homme de ce siècle de plus fécond en pensées ».

c) Des pensées et des images d’Emerson se trouvent dans le Zarathoustra…


 

CONCLUSION

a) Permanence des renvois aux arrières mondes :  - Hegel et son « Esprit Absolu » dans La Raison dans l’Histoire (1830)  - Carlyle et son « Mystère de l’Univers » dans Les Héros (1840)  - Emerson et sa « Surâme » dans Hommes représentatifs (1850).

b) Théodicées chrétiennes ou mystiques et panthéistes.  - La lumière du Grand Homme est la lumière projetée de Dieu dont Feuerbach a déconstruit la formule anthropomorphique.  - Le Grand Homme est alors un trait d’union entre l’Humain et le Divin  - Sortant de l’humain il s’approche du divin et montre la voie à suivre  - Mais quand on ne croit plus au divin,  - Quelle définition pour le Grand Homme ?

***

Bibliographie : 

Carlyle, Les héros, Armand Colin

Carlyle, Pages choisies, Armand Colin

Carlyle, Pamphlets du dernier jour, Editions du Trident

Emerson, Hommes représentatifs, éd. Georges Crès

Carlyle/Emerson, Correspondance, Armand Colin

Régis Michaud, Autour d'Emerson, éd. Bossard

Ewa - Marc  

 

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos