Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 08:00

 

copieinterne2011 024Certains d'entre vous vont trouver que faire plusieurs centaines de kilomètres pour voir Michel Onfray à Nice est un acte un peu fou. Je ne leur donnerais pas tort, bien sûr. Il y a bientôt un an que ce quatuor s'est formé. Je me souviens du moment précis où ma rencontre avec Michel Onfray eu lieu, dans ma voiture, 19h05 sur France Culture en 2004. Sa voix, posée, grave, son discours, passionnant. Depuis, il fait parti de ma vie, le lire, l'écouter, connaître toutes ses actualités, ses avis, ses amis et ennemis. Se nourrir de ses écrits et paroles pour rencontrer et adhérer à d'autres que lui, justement. Il était devenu pour moi nécessaire, désormais, de le voir. Ce fut à Nice le 19 juin au Festival du livre.

 

La salle se remplit, on demande au public trop nombreux de serrer les rangs, on refuse du monde. 14h45, Franz-Olivier Giesbert arrive accompagné de Michel Onfray, chemise blanche, cheveux ondulés, jean noir, souriant. Une dame à côté de moi se propose de mettre quelqu'un sur ses genoux, Michel Onfray dit à peu près la même chose, nous en sourions. On m'a vendu une conférence sur son dernier livre, Manifeste hédoniste, il n'en sera rien.

 

copieinterne2011 023

Le discours d'Onfray commence avec l'aide de FOG. "Qu'est-ce qui te rend heureux, pourquoi continues-tu malgré les attaques persistantes et rudes de tes adversaires ?" Pour ramener la philosophie à sa forme la plus populaire, pour qu'enfin elle redevienne accessible à tous, aux hôtesses de l'air comme aux vendeurs de poissons, une philosophie telle qu'elle se pratiquait dans l'Antiquité. Certains sont payés à ne rien faire (la salle rit, bonjour monsieur Ferry), lui se propose, avec ses amis de l'Université Populaire de Caen, de travailler gratuitement. De faire quelque chose pour la philosophie qu'il aime, celle qui n'est pas réservée à l'élite.

 

Le tour des questions arrive, j'en retiens une très intéressante d'un analyste présent dans la salle. "Comment moraliser une société nouvelle, une société d'athées ?" La réponse de Michel Onfray ressemble à une formule mathématique, une combinaison. Tout d'abord savoir qu'autrui existe, apprendre à ses enfants que nous sommes. Puis, faire aux autres ce que je voudrais qu'ils me fassent (nous brissons, et si cet autre aimait la perversion ? Il s'en amuse). A cela, il ajoute une responsabilité sans culpabilité (se savoir responsable mais faire des choix parce que ce sont les bons et non parce que la société me les impose en me culpabilisant) et un devoir de vérité seulement à qui je la dois (en quelque sorte, c'est à moi seul de choisir à qui je dis la vérité et à qui je mens) conformément à Pascal.

 

Certains lui coupent la parole, les agités de l'assemblée... 15h50 environ, oui, je n'étais pas les yeux rivés sur ma montre, un homme d'un certain âge rentre dans la salle de façon assez vive, arrête l'échange en cours pour faire une proclamation : "Il y a cinq cents personnes qui attendent dehors pour la prochaine conférence, il faudrait voir de sortir !!" Claude Allègre et son public ne sauraient supporter plus d'attente, nous huons, sifflons, ah, nous sommes obligés de plier. Je descends les escaliers, sors de la salle, en effet, bousculades, sécurité par ici !! 

 

Je ne pourrais dire que je suis déçue, il est brillant, il a de l'humour. Il est tel que je le lis, tel que je l'entends depuis déjà quelques années. Cela ne change rien. Peut-être même que je n'ai pas le désir de vraiment le connaître, il est si beau dans mes illusions.

 Constance 


 

À consulter également :

 

 

Partager cet article

commentaires

monica 24/11/2011 07:31


J'ai un début de réponse dans : philosophie mag n° 36 :


"...M. O. : L'adolescent est un être qui passe sont temps à courir après les filles. Comme elles sont plus rapides que lui, il ne lui reste que ses mains : c'est quand même ça,
la configuration ontologique de l'adolescent. Freud m'a réconforté, qui affirme que la sexualité est présente dès la plus petite enfance, que c'est là une situation naturelle et saine. En classe
de terminale, j'ai lu l'Introduction à la psychanalyse et Totem et tabou. À l'université, j'ai étudié les Cinq psychanalyses, avec les fameux récits des cures de Freud
– Dora, l'Homme aux rats, l'Homme aux loups, le petit Hans, etc. – qui se concluent par des guérisons miraculeuses. Ensuite, j'ai enseigné pendant vingt ans en lycée technique et donné
des cours sur le corpus freudien, dont le complexe d'Œdipe. Je me suis aperçu que cela passionnait bien plus mes élèves que l'impératif catégorique de Kant… Quand on évoque Freud en classe, il y
a un moment de grâce : les élèves comprennent qu'il est question de leur père, de leur mère, de leur sexualité. Là, j'ai perçu pour la première fois le pouvoir magique de la psychanalyse. Les
élèves me considéraient comme une espèce de gourou détenant la clé de leurs tourments existentiels. Or, ce gourou, je ne voulais pas le devenir, par refus de la position du maître....

acezat 23/11/2011 23:44


bonjour,


Une question à MO, pourquoi en début de conférence dit-il qu'adolescent, il découvre que la masturbation n'est pas un crime en lisant Freud et que c'était plutôt bien, ... alors que ce malheureux
Freud a passé du temps à imaginer et à expérimenter un horrible moyen pour en débarrasser tous ceux qui en faisaient usage ? Il était loin de déculpabiliser les masturbateurs.


Mise à part cette remarque, MO pourrait être prescrit aux gens obtus et remboursé par la Sécurité sociale. Suivre sa dialectique est une vraie joie.


 


 

monica 24/06/2011 13:16



En 2006, quand j'ai découvert Michel Onfray sur France Culture, j'avais envie de "vraiment" le connaître, de le rencontrer, de lui parler, de lui dire tout le bonheur d'avoir découvert un être
aussi noble et brillant que lui.


Aujourd'hui, je l'aime toujours autant, et ses livres me suffisent.


MO m'a donné la seule certitude que j'ai maintenant : je ne suis pas folle !...



constance 24/06/2011 13:12



Il a fait un temps, je pouvais pas rêver mieux. Des montagnes, oui derrière, mais je voulais absolument vous montrez ce qu'a vu notre idole en sortant du C.U.M., là où se tenait la conférence :-)


 


Frédéric, je veux te remercier pour ton aide. Que cela soit rendu public !



monica 24/06/2011 13:08



Oui, oui, Ewa ! pardon Constance !



Ewa 24/06/2011 13:05



Monica, je pense que tu voulais plutôt t’adresser à Constance. ;~)


Marc, tu ne peux pas dire qu’on n’a pas été un peu déçus de la conférence au Théâtre du Rond Point, hier. (vous avez raison, Frédéric, l’amhi ce n’est pas confortable ;~)). 


En plus, un événement extérieur, dont notre quatuor a pris la connaissance hier, nous a tous un peu déboussolé. C’est dans cette ambiance que Constance finissait son article. Alors moi, je la
comprends parfaitement. 


Ce qui m’a déçu vraiment, c’est cette photo de la plage : tous ces gens allongés comme des crêpes au soleil brûlant me donnent des boutons (pas à toi, Constance?). Même pas une petite montagne à
Nice? ;~)



constance 24/06/2011 13:02



Ai-je le droit de me défendre ? c'est pas sûr. Vous tombez mal, un épicurien, je suis pas franchement très stable aujourd'hui. Remarque, d'habitude, je suis pas logique, ça doit s'équilibrer.


 


Je trouve que Michel Onfray est un homme brillant. C'est mon droit quand même. Brillant ne voulant pas dire un Dieu. Briller autant que lui et je ferai le chemin jusqu'à Montpellier. Et si j'ai
envie qu'il reste tel que je me le suis créé, je fais ce que je veux. On a pas besoin de connaître quelqu'un dans son intimité pour l'admirer, oui, on est comme ça nous les filles :)



monica 24/06/2011 12:25



Ewa,


Je l'ai vu et entendu aussi à la librairie Mollat à Bordeaux.


MO a répondu à des mails que je lui ai envoyés.


Nous ne nous faisons pas d'illusions. Il est tel que nous le connaissons, même si peu : Michel Onfray est vraiment "beau".



Frédéric 24/06/2011 12:19



Pas facile de prendre conscience de nos idôlatries. Elles sont souvent bien difficiles à débusquer. Et surtout difficiles à avouer. Heureusement, des oreilles bienveillantes peuvent se tendre
pour vous y aider.  :-)


Vivement le mois d'août, quand j'écouterai à mon rythme la nouvelle saison de la contre-histoire. Tranquillos, en somnolant dans un hamac. Bien plus confortable que dans un amphi !



marc 24/06/2011 12:00



frederic si toi aussi t’as les tendances messianiques faut que tu assistes a une des conferences d’onfray ça va te guerir effectivement ;)


on est deçu en confrontation avec la realité uniquement si on a des idoles et si on prefere des illusions


pas d’idoles , pas d’illusions  - pas de deception !



Frédéric 24/06/2011 10:50



Merci de nous avoir fait vivre ce moment.


La fin de ton article semble annoncer un chouette lâcher-prise : celui avec notre idole. Veinarde ! Faudrait que j'assiste à une conférence aussi. Onfray superstar ! :-)



un épicurien 24/06/2011 10:47



J'ai presque faillit faire le déplacement Montpellier-Nice. Et puis je me suis dis, non, voyons plutôt sur le long terme. Et c'est ainsi que j'ai décidé de venir faire mes études de philosophie à
Caen.


Cependant, chère Constance. Je devine dans vos propos ce qui ressemble à une sorte de messianisme. Face à cela, je ne saurais que trop vous recommender, avec je n'en doute pas, l'aprobation de
notre professeur préféré, la lecture du Crépuscule Des Idoles.



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos