Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 06:18

 

"La gourmandise, quand elle est partagée, a l'influence la plus marquée sur le bonheur qu'on peut trouver dans l'union conjugale."
Jean Anthelme Brillat-Savarin      

 

________________

2. Omelette aux truffes accompagnée d’asperges glacées au gingembre   
     
Les truffes contiennent l’androstérone, une hormone stéroïde, qui aurait une influence sur le désir sexuel. L’odeur de la truffe est un mélange de neuf substances aromatiques qu’on trouve également chez l’homme, dans les glandes sudoripares apocrines, surtout sous les aisselles. Les sécrétions de ces glandes renferment, entre autres, des phéromones. C’est peut-être cette odeur qui nous fait tourner la tête…

food art omelette aux truffes« … la truffe est le diamant de la cuisine. J’ai cherché la raison de cette préférence ; car il m’a semblé que plusieurs autres substances avaient un droit égal à cet honneur ; et je l’ai trouvée dans la persuasion assez générale où l’on est que la truffe dispose aux plaisirs génésiques ; et, qui plus est, je me suis assuré que la plus grande partie de nos perfections, de nos prédilections et de nos admirations proviennent de la même cause, tant est puissant et général le sevrage où nous tient ce sens tyrannique et capricieux ![…] La truffe n’est point un aphrodisiaque positif ; mais elle peut, en certaines occasions, rendre les femmes plus tendres et les hommes plus aimables. » 

Brillat-Savarin,  Physiologie du goût,  Méditation VI, De la vertu érotique des truffes

 

Les œufs - aliment parfaitement équilibré, à grande valeur biologique - ont toujours bénéficié d’une réputation aphrodisiaque, associés à la reproduction et donc à la sexualité. Le Kâmasûtra conseille d’en consommer en grande quantité pour améliorer les performances sexuelles. 

 

Les asperges. 

 food-art-asperges-blanches.jpgLa recette : Préparer la marinade en mélangeant : sauce soya, huile d’olive et gingembre frais râpé (1 cuillère à café de chaque ingrédient). Badigeonner les asperges (1 botte) avec cette mixture, laisser reposer 30 minutes. Cuire au four (180°C) pendant 20 minutes. Faire de petits fagots en liant les asperges avec un brin de ciboulette. Parsemer de graines de sésame légèrement grillées. 

Les asperges sont riches en stéroïdes, et notamment en phytoestrogènes qui favorisent la production de testostérone, une hormone indispensable au bon fonctionnement de la sexualité.  Mais c’est surtout leur forme phallique, la rareté et le prix (une botte d’asperges a été achetée sous les yeux ébahis de Brillat-Savarin à 40 francs, la somme qu’un ouvrier gagnait en deux semaines) qui ont fait leur réputation d’aphrodisiaque. 

Connue des Égyptiens, l’asperge figure parmi les offrandes faites aux dieux.  Dans son encyclopédie Histoire naturelle, Pline l’Ancien, naturaliste romain, cite ce légume comme un aphrodisiaque. Rabelais conseille d’ajouter aux asperges de la corne de bœuf pilée pour améliorer les performances sexuelles. Antoine Furetièrer dans Le Roman bourgeois (1666) parle de « ces jeunes mangeuses d’asperges, plus effrontées que les pages de Cour, alors qu’autrefois, si quelqu’une eust mangé des asperges, on l’aurait montrée du doigt. » Concernant la cour, Louis XIV raffolait des asperges, et selon Madame de Maintenon l’asperge est « une invitation à l’amour«. Quant aux jeunes effrontées, les asperges étaient interdites au XIXe siècle dans les pensionnats de jeunes filles.

 

food art gingembre racine frais 2Le gingembre, une racine d’origine chinoise évoquant une forme d’un animal ou d’un humain et ses membres, est l’un des aphrodisiaques les plus connus, consommé depuis près de cinq mille ans.  

Il contient le gingérol et le zingibérène, les composants chimiques au goût piquant qui donnent une sensation de chaleur. Ces substances stimuleraient la circulation sanguine, permettant un afflux de sang vers les organes génitaux, ce qui facilite l’érection chez l’homme et l’excitation sexuelle chez la femme. Le gingérol influerait également sur la quantité et la mobilité des spermatozoïdes. 

 

Les autres aphrodisiaques qu’on peut utiliser pour préparer un plat torride : filet mignon (pour les mangeurs de cadavres), thon ou truite (pour les pécheurs), épices (piments, poivre de Cayenne, muscade, moutarde, raifort, safran…), légumes (patate douce, citrouille, céleri…), 


      __________________________

 

food art - plat sexe

      Pas pour les végétariens 


 

manger et sexfood art - plat - femme chou

"L’enlacé" de légumes                               Femme-chou, toute en sensualité 

 

 

food-art-gingembre-arbre.jpg

Arbre du bonheur      

 

 

food-art -plat - spaghetti    food-art sexe pates zizi

 Les pâtes au féminin, à la Jean Paul Gaultier...         et au masculin, à la Pierre Perret 

 

 

food art Truffe-Noire coupelle d'or

Saint Graal   

 

 

food art - plat - sexe femin masculfood art - plat - oeuf spermatosoides

 Yin et yang... réunis, ou presque

 

 

           Le repas, pas fameux, entre amoureux qui s’ignorent encore, où il est question de la simulation… 

      Meg Ryan et Billy Crystal dans "Quand Harry rencontre Sally", 1989


"Quand Harry rencontre Sally" Par Impro Académie, Montréal

__________________________

« Ce fut le moment des sous-entendus adroits, des voiles levés par des mots, comme on lève des jupes, le moment des ruses de langage, des audaces habiles et déguisées, de toutes les hypocrisies impudiques, de la phrase qui montre des images dévêtues avec des expressions couvertes, qui fait passer dans l’œil et dans l’esprit la vision rapide de tout ce qu’on ne peut pas dire, et permet aux gens du monde une sorte d’amour subtil et mystérieux, une sorte de contact impur des pensées par l’évocation simultanée, troublante et sensuelle comme une étreinte, de toutes les choses secrètes, honteuses et désirées de l’enlacement. On avait apporté le rôti, des perdreaux flanqués de cailles, puis des petits pois, puis une terrine de foies gras accompagnée d’une salade aux feuilles dentelées, emplissant comme une mousse verte un grand saladier en forme de cuvette. Ils avaient mangé  de tout cela sans y goûter, sans s’en douter, uniquement préoccupés de ce qu’ils disaient, plongés dans un bain d’amour. »

Guy de Maupassant, Bel-Ami, Première partie, Chapitre V, p. 87-88, Au sans pareil, 1996


Published by Ewa - dans Gourmandise
commenter cet article
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 06:00

 

Si vous lisez cet article, cela signifie que je ne suis plus dans le monde virtuel et que ce billet que j’avais préparé avant de disparaître, a été publié par mon ami. 

Pendant que moi, en parfaite ermite, je fais ma cure habituelle de solitude salutaire, je vous invite, si vous voulez bien, à suivre pendant quelques jours une cure de fruits, de champagne et d'amour. Quoi de plus naturel au banquet, en période estivale? Je m’adresse uniquement à ceux, en grande majorité silencieux, qui sont bienveillants envers ce blog et qui, je n’arrive toujours pas à y croire, restent encore avec nous, trois mois après l’arrêt de notre activité régulière. Merci pour l’intérêt que vous portez à ce site.

Voici donc le premier volet de ce dossier aphrodisiaque accompagné d’images du Food Art « érotique«, images kitchissimes ou stylées, mais avant tout légères, insouciantes, simples, enfantines, sans d’autre prétention que celle de vous faire sourire et divertir. Tout est à prendre au énième degré, bien évidemment, et surtout, il faut absolument prendre les « pouvoirs » aphrodisiaques pour ce qu’ils sont vraiment : l’autosuggestion et l’effet placebo.

Les aliments qui jouissent d’une réputation de stimulants de la libido sont en règle générale de véritables mines de vitamines, d'oligo-éléments et d'autres substances bénéfiques d’un point de vue nutritionnel, donc ils ne peuvent pas nous faire de mal. Mais pour pouvoir effectivement profiter de leurs effets revigorants, il faudrait en consommer des quantités énormes, difficilement envisageables. Quoique, si vous êtes prêts à croquer plusieurs kilos de chocolat ou ingurgiter des caisses d’huîtres lors d’un repas d’amoureux, pourquoi pas.

Et si le meilleur des aphrodisiaques et notre vrai allié était le sentiment amoureux, l’amour-passion, « le plein amour « …




 

"En amour, vous le savez, les crustacés sont vos alliés"

Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût  

      _______________________

 

1. Huîtres sur lit de roquette piquante

 

food art huitres roquetteLes huîtres symbolisent la féminité, leur forme et leur substance laiteuse y sont pour beaucoup.

Mais on attribue également leur propriété excitante à des fortes doses d’iode qu’elles contiennent, et qui stimule la production d’hormones thyroïdiennes, participant au métabolisme de l’organisme en règle générale.

Les huîtres sont aussi riches en zinc qui favorise la production de sperme et stimule la synthèse de la testostérone, hormone qui génère le désir chez l’homme et chez la femme.  

Le mot aphrodisiaque vient bien évidemment du nom de la déesse de l’amour. Dans la mythologie grecque, Aphrodite émerge de l’océan à dos d’huître et donne naissance à Éros - voilà le premier rapprochement entre l’huître et l’amour. 

Le Kâmasûtra décrit une position appelée "L’union de l’huître", très confortable pour la femme qui n’a pas envie de sortir de sa coquille.  

Dans Satires, Juvénal accuse l’huître « d’être la cause du libertinage effréné » chez ses contemporains, (dans le genre : je cherche un bouc émissaire à tout prix, on peut difficilement faire mieux). 

Les empereurs romains envoyaient des esclaves aux bords des rives anglaises pour recueillir ce mollusque au prétendu pouvoir aphrodisiaque. Au cours des siècles suivants, on le payaient souvent au poids de l’or.

Selon la légende, Casanova débutait ses repas par 12 douzaines d’huîtres.

Mais ce qui est le plus important pour moi, c’est que l’huître a un petit cœur qui bat à quinze contractions par minute, et c’est pour ça que, personnellement, je ne la mange pas.

 

La roquette piquante, poivrée et croquante, ma préférée, bénéficie d’une réputation aphrodisiaque depuis très longtemps, contrairement à la laitue soporifique. 

Les Grecs déposaient des petits bouquets de roquette au pied des statues de Priape, dieu rustique de la fertilité, représenté sous la forme d’un vieillard hideux, obscène, affublé d’un énorme phallus en érection.  

Ovide la qualifie «d’herbe lubrique qui croît dans nos jardins» dans L’Art d’aimer (Livre II) ; et dans Les Remèdes à l’amour (725), il conseille : «Abstenez-vous sagement de la roquette stimulante, et de tout ce qui nous porte aux plaisirs de l’amour.»

Au Moyen Âge, la récolte et la consommation de la roquette étaient prohibées d’abord dans les monastères, puis progressivement partout. C’est au 16e siècle que cette plante diabolique qui prédispose aux péchés de la chair est à nouveau tolérée dans l’alimentation.

Et enfin, à ne pas oublier : un brin de roquette posé sur les reins éveille « le désir de luxure « …

 

Les autres aphrodisiaques qui peuvent être utilisés pour préparer une entrée stimulante : fruits de mer, crustacés et œufs (homard, caviar, œufs de lompes…), légumes (avocat, asperges, artichaut…),  amandes, noix de ginkgo… 

 

___Les aventures d’un jaune d’œuf et d’une huître_______________________

 

      ____________________________

 

food-art radis dansent

      Les radis se sont mis sur leur 31 et ouvrent le bal de tous les appétits

 

food art huitre march-12-010-andy-frasheskifood art huitre1 (1)

      Les huîtres stylées, japonisantes suivent le couple radieux 


      foode-art huitres

 Les huîtres-plateaux-d’argent improvisent le déjeuner sur l’herbe

 

food art huître en gradation de Jean-Georges Klein

Seule, sur la table en cristal 

 

food art bouche caviar

 Le caviar à la bouche et jusqu’au bout des ongles 

 

food-art - dessert - sculpture legumes

      Une betterave et une carotte se livrent à des déclarations enflammées 

 

 

« Je t’aime, moi non plus » - les déclarations d’amour de la part de deux Brigittes et deux hommes à tête de chou. La version originale déborde de l’érotisme, la reprise - de l’autodérision et de la folie douce des kékés. Entre les deux, mon cœur balance… 


Brigitte Bardot & Serge Gainsbourg, 1967

 

Brigitte Fontaine & Arthur H, 2000          

________________

 "On peut tout faire avec des mayonnaises, sauf s'asseoir dessus."

Anthelme Brillat-Savarin   

 


Consultez également :   

2. Plat torride   3. Dessert envoûtant   4. Philtres d’amour   5. Boisson enivrante  

6. Moments sensuels 


Published by Ewa - dans Gourmandise
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 01:00

 

Michel Onfray se prête à un jeu de questions - réponses et parle de ses plaisirs, ses ratés, ses envies culinaires. Propos recueillis par Flavie Degrave et publiés le 20.10.11 

 sur le site Côté Maison.fr.

 

onfray au resto

 

Votre plus ancien souvenir gustatif ?

Si j'étais freudien, je vous dirais : le corps de mon père mangé lors d'un repas cannibale, repas dont mon inconscient se rappelle sur le mode phylogénétique ! Mais à défaut d'être freudien, je serai plus modeste et ne remonterai pas à l'ère glaciaire : c'est tout bonnement le rôti familial du dimanche, avec sa sauce et ses pommes de terre.

Votre éducation alimentaire ?

Je suis, ici comme ailleurs, un autodidacte : on ne m'a jamais rien appris sur le mode de la transmission volontaire, avec une mère m'expliquant ceci ou cela... Encore moins une grand-mère - je n'en ai connu aucune. Et puis, dans mon milieu d'origine, la cuisine, c'était une activité de fille, puis de femme, donc d'épouse et de mère. J'ai appris seul.

Votre première réalisation culinaire ?

Un gratin de pommes de terre râpées, vers l'âge de 8 ou 9 ans.

Votre plus grand fiasco ?

J'avais une vingtaine d'années. Un repas entier préparé pour mon libraire qui avait été cuisinier, qui sortait peu, ne recevait jamais et m'avait invité chez lui : je lui rendais la pareille. Rien n'avait marché... C'est du moins le souvenir que j'en garde : un repas en dessous de ce que j'avais voulu pour lui !

beurrepain-de-campagne-a-pate-fermenteepommes de terre sur planche lila

Votre trio d'aliments préférés 

Pain, beurre, pomme de terre.

Vos convives favoris 

Je n'invite à ma table que des gens que j'aime.

La recette pour laquelle vos amis vous remercient ?

Celle du jour...

Votre profil de mangeur : jouisseur ou raisonnable ?

Pourquoi opposer les deux ? Les deux.

Votre type de menu : valeur sûre ou découverte ?

Tout dépend de mes invités : je ne cuisine pas pour moi, mais pour eux. Vouloir servir une cuisine découverte à des amis qui aiment les valeurs sûres, ou l'inverse, est une faute de goût. Je fais du sur-mesure.

Votre profil de cuisinier : fidèle à la recette ou tenté par l'impro ?

J'ai jeté les livres de cuisine il y a bien longtemps. Ici comme ailleurs, la sagesse augmente en même temps qu'augmente le corps à corps avec le réel quand il économise les bibliothèques...

Votre fréquentation des fourneaux : exceptionnelle ou régulière ?

J'ai 52 ans, j'ai rencontré ma compagne quand j'en avais 19 ; elle n'a jamais cuisiné une seule fois. J'assure tous les repas, chaque jour. Et les courses, au marché ou ailleurs.

Un dégoût viscéral ?

J'ai vu un jour un reportage sur une boisson faite de fiel, de sang et de venin de cobra juste égorgé, saigné et dépecé : pas sûr que j'aurais avalé la potion...

Un nouvel aliment fétiche ?

Pas d'engouements : je jouis de ce qui est. En saison, les saint-jacques tout de suite, sans modération.

Un sujet d'énervement dans l'assiette ?

La prétention.

Un rêve gourmand ?

Retourner une troisième fois chez El Bulli* avec mon ami Denis Mollat (libraire à Bordeaux).

* Le restaurant de Ferran Adrià en Catalogne.

Marc - Ewa  

Published by quatuor - dans Gourmandise
commenter cet article

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos