Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 17:43

 

clef de sol

Une rencontre de qualité a eu lieu entre Michel Onfray, Guillaume Durand et Philippe Tesson, dans l’émission  Culture club  sur Radio classique, le 08.01.2012.

Le thème de discussion était évidemment le dernier ouvrage du philosophe normand sur la vie et l‘œuvre du philosophe algérois : 

« L’ordre libertaire , la vie philosophique d’Albert Camus »

La sublime musique de Bach et Dominique Scarlatti accompagnait les réflexions des invités.


Pour écouter le podcast d’émission, cliquez sur la clef de sol  

Merci à Frédéric du blog pasfaux 

 _______________

 

Dans un marathon promotionnel comme celui-ci, il y a toujours beaucoup de redites et de raccourcis qui peuvent être frustrants, énervants, ennuyeux. Cela dépend essentiellement de la qualité d’interviewer. Et comme excellent François Busnel dans La Grande Librairie, Guillaume Durand et Philippe Tesson savent très bien mener leur barque pendant une heure. Je voudrais donc seulement attirer votre attention sur quelques points : la thématique abordée dans cette émission et pas ailleurs, les sujets traités de façon un peu différente, ou ceux qui m’ont paru les plus intéressants.


camus-algerie.jpgMORALE ET POLITIQUE


Tesson reproche à Onfray de ne pas expliquer dans son livre un phénomène très particulier concernant Camus, à savoir que s’il est aimé de façon universelle, c’est parce qu’il est davantage moraliste que philosophe.

Onfray répond : Pour moi, la philosophie c’est la morale, ou l’éthique plutôt, mais cela n’a rien à voir avec  la moraline, ni la morale moralisatrice.
Tesson persiste : Camus exploite la morale comme le système, il veut supprimer la politique et la remplacer par la morale, or, la morale ne suffit pas pour faire de la politique.
Onfray explique : La politique est une des modalités d’éthique. Camus a voulu finir avec la politique politicienne, la justice injuste au nom de la morale au sens suprême du terme. Cette distinction machiavélienne, voire machiavélique, entre la politique et la morale les place sur des registres différents et permet de justifier l’immoralité en politique. Les plus grandes politiques sont les plus morales. 


camus devant le théâtre
THÉÂTRE
 
La passion de Camus pour le théâtre (caractéristique pour cette époque) s’était manifestée très tôt et durait toute sa vie.
Selon Onfray, Camus aimait l’effet artistique immédiat et la mise à nu qui s’opère au théâtre : tout seul sur scène on ne peut pas mentir. 
Pour Tesson, il y a trois raisons essentielles pour lesquelles Camus aimait le théâtre. D’abord, parce que c’est un univers fascinant qui permet d’échapper au monde réel; puis, pour sa sensualité, le théâtre est un art où le corps triomphe; et enfin, puisque le théâtre c’est la plus belle des métaphores politiques.


camus_sartre.jpgCAMUS - SARTRE ?

Durand reproche à Onfray de ramener la bataille Sartre/Camus au XXIe siècle et de la transformer en affrontement Onfray/BHL. De la même façon que BHL utilise Sartre pour s’inscrire plus à gauche, Onfray utiliserait Camus pour s’orienter vers une carrière d’artiste et d’écrivain plutôt que celle de  
« contre-historien » de la philosophie. Tesson propose que le dialogue entre les philosophes d’aujourd’hui ait lieu « ici et maintenant », sur Radio Classique par exemple, et non par l’intermédiaire de Sartre et Camus.
Pour Onfray, le clivage Camus/Sartre va bien au-delà de ces deux philosophes. Il souhaite que L’ordre libertaire soit aussi l’instrument du combat d’aujourd’hui. Camus constitue pour lui une espèce de boîte à outils pour les questions contemporaines. Et enfin, Onfray dit oui au débat avec BHL et Badiou. Chiche!


camus NobelRAISONS DU SUCCES

D’après Onfray, les raisons de la grande popularité de Camus jusqu’à aujourd’hui (L‘homme révolté,  Mythe de Sisyphe sont toujours lus par des « gens d’en bas »)  se situent dans le fait qu’il n’était jamais un homme de parti; il était un philosophe soucieux du réel et des gens, intéressé par la vie et non par l’élaboration de concepts; ses écrits sont particuliers et universels en même temps (par exemple, Caligula c'est à la fois un personnage historique et l’incarnation de tout pouvoir).
Pour Tesson, c’est le mélange des genres (de la littérature et de la philosophie) qui est la raison du succès de Camus auprès du grand public et la raison du mépris du monde universitaire.
A la question -  est-ce qu’il existe l’équivalent de Camus sur la scène littéraire française d’aujourd’hui ? - Onfray répond oui : Patrick Modiano, Le Clézio, les jeunes auteurs des Éditions de Minuit. D’après Tesson, depuis Camus, aucun philosophe ni écrivain n’était jamais autant préoccupé de la condition humaine que lui. Albert Camus c’est un philosophe qui aide l’homme à exister.

photo onfray 2AUTOPORTRAIT ?

Durand et Tesson soutiennent la même « thèse » que Busnel : c’est Onfray que l’on découvre à travers Camus. Il y a une sorte d’affinité, de parenté entre les deux philosophes non agrégés de l’école normale prétendue supérieure  : enfance, province, nietzschéisme, hédonisme, pensée libertaire et proudhonienne, sensualité… A cette dimension  dionysiaque d’Onfray, il ne manquait que le soleil d’Alger.
Onfray ne réfute pas du tout cette thèse.  « Je suis tombé amoureux de cet homme », dit-il, et ajoute : « en gardant la lucidité «.

 

  Ewa  

 

9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 21:28



C'est chez Dominique Souchier que ce poursuit l'itinéraire de Michel Onfray à l'occasion de L'ordre libertaire, quinze minutes sur Europe 1.


SOUCHIER-DIMANCHE
 Cliquez sur l'image pour réécouter Michel Onfray, à partir de la quinzième minute

 

D.S. - Camus, et les classes de terminale ?

D.S. - Camus disait : "Je ne suis pas philosophe, je ne sais parler que de ce que j'ai vécu".

M.O. - Oui, c'est ce qui fait pour moi les vrais philosophes, au contraire. Montaigne aussi disait qu'il n'était pas philosophe. A l'époque de Camus, la philosophie c'est l'existantialisme. Camus dit que si la philo c'est ça, alors il n'est pas philosophe.


D.S. - Qu'est-ce la vie philosophique d'Albert Camus ?

M.O. - C'est une vie dans laquelle on met en perspective ses idées et sa pratique. Les idées doivent produire des effets dans la vie, la vie doit être pensée, donc produire des effets dans les idées. C'est ce perpétuel aller-retour entre théorie et pratique qui fait la vie philosophique.


D.S. - Camus était contre la peine de mort. Vous dites que la mort infligée est le thème central de l'oeuvre de Camus. Pourtant, à la libération, il la tolère, cette peine de mort, il va même jusqu'à la justifier.

M.O. - Oui, Camus est un homme qui parle tout haut, qui a des sentiments et des émotions. Il a perdu quelques-uns de ses amis les plus chers et à la libération, il se demande quoi faire de ceux qui ont rendu possible l'abattage, les camps, les tortures, etc. Il ne veut pas la peine de mort mais il comprend ceux qui la demandent. Après quelques mois de réflexion, il revient sur cette idée et dit que la peine de mort n'est pas défendable.


D.S. - Cette année 2012 va être marquée par l'anniversaire des accords d'Evian. Vous revenez sur son discours du Prix Nobel : "Je condamne un terrorisme qui s'exerce dans les rues et qui un jour peut frapper ma famille et ma mère. Je crois en la justice mais je défendrais ma mère avant la justice".

M.O. - Détruire un homme juste avec une phrase. En réalité, Camus dit, entre cette justice qui suppose des bombes pour être réalisée et ma mère qui pourrait mourir de cette prétendue justice, c'est ma mère que je choisis.


                                                                                                                                 

 

Dominique Souchier fait également le choix durant cette interview (à partir de la 24ème minute) de parler de la polémique "Michel Onfray sioniste" et de la dernière chronique mensuelle "Sioniste et pro-palestinien".

                                                                                                         Constance


                      Vous pouvez consulter nos articles sur le même sujet :

 

5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 10:20

      

Michel Onfray vient discuter de sa nouvelle biographie philosophique : L'Ordre Libertaire - La vie philosophique d'Albert Camus, éditée chez Flammarion, sur le plateau des Affranchis de France Inter le 05.01.2012. Tout ce que l'on a toujours voulu savoir sur Albert Camus...


Vous pourrez entendre un magnifique décryptage de la voix de Michel Onfray et des philosophes en général, par André Manoukian. Puis un dialogue sur les journalistes philosophiques "crétins et branleurs", la chronique de Thomas VDB (tout cela jusqu'à la 17 ème minute), les raisons de l'admiration pour Camus (de la 23ème minute à 33 ème), la carte d'identité de Michel Onfray (33 ème à la 39 ème minute), la question de l'auditeur (40 ème minute, à ses risques et périls).

La chronique de Daniel Morin, 56 ème minute, accessible également en vidéo.

Pour finir, le gouvernement provisoire, Michel Onfray devient premier ministre quelques minutes, à partir de la 61 ème minute.


  affranchis

                                                          Cliquez sur l'image pour réécouter l'émission



« Ceux qui écrivent obscurément ont bien de la chance : ils auront des commentateurs. Les autres n'auront que des lecteurs, ce qui, paraît-il, est méprisable. » Ces mots d'Albert Camus, dans ses Carnets, enchantent Michel Onfray. Cette «biographie philosophique» célèbre, à chaque ligne, la modestie, la clarté, la volonté de trouver une issue au-delà de l'absurde, par-delà bien et mal. Pour Onfray, Camus est donc l'incarnation de cet apparent oxymore : l'ordre libertaire. De quoi s'agit-il? De dire, en s'inspirant de Nietzsche : «oui» à la vie, «non» à ce qui l'entrave.


                                                                                                          Constance


Vous pouvez consulter nos articles sur le même sujet :

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos