Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 17:34

       
Du 25 juillet au 26 août 2011, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2010-2011 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 9e année - Le freudisme hérétique : Otto Gross, Wilhelm Reich et Erich Fromm

__________________

      

19/ DECONSTRUCTION DE L'ANALYSE FREUDIENNE - 18.08.2011   

 

 

france culture podcasts onfray

Michel Onfray décrypte l’analyse freudienne selon les axes suivants : la distance avec le patient par opposition à l’empathie défendue par Sandor Ferenczi, les tarifs élevés fustigés par Fromm, et le dos-à-dos par opposition au face-à-face préféré par ce dernier.

          
Cliquez sur le logo (le podcast pour ceux qui naviguent avec Google) ou ici (pour ceux qui préfèrent d'autres navigateurs) 

  fromm erich

SYNOPSIS :

 

1/. DÉCONSTRUCTION DU RITUEL ANALYTIQUE

Critique des textes de La technique psychanalytique

1. La relation psychanalyste / patient : empathie contre distance

2. Le rôle de l’argent dans la cure : Prix élevé - Refus de la gratuité - Contre le goût freudien du lucre

3. L’usage du divan :  Face à face contre divan / fauteuil

4. L’interdit d’une prescription verbale au patient :  Silence de l’analyste contre paroles d’aide et direction spirituelle

5. Le rôle du corps : Psyché immatérielle contre corps et visage comme voies d’accès

6. Les fins de l’analyse : Stricte thérapie contre spiritualité laïque

 

PREMIER TEMPS, L’EMPATHIE CONTRE LA DISTANCE

a) Freud, Conseils aux médecins sur le traitement analytique (1912) : « Pour l’analysé, le médecin doit devenir impénétrable » (69). Pour Fromm : le patient est un partenaire, l’empathie est nécessaire.

b) 6 mois après le Congrès de Salzbourg (1908), Freud songeait à une Théorie générale de la psychanalyse. Elle laisse place à « un petit mémorandum de maximes et de règles de technique » destiné aux analystes. Textes réunis sous le titre La technique psychanalytique : Catéchisme de l’analyste avec détails sur « le cérémonial imposé pendant les séances » (93). Erich Fromm s’insurge contre le « cérémonial », un rituel sans validité doctrinale universelle.

c) Technique freudienne : Divan et décontraction propice à restaurer l’état psychique infantile - Association libre - Analyste derrière la patient pour éviter qu’il n’interprète les mimiques de l’analyste - Impassibilité de l’analyste : aucun signe envers son patient : le psychanalyste doit être comme le chirurgien, « Celui-ci, en effet, laissant de côté toute réaction affective et jusqu’à toute sympathie humaine ne poursuit qu’un seul but : mener aussi habilement que possible son opération à bien » (65).

d) Contre cette façon freudienne, Fromm sort deux psychanalystes du lot : Ferenczi et Groddeck F-G

 

A./ LE CONFLIT SANDOR FERENCZI / SIGMUND FREUD

Ferenczi pratique aux antipodes

1. Il le fait savoir dans une lettre à Freud de 4 pages

2. Il embrasse ses patients pour les saluer  ▪ Partage avec eux des activités hors cabinet   ▪ Freud : « Vous n’avez pas dissimulé le fait que vous embrassiez vos patients et que vous les laissiez vous embrasser » (Lettre du 13 décembre 1931).

3. Pour Freud, un baiser = « une intimité érotique » injustifiable   ▪ Pas question d’offrir ce genre de satisfaction à un patient   ▪ Car ce baiser sera suivi de caresses impossibles à refuser   ▪ Puis d’exhibitionnisme et de voyeurisme   ▪ Et autres « parties de pelotage »

4. A cette « technique d’affection maternelle » revendiquée par Ferenczi   ▪ Freud oppose « la brutale admonestation provenant du père »   ▪ Conclut sa lettre en se plaçant dans la place du Père   ▪ Et en refusant que l’analyste se mette dans celle de la Mère.   ▪ (Or Père ou Mère, c’est rester dans l’affectif que Freud récuse).

5. Le conflit Freud / Ferenczi s’aggrave

6. Ferenczi pleure lors de récits pénibles à entendre…

7. Il échange des confidences avec ses patients :   ▪ Bribes d’enfance, fragments de passé psychique…

8. Passe parfois des week-ends avec tel ou tel

 

B./ JUSTIFICATION DOCTRINALE DE FERENCZI :

a) Saluer son patient en l’embrassant - Pleurer lors du récit d’un épisode traumatique pour lui - Partager du temps hors cérémonial c’est :

b) Restaurer la confiance perdue, recouvrer l’estime de soi, condition nécessaire et suffisante à toute réussite thérapeutique

c) Il faut aussi réaliser une intersubjectivité analytique : Une « analyse réciproque », car l’analysé contribue à l’analyse de l’analyste autant que l’inverse. Le patient soigne le thérapeute autant que l’analyste son client. L’entreprise analytique ne fonctionne pas à sens unique, mais en binôme

d) Ferenczi meurt à 60 ans, et libère Freud d’un analyste trop hérétique…

 

C./ GRODDECK CONTRE FREUD

a) Fromm défend Ferenczi et Groddeck, « l’analyste sauvage »,  « Ils n’étaient pas des intellectuels, ils ne ressemblaient pas à la plupart des analystes, qui sont des intellectuels habiles à manipuler des concepts et des théories. Groddeck et Ferenczi étaient des êtres humains ; ils écoutaient avec empathie la personne qu’ils voulaient comprendre, et que leur grande humanité leur faisait considérer comme un partenaire et non comme un objet. Il était très caractéristique de Ferenczi de dire merci à un patient qui s’en allait après la séance ; ce n’était pas de la simple courtoisie – qualité elle-même très rare de la part des analystes – mais c’était plutôt l’expression du sentiment d’avoir vécu un partage avec son patient » (Revoir Freud, 163).

b) Groddeck : en 1920, au V° congrès de l’Association Internationale de Psychanalyse (La Haye). Freud lit Supplément à la théorie des rêves devant :   Anna, Géza Roheim, Binswanger, Jones, des américains, des anglais, des hongrois, des autrichiens, des allemands, etc. Groddeck monte à la tribune et dit : « je suis un analyste sauvage ». Suit une intervention décousue. Freud lui envoie un petit mot : Était-ce provocation ou le pensait-il ?

c) Groddeck sombre dans la folie  1. Intervient auprès d’Hitler, il souhaite lui apprendre qu’on persécute des juifs dans le Reich et qu’il ne le sait pas… Envoie une seconde lettre : L’Allemagne avait besoin d’un chef, Hitler n’était pas antisémite, il était légitime dans le rôle du chef  2. Georg Groddeck voulait éradiquer le cancer en Allemagne. Sollicite le concours d’Hitler…  3. Publie Le livre du ça. Emprunte le « ça » à Nietzsche. Analyste libre, extravagant   4. Sa thèse majeure : toute maladie est psychosomatique. La symbolique des organes permet de comprendre le fonctionnement du ça   5. Meurt dans son sommeil le 11 juin 1934 (68 ans)

 

2./ LE SOUCI DU CORPS DU PATIENT

a) Selon Erich Fromm, la réticence de Freud pour l’empathie est politique. Freud veut une psychanalyse freudienne et non diverse. Se fâche avec Ferenczi et refuse de lui serrer la main. La mort de Ferenczi d’une « anémie pernicieuse » (22 mai 1933). Laisse le champ libre à la milice freudienne

b) Fromm soutient Ferenczi contre Freud : « Rien qu’en entrant dans la pièce où se trouve l’analyste, en lui serrant la main, en le regardant, en écoutant le son de sa voix, vous avez tellement plus d’éléments sur une personne que Freud ne pouvait l’envisager dans un processus où l’analyste est derrière le patient. Je crois que Freud n’a pas pu s’en rendre compte parce qu’il n’était pas immédiatement sensible à l’autre, et qu’il lui fallait l’apport direct des rêves, des symboles, de la libre association, des évènements de l’enfance, etc ». Plutôt : allure, regard, visage, postures que mythologie freudienne - Plutôt psychologie concrète contre métapsychologie idéaliste

c) Indépendamment de la parole. Rencontrer une personne 3 à 5 fois par semaine pendant 2 ou 3 ans. C’est déjà en connaître beaucoup sur lui

d) Le rituel freudien procède de la paillasse de laboratoire sur laquelle on dissèque la grenouille : « Le patient, c’est l’objet sur la table. L’analyste, c’est l’observateur savant, neutre et objectif »

e) Fromm veut en finir avec :  Le divan / le fauteuil - Le patient allongé / l’analyste assis - Le client parlant / le psychanalyste silencieux, marmoréen - Le sujet infantilisé / le père tout-puissant. Mais aussi : clientèle payante attendant un succès / Freud payé insoucieux du succès. Ferenczi, Journal clinique (1932) : Freud : « Les patients, c’est de la racaille. Les patients ne sont bons qu’à nous faire vivre, et ils sont du matériel pour apprendre. Nous ne pouvons pas les aider de toute façon… ».

 

DEUXIÈME TEMPS, L’ARGENT SUR LE DIVAN

a) La séance chez Freud : 450 euros 2011, 1 séance tous les jours, sauf week-ends et vacances. Paiement en liquide : pour avoir conscience de ce que l’on donne. Possibilité d’« attention flottante ». Pendant des années, de 6 mois à 3 ans dit le texte, mais plus dans les faits

b) De la psychothérapie : L’analyse exige « un sacrifice de temps et partant d’argent » (15). Le début d’un traitement : déconseille les tarifs bas (90) qui déconsidèrent l’analyse et l’analyste et empêchent le succès… Une séance non honorée doit être payée (85). Éviter les pauvres :  « le bénéfice de la maladie » est plus grand que la guérison…

c) Fromm s’insurge contre ces théories :  elles justifient le goût du lucre de Freud  « C’est une escroquerie pure et simple ! Une ridicule rationalisation. Ils prétendent que le patient doit faire un sacrifice, sinon l’analyse ne marcherait pas. Un homme riche ne pourrait jamais aller au paradis, car même si vous lui faites payer 20 dollars l’heure, cela ne constituerait pas un sacrifice suffisant pour lui. Ce qui compte en réalité, c’est la profondeur et la qualité du patient et non l’importance de ce qu’il débourse » (159).  « J’ai toujours pour ma part pratiqué des tarifs qui permettaient à des gens modestes de venir chez moi. Je n’ai jamais eu de patient ‘riche‘, si ce n’est une fois, et je ne lui ai pas fait payer plus cher. Il m’est arrivé au contraire de baisser mes tarifs si le patient était dans la gêne. J’avais un maximum et non un minimum » (159). Erich Fromm enseignait gratuitement

 

TROISIÈME TEMPS, LE CORPS A CORPS

a) Contre le dos-à-dos freudien le face-à-face frommien. L’analyste a moins à écouter qu’à expérimenter le vécu du patient, se mettre dans la peau du schizophrène, du pervers, du narcissique, du psychotique, du paranoïaque, du dépressif. Chacun porte en lui une part de ces pathologies. Il faut solliciter pour obtenir une compassion.

b) Souscrit à « l’analyse mutuelle » de Ferenczi. Revoir Freud : « L’analyste analyse son patient mais est également analysé par lui » (165). Car « l’analyste voit dans son patient des expériences et des possibilités dont il n’aurait pas pu être conscient ». Erich Fromm : les psychanalystes ne lui ont rien appris sur lui, ses patients, si.

c) Justification freudienne du divan : il a « pour but et pour résultat d’empêcher toute immixtion, même imperceptible, du transfert dans les associations du patient et d’isoler le transfert, de telle sorte qu’on ne le voit apparaître à l’état de résistance, à un moment donné » Freud (93). Dans Observations sur l’amour de transfert (1915) Freud : le sujet répète des situations infantiles vécues sur le mode traumatique. Répétition sur le principe de la compulsion dans le transfert. Éviter de surprendre des réactions sur le visage de l’analyste évite le transfert

d) Refus de Fromm : ne pas voir ses patients le fatigue, et puis les voir le renseigne

e) Pour Freud, L’analyse profane : dans le cabinet « il ne se passe rien d’autre que ceci entre eux : ils se parlent » (9)

f) Échange de mots pour Freud : deux inconscients qui communiquent

g) Échange de signes pour Fromm (cf. Lacan) : deux corps qui communiquent.

 

QUATRIÈME TEMPS, LA PRESCRIPTION EXISTENTIELLE

a) Conseils aux médecins (69-70), Freud empêche le psychanalyse d’intervenir dans la vie de son patient. Vision du monde métapsychologique

b) Fromm: « Si je pense qu’il y a dans sa vie des choses incompatibles avec une attitude saine, je n’hésiterai pas à le lui dire avec insistance, et si le patient ne désire pas accomplir des changements, cela dépend évidemment de lui, mais je lui préciserai alors que dans ces conditions l’analyse ne pourra conduire nulle part » (172-173). Vision du monde historique. Psychologie concrète

c) Pour un renouveau dialectique de la psychanalyse : « L’approche spécifique du corps comme moyen d’appréhender l’inconscient a été laissé complètement hors du champ d’investigation de la théorie analytique classique. Un aspect de cette approche, uniquement rhétorique, faisait du corps un symbole de l’âme. Pourtant, la complexion du corps, les postures, la démarche, les gestes, l’expression du visage, la façon de respirer, de parler en disent autant, voire plus, sur l’inconscient de quelqu’un que n’importe quelle autre donnée traditionnellement recueillie pendant le processus analytique » (69).

d) La psychanalyse, une spiritualité :   1. Pour Freud, L’intérêt que présente la psychanalyse (1913) :  « La psychanalyse est un procédé médical qui vise à la guérison de certaines formes de nervosité (névroses) au moyen d’une technique psychologique » (XII.89).   2. Pour Fromm :   a) Discipline existentielle de connaissance de soi et de construction de soi  « De plus en plus, la psychanalyse a attiré des gens qui étaient malheureux et insatisfaits de leur vie, qui se sentaient anxieux et sans joie de vivre »   b) Des personnes en quête de bien-être, soucieuses d’exprimer toutes leurs potentialités, désireuses d’aimer pleinement, de surmonter leur narcissisme ou leur agressivité   c) Des sujets qui souffrent d’insomnie, de problèmes de couple, de souffrances dans leur métier, de problèmes relationnels amoureux, d’incapacité à éduquer leurs enfants, à l’étroit dans leurs familles. Autant d’indicateurs d’insatisfaction générale, plus que de pathologie lourde

d) On ne soigne cela que par un changement existentiel radical, changement d’être au monde, de relations, de professions, de lieu de vie, de métier, de conjoint. De tout ce qui entrave le plein épanouissement

e) « L’existence humaine est une absurdité » dit Erich Fromm. Elle n’a que le sens qu’on lui donne

f) Une vie insensée génère des pathologies : souffrance, mauvaise conscience, angoisses, somatisations, peurs, inquiétudes

g) La psychanalyse peut aider à donner un sens à son existence, par la connaissance de son inconscient. Quelle relation avec Freud et sa découverte ? « si nous avons à l’esprit son projet général de faire accéder ses patients à un niveau maximal de lucidité et de raison, l’idée d’une psychanalyse comme méthode de guérison spirituelle, bien que tout à fait en opposition avec les hypothèses rationalistes de Freud, peut néanmoins se rapprocher du dessein le plus intime de son fondateur : non seulement guérir le patient de sa maladie mais lui ouvrir la voie au bien-être » (79). La psychanalyse comme voie d’accès à l’hédonisme ?

 

BIBLIOGRAPHIE :

    Ernest Jones, Théorie et pratique de la psychanalyse, Payot

    Erich Fromm, Revoir Freud, Armand Colin

    C. et S. Grossman, L'analyste sauvage. Georg Groddeck, puf

    Freud, La technique psychanalytique, puf

    Ferenczi, Freud, Correspondance, tomes 1, 2 et 3, Calmann Lévy

    Georg Groddeck, Le livre du ça, Tel Gallimard  
              

                                                                                                           Constance 

Partager cet article

commentaires

Yorick 20/08/2011 12:40






L’idée selon laquelle Freud aurait été distant, "marmoréen" etc est caricaturale. Il suffit de lire les confidences de certains de ses patients surtout les analyses ratées (comme celle de Joseph
Wortis) . Certes, il n’était pas du genre à embrasser ses patients où à intervertir les rôles en se couchant sur le divan (comme le faisait Ferenczi dans la dernière phase, délirante, de sa vie).
L’attitude du psychanalyste devait être, selon ses termes, d’une "neutralité bienveillante". La situation analytique devait être la plus épurée possible afin que le rideau puisse se lever sur
"une autre scène", faire émerger des associations et permettre au transfert de s'installer.


 


Dire que la psychanalyse ne se préoccupe pas du "corps" est également exagéré et caricatural. D’abord les émotions (Freud les appelle affects) sont bien évidemment pris en compte. Notamment
l’angoisse et surtout l’amour et/ou la haine de transfert (qui font écran). Seulement chez Freud, la représentation est détachée de l’affect. Quelqu’un peut ressentir du chagrin en évoquant un
événement ou une pensée mais c’est une autre pensée (inconsciente) qui motive réellement sa tristesse. Celle-ci est déplacée.


 


Il faudrait aussi s’entendre sur ce que Onfray nomme le "corps" (lorsqu’on gratte un peu, on se rend compte qu’il s’agit d’une sorte de physiologie des "humeurs"). Quoi qu’il en soit, nombre de
psychanalystes post-freudiens, surtout les psychanalystes d’enfants, les Mélanie Klein, Winnicott, Dolto ne parlent que de ça…  


 


 



Yorick 19/08/2011 23:57






Cette histoire selon laquelle Freud prenait 450 euros la séance et sur laquelle Onfray revient de façon obsessionnelle est une calomnie. Dans la biographie de Peter Gay, on peut lire un extrait
d’une lettre de Freud  (datant de 1921, il alors 65 ans) dans laquelle il se déclare heureux de pouvoir occasionnellement traiter des patients
américains qui paient en dollars, ça lui change de la monnaie de singe autrichienne. Il fait payer alors 10 dollars la séance, ce qui doit plus ou moins correspondre à 70-80 euros actuels (les
comparaisons sont difficiles à faire). Et ceci occasionnellement. Plus tard, dans les années trente, il prendra 20-25 dollars la séance.  Il a alors
plus de 70 ans et est en fin de carrière.


 


Autre mensonge lié à l’argent, lu dans "Le crépuscule d’une idole". Freud aurait disposé d’une fortune égale à 8 millions d’euros à la veille de la première guerre mondiale. On se demande
franchement comment il aurait pu mettre autant d’argent de côté, même en trente ans de carrière. Ce n’était qu’un médecin, pas un industriel. J’aimerais bien savoir où la concierge Onfray à
trouvé ce chiffre et quelle est sa méthode de calcul pour convertir des couronnes autrichiennes d’avant 1914 en euros actuels.


 


Autre faribole : Freud aurait adopté l’écoute flottante parce que ça lui permettait de dormir en séance. Il suffit de lire les notes de Freud à propos du cas de l’homme aux rats  pour s’apercevoir qu’il était bien éveillé. Un étudiant de première année en psychologie sait pourquoi Freud privilégiait ce type d’écoute, lequel lui
permettait d’être réceptif à un autre discours entre les mots de ses patients.


 



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos