Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 11:00
  Affiche-2011-web
       
    Michel Onfray fut l'invité du Festival APART, un festival international d'Art Contemporain se déroulant au coeur de la Provence, les Alpilles, du 07 juillet au 17 août 2011. 
 
           
             APART etienne-bossut    pabloreinoso    viallat
 
     L'occasion d'une conversation entre Ben, Gérard Fromanger et Michel Onfray, débat tenu par Ariel Kyrou de la revue politique, artistique, philosophique, Multitudes.  
         
       benexagere
 
Petit ajout, le site de Ben, où je vous invite à cliquer sur la droite, Mes newsletters, puis Ben à Nice et à St Rémy, description subjective de ce Festival avec un compte-rendu de la conversation. "Je suis content de moi, j'avais peur de ne pas faire le poids mais les arguments d'Onfray contre les langues minoritaires n'ont pas fait mouche ni semé le doute dans mon cerveau. Il est trop confus et manque d'arguments pour contredire les axiomes de base de l'ethnisme. Je vais lui envoyer mes livres. Ps j'aimerai que Sylvie Bouloud m'envoie une copie du film du débatNous aussi, on veut bien que Mme Bouloud nous envoie une copie du débat parce que je sens une très grande mauvaise fois dans ce résumé.
   

 
 
Gérard Fromanger, ami de Michel Onfray, est l'objet d'une rétrospective au musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence intitulée L'écharpe d'Iris (1955-2011).
   
fromanger 01
    
                      P1000974    GFromanger1

 

"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" Michel Bakounine

 


 
 
Ce jour-là, brève rencontre entre Thierry Aymès et Michel Onfray. Il lui indique connaître le travail de Thierry Aymès et l'invite à le tenir au courant de l'évolution de ses initiatives. Il est solidaire de toutes les démarches susceptibles de faire sortir la philosophie de son "ghetto".
 
 
 
Thierry Aymès a mis en ligne une vidéo critique sur le pouvoir et plus particulièrement celui qu'a eu Michel Onfray lors de l'entrevue à St-Rémy-de-Provence. A vous de juger

 

     
« L’art contemporain exacerbe cette radicalité intellectuelle dans/de l’art. De sorte que le regard naïf d’un sujet inculte transforme l’œuvre en pitoyable production dépourvue de signification. Si la moitié du chemin est faite par l’artiste, l’autre doit être effectuée par le regardeur. […] Pour autant, le divorce entre grand public et art contemporain n’est pas dû au seul public car nombre d’"artistes", sous prétexte de conceptualité, oublient qu’un demi-chemin leur est imputable et produisent des œuvres dépourvues de sens, d’intérêt, d’intelligence, de signification. Miroir du nihilisme oblige, leurs productions trahissent moins une radicalité signifiante qu’une asthénie dominante. »
Michel Onfray, Manifeste hédoniste, Esthétique, p.30
 
Constance
(avec la participation de Marc et Ewa en guest star :~))
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 08:00

 

copieinterne2011 024Certains d'entre vous vont trouver que faire plusieurs centaines de kilomètres pour voir Michel Onfray à Nice est un acte un peu fou. Je ne leur donnerais pas tort, bien sûr. Il y a bientôt un an que ce quatuor s'est formé. Je me souviens du moment précis où ma rencontre avec Michel Onfray eu lieu, dans ma voiture, 19h05 sur France Culture en 2004. Sa voix, posée, grave, son discours, passionnant. Depuis, il fait parti de ma vie, le lire, l'écouter, connaître toutes ses actualités, ses avis, ses amis et ennemis. Se nourrir de ses écrits et paroles pour rencontrer et adhérer à d'autres que lui, justement. Il était devenu pour moi nécessaire, désormais, de le voir. Ce fut à Nice le 19 juin au Festival du livre.

 

La salle se remplit, on demande au public trop nombreux de serrer les rangs, on refuse du monde. 14h45, Franz-Olivier Giesbert arrive accompagné de Michel Onfray, chemise blanche, cheveux ondulés, jean noir, souriant. Une dame à côté de moi se propose de mettre quelqu'un sur ses genoux, Michel Onfray dit à peu près la même chose, nous en sourions. On m'a vendu une conférence sur son dernier livre, Manifeste hédoniste, il n'en sera rien.

 

copieinterne2011 023

Le discours d'Onfray commence avec l'aide de FOG. "Qu'est-ce qui te rend heureux, pourquoi continues-tu malgré les attaques persistantes et rudes de tes adversaires ?" Pour ramener la philosophie à sa forme la plus populaire, pour qu'enfin elle redevienne accessible à tous, aux hôtesses de l'air comme aux vendeurs de poissons, une philosophie telle qu'elle se pratiquait dans l'Antiquité. Certains sont payés à ne rien faire (la salle rit, bonjour monsieur Ferry), lui se propose, avec ses amis de l'Université Populaire de Caen, de travailler gratuitement. De faire quelque chose pour la philosophie qu'il aime, celle qui n'est pas réservée à l'élite.

 

Le tour des questions arrive, j'en retiens une très intéressante d'un analyste présent dans la salle. "Comment moraliser une société nouvelle, une société d'athées ?" La réponse de Michel Onfray ressemble à une formule mathématique, une combinaison. Tout d'abord savoir qu'autrui existe, apprendre à ses enfants que nous sommes. Puis, faire aux autres ce que je voudrais qu'ils me fassent (nous brissons, et si cet autre aimait la perversion ? Il s'en amuse). A cela, il ajoute une responsabilité sans culpabilité (se savoir responsable mais faire des choix parce que ce sont les bons et non parce que la société me les impose en me culpabilisant) et un devoir de vérité seulement à qui je la dois (en quelque sorte, c'est à moi seul de choisir à qui je dis la vérité et à qui je mens) conformément à Pascal.

 

Certains lui coupent la parole, les agités de l'assemblée... 15h50 environ, oui, je n'étais pas les yeux rivés sur ma montre, un homme d'un certain âge rentre dans la salle de façon assez vive, arrête l'échange en cours pour faire une proclamation : "Il y a cinq cents personnes qui attendent dehors pour la prochaine conférence, il faudrait voir de sortir !!" Claude Allègre et son public ne sauraient supporter plus d'attente, nous huons, sifflons, ah, nous sommes obligés de plier. Je descends les escaliers, sors de la salle, en effet, bousculades, sécurité par ici !! 

 

Je ne pourrais dire que je suis déçue, il est brillant, il a de l'humour. Il est tel que je le lis, tel que je l'entends depuis déjà quelques années. Cela ne change rien. Peut-être même que je n'ai pas le désir de vraiment le connaître, il est si beau dans mes illusions.

 Constance 


 

À consulter également :

 

 

27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 10:05

 

corrida 2Paris, le 23 avril 2011.

La tauromachie a été classée au patrimoine immatériel français par le Ministère de la Culture qui a cédé au lobby des organisateurs de corridas et aux éleveurs de taureaux de combat; malgré la position de 60% des Français qui se prononcent contre le spectacle d‘un taureau torturé à mort dans une arène et les protestations  de nombreuses personnalités, comme Michel Onfray, Albert Jacquard, Nicolas Hulot, J-F. Courreau, J-B. J. Vilmer, membres d’honneur de l’Alliance Anticorrida.

 

onfray-crepuscule-italie.jpg

Rome, le 14 avril 2011.

Michel Onfray a présenté son ouvrage Le crépuscule d’une idole, l'affabulation frudienne traduit en italien (éditeur : Ponte alle Grazie) à la librairie Feltrinelli ainsi que dans le programme littéraire « Fahrenheit » (Rai 3).

En cliquant sur l’image de la couverture du livre, vous pouvez lire l’interview accordée à cette occasion par Michel Onfray au journaliste italien Carlo Patrignani. La traduction Google de cet entretien est très mauvaise, alors si le vrai traducteur veut bien s’en occuper, on le publie volontiers.

«A Benito Mussolini, avec le salut respectueux d'un vieil homme qui reconnaît en la personne du dirigeant un héros de la culture. Vienne, 26 avril 1933.»

Sigmund Freud

 

208217_10150150420770750_117313560749_6373282_7365713_n.jpg
Deauville, le 2 avril 2011.

Michel Onfray a donné une conférence sur le thème : La passion de la lumière : Normandie et avant-gardes esthétiques au Centre International de Deauville.


Michel Onfray expose : « La Normandie a, on le sait, entretenu avec l'impressionnisme une relation très intime. La photographie ayant montré qu'elle supplantait la peinture dans la capacité à reproduire fidèlement la réalité, il a bien fallu que les peintres se soucient d'autre chose que de ce projet devenu caduc. Dès lors, ils ont moins peint les choses que l'impression qu'ils avaient des choses. La lumière est donc devenue leur sujet de prédilection, jusqu'à ce que se trouve épuisée cette thématique nouvelle. Le temps vint alors de l'abstraction qui suppose la peinture sans sujet. Puis, le temps passant, l'abstraction épuisée elle aussi, c'est le concept qui est devenu la thématique nouvelle. »

    Marc - Ewa    
 

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos