Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 21:21

 

La philosophie est à la mode ? On dirait que oui, au risque de déplaire à certains "philosophes". Patience, ça passera... 

 

 

Nous vous invitons à faire un petit quiz bon enfant inspiré par Marc Lefrançois. Amusez-vous, ne vous prenez pas au sérieux, participez et votez !

(Attention ! Certains auteurs de ces pensées sont célèbres et vous les reconnaîtrez évidement sans problème, les autres méritent d’être plus connus, mais il y a aussi des imposteurs qui se sont glissés dans la liste. ;~))

 

 

« L’invention et la nouveauté à tout prix, le désir d’inédit et le souci de paraître d’avant-garde produisent, en philosophie, et plus particulièrement dans celle du XXe siècle, des monstres systématiques à l’origine d’une rupture avec le public et d’un "devenir secte" d’un certain nombre de cénacles philosophiques abscons. La production d’une philosophie pour philosophes constitue une impasse antiphilosophique. La philosophie n’est pas l’art d’un alphabet nouveau, mais celui de combinaisons nouvelles de mots anciens… »

Michel Onfray, Manifeste hédoniste, Préambule, Éditions Autrement , 2011

Marc - Ewa   

Published by quatuor - dans Goût des autres
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 12:53

 

La chronique mensuelle de Michel Onfray publiée sur son site officiel en novembre 2011 a suscité beaucoup de polémiques et « d’indignations «, prévues d’ailleurs, et même attendues par l’auteur.

Nous avons décidé de vous la présenter aussi sur notre blog pour trois raisons :

1) Nous proposons une mise en page différente

2) Nous donnons des liens vers les articles polémiques,  pour que chacun puisse se faire sa propre opinion

3) Les commentaires sont ouverts donc, l’opinion ainsi forgée, on peut l’exprimer 

 

______________________

 

G Moquet couve

Je viens de lire un livre terrible intitulé L’Affaire Guy Môquet sous-titré Enquête sur une mystification officielle publié dans la très sérieuse maison d’édition Larousse dans une collection dirigée par Emmanuel Thiébot qui fit un temps partie de l’équipe de L’Université Populaire de Caen. Bravo aux auteurs Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre.

Que dit ce livre ? Que Guy Môquet ne fut pas résistant. Thèse sidérante tant elle va contre la mythologie qui fait de ce jeune garçon de seize ans fusillé par les nazis l’emblème de la résistance communiste à l’occupant allemand. Guy Môquet est le fils d’un cheminot qui doit son ascension sociale au Parti Communiste auquel il voue un culte. Quand les communistes russes et les nazis signent le pacte germano-soviétique, le PCF obéit à la décision de Staline. Dès lors, le Parti se réjouit de la défaite de juin 40 : selon eux, elle signe l’échec de la démocratie parlementaire, du capitalisme juif, de la bourgeoisie d’affaire. De plus, elle prépare la France à la révolution bolchevique ardemment souhaitée. L’Allemagne peut donc envahir la Pologne, puis la France, l’URSS ne bouge pas, les communistes français approuvent. L’Angleterre décrète un blocus économique contre l’Allemagne nazie, mais l’Union Soviétique laisse transiter sur son territoire les produits qui ravitaillent les nationaux-socialistes. Le PCF ne dit rien. 

Le 29 septembre 1939, nazis et communistes demandent la fin de la guerre afin que Staline garde les territoires conquis et Hitler les siens. Les députés communistes envoient une lettre en ce sens à Edouard Herriot, le Président de la Chambre. En cas de refus, la France et l’Angleterre porteront la responsabilité de la guerre qui deviendrait impérialiste ! La France refuse. Le PCF invite alors ses militants au sabotage. Ils ne s’en privent pas et causent la mort de soldats français envoyés au combat avec du matériel qui les lâche en plein milieu de la bataille. Le père de Guy Môquet soutient cette ligne, il est arrêté et emprisonné.  Le fils clame haut et fort qu’il reprend le flambeau et continue le combat du père qui, on le voit, n’est pas un combat de résistance, mais de collaboration avec les nazis liés aux staliniens par le pacte.

Des tracts sont distribués, voici ce à quoi invite l’un d’entre eux le 27 juillet 1940 : « Les soldats allemandsguy-moquet lettre d'adieusont vos frères, pactisez, ne vous trompez pas, votre ennemi c’est le grand capital, les trusts de France, d’Angleterre, d’Amérique »… Les tracts distribués par Guy Môquet n’appellent pas à la résistance : ils épargnent les nazis, accablent les capitalistes français, justifient le pacte germano-soviétique, attaquent l’Angleterre et les Anglais, insultent de Gaulle, font de l’URSS le pays de la liberté et de la démocratie. Guy Môquet est arrêté par la police de Vichy le 13 octobre 1940, non pas comme résistant, mais comme communiste stalinien appelant à pactiser avec l’occupant nazi. Il est interrogé, mais pas torturé. Il vit dans le camp sous un régime qui n’est pas concentrationnaire. 

Le 22 juin 1941, Hitler envahit l’URSS. Fin du pacte germano-soviétique brisé unilatéralement par les nazis. Les communistes changent de stratégie presque un an après la déclaration de la guerre, ils entrent enfin dans la résistance. Des nazis sont abattus dans les rues. L’occupant organise des représailles et prélève des otages dans les prisons. C’est dans cette configuration que Guy Môquet est fusillé le 22 octobre 1941.

 

Le PCF qui a demandé la reparution de L’Humanité le 20 juin 1940 à l’occupant nazi sous prétexte qu’ils avaient des ennemis communs, (les juifs, les capitalistes, les anglais, la ploutocratie, le parlementarisme, lire le détail dans Juin  40. La négociation secrète de Jean-Pierre Besse et Claude Pennetier), ont eu besoin de se refaire une santé à la Libération - avec l’assentiment du général de Gaulle… Guy Môquet rue Baron 02 plaqueGuy Môquet fut un moment idéal dans le dispositif légendaire communiste : ce jeune homme stalinien qui défendait l’union des communistes avec les nazis contre la démocratie parlementaire, autrement dit le contraire de la Résistance, devint la figure emblématique d’une résistance communiste totalement inexistante à cette époque.

Il y eut d’autres moments dans cette légende : le PCF fabriqua un faux pour faire croire qu’il avait appelé à la Résistance dès le 10 juillet 194O, « l’appel du 10 juillet » ; il s’intitula « le parti des 75.000 fusillés », alors qu’il y eut au total 41OO fusillés et que tous n’étaient ps communistes ; il présenta fautivement quelques noms de communistes comme résistants de la première heure (Tillion, Guingouin, Havez) alors cils furent de bons soldats du pacte hitléro-stalinien ; etc.

 

« Qu’avez-vous encore contre les communistes ? » me feront savoir nombre de mails ou de courriers que je sais déjà insultants… « Rien ». Rien contre les communistes, mais tout pour l’Histoire. Qu’il s’agisse de Freud et des freudiens, de Sartre et des sartriens, des communistes et de leur saga, le combat contre la légende et les mythes s’effectue moins « contre » que « pour » - en l’occurrence : pour l’histoire. Car le déni de l’histoire constitue et nourrit le nihilisme. 

Michel Onfray  

 

 

Réactions 

 

Pourquoi Michel Onfray participe-t-il au lynchage de Guy Môquet?, Jean-Emmanuel Ducoin, le blog La roue tourne, le 10.11.11

« Qu’arrive-t-il à l’inventeur génial de l’université populaire de Caen? […] Michel Onfray reprend argent comptant les thèses stupéfiantes d’un livre grossier […] Onfray dit « bravo » aux deux auteurs. Sans aucun recul. Ni travail historique.  […] Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, professeurs et surtout spécialistes en anticommunisme lucratif. […] Le supplice du jeune Guy n’est qu’un prétexte. La quasi-totalité du livre n’existe que pour dénoncer toute idée d’engagement plus ou moins communiste. Le parti pris, qui se base en totalité sur la parole policière de l’époque (sic!), vise autant à plaquer un « point de vue «  sur l’histoire qu’à sa falsification.[…]

 Berlière et Liaigre légitiment les arrestations des députés et autres militants du PCF, ce « parti de l’étranger ». Pourquoi les justifient-ils? Parce qu’elles étaient conformes à la loi! Vous avez bien lu. Il aurait fallu par la même occasion passer de Gaulle par les armes et tous ceux qui refusaient le régime de Vichy, l’Occupation. […]

Môquet, Timbaud, le député Charles Michels et les martyrs de Châteaubriant, tous les suppliciés du Mont-Valérien sont-ils donc morts pour que, soixante-dix ans plus tard, un débat de démagogues sur l’ »identité nationale » remettre au goût du jour une vision ethnicisée de la France empruntée à Maurras, Barrès et Pétain, rouvrant la voie à tous les extrémistes? 

Question simple. Comment Michel Onfray peut-il, presque deux ans plus tard, adhérer à ce genre de propos? »


Un honteux dérapage, Jean-Paul Piérot, l’Humanité.fr, le 10.11.11

Michel Onfray : un crachat qui retombe sur son auteur, Danielle Bleitrach, Initiative Communiste, le 12.11.11

Onfray sur Guy Môquet : l’abjection, Les JRCF, le 14.11.11

"Pas résistant Guy Môcquet ? Pas résistants les communistes ?

 Qui donc, quand Franco égorgeait le République espagnole, envoyait ses meilleurs fils dans les Brigades Internationales combattre le fascisme, pendant que d’autres signaient la non-intervention ?

Qui donc a condamné les Accord de Munich qui offraient la Tchécoslovaquie à Hitler et l’envoyait vers Moscou ?

Qui donc a tenté, aux côtés de l’URSS, pendant des années, à instaurer une sécurité collective contre le fascisme, tentatives rejetées par les classes dirigeantes de France, d’Angleterre et des Etats-Unis ?[…]

Qui a résisté en 1934 aux Ligues fascistes dans les rues, au prix du sang, et qui a promu le Front Populaire pour le pain, la paix et la liberté ?"


 A propos d’un texte ignoble de Michel Onfray contre Guy Mocquet, Annie Lacroix-Riz, blog de Jean Lévy, le 15.11.11

Quand Michel Onfray se pique de parler pour l’Histoire contre Guy Môcquet les arguments et les accusations de l’extrême-droite, Jean-Christophe Grellety, Mediapart, le 15.11.11

« Oui, parce qu’il était internationaliste, Guy Môquet pouvait écrire et dire dans un tract « les soldats allemands sont vos frères », non pas en tant que SOLDATS ALLEMANDS, mais en tant de citoyens allemands enrôlés souvent de force pour faire la guerre à des Français pour lesquels certains de ses soldats avaient de l’amitié, de la sympathie. Contre le nazisme, le pétainisme et contre « des magnats d’industrie (Schneider, De Wendel, Michelin, Mercier, …), tous, qu’ils soient Juifs, catholiques, protestants ou franc-maçons, par esprit de lucre, par haine de la classe ouvrière, » qui « ont trahi notre pays et l’ont contraint à subir l’occupation étrangère », Guy Môquet a pris, avec ses modestes moyens, tous les risques. Arrêté, il a été intégré par les nazis à une liste de 62 communistes « pour éviter de laisser fusiller cinquante bons Français ».

Marc - Ewa  

13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 12:32

 

Je vous propose un film documentaire drôle, léger, pédagogique sur la fameuse théorie du genre, réalisé par Laure Delasalle et diffusé le 27.07.2011 sur France 5 et intitulé :

Mon cerveau a-t-il un sexe?

Je l’avais enregistré et divisé en six séquences thématiques. Dans chacune, le réalisateur essaye de répondre différemment à la question posée dans le titre en s’appuyant sur les recherches scientifiques les plus récentes. Les stéréotypes, les clichés, les préjugés sont démontés et brisés un par un, successivement. Les mythes s’écroulent…

Quelle est donc l’origine de notre différence sexuelle? Qu’est-ce qui détermine nos rôles masculins ou féminins dans la société? Est-ce que notre cerveau , nos goûts, notre façon de penser sont différents et en quoi, selon que l’on est une femme ou un homme? Et quelle est la part de la biologie (l’innée) et la part de la culture, de la société (l’acquis) dans ces différences? 


1) Les chromosomes sexuels XX et XY définissent-ils le genre?

 

2) Les hormones (mâles : la testostérone, et femelles : les oestrogènes) sont-ils responsables du comportement sexuel?

 

3) Les stratégies spatiales (la perception de l’espace et la façon de s’orienter dans l’espace) des hommes et des femmes sont-elles différentes, et dans quel sens?

 

4) Le schéma préhistorique de la répartition des rôles peut-il rester une référence pour expliquer nos différences?

 

 5) L’aspect physique du cerveau diffère-t-il selon le sexe? Quel est le degré de sa plasticité? Sa construction est-elle fixe ou évolutive? 

 

6) Parlons des sexes! Pour la multiplication des sexes plutôt que pour la traditionnelle binarité homme/femme ou l’abolition de la différence sexuelle !

____________


Et en belle conclusion, un extrait du texte de

Gilles Delcuse "Face au miroir". 

  Je le publie avec l’approbation de l’auteur. Un grand merci!


L’esprit du monde ne sait manoeuvrer que dans l’enfermement et par l’enfermement. L’esprit du monde est un esprit carcéral. C’est un esprit de division ; division binaire, posant les contradictions par le conflit des deux faces d’une même pièce. Dans cette division, il n’y a pas de solution, sinon par la disparition du miroir. Le monde de la division est un monde à deux faces, sans relief, âpre, dur, qui repousse toutes les autres dimensions dans l’imagination, le fantasme, le cauchemar. Un au-delà défini comme fou, absurde, sordide. Dépasser les clivages, c’est tenter de faire descendre ce ciel de l’enfer sur la terre, afin, peut-être, de pouvoir y butiner quelques idées rafraîchissantes.

Dès le début de l’écriture officielle, est apparu la division. Division entres les sexes, figeant chacun dans un rôle attribué par ses organes, contre la richesse de notre esprit. La Genèse développe cette idée de la division, en définissant les rôles orientés hétérosexuellement, la femme se réservant le rôle de mère qui se charge des tâches ménagères, et l’homme, celui du père en charge de ramener par son labeur, de quoi nourrir la famille. C’est ce schéma qui est toujours en application aujourd’hui, cimenté par des lois.

Contrairement à ce que veulent bien en dire les milieux de la contestation, ce n’est pas en ajoutant un sexe dans l’orthographie des mots, qu’on en finit avec cette question, parce qu’elle est une question pratique, et non pas seulement théorique.

Casser la structure représentative du mâle et de la femelle ne se fait pas par simple volonté, mais devrait cependant se faire par plaisir. Il ne s’agit pas de renverser le sadisme véhiculé dans le couple hétérosexuel, en masochisme qui isole et détruit, mais de tenter une approche au bord de la falaise pour prendre son envol et aller au-delà.


Pour lire d'autres textes du même auteur : 

Féminin - masculin  - l’article sur ce blog

 Des troubles de ce temps - le site de l’auteur

 E-torpédo, le webzine sans barbelés - le site collectif 

______________________

 

En supplément...


Entretien avec Catherine Vidal, neurobiologiste, directrice de recherche à l'Institut Pasteur. Extrait du DVD "Homme/femme : sortir des stéréotypes". Réalisation Philippe Thomine. Production Vidéoscop / Université Nancy 2"


Ewa  

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos