Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 07:26

 

 

college de franceLe cours donné par Stanislas Dehaene au Collège de France en janvier 2009 faisait partie de toute une série des cours sur la psychologie cognitive expérimentale intitulée « L’inconscient cognitif et la profondeur des opérations subliminales » .

Je vous recommande vivement la deuxième partie de la vidéo (à partir de la 31ème minute), c’est-à-dire, une introduction historique et critique à l’inconscient cognitif. Stanislas Dehaene y présente l’histoire des concepts majeurs du traitement non conscient des informations dans le cerveau humain, concepts élaborés par des philosophes, psychiatres, sociologues, physiologistes, neuroscientifiques. Il y est question de Descartes, Spinoza, Diderot, Leibniz, Marshall Hall, Hughlings Jackson, Sigmund Exner, Théodule Ribot, Gabriel Tarde, Pierre Janet…

Quant au grand gourou viennois, Dehaene constate fermement que premièrement - l’inconscient n’est en aucun cas l’invention de Freud, le concept de l’inconscient existait déjà bel est bien au XIX siècle et était le résultat du travail de nombreux chercheurs; et deuxièmement - la théorie freudienne de l’inconscient n’a pas sa place dans la psychologie contemporaine.

En conclusion, à la lumière des récentes découvertes, ce n’est pas l’inconscient, mais la conscience qui constitue ce continent «mystérieux», et c’est elle qui commence vraiment à intéresser les neuroscientifiques.

J’ai transcrit quelques fragments de ces constatations ci-dessous.


 Cliquez sur la photo pour visionner la vidéo du cours  

"L'inconscient cognitif : une introduction historique et critique"

  • Je sais évidemment qu’on m’attend au tournant, et qu’en parlant de l’inconscient cognitif, on s’attend à ce que quelque part le spectre de Sigmund Freud soit évoqué. Je m’empresse de dire que ce ne sera pas le cas et qu’en fait vous verrez que ces questions d’inconscient cognitif sont très largement perpendiculaires, complètement orthogonales, je dirais, aux questions qui ont motivé les analyses freudiennes. L’historique nous montre que le concept d’inconscient ne date pas du tout dès propositions de Freud et que dès le XIX siècle, comme le montre cette citation de William James, le concept d’inconscient était non seulement tout à fait en place mais était déjà considéré comme l’une des découvertes fondamentales de la psychologie. Je me référerai souvent sur ce plan historique au petit livre de Marcel Gauchet (L’inconscient cérébral) qui écrit ceci : « quand Freud déclare en substance en 1925 qu’avant la psychanalyse était de règle d’identifier psychisme et conscience (qui est une idée qui circule encore parmi les psychologues), et bien, force nous est de constater que c’est rigoureusement faux et qu’il y avait bien avant ces questions une étude très approfondie et déjà très ancienne du traitement non conscient.«  Comme le souligne Lionel Naccache dans son livre sur le nouvel inconscient, de nombreux aspects de la théorie freudienne ne trouvent pas de soutien ou simplement pas d’équivalent dans les sciences cognitives contemporaines, pas encore peut-être, mais moi, je crois que la division est un peu plus radicale que cela, et donc la notion de l’inconscient qui serait intelligent, qui serait doté en soi de l’intention, des désirs qui lui sont propres, l’idée que l’infantile est la source de tout l’inconscient, l’idée qu’il y a le processus actif de refoulement qui renvoie vers le non conscient des idées qui seraient dangereuses ou qui demanderaient être censurées, ces questions-là n’ont pas d’équivalent, à ma connaissance, dans la psychologie contemporainePour éviter toute confusion avec les constructions théoriques freudiennes, vous avez vu que j’aime le terme d’inconscient cognitif qui était proposé par Kihlstrom ou tout simplement le terme neutre de non conscient qui réfère de façon absolument neutre à l’ensemble des processus qui s’exécutent en l’absence de prise de conscience de la part du sujet. (31:30)

 

  • J’ai été absolument stupéfait de lire dans le livre d’Ellenberger (Histoire de la découverte de l’inconscient) et celui de Gauchet l’histoire de Sigmund Exner qui est un neurologue, collègue de Freud à Vienne, et qui écrit tout à fait clairement qu’il faut se méfier d’attribuer une personne aux observations que l’on peut faire en neurologie. Alors il écrit ses phrases qui sont absolument extraordinaires : « les expressions je pense, je sens ne sont pas de bonnes manières de s’exprimer. Il faudrait dire ça pense en moi, ça ressens en moi. » C’est tout à fait stupéfiant, c’est avant Freud… (45:50)

 

  • La troisième personne que je voulais citer, c’est Pierre Janet bien entendu, autre titulaire de la chaire de psychologie qui, au côté de Charcot, effectue les premières recherches expérimentales du somnambulisme, de l’hypnose, de l’hystérie, de l’écriture automatique, de tous ces états de conscience modifiée un petit peu étranges qui, à l’époque, passionnent le public et qui montrent que dans ces états il existe effectivement une forme d’envahissement du sujet par des idées qui sont largement automatiques et non conscientes. Il effectue en fait les premières études, qu’on pourrait appeler préfreudiennes, de patients névrosés, possédés par des idées fixes, et il montre que certaines de ces idées relèvent effectivement de la petite enfance. Beaucoup de ses idées sont en fait des précurseurs des idées de Freud, on ne peut vraiment pas considérer que les idées de Freud surviennent dans un vide, ce que montre très bien le livre d’Henri Ellenberger. Dès 1913 Pierre Janet a un débat tout à fait vif avec Freud parce qu’il revendique la paternité des idées qui sont présentées par Freud et qu’il a développé dans un livre en 1889 « L’automatisme psychologique », dans lequel il montre que beaucoup de nos activités relèvent, en totalité ou en partie, d’automatismes non conscients. Pierre Janet revendique également la paternité du mot subconscient. Il le dit - et il semble que ce soit vrai puisqu’on n’a pas retrouvé ce mot auparavant - que le mot subconscient lui est dû et qu’il a introduit volontairement ce mot pour décrire cette série, ce bouillonnement des buts non conscients et qui parfois sont très anciens. En conclusion, il est tout à fait clair que à la fin du XIX siècle le concept d’opération non consciente est déjà très largement familier des psychologues parisiens en particulier, et je crois dans le monde, William James le souligne de façon tout à fait nette.   (49:30)

 

  • Tout ceci conduit à une forme de révolution qui évidemment a un impact majeur dans le domaine des sciences cognitives, c’est-à-dire de voir que des opérations qu’on attribuait autrefois uniquement au domaine du psychisme peuvent en fait être réalisées par des machines, le domaine des machines s’étend par le biais de ces études et la métaphore de l’ordinateur conduit à l’émergence de modèle nouveau en psychologie, modèle explicite de traitement d’information, puis les modèles du nouveau type qui sont des modèles connectionistes. On ne va pas rentrer dans les détails, mais j’aimerais simplement souligner que ça a conduit à un vrai renversement de la perspective sur le problème de la conscience. C’est-à-dire que avec ces nouvelles avancées, le freud-cerveau.giftraitement non conscient devient la norme, devient facile à concevoir, il n’y a pas des problèmes particuliers à concevoir qu’une machine, par des opérations successives qui peuvent être décrites dans tous les détails, réalise des opérations qui relevaient auparavant du niveau du psychisme. Donc, jouer aux échecs, pour prendre cet exemple très simple, peut relever d’un traitement mécanique et non conscient, pourquoi pas. Ce qui est difficile à concevoir maintenant, c’est le traitement conscient, et finalement c’est là que achoppe la recherche actuellement, c’est-à-dire la capacité de trouver des modèles dans lesquels il y a un sens à parler de conscience. Dans la vision après tout matérialiste qui est celle de la recherche en neuroscience cognitive, il n’y a pas de raison de penser qu’on ne puisse pas définir des architectures de la conscience. Mais il est vrai qu’il y a un problème particulier à se demander à quel niveau, quel genre d’architecture il faudrait avoir dans un ordinateur pour qu’il ait un comportement qu’on pourrait qualifier de conscient. C’est un renversement complet de la perspective, parce que auparavant, je pense jusqu’au XIX siècle très largement, le traitement conscient ne posait pas de questions, c’était finalement comme ça que fonctionnait le psychisme, et c’est le traitement non conscient qui paraissait mystérieux. Et dans une certaine mesure, au début de cet exposé, lorsque je vous ai parlé de traitement subliminal, on retrouve un petit peu cette notion-là, c’est-à-dire, intuitivement, ça ne nous parait pas poser de questions que nous soyons conscients du monde extérieur, mais ce qui nous parait poser de questions c’est que nous ayons des motivations non conscientes. Mais la métaphore de l’ordinateur et la mécanisation, et même la naturalisation de l’esprit qui étaient rendues possibles par les avancées que j’ai décrites, nous conduisent à renverser complètement la question : le traitement non conscient ne devrait pas poser de problèmes particuliers, il est après tout le résultat de cette machine cérébrale, et c’est évidemment la frontière, le passage au niveau conscient qui soulève les questions tout à fait particulières.   (01:04)

 

 

2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 11:11

 

Et si on se détournait du centre… Ça sonne comme l’une des bonnes résolutions pour l’année 2013, mais c’est ce que nous propose Otto Karl, philosophe postmoderne, dans ses trois créations audiovisuelles.

En visionnant la première vidéo (2min.26), remarquez le chanteur peu connu des médias : Mathieu Boogaerts.

Dans la deuxième (14min.19), Otto Karl ottoprésente son mode d’expression particulier (à partir de la cinquième minute) et Philippe Nassif, journaliste, raconte comment il a « quitté l’empire du nihilisme «. J’ai transcrit une partie de sa conversation avec Philippe Petit, celle qui me paraissait la plus intéressante.

Si la totalité de cet entretien vous tente, vous pouvez écouter l’émission La fabrique de l’humain diffusée sur France Culture en avril 2011. Vous y trouverez également Mehdi Belhaj Kacem, acteur, écrivain, philosophe, qui parle de « l’après nihilisme » et de « l’après Badiou«.

La troisième vidéo (1min.22) prouve de manière irréfutable que Oto Karl est un dangereux «punk par le haut«. Grâce à une machination diabolique postmoderne, il a remplacé le nom de Mehdi Belhaj Kacem par le sien, et pour couronner le tout, a ajouté un extrait d’une chanson  d’une rare liberté et sauvagerie. « Liberté et sauvagerie par le haut « ? Je ne sais pas, mais si trash et inattendue qu’elle a provoqué mon éclat de rire. Que toute la philosophie postmoderne me pardonne! :~)


 

*

 


 

- Philippe Petit : Ça veut dire quoi : quitter l’empire du nihilisme?

- Philippe Nassif : Moi, j’ai eu 20 ans au début des années 90, où le nihilisme a commencé apparaître très clairement. Le discours était qu’il ne se passait plus rien, que tout avait déjà été fait, que tout aujourd’hui était minable, qu’il y avait du malheur partout. Je l’ai porté, j’ai été bouffé par ce discours moi-même. Houellebecq s’est imposé comme une espèce de prophète flasque de la middle class européenne pour dire que tout était déjà fini et qu’on avait baissé les bras. Donc, le nihilisme c’est le moment où il n’y a plus aucune valeur pour laquelle on va sacrifier ses intérêts. Et aujourd’hui, on a vraiment le sentiment que tout va pour les intérêts et qu’on n’est plus capable de donner sa vie à autre chose qu’à son propre intérêt, son propre calcul, sa propre petite jouissance. Le nihilisme, c’est ce que Nietzsche a appelé la mort de Dieu, c’est-à-dire le moment où l’incalculable, la pure verticalité disparaît de notre champ de vision.

- Philippe PetitL’incalculable au sens de Bernard Stiegler?

- Philippe Nassif : Oui. Bernard Stiegler dit : dieu c’est l’incalculable. Si on enlève l’incalculable, il n’y a plus que du calculable, donc il n’y a plus d’ouverture à quelque chose d’autre. Je ne vois pas comment on peut aimer quelqu’un sans un incalculable, faire des grandes choses sans parier sur un impossible. […]

- Philippe PetitComment croire en ce monde-ci? - disait Deleuze.

- Philippe Nassif : Comment faire pour croire en ce monde-là? Comment continuer à croire? Comme n’importe quel connard parisien un peu intello qui dit : il ne se passe rien, c’est fini, c‘est nul, c‘est à chier, au bout d’un moment j’ai commencé à aller un peu vers les marges, à quitter ce que j’appelle le centre, le discours des intellos promus par des gazettes du centre. Et là, je me suis rendu compte à mon grand étonnement qu’il y avait tout un peuple à la marge d’une très grande valeur, pour qui la dignité, pour qui l’idée de donner une belle forme à sa vie, pour qui l’attention et le respect aux autres n’étaient pas des vains mots. Et je me suis rendu compte que ce que je disais ne tenait pas, c’est-à-dire que ces gens existaient, mais on ne les voyait plus, ils n’étaient plus médiatisés par la télévision, par les grands journaux, ce n’était plus un discours qui marchait. Ce discours sur le nihilisme, sur le fait que aujourd’hui il n’y a plus rien qui vaille, c’est parce que vous regardez trop la télévision, vous regardez le centre, et évidemment vous voyez Michel Houellebecq triompher, et vous avez l’impression qu’en effet, c’est fini. Mais si vous tournez le dos au centre, alors là, vous allez faire de grandes rencontres, et vous allez rencontrer des gens qui parviennent à renouer avec la vie, et à renouer avec la croyance dans leurs désirs et dans la vie. […]


- Philippe Nassif  : On était à la fin des années 90, où tout était pour l’horizontalité, la déconstruction, avec une espèce de deleuzisme et de derridisme - je ne parle pas de Deleuze et de Derrida mais de ce qu’on en faisait - ce qui faisait qu’on étouffait.

- Philippe Petit : "La pop culture est née de la culture populaire et enfante maintenant un populisme culturel".

- Philippe Nassif  : La pop culture c’est le moment où les médias s’emparent de la culture populaire. La pop culture ce n’est pas juste une culture, c’est un jeu entre la culture et les médias. Ma génération a énormément cru à la pop culture. L’idée était que l’intelligence et les grands artistes allaient triompher au centre. Il y avait énormément d’intelligence qui avait été drainée au centre de la société, au centre des médias, on pensait que ça allait continuer, et à un moment donné on s’est rendu compte que les multinationales et le marketing s’en étaient emparés, l’avaient désossée, et qu’il y avait un vernis pop culturel, mais derrière ce n’était plus que l’incitation à la pulsion et la jouissance et plus aucune intelligence.[…] La pop culture, c’est mort parce que au centre, c’est vitrifié, le centre ce n’est plus que la médiasphère, « le plus chaud des monstres chauds« , et si vous voulez commencer à comprendre ce que ça peut être une vie juste, je vous en prie, détournez-vous du centre

- Philippe Petit ou Otto : Détournez-vous du centre... Tout ça pour dire que quand on lit Otto, Lautréamont, Rimbaud, les situationnistes, on a envie de vivre l’art, vivre la poésie. Philippe Nassif utilise souvent l’expression punk par le haut...

- Philippe Nassif  : Punk par le haut signifie que « la lutte initiale », ce serait non plus de se contenter d‘une sauvagerie par le bas, d‘une sauvagerie innocente, d’une liberté finalement assez étroite, mais, à force de sublimation et d’apprentissage, de retrouver une liberté et une sauvagerie par le haut. Tous les grands hommes ce sont des gens extrêmement libres parce qu’ils ont beaucoup appris et beaucoup oublié. C’est ce que j’appelle le punk par le haut, c’est cette attitude que je retrouve aussi chez Mehdi Belhaj Kacem. C’est quelqu’un qui travaille beaucoup et qui en même temps, à la différence d’un certain nombre d’universitaires, n’a pas perdu cette spontanéité, cette liberté, cette sauvagerie qui fait partie de la croyance à la vie. Donc, punk par le haut, c’est un peu le programme éthique des années à venir. […] Nous, notre grande lutte c’est d’abord de construire avant de pouvoir détruire. La spontanéité n’est pas donnée. C'est ce qu’on est en train de comprendre aujourd'hui avec les effets du nihilisme, parce qu'il y a le bon effet du nihilisme, c’est rendre tout explicite, de tout déplier. Maintenant, on voit comment ça fonctionne, l'être humain. Punk par le haut, c’est d’abord construire pour pouvoir détruire ensuite, sachant que la génération 68 avait été verticalisée, contre son gré mais c'est la vérité, et c’est grâce à ce que les maîtres leur avaient appris, qu’ils ont pu les rejeter.

 

          

 

 

21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 00:27

 

Ça vous dirait un petit strip-tease effectué par une Miss Terre quelques heures avant l’Apocalypse?  L’effeuillage agrémenté de réflexions philosophiques sur Emmanuel Kant, l’inquisition espagnole, le réchauffement climatique, l’effondrement des bourses, la chute du CAC 40… 

La France de Diderot, Voltaire et Christine Boutin accordera-t-elle le pardon à cette pécheresse repentie dont les agissements ont probablement précipité le monde vers l’abîme? A suivre dans l’au-delà…

 

 

_____________________

 

Et enfin, le dernier conseil avant que la prédiction des Mayas ne se réalise pour de bon : ne prenez pas l’exemple sur cette vieille dame fortunée, n’achetez pas votre sapin de Noël à l’avance. A quoi bon?

 

*
*

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos