Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 23:36

 

 

Du 29 juillet au 28 août 2013, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2012-2013 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 11e année,

L'autre pensée 68 :

Henri Lefebvre, Herbert Marcuse, Guy Debord et Raoul Vaneigem. 


_________________________

 

 24/ UN ROUSSEAUISME INTEGRAL - 29.08.2013

 

  • Vous pouvez podcaster les conférences sur le site de l’émission, les archiver, prêter à vos amis.  "Pour des raisons de droits de diffusion et d'utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro de cette onzième saison sera podcastable et réécoutable pendant 15 jours" - nous informe France Culture. 
  • Chers internautes, n’oublions pas que les conférences à l’Up de Caen sont constamment présentées comme GRATUITES ! Ne les achetons donc  pas ! Ne remplissons pas les poches de Frémeaux & Associés ! Ne soyons pas des CON-SOMMATEURS !  

      ____________________________________

  

       SYNOPSIS

  onfray conf.2013 Raoul-Vaneigem-debour

PREMIERE PARTIE : REFLEXIONS SUR LA JUSTICE

«NI PARDON, NI TALION» (2009)

 

onfray conf.2013 ni-pardon-ni-talion-raoul-vaneigem-1./ UNE RADICALITE ROUSSEAUISTE

a) Lignage rousseauiste : bonté naturelle  • Rousseau, 1789, Marx, Vaneigem

b) Lignage chrétien : péché originel  • Augustin, Kant, Sade, Freud

c) Ni pardon, ni talion :  • Le délinquant : victime du système  • Qui cherche des boucs-émissaires pour détourner l’attention de son caractère pathogène • Et accabler l’individu

d) « La justice (…) crie haro sur un coupable et ne touche pas au système qui incite à la malfaisance » (41).

e) On s’acharne sur le voleur de banlieue  • On épargne le grand vendeur d’armes

f) On stigmatise un empoisonneur de sous-préfecture  • On célèbre Alexandre, César, Gengis Khan, Tamerlan, Calvin, Napoléon, Kissinger,

g) Refus du crime commis individuellement  • Défense du crime de masse effectué au nom des religions

h) La société nomme crime ce qui menace son existence.


2./ LE DOGME DU LIBRE-ARBITRE

a) Critique de la liberté chrétienne  • Châtiment, punition, rachat, expiation, pénitence : arsenal chrétien

b) Punition cruelle, exemplaire : histoire des châtiments  • Tortures, supplices, martyrs, écartèlements, humiliations, expositions

c) La société, pour justifier sa pratique sécuritaire, a besoin de la délinquance qu’elle invente

d) Construite sur la pulsion de mort :  • La justice préfère la punition, le châtiment, le bourreau, la prison

e) Construite sur la pulsion de vie,  • Elle préférerait la prévention, l’éducation, l’instruction,

f) Généalogie de la délinquance :  • Une sensibilité d’enfant blessée éduquée au renoncement

g) non pas s’acharner sur les individus  • mais abolir les mécanismes sociaux qui fabriquent des gens mauvais.


3./ GENEALOGIE DU CRIME CONTRE L’HUMANITE

a) Ne pas accabler Eichmann  • Mais ce qui l’a rendu possible :  • Capitalisme, patriarcat, misogynie, phallocratie, misogynie, sexisme, homophobie, bellicisme, la religion

b) Le crime contre l’humanité : une fiction  • Il n’y a que des crimes contre des individus:  « La souffrance est celle d’êtres particuliers, elle est existentielle et n’a pas à être délayée dans cette identité ethnique, rituelle ou idéologique sous laquelle se dissimule la seule vérité concrète à laquelle un homme puisse s’identifier: sa part d’humanité. Juifs, Tziganes, Bosniaques ou Tutsis, il n’est pas d’hommes, de femmes, d’enfants, martyrisés au nom de quelque raison que ce soit, qui ne nous concernent universellement en tant qu’êtres de chair, non en tant que groupe, masse ou donnée numérique » (35).

c) Raoul Vaneigem souscrit à la thèse controversée du « marché de l’Holocauste » (82).  • Analyse effectuée par des juifs.  • Ce marché a « la particularité de rentabiliser les tourments du passé en sanctifiant les victimes et en indemnisant leurs légataires. Certains petits-enfants de déportés en sont arrivés de la sorte à réclamer la prébende des chambres à gaz comme un héritage qui leur est dû. N’est-ce pas une façon lucrative de jeter l’oubli sur les causes d’une barbarie que de sanctifier les victimes ? » (82-83).

d) Contre la passion de la commémoration qui triomphe en Europe :  • Parle de « l’imposture du devoir de mémoire » (59)  • La mise en scène d’une mémoire morte devenue occasion de spectacle  • N’empêche aucune réitération du pire

e) La repentance collective :  • Exercice d’expiation communautaire  • Exorcisme hérité de la mécanique religieuse

f) Contre le pardon :  • Rachat, paiement  • mais rien n’est fait pour empêcher le retour

g) Tribunal, jugement, condamnation n’ont servi à rien  • Justice de vainqueur = parodie de justice

h) Contre le jugement avec effet rétroactif :  • Le crime contre l’humanité n’existait pas avant l’après-guerre

i) Le procès: un spectacle inutile (« hypocrisie », « imposture »)  • Car il n’empêchait pas au même moment les crimes coloniaux, capitalistes, staliniens.


4./ QUE FAIRE ?

a) Se souvenir du crime, pas du criminel  • Se rappeler ce qui conduit au mal  • Activer ce qui interdira son retour

b) Cf. Reich : travailler à une société construite sur la pulsion de vie :  « Les hommes se haïssent les uns les autres à proportion qu’ils se haïssent » (107).

c) Eloge de « la générosité de la vie » (75) :  • Croit que les prisons disparaitront  • La disparition de la peine de mort montre qu’on va dans la bonne direction

d) Changer l’école qui fabrique des consciences pathogènes  • Des individus coupés de leurs désirs  • Des corps cuirassés  • Des sujets dociles  • Des personnes aliénées

e) « La prévention des crimes contre l’humanité commence dès l’enfance » (97).

f) Lutter contre la paupérisation :  • On ne nait pas délinquant, on le devient  • La publicité : plus coupable que le voleur d’un objet promu par elle.


5./ « DROIT D’INGERENCE HUMANITAIRE »

a) Droit d’ingérence individuelle  • Dès qu’une barbarie est commise contre la vie  • Une inhumanité visible et repérable  • Droit à s’insurger, dénoncer, agir pour empêcher

b) Légitime la dénonciation  • Contre la dénonciation indexée sur la pulsion de mort   • Pour celle qui est indexée sur la pulsion de vie

c) Contre la répression policière qui recourt à une violence répressive   • Police populaire qui prévient la violence   • cf. certains Townships d’Afrique du Sud : « Les malfrats appréhendés sont chapitrés, chassés, confrontés à la vanité de leur pouvoir. Ce qui les tient à l’écart n’est certes pas le sermon, c’est la résistance pacifique et déterminée qui leur est opposée ; c’est, au sein d’un territoire, qu’ils méditaient par la ruse et de contrôler par la force, la présence de citoyens qui l’occupent et affirment leur droit d’y vivre en paix » (88).   • La milice empêche le mal

d) Si le mal a lieu quand même ?   • Communautés paysannes du Chiapas:  - Le coupable est présenté à la communauté, y compris les enfants  - Pas de référence morale à la faute  - Demande de réparation :  « Le principe est important : le refus de juger et d’être jugé implique la reconnaissance du droit à l’erreur » (86).  - La communauté demande des travaux utiles à la collectivité  - En cas de meurtre : subvenir aux besoins des enfants jusqu’à leur majorité   • Convient que c’est plus facile dans une petite communauté que dans un Etat.


DEUXIEME PARTIE : LA LIBERTE

« RIEN N’EST SACRE, TOUT PEUT SE DIRE » (2003).


1./ DEFENSE ABSOLUE DE LA LIBERTE D’EXPRESSION

onfray conf.2013-vaneigem rien n'est sacréa) Aucune limite à cette liberté :   « Il n’y a ni bon ni mauvais usage de la liberté d’expression, il n’en existe qu’un usage insuffisant » (15).

b) La vérité finit toujours par triompher  • Quels que soient les mensonges, leur étendue, leurs quantités, leurs qualités, leurs degrés de perversion, leur ignominie, leurs auteurs.

c) Tout est possible oralement  • Mais tout ne l’est pas concrètement : «Nous voulons, par souci d’écarter la moindre ambiguïté, accorder toutes les libertés à l’humain et aucune aux pratiques inhumaines. L’absolue tolérance de toutes les opinions doit avoir pour fondement l’intolérance absolue de toutes les barbaries. Le droit de tout dire, de tout écrire, de tout penser, de tout voir et entendre découle d’une exigence préalable, selon laquelle il n’existe ni droit ni liberté de tuer, de tourmenter, de maltraiter, d’opprimer, de contraindre, d’affamer, d’exploiter » (15-16).

d) Contre :  • Le secret de fabrication dans les entreprises  • Le secret défense pour l’Etat  • Le secret de l’instruction en matière judiciaire  • Le secret de la confession catholique  • Le secret de la recherche scientifique  • Le secret pharmaceutique  • Le secret de la vie privée s’il cache un crime contre le vivant

e) Pour :  • Les paparazzis  • L’appel au meurtre des tyrans, des exploiteurs, des mafieux  • La calomnie :  - soit elle dit vrai : Elle est utile  -  soit elle dit faux : Les hommes n’ont alors rien à craindre d’elle  • La moquerie, les insultes, le quolibet, la raillerie, le persiflage  • Car « une campagne de haine dirigée contre un individu manque toujours son but : ce n’est pas l’homme inhumain qu’il faut abattre mais le système qui l’a façonné » (65).


2./ HARO SUR LA SOCIETE

a) Contre la loi Gayssot qui qualifie de délit la contestation de crime contre l’humanité  • Souhaite l’abolition du délit d’opinion  • Le révisionniste est moins coupable que la société qui le fait

b) L’interdit invite à la transgression  • Interdire, c’est faire la publicité  • Restreindre la liberté d’expression : faire le jeu de ceux qu’on combat

c) Tolérer n’est pas cautionner :  « Permettre la libre expression des opinions antidémocratiques, xénophobes, racistes, révisionnistes, sanguinaires, n’implique ni de rencontrer leurs protagonistes, ni de dialoguer avec eux, ni de leur accorder par la polémique la reconnaissance qu’ils espèrent » (20).

d) Laisser le champ libre à des thèses qu’on ne critiquera pas ?

e) Exemple sur le voile islamique : « Il n’est pas de symbole, si odieux soit-il, que les jeux du vivant n’aient pouvoir de dissoudre. Il est absurde d’interdire le port du voile à des jeunes filles assujetties àl’islam. Imposé par la famille, il suscitera la révolte revendiquée comme l’expression d’une identité religieuse, il reviendra, quand elles découvriront les libertés de l’amour et de la femme, un colifichet pareil à la voilette ou à la mantille, que les convenances chrétiennes exigeaient des croyantes à l’époque où l’Eglise tyrannisait encore les esprits et les corps, il n’y a pas si longtemps » (29).  • L’amour comme antidote à l’« odieux » ?


TROISIEME PARTIE : L’EDUCATION


1./ UNE PEDAGOGIE LIBERTAIRE

a) Avertissement aux écoliers et lycéens (1995).  • Eloge de l’éducation populaire

onfray_conf.2013-vaneigem_avertisement--jpgb) L’école associée à la caserne, la famille, la prison, l’hôpital  • Domicile familial, atelier, bureau, dortoir du conscrit, chambre d’hôpital, maisond’arrêt    • On y dresse l’homme pour qu’il soit rentable   • L’enfant y entre avec désir, vitalité   • Le système le brise et distille ennui, fatigue, désintérêt

c) Les bâtiments, par leur laideur, invitent au vandalisme

d) Reproduction du système patriarcal avec son ordre :   • Hiérarchie, force virile, émulation brutale, haine de la vie, des désirs, des plaisirs, des femmes, du vivant

e) L’apprentissage : fondé sur la répression des désirs   • L’entrave des désirs génère et stimule l’agressivité   • Apprendre, c’est souffrir   • Acquérir des savoirs inutiles dans la douleur, la peine, les larmes   • Maltraiter le corps,   • Renoncer aux plaisirs de l’enfance   • Vieillir prématurément

f) Inverser la logique :   • Contre la survie : la vie   • La créativité, l’authenticité, la luxuriance des désirs, le merveilleux   • L’apprentissage : attraction passionnée   • Solliciter la totalité du corps avec ateliers pour les sens

g) Contre l’intelligence abstraite   • Et la raison objective :  - L’intelligence sensible etsensuelle.


2./ ASSASSINER « LA PRINCESSE DE CLEVES »

a) Textes de la Commission européenne (décembre 1991) :  « Elle y recommandait aux universités de se comporter comme des entreprises soumises aux règles concurrentielles du marché. Le même document exprimait le vœu que les étudiants fussent traités comme des clients, incités non à apprendre mais à consommer. Les cours devenaient des produits, les termes « étudiants », « études » laissant place à des expressions mieux appropriées à la nouvelle orientation : « capital humain », « marché du travail » ».   • En septembre 1993, la même Commission récidive avec un Livre vert sur la dimension européenne de l’éducation. :  - Il faut, dès la maternelle, former des « ressources humaines pour les besoins exclusifs de l’industrie » et favoriser « une plus grande adaptabilité des comportements de manière à répondre à la demande du marché de la main d’œuvre » (49).  - Disparition du grec, du latin, de la littérature, de la philosophie, de la sociologie…

b) Généalogie de cet état de fait :   • Au XIX°, la production requiert une méthode despotique :  - Conquérir les marchés  - Piller les ressources mondiales à l’aide du colonialisme   • Les syndicats et les partis répondent sur le même principe  -  Bureaucratie, étatisation  - Capitalisme d’Etat, fascisme, nazisme, stalinisme  - Consumérisme, hédonisme – destruction du système patriarcal   • Mai 68 produit une société avec des individus assistés à sécuriser, encadrer, conseiller, soutenir, guider, protéger   • Les mafias s’emparent des marchés à moindre coût :  - Pollution, nourriture toxique, pillage de la planète   • L’éducation est devenue l’auxiliaire de cette entreprise nihiliste :  -  L’école fabrique des soldats de cette mécanique à détruire les corps, les gens, la vie, la communauté.


3./ ELOGE DU PROFESSEUR-ARTISTE

a) Contre les professeurs castrateurs cyniques, qui insultent leurs élèves, les sadisent   • Utilisent les notes pour humilier   • Se servent du savoir pour trier les sujets dociles récompensés et les rebelles punis

b) Raoul Vaneigem invite au professeur-artiste :    « les artistes, jongleurs et funambules du savoir, capables de captiver sans avoir jamais à se transformer en gardes-chiourmes ou en adjudants-chefs » (28).   • Entretenir le questionnement, l’émerveillement   • Transmettre des savoirs utiles à la vie

c) Si l’on entretient le désir de savoir   • Le savoir reste un désir

d) Oui aux contrôles des connaissances, des acquisitions   • Mais pas sur le mode répressif

e) Eviter de stigmatiser la faute :   • il n’y a qu’une erreur, qui se corrige

f) Récuser le mérite, l’honneur, la peur, la menace   • Qui blesse la vie

g) En appeler à la bonne nature de l’enfant :   • Il apprendra facilement quand il le désirera   • A bien retenir ce qu’il aura appris sans contrainte   • Il aimera savoir quand il verra que ce savoir sert de façon existentielle.


4./ « L’UNIVERSITE DE LA TERRE »

a) Une douzaine d’élèves   • Un enseignement individualisé :

b) Non pas instruire les masses   • mais éduquer des subjectivités

c) Informatique bannie

d) Thélème en modèle :   • Apprentissage ludique, joyeux   • Abolition de la compétition et de la concurrence

e) Enseignants passionnés

f) Expérience zapatiste (novembre 2006) :   • Non loin du Mexique :  « Le Centre indigène de formation intégrale (Centro indegena de capacitacion integral), mieux connu sous le nom d’Université de la Terre, forme sur quelque vingt hectares un territoire autonome et insoumis, disposant du seul soutien d’une solidarité internationale offerte sans contrepartie. Quiconque le souhaite y reçoit gratuitement l’enseignement de son choix. On y trouve aussi bien un atelier de cordonnerie que des départements de menuiserie, de métallurgie, d’informatique, de tissage, de médecine officielle et traditionnelle, de musique, d’alphabétisation, d’architecture, d’agriculture biologique, de confection, de broderie, de cuisine, de maçonnerie, de dessin industriel… Les élèves y sont reçus dès douze ans, sans autre limite d’âge, sans épreuves préliminaires, sans capacités particulières. Tout commence par la pratique, la théorie en découle. Une seule condition est requise : avoir envie d’étudier, être épris de savoir. Un savoir qui ne sera ni monnayé ni diplômé, mais propagé dans les communautés paysannes dont sont issus les étudiants ou dans lesquelles ils jugent utile d’enseigner leur art en dispensant à d’autres la richesse de leurs connaissances » (99-100).

g) La révolution s’effectuera par capillarité.

onfray conf.2013 vaneigem sourire

 

CONCLUSION

• Ecrit en 2009 dans Ni talion, ni pardon : « Nous sommes au cœur d’une mutation où s’amorce un renversement de perspective » (95).

• Raoul Vaneigem croit toujours à l’idéal de sa jeunesse

• Une révolution dans laquelle la vie ferait la loi – et non la mort…


BIBLIOGRAPHIE :

Raoul Vaneigem :

• Avertissement aux écoliers et lycéens, Mille et une nuits

• Rien n'est sacré, tout peut se dire, La découverte

• Ni pardon, ni talion, La découverte

• Nous qui désirons sans fin, Le cherche midi

• Le livre des plaisirs, Editions Encre

• Entre le deuil du monde et la joie de vivre, Verticales

• Déclarations des droits de l'être humain, Le cherche midi

• Pour l'abolition de la société marchande pour une société vivante, Payot

 


 

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:50

 

 

Du 29 juillet au 28 août 2013, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2012-2013 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 11e année,

L'autre pensée 68 :

Henri Lefebvre, Herbert Marcuse, Guy Debord et Raoul Vaneigem. 


_________________________

 

 23/ LE TRAITE DU SAVOIR-VIVRE A L’USAGE DES JEUNES GENERATIONS  - 28.08.2013

 

  • Vous pouvez podcaster les conférences sur le site de l’émission, les archiver, prêter à vos amis.  "Pour des raisons de droits de diffusion et d'utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro de cette onzième saison sera podcastable et réécoutable pendant 15 jours" - nous informe France Culture. 
  • Chers internautes, n’oublions pas que les conférences à l’Up de Caen sont constamment présentées comme GRATUITES ! Ne les achetons donc  pas ! Ne remplissons pas les poches de Frémeaux & Associés ! Ne soyons pas des CON-SOMMATEURS !  

      ____________________________________


 SYNOPSIS


onfray conf.2013 raoul vaneigem portrait

 

1./ AUTEUR D’UN SEUL LIVRE

a) Le Chevalier, la Dame, le Diable et la mort :  «N’ayant écrit qu’un seul livre, sans cesse réécrit, complété, corrigé selon la facture  qu’empruntaient les bouleversements de société et, inséparablement, les variations de  mon existence, je me sens en narquoise familiarité avec lui » (10).

onfray_conf.2013_vaneigem_banalites-de-base.jpgb) Banalités de base, écrit en 1962, publié en 1963 dans l’Internationale Situationniste contient ces thèses.

c) Les concepts majeurs :  • Tension entre survie / société du spectacle & vie / situationnisme  • Travail comme sacrifice / travail comme réalisation de soi  • Critique de gauche du bolchevisme  • Refus de suivre, de guider, de commander, d’être commandé :  - Etre maître sans esclave  • Analyse de la société du spectacle 5 ans avant le livre de Debord  • Déconstruction des masques et des rôles  • Pratique du détournement  • Solution aristocratique à la question sociale  • Projet de Lautréamont : la poésie faite par tous:  - Non plus: art de composer des vers  - Mais esthétique de l’existence  • Micro-société de type nietzschéen contre avant-garde éclairée du prolétariat   • Centre occulte pour l’action révolutionnaire  • La vie quotidienne, lieu de la révolution  • La réification de la marchandise, vérité de l’économie de marché spectaculaire   • Pouvoir direct contre représentations et délégation

d) Les cibles majeures :  1. La vie mutilée, l’oubli de vivre, la survie dans le spectacle de son existence aliénée   2. La hiérarchie et les pouvoirs  3. Les prêtres, les idéologues, les intellectuels  4. Les techniciens – les « stalino-cybernéticiens » (55)  5. Toutes les religions   6. Les dictatures:   • Bolcheviques   • Cubaines: « le comportement despotique et la politique liberticide » (69) de Castro   7. La gauche qui n’appelle pas à la fin des maîtres mais à leur remplacement  8. La haine contre le fascisme pensé comme l’un des stades de la société du spectacle  9. Les révolutions traditionnelles qui trahissent l’idéal d’origine  10. Les « penseurs questionnant avec congés payés » (63) – Lefebvre et Castoriadis…


2./ LES MICRO-SOCIETES NIETZSCHEENNES

a) Banalités de base :  • Aristocratisme, élitisme, provocation :  - «Nous ne prétendons pas avoir le monopole de l’intelligence mais bien celui de son emploi » (63)  - « Il y aurait beaucoup d’autres banalités à reprendre et à retourner. Les meilleures choses n’ont jamais de fin. Avant de relire ce qui précède, et qu’un esprit médiocre peut comprendre à la troisième tentative, il est bon de consacrer au texte suivant une attention d’autant plus soutenue que ces notes fragmentaires comme les autres appellent des discussions et des mises au point » (95-96). 

b) Positivité :  

1) Nietzschéisme : « Dans la perspective du projet nietzschéen » (98)

2) Elitisme :  «Nous allons en effet constituer un petit groupe expérimental quasi alchimique où s’amorce la réalisation de l’homme total. Pareille entreprise n’est conçue par Nietzsche que dans le cadre du principe hiérarchique. Or c’est dans ce cadre que nous nous trouverons de fait. Il importera donc au plus haut point que nous nous présentions sans la moindre ambiguïté (au niveau du groupe la purification du noyau et l’élimination semblent maintenant accomplie). Nous n’acceptons le cadre hiérarchique dans lequel nous nous trouvons placés que dans l’impatience d’exterminer ceux que nous dominons et que nous ne pouvons que dominer sur la base de nos critères de reconnaissance » (99).

3) Secret :  « Sur le plan tactique, notre communication doit être un rayonnement au départ d’un centre plus ou moins occulte. Nous établirons des réseaux non matérialisés (rapports directs, épisodiques, contacts non contraignants, développement de rapports vagues de sympathie et de compréhension, à la manière des agitateurs rouges avant l’arrivée des armées révolutionnaires). Nous revendiquons comme nôtres, en les analysant, les gestes radicaux (actions, écrits, attitudes politiques, œuvres) et nous considérons nos gestes ou nos analyses comme revendiquées par le plus grand nombre » (99).

c) Emprunte à :

1) Nietzsche :  • Elitisme, caste, aristocratie   • La petite communauté qui éduque les éducateurs  • Inventer de nouvelles possibilités d’existence 

2) Marx :  • Homme total

3) Hegel :  • Dialectique  • La hiérarchie pour abolir la hiérarchie  • La violence pour abolir la violence  • Et réaliser « une société unitaire » (99).


3./ BANALITES 1995&2004

a) Préface de juillet 1995 

1. L’époque a privilégié la destruction du vieux monde  • Sur la construction d’une nouvelle subjectivité  • Sans laquelle aucune nouvelle communauté n’est possible

2. Croire aux effets positifs de l’insurrection relevait d’un optimisme suranné 

3. Il y eut : l’alcool, l’amitié, l’amour  • Et « l’irrésolution de de Gaulle et la modération du préfet de police Grimaud » (102).  • Le tout qui a évité le sang  • Et ouvrait un nouveau paradigme social  • Le situationnisme y a joué son rôle.

b) Préface d’avril 2004 : 

 Conditions d’écriture de ce texte :  • 1961, orangeraie de Majorque   • Ses parents employés 6 mois pour la comptabilité et la cueillette   • Marié, père de famille, enseignant, Raoul Vaneigem y passe un mois d’été  • Lever à 5/6 heures avec un café-cognac   • Puis verres d’absinthe pure dans la matinée   • Travail halluciné, écriture cathartique, sieste l’après-midi, bistrot en soirée  • L’époque est sous le signe de la pulsion de mort    « Il n’est guère de phrases des Banalités de base qui n’aient été écrites dans les encres contrastées et entremêlées de l’alcoolisme suicidaire, d’une passion démesurée de l’éphémère et d’une rage d’anéantir le monde dominant, où il me semblait qu’une mort apocalyptique ne paierait pas d’un prix trop élevé la chance de trancher d’un seul coup toutes les têtes de l’hydre qui rugissait partout, des démocraties corrompues aux tyrannies baptisées du nom de communisme sur les fonts de la plus ignoble imposture, celle de l’émancipation » (9).   • Raoul Vaneigem renonce à la pulsion de mort pour imposer la vie   • Il veut : « des banalités bâties sur une autre base : le goût de la vie, l’exploration du vivant, la générosité humaine, la création de soi et l’élaboration d’une société dont l’organisation puise dans les affinements de l’amour authentiquement vécu la seule inspiration capable de la prémunir contre le fétichisme de l’argent, la volonté de pouvoir, la frustration et lesstratégies du ressentiment qui en ont, jusqu’à ce jour, déterminé l’inhumanité fondamentale » (14).


4./ HISTOIRE D’UN MANUSCRIT

a) 13 fois refusé  • Y compris par Gallimard  • Dans Le Figaro, un article sur les Provos d’Amsterdam  • Queneau demande le retour du manuscrit  • Sortie du traité le 30 novembre 1967 (6 mois avant Mai)  • Debord, La société du spectacle sort le 14 novembre.

b) Banalité était un article   Le Traité est son premier livre   « Savoir vivre, c’est savoir ne pas reculer d’un pouce dans sa lutte contre le renoncement » (104).


onfray conf.2013 vaneigem traité5./ ANALYSE DE L’OUVRAGE

A. Etat des lieux

1. Critique de gauche de toutes les gauches

2. Critique du révolutionnaire traditionnel :    « L’homme du ressentiment est la version officielle du révolutionnaire » (178).  • Critique l’homme rongé par l’envie, la jalousie, la haine, le désespoir, le dépit  • Il déteste la hiérarchie parce qu’il sait qu’il ne pourra y trouver sa place  • Arrivisme déçu : moteur puissant   • Veut moins construire un monde meilleur pour les autres  • Qu’abolir et détruire un monde qui ne lui fait pas assez la part belle  • Symptôme du triomphe de la pulsion de mort.

3. Souhaite :  a. Les fins:  • Société sans classes  • Sans bureaucratie  • Sans parti  • Un pouvoir exercé par des Conseils   b. Les moyens:  • Insurrection pour la vie   • Guérilla avec violence révolutionnaire.

4. Critique de la survie :  • La survie : la vie sans la vie  • Se lever tôt,   • Habiter dans une ville moderne,   • Transports en commun,    • Travailsans intérêt avec petits chefs,  • Salaire englouti dans les dépenses de base,  • Consommer des produits qui aliènent au marché,  • S’endetter pour posséder,  • Accumuler les objets,  • Vieillir dans la répétition de jours semblables,  • Mourir de son vivant sans avoir vécu.

4 bis. Critique des moments de l’aliénation :  a) L’isolement :   • Métro, alcool, drogue  b) L’ennui :  • Existence sans passions, sans désirs, sans plaisir  • Débouchent sur folie ou crime  c) La souffrance :  • Renoncement  • Refuge dans les religions  • Idéal ascétique chrétien ou communiste  d) Le travail :  • Séparation de soi d’avec soi pour la production  • Production indexée sur la société de consommation  e) Le sacrifice :  • Servitude volontaire :  - Castration de soi pour Dieu, Parti, Progrès, Famille   f) La séparation :  • Autre nom du spectacle  • Entre soi/ soi, soi/les autres, soi/ le monde, soi/cosmos  g) Le rôle :  • La fonction modèle  • Le comportement dans lequel on s’enferme  • Paraître pour se dispenser d’être  h) La folie :  • N’existe pas en soi  • Décidée par le pouvoir pour circonscrire le rebelle à son ordre.

B. Positivité

Pas de recettes puisque c’est à chacun de se les inventer

1. Eloge de la vie :

a. Contre la quantité de vie :  • La qualité de vie   «Nous ne voulons pas d’un monde où la garantie de ne pas mourir de faim s’échange contre le risque de mourir d’ennui » (7)

b. La création de situations:  • La communauté, le ludique, le plaisir, le jeu, la réconciliation, la  subjectivité, la fête, la créativité, la spontanéité 

2. Nouvelles vertus & nouvelles forces:

a. La fête :  • Exubérance, absence de retenue,   • Dionysisme subjectif contre l’apollinisme de la société

b. Le don :  • Don sans contre-don  • Dans un monde où le temps c’est de l’argent  • La gratuité est subversive   « Il faut retrouver le plaisir de donner; donner par excès de richesse ; donner parce que l’on possède en surabondance » (81).

c. Le vol :  • Subversion de la catégorie de propriété  • Appropriation au profit de la possession  • Jouir d’un objet qu’on arrache au circuit de la production capitaliste  • Et de la consommation libérale : « La passion la plus répandue, chez les jeunes, de voler livres, manteaux, sacs de dames, armes et bijoux pour le seul plaisir de les offrir laisse heureusement présager l’emploi que la volonté de vivre réserve à la société de consommation » (81).

d. Le détournement :  • Tactique ludique, renversement de perspective 

e. L’amour :  • Eros léger  • Se prêter, s’échanger sans se donner   « La bourgeoisie n’a connu d’autre plaisir que celui de les dégrader tous »  (260).  • Castration, automutilation,   • Critique du christianisme (« le poilu de Nazareth » (61) le « crapaud crucifié de Nazareth » (117).  • L’amour n’est pas une affaire à deux  • mais la liaison de la communauté  • Réaliser le principe de plaisir    « Favoriser les expériences collectives de réalisation individuelle, et de multiplier ainsi les rencontres amoureuses en réunissant une grande variété de partenaires valables » (263).   « Le couple pivotal » (266).   • Ses jeux, garantie de sa durée  • Leur sexualité libre transforme les amants en frères et soeurs   • Eloge des relations incestueuses quand il y a consentement 

f. La poésie vécue :  • La poésie « réside avant tout dans les gestes, dans un style de vie, dans une  recherche de ce style » (209).  • Rimbaud poète par sa vie  • Eloge de l’improvisation   • Création  • La spontanéité doit faire la loi  • L’immédiateté 

g. Le temps ludique :  • Fin du temps / marchandise  • Jouir du pur plaisir d’exister  • Eloge de l’instant :   « Agis comme s’il ne devait jamais exister de futur » (119).  • Contre le culte du passé et du futur

h. La vie comme une œuvre d’art :  • Contre l’art commercialisable, exposable, quantifiable, monnayable  • L’art de vivre, de créer des situations subjectives et communautaires inédites   « L’oeuvre d’art à venir, c’est la construction d’une vie passionnante » (209).

C. Micro-sociétés

a. Des micro-sociétés qui sont « des zones de protection où l’intensité du conditionnement tend vers zéro » (206). D’où « une microsociété dont les membres se seraient reconnus sur la base d’un geste ou d’une pensée radicale, et qu’un filtrage théorique serré maintiendrait dans un état de pratique efficace permanent, un tel noyau, donc, réunirait toutes les chances de rayonner un jour avec suffisamment de force pour libérer la créativité du plus grand nombre des hommes. Il faut changer en espoir le désespoir des terroristes anarchistes; corriger dans le sens d’une stratégie moderne leur tactique de guerrier médiéval » (206). 

b. Généalogie des micro-sociétés:  • Stirner et son association d’égoïstes  • Les phalanstères de Fourier  • Les communautés des Milieux Libres

c. Suite de ces micro-communautés:  • Les TAZ (Zone d’Autonomie Temporaire) d’Hakim Bey

d. Ces instruments propageront la révolution  • Elles aboliront le patriarcat   • Aspire à un groupe qui « va servir de modèle à la nouvelle organisation sociale » (286).  • Elles éviteront le surgissement de la hiérarchie   • Comment ?  « En exigeant que la participation soit subordonnée au maintien de  l’égalité réelle entre tous les membres, non comme un droit métaphysique mais au contraire comme la norme à atteindre. C’est précisément pour éviter l’autoritarisme et la passivité (les dirigeants et les militants) que le groupe doit sans hésiter sanctionner toute baisse de niveau théorique, tout abandon pratique, toute compromission. Rien n’autorise à tolérer des gens que le régime dominant sait fort bien tolérer. L’exclusion et la rupture sont les seules défenses de la cohérence en péril » (286).


6./ CONCLUSION

1. Les situationnistes voulaient la liberté  • Mais n’ont pas su la réaliser dans leur communauté

2. Voulaient abolir la hiérarchie, le pouvoir personnel, l’autocratie  • Mais ont reproduit ce qu’ils voulaient combattre

3. Le projet situationniste de révolutionner la planète  • N’a pas même révolutionné leur micro-communauté  • Qui, au plus fort, n’a pas dépassé la centaine

4. Les situationnistes voulaient changer le monde  • Le monde les a changés

5. Ils se proposaient un idéal sublime :   « Etre maître sans esclaves »  • Mai ne l’a pas permis

6. Raoul Vaneigem propose d’autres voies pour parvenir au même idéal…


BIBLIOGRAPHIE :

• Raoul Vaneigem, Traité du savoir-vivre à l'usage des jeunes générations, Gallimard

• Raoul Vaneigem, Banalités de base, Editions verticales

• Charles Fourier, Vers la liberté en amour, Idées Gallimard

• Michel Perraudeau, Anselme Bellegarrigue. Le premier des libertaires, Les éditions libertaires 

• Tony Legendre, Expériences de vie communautaire anarchistes en France, Les éditions libertaires

• Emile Armand, La révolution sexuelle et la camaraderie amoureuse, Zones

• Helmut Schleck, L'envie, Les belles lettres

      ________________________________

 

REACTIONS

 



27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 19:18

 

Du 29 juillet au 28 août 2013, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2012-2013 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 11e année,

L'autre pensée 68 :

Henri Lefebvre, Herbert Marcuse, Guy Debord et Raoul Vaneigem. 


_________________________

 

 22/ L’AFFINEMENT SITUATIONNISTE - 27.08.2013

 

  • Vous pouvez podcaster les conférences sur le site de l’émission, les archiver, prêter à vos amis.  "Pour des raisons de droits de diffusion et d'utilisation des enregistrements de ces conférences, chaque numéro de cette onzième saison sera podcastable et réécoutable pendant 15 jours" - nous informe France Culture. 
  • Chers internautes, n’oublions pas que les conférences à l’Up de Caen sont constamment présentées comme GRATUITES ! Ne les achetons donc  pas ! Ne remplissons pas les poches de Frémeaux & Associés ! Ne soyons pas des CON-SOMMATEURS !  

      ____________________________________

 

 SYNOPSIS

 

1./ DEBORD VS VANEIGEM

1. Debord / 2. Vaneigem :

onfray_conf.2013_vaneigem-debord1.jpg


DEBORD VANEIGEM
 • Style sec, conceptuel, sans adjectif  • Prose lyrique, poétique, répétitions
 • Sillage néo-hégélien : l’homme total de Marx  • Néo nietzschéisme + homme total
 • Cite Hegel, Feuerbach  • Cite Meslier, Sade, Lautréamont, Bakounine,  Vaché, Fourier, Artaud
 • Versant saturnien, ascèse révolutionnaire  • Versant hédoniste – vie, amour, corps, chair
 • Pulsion de mort – de l’alcoolisme au suicide  • Pulsion de vie – poètes, marginaux, suicidés de la société
 • Cite les stratèges: Thucydide, Sun-Tsu, Machiavel  • Tire son néo-marxisme vers un néo anarchisme :  Varlet, Roux, Bellegarrigue, Libertad, Ravachol, Bonnot,  Durutti, Makhno
 • Crée Le jeu de la guerre  • Libertaire qui ne récuse pas la violence au début
 • Apollinien  • Dionysiaque
 • Dogmatique, cérébral  • Utopiste lyrique

 • Société du spectacle :

 -  Un traité de logique révolutionnaire sous le signe de Clausewitz

 • Traité :

  Un grand poème en prose sous le signe de Lautréamont

 

 • Virage vers l’esthétisme

  - Organise sa disparition spectaculaire

  - Crée sa légende (fétichisme)

 

 • Permanence rebelle

  -  Un situationnisme dialectique


 

onfray conf.2013 vaneigem debord 

 

2./ DE L’AFFINEMENT

a) Renonce à la violence révolutionnaire :  « La volonté de détruire est devenue réactionnaire. Le terrorisme d’Etat n’a pas de meilleurs alliés que ces héritiers dévoyés des Brigades rouges et d’Action directe qui, n’arguant même plus de l’imbécile prétention d’abattre un système en tuant l’un ou l’autre de ses représentants, massacrent au nom d’une religion, d’une ethnie, d’un parti ou du profit de la mort dont ils se ceignent comme d’une ceinture de chasteté » (13).

b) Abandonne la théorie hégélienne de la négativité  • La fin ne justifie pas les moyens

c) Jadis:

• Dernières pages du Traité du savoir-vivre à l’usage des jeunes générations:  « Dans les villages libérés par sa colonne, Durruti rassemblait les paysans, leur demandait de désigner les fascistes et les fusillait sur-le-champ. La prochaine révolution refera le même chemin. Sereinement. Nous savons qu’il n’y aura plus personne pour nous juger, que les juges seront à jamais absents, parce qu’on les aura mangés » (282).

d) Plus tard : Le Chevalier, la Dame, le Diable et la mort (2003) :  « Il reste des traces de fureur sacrée dans certaines pages du Traité du savoir-vivre. Je ne les renie pas, mais je les hume avec plaisir, comme un vin vieux, un peu passé. Ma violence n’a pas décru, elle a seulement changé d’orientation, elle a délaissé les grands boulevards de la mort pour frayer les chemins d’une vie en mal de création » (18-19)

e) Violence pour la vie contre violence pour la mort :  • Fourier contre Saint-Just.

 

 

3./ 1967 -ELOGE DE LA VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE

a) Ajout au Traité :   Toast aux ouvriers révolutionnaires (octobre 1972) :  • Prend acte de l’échec de Mai 68.  • Invite à l’insurrection violente, au sabotage,  • A la « guérilla de base », au « feu négatif et positif » (291).

b) Eloge de Sade :  • L’un des « théoriciens les plus importants de l’homme total » (215).   «Comment les maîtres du château de Selling (sic – et non Silling...) assurent-ils leur maîtrise absolue ? Ils massacrent tous leurs serviteurs, accédant par ce geste à une éternité de délices. C’est le sujet des Cent-vingt journées de Sodome. Marquis et sans-culottes, Donatien Alphonse François de Sade unit la parfaite logique hédoniste du grand seigneur méchant homme et la volonté révolutionnaire de jouir sans limite d’une subjectivité enfin dégagée du cadre hiérarchique » (215).  • (Révolutionnaire l’assassinat des serviteurs par les maîtres ?).

c) Eloge des Révolutionnaires de 1793 :  • Saint-Just  • Défense du régicide avec l’argument de la « légitime défense » (282).  • Légitime le meurtre d’un innocent du fait qu’il est ce qu’il est : « Il fut légitime de punir Louis XVI des crimes de ses prédécesseurs » (221).

d) Eloge de la « courtoisie » (38) de Lacenaire.

e) Comprend les « bombes de Ravachol » (25).

f) Célèbre la Bande à Bonnot

g) Défend la méthode de Durutti  • Dénonciation puis abattage des contre-révolutionnaires.

h) Légitime le « terrorisme anarchiste » (26) pour sa capacité à « perturber le mécanisme autorégulateur de la communauté sociale hiérarchisée ».

i) Contempteur du léninisme, défend le léninisme :  • Justifie la dictature du prolétariat pour abolir le prolétariat  • Ceux qui s’opposeraient ?   « Les détruire totalement, comme on détruit une vermine particulièrement prolifique » (224).   « L’anéantissement des contre-révolutionnaires est le seul geste humanitaire qui prévienne la cruauté de l’humanisme bureaucratisé » (275).   « Je ne renoncerai pas à ma part de violence » (29).

j) Comprend avec le temps que :  • La contre-violence est l’une des modalités de la violence qu’il faut dénoncer  • Le révolutionnaire incarne la pulsion de mort  • Le système peut s’abolir autrement : - Par capillarité exemplaire de microsociétés  - Par contamination fouriériste de phalanstères post-modernes.


4./ 2004 -UNE REVOLTE AFFINEE

a) Debord : de Saint-Just à des Esseintes

b) Vaneigem : de Saint-Just à Fourier  Voyage à Oarystis : terminé le 23 décembre 2004.

c) a tradition du récit utopique politique :  • Platon, More, Campanella, Rabelais, Cabet  • Casanova, Icosameron  • Sade, Aline et Valcour


onfray conf.2013 vaneigem voyage à oaristisonfray_conf.2013-RaoulVaneigem6.jpg

 

d) Voyage à Oarystis :  • Don d’un amoureux à son amoureuse

1. La forme d’une ville   • Cité-Etat, pas plus de 7 000 habitants   • Cité-jardin   • Architectures vitalistes, descriptions   • Vêtements baroques   • Vides ordures avec des têtes de dictateurs: Staline, Mao, Franco, Hitler, Pinochet   • Lunettes des toilettes: César, Napoléon, Lénine, Louis XVI   • Toilettes publiques communautaires   • Piscines de jus de fruits   • Lits qui se déplacent  • Gastrosophie, pouvoir des cuisiniers     • Chars à voile en bois polychrome sculpté   • Véhicules à propulsion hydraulique ou solaire   • Tricycles à voile   • Ascenseurs Jungendstil   • Trottoirs roulants   • Energie : animalcules coprophages   • Architectures mobiles avec passages   • Statues pour honorer les grands hommes:  - Giordano Bruno, Nietzsche, Coeurderoy, Libertad, Fourier, Montaigne, Campanella, Marie de Gournay, Groddeck.

2. La Cité du Jouir

• Oaristys: grec « le commerce intime », « les relations », « la troupe de gens qui vivent ou agissent ensemble »   • Gratuité,   • Argent aboli : sauf pour les échanges avec l’extérieur   • Hiérarchie, pouvoir, domination abolis: « Un pays où il n’y a ni temple, ni église, ni synagogue, ni mosquée, ni prêtre, ni pasteur, ni gourou, ni imam, ni rabbin, ni banquier, ni flic, ni militaire, ni marchand, quel bonheur! » (69).  

 • Chacun prévient les désirs de l’autre   • Seul souci : réaliser le plaisir d’autrui   • Murs transformés en cimaises pour les débats   • Débats perpétuels: « A l’angle des rues Jan-Valtin et Vassili-Grossman, le club des Pointeurs de controverses historiques débattaient des preuves de l’inexistence d’un nommé Jésus et du rôle de Marcion dans la rédaction initiale des lettres attribués à Paul de Tarse » (71).

 • Vieillesse abolie : - Avant : décrépitude et rentabilité - Maintenant : plaisir, joie, bonheur, amour, don, partage   • En régime capitaliste, les jeunes sont des consommateurs, donc des vieux   • Le modèle ?  - Non plus la succession des jours  - Mais celle des « moments du désir, de la jouissance, de l’accomplissement de soi, de la création » (72).  

 • Amour gérontophile : une jeune avec un vieux   • Frères & soeur, père & fille, mère & fils – avec consentement   • Plus de viol, de subornation, de séduction cauteleuse       • Contre la sexualité avec les enfants:  « La génitalité enfantine a besoin d’un lent développement, elle doit peu à peu prendre corps et conscience avant d’aboutir à l’épanouissement de l’âge adulte, qui coïncide avec la découverte physiologique de la passion amoureuse. Elle est une pulsion qui se cherche et se révèle. Une sexualité adulte s’immisçant sur elle aurait un effet désastreux parce qu’elle en perturberait la progression graduelle et la dénaturerait, avec les conséquences que présentent cliniquement ceux qui dans leur jeune âge furent enjôlés, abusés, violentés, arrachés aux émerveillements de l’amour naissant » (75).   • Maisons de l’amour :  - Inspirées par Malinowski   • Lieux construits pour les adolescents.   • Dans pareil endroit, « les idylles se nouent et se dénouent, les expériences se vivent librement affinant la connaissance que la fille et le garçon prennent de leur corps et de leurs appétits. Certains restent attachés au libertinage, d’autres forment des couples bien accrochés. Désireux de fonder un foyer, ils prennent langue avec la guilde des Constructeurs, qui leur bâtira une demeure selon leurs voeux, ou, s’ils souhaitent l’édifier de leurs mains, leur procurera aide et conseil » ( 79).  

 • Ecologie   • Végétariens et carnivores cohabitent       • Animaux élevés dignement – vivent en liberté  • Abattus sans souffrance   • Vaches et chevaux meurent de vieillesse (Reconnaissance de la communauté pour leurs services)  • Adoptions de certains animaux pour leur épargner la mort  - Veau, marcassin, poule, faisan…   • Chasse possible…   • Jungle construite avec un bouclier climatique   • Biotope d’un climat tropical   • Zone expérimentale de 5 000 hectares  •  La science au service de l’écologie  • Département d’éthologie

 • Personne n’impose rien à personne   • Chacun a le droit de vivre comme il l’entend   « Il n’y a pas de place pour les rites sanglants, les sacrifices, les interdits sexuels ou alimentaires, les contraintes vestimentaires ou les astreintes comportementales. Surtout il n’y a pas de place pour des institutions qui s’arrogent le droit d’imposer à quiconque – et forfait particulièrement ignoble : à des enfants dont la conscience est éminemment malléable – des croyances, des superstitions, des préjugés, des idées reçues qui tiennent leur prétendue vérité d’une tradition millénaire dont la brute militaire, le prêtre obscurantiste, le tueur fanatique, le prédateur en tous genres illustrent l’éblouissante efficacité » (105).   • La religion construite sur la frustration a disparu   • Musée des méfaits de la religion.  

 • Pédagogie ludique et joyeuse  - Inspirée de Rabelais  - Visite d’artisans  - Expéditions dans la jungle  -  Accumulent les connaissances et donnent cours  - Tableau avec demandes de connaissance et offres de savoir    « Ainsi, dit le cicérone, ma-t-il été donné de défendre mon opinion selon laquelle Marcion du Pont était l’auteur des lettres attribuées à Paul de Tarse, du moins du noyau substantiel que le prosélytisme catholique a récrit plusieurs fois selon la versatilité des intérêts de l’époque » (107-108).

 • Eloge de Groddeck : psychosomatisme  - Statue de lui   • Freud : statue de barbelés   • Groddeck : médecine des caresses   • Matelas d’eau avec poissons et algues   • Massage du ventre   • Repérage des points sensibles (carrefours d’énergie)   «Caressez-vous longuement, languissamment, paresseusement,  voluptueusement, caressez-vous, même distraitement, sans y penser, mais caressez-vous! » (137).   « Je pars du principe que quelqu’un qui est malade veut être malade, parce qu’il n’a rien trouvé de mieux pour s’adjuger un peu d’affection. (...) La compassion n’arrange rien, elle ne fait qu’empirer le mal et c’est pourquoi le patient en vient à vouer son existence et à la douleur et à la pitié » (id.).


5./ CONCLUSION

a) La négativité a disparu  • La positivité triomphe

b) La mort a disparu :  • N’est plus une catastrophe, une douleur, une peine  • mais « un repos mérité » (146).  • On ne meurt pas par épuisement de la vie  • Mais par fin de l’amour

c) Le voyage doit s’arrêter  • Dans le train de retour :  « Je jure de faire d’Oarystis le monde entier » (187).


BIBLIOGRAPHIE :

• Raoul Vaneigem, Journal imaginaire, Le cherche midi

• Raoul Vaneigem, Voyage à Oarystis, Estuaire

• Daniel Guérin, Anthologie historique du mouvement anarchiste, Maspero

• Engels, Théorie de la violence, 10/18

• Jean Servier, Histoire de l'utopie, Idées Gallimard


Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos