Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 11:45

 

 

Le matin, le bûcheron entre dans la forêt et referme derrière lui avec fracas la grande portail en chêne. Les cheveux verts des arbres se dressent d’effroi. On entend le gémissement étouffé des troncs et le cri sec des branches. 
Mais le bûcheron ne se contente pas des arbres. Il pourchasse le soleil. Il le rattrape à l’orée du bois. Le soir, un tronc fendu brille à l’horizon. Au-dessus, une hache fumante

 

Zbigniew Herbert, Le bûcheron    

                                   

arbre-blesse-art-1.jpg

 

arbre-blesse-art-2.jpg

 

arbre-Blese-art-3.jpg

 

arbre-blesse-art-4.jpg

 

arbre-blesse-art.jpg

 

arbre-blesse-art-copie-1.jpg

 

arbre-blesse-art-nospoon.jpg

 

 

Le matin, l’artiste «en plein air«, NeSpoon, entre dans le parc et referme délicatement derrière elle la petite porte en chêne. Les cheveux verts des arbres ondulent de plaisir. On entend les murmures apaisés des troncs et les petits cris de contentement des branches.
L’artiste soigne les arbres blessés avec des pansements en terre cuite qu’elle fixe avec du silicone végétal. Le soleil assèche les cicatrices. Le soir, un tronc paré de bijoux brille à l’horizon. Au-dessus, les yeux verts émerveillés.

 

 

 

Natalia Przybysz - "Groszki i róże" (Roses et petits pois) - 2013

«Tu as les yeux si verts, verts comme la brise d'été des forêts enchantées ...»

 

 

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 05:48

 

 

à l'envers baiser

 

Sonnet 47


Entre mon coeur et mes yeux une alliance.

Chacun rend maintenant à l'autre service.

Lorsque mes yeux ont faim de ton visage,

Ou que mon coeur suffoque, par trop d'amour,

 

Eh bien, mes yeux festoient de ton image

Mais invitent mon coeur à ce banquet,

Et d'autres fois mes yeux sont hôtes de mon coeur,

ils ont leurs part de sa pensée d'amour.

 

D'ou suit que par l'image, ou mon amour,

Tu es sans cesse en moi, même en ton absence.

Peux-tu aller plus loin que ma pensée,

Non, et je suis en elle, et elle en toi.

 

Dormirait-elle ? En mes yeux ton image

Eveillerait mon coeur... Yeux, coeur, mêmes délices.


William Shakespeare 

 

-
-
-
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 13:01

 

 

La musique en liberté dans l’espace-temps festif et improbable, sa spontanéité et joyeuse anarchie, sa belle imperfection non commerciale et non compétitive… J’aime beaucoup ça.

Cette année, mon choix s’est porté en premier lieu sur la petite chanson populaire qui, avec une guitare à la main, s’assoit timidement sur l’escalier à l’ombre de vieux murs toulousains rêvant de refaire un tour du côté de chez Swann; ensuite, sur le bateau-mouche parisien rempli de reggae et de manque de regrets (comment est-ce possible?) et qui regagne la mer des Caraïbes en descendant la Seine…

Puis, en avant-goût de la fête, vous avez de la grande musique classique qui s’évade des salles de concert et s’invite sur le terrain vague de la banlieue française et dans les jardins botaniques du pays de Galles pour célébrer la nature et accueillir l’arrivée de l’été.

Bonne fête de la musique pour mes semblables et bonne planque pour les autres! ;~)

 

      Axel Sinclair

Reprise de la chanson de Dave « Du côté de chez Swann » (1975 - 2013)


      Danakil

Reprise de la chanson d’Edith Piaf « Non, je ne regrette rien » (1956 - 2010)

 

« Singulier héraclitéisme proustien se passe d’une mobilité objective pour admirer le changement.

Car il faut une fleuve à Héraclite pour constater que c’est toujours "une autre eau qui vient à vous; elle se dissipe et s’amasse de nouveau; elle recherche et abandonne, elle s’approche et s’éloigne". Alors qu’il suffit d’une étendue apparemment immobile [de la mer] à Proust pour découvrir que l’immobilité des choses autour de nous ne leur est imposée que « par l’immobilité de notre pensée en face d’elles ».

Tout coule dans la Recherche, rien n’y garde une forme arrêtée […] La transformation du temps fluvial (c’est-à-dire du temps perdu) en temps océanique (c’est-à-dire le temps retrouvé) est aussi la raison pour laquelle, à la constante mélancolie d’Héraclite, Proust substitue une béatitude intermittente. »

 

J-P. et R. Enthoven, Dictionnaire amoureux de Marcel Proust, Plon/Grasset 2013, p.298-299  

 


 

 Orchestre Impromptu  

La 6e Symphonie dite Pastorale de Ludwig van Beethoven jouée en plein air à Ivry (1808 - 2012)


Julia Fischer
Les Quatre Saisons (L’Été) d’Antonio Vivaldi - concert au Royaume-Uni dans The National Botanic Garden of Wales (1725 - 2010)

« On a dit avec raison que le but de la musique, c'était l'émotion. Aucun autre art ne réveillera d'une manière aussi sublime le sentiment humain dans les entrailles de l'homme; aucun autre art ne peindra aux yeux de l'âme, et les splendeurs de la nature, et les délices de la contemplation, et le caractère des peuples, et le tumulte de leurs passions, et les langueurs de leurs souffrances. Le regret, l'espoir, la terreur, le recueillement, la consternation, l'enthousiasme, la foi, le doute, la gloire, le calme, tout cela et plus encore, la musique nous le donne et nous le reprend, au gré de son génie et selon toute la portée du nôtre. Elle crée même l'aspect des choses, et, sans tomber dans les puérilités des effets de sonorité, ni dans l'étroite imitation des bruits réels, elle nous fait voir, à travers un voile vaporeux qui les agrandit et les divinise, les objets extérieurs où elle transporte notre imagination. »      

George Sand, Consuelo, Éd. Phébus, 1999  


A consulter également d'autres propositions musicales du banquet :


Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos