Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 11:15

 

Du 25 juillet au 26 août 2011, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2010-2011 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 9e année - Le freudisme hérétique : Otto Gross, Wilhelm Reich et Erich Fromm

_________

 

23/ FREUD REVU ET CORRIGE PAR MARX - 24.08.2011


france culture podcasts onfray

"Libération et aliénation par le travail, deux théories émanant de cette lecture de Freud par Marx. La libération psychologique pensée par le premier peut-elle s'assmiler à la libération économique énoncée par le second ?"

Cliquez sur le logo (le podcast pour ceux qui naviguent avec Google) 

 ou  ici (pour ceux qui préfèrent d'autres navigateurs)


conf fr c fromm marxSYNOPSIS :

1./ UN MARX PSYCHOLOGUE

a) 1972, Deleuze & Guattari, L’anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie  - La crise de la psychanalyse de Fromm y est cité    - Fromm nourrit le freudo-marxisme

b) « Humanisme radical », « humanisme d’extrême gauche », humanisme « libertaire » à  Aix en février 2000.  - Mais sûrement pas à « l’aile droite de la psychanalyse » (Marcuse)  - Son Marx ne plait pas plus aux marxistes que son Freud aux freudiens

c) Fromm aborde un Marx inédit : le psychologue  - Le Marx des marxistes : économiste, politique, révolutionnaire…

d) Privilégie l’auteur des Manuscrits de 1844 :  - Philosophe de l’aliénation,   - Penseur de la libération,  -Analyste des mécanismes psychologiques

e) La vulgate économico-politique s’impose car :  - Il n’existe pas de texte explicitement psychologique      - Il faut chercher des fragments éparpillés.


2./ LE MARX DE FROMM

a) Fromm, La contribution de Marx à la connaissance de l’homme (1968)  - « La psychologie humaniste de Marx » ne peut être comprise que grâce à Freud

b) N’inscrit pas Marx dans la tradition des penseurs révolutionnaires ou socialistes  - Ni des philosophes matérialistes antiques ou français  - Mais dans un lignage libérateur des penseurs critiques des illusions et de l’aliénation :  - Spinoza, Goethe, Hegel, Feuerbach.

c) Marx pense en regard de la praxis  - Le désir est moins pulsion libidinale métapsychologique  - Que besoin naturel concret, appétits humains

d) Marx distingue : « pulsions constantes » et « pulsions relatives »  - Rapports entre l’ancien doctorant de la Différence de la philosophie de la nature chez  Démocrite et Épicure (1841)  - Et les désirs naturels et nécessaires d’Épicure o La pulsion fixe : ne saurait disparaître, se modifier, changer :  - Soif, faim, sexualité o La pulsion relative : créée par la société - Variable

e) La pulsion, chez Freud : un mécanisme propre à son modèle d’homme-machine.  - Une psyché autonome

f) Chez Marx : une force en relation avec la nature  - Un homme dans la nature

 

3./ UNE THEORIE DES BESOINS DE L’HOMME MUTILE

a) Marx analyse « le caractère mutilé » des hommes :  - Séparés d’avec eux-mêmes.  - Perte de leur être dans l’objet  - Réification

b) Oppose l’aliénation de l’ouvrier à l’individu pleinement réalisé (son idéal)  - Séparées des autres, de la nature, du monde, de la réalité, les pulsions humaines deviennent animales.  - Toute pathologie réside dans cette coupure entre soi et soi  - (Et non dans l’insatisfaction d’une pulsion comme chez Freud)  -Marx veut réparer cette blessure en réconciliant les hommes avec eux, les autres, le monde, la nature.


4./ UNE THEORIE DE LA CONSCIENCE ALIENEE

a) La conscience : « le produit d’une certaine pratique particulière de la vie qui caractérise une classe ou une société donnée » (79).  - Elle est un produit social, non une faculté idéelle  - Produit d'une infrastructure économique, la conscience produit une subjectivité   - … qui sera à son tour le reflet de l’économie.

b) L’homme se croit motivé par sa conscience :  - Or sa conscience est déjà motivée par des forces dont il n’a pas conscience :  - Les conditions sociales d’existence  - On se croit libre parce qu’on ignore les causes qui nous déterminent (Cf. Spinoza).

 

5./  MARX, PHILOSOPHE SPIRITUALISTE

a) Un livre pour réhabiliter un Marx confisqué par l’URSS :  - La conception de l’homme chez Marx (1961)  - Revenir au texte (Talmud + Luther )

b) Fromm écrivit sur la spiritualité :  - Le dogme du Christ (1931)  - Psychanalyse et religion (1950)  -Vous serez comme des dieux (1966)  - Psychanalyse et bouddhisme zen (1970)

c) Inscrit Marx dans une tradition spirituelle  - Contre la tradition marxiste et son réductionnisme marxiste, économiste et révolutionnaire

d) La vulgate marxiste inscrit Marx dans une tradition :  - L’atomisme antique : Démocrite & Epicure  - Le matérialisme français : Diderot & Helvétius, d’Holbach & La Mettrie  - L’idéalisme allemand  -Les hégéliens de gauche, dont Feuerbach  - Puis Lénine, bras armé du théoricien

e) Fromm l’inscrit dans un autre lignage :  - Les Prophètes de l’Ancien Testament  - Le Bouddhisme zen  -Maître Eckhart et le mysticisme rhénan  - Le messianisme des utopies de la Renaissance  - Le libertinisme joyeux de Spinoza      - La philosophie des Lumières  - Le romantisme de Goethe  - Le millénarisme des socialistes

 

6./ MARX SOVIETIQUE ET MARX AMERICAIN

a) Ce Marx ne peut être celui de l’URSS, des pays de l’Est, du Parti Communiste, de la Chine.  - Il ne peut non plus être le Marx américain :  - Diable socialiste  - Inspirateur de régimes totalitaires  - Philosophe de la dictature

b) Pour Fromm, le vrai Marx n’est ni le soviétique, ni l’américain :  - « En réalité, l’Union Soviétique est un système de capitalisme d’Etat conservateur et non un socialisme marxiste. La Chine, de son côté, par les moyens qu’elle emploie, nie cette émancipation de l’individu qui est le véritable but du socialisme » (9)   - Le Marx américain légitime la guerre froide   - Fromm refuse la dictature soviétique et la tyrannie capitaliste.


7./ LIRE VRAIMENT MARX

a) Les points de désaccord avec Marx :  - Signalés, mais pas pris en considération : 1. Marx n’a pas saisi la capacité plastique du capitalisme 2. N’a pas prévu le danger de la bureaucratisation et de la centralisation 3. N’a pas vu que le socialisme pouvait engendrer le totalitarisme

b) Fromm oppose socialisme totalitaire & socialisme humaniste  - Adorno et Horkheimer, du côté du socialisme totalitaire  - Fromm, du socialisme libertaire

c) Fromm salue le Camus qui pense librement le socialisme 

d) Lire vraiment Marx qu’on a peu lu

1. Contresens sur la portée de son matérialisme a) On réduit son matérialisme eu sens vulgaire  - Marx réduirait les hommes à leurs besoins vulgaires et élémentaires  - Satisfaction des besoins les plus triviaux :   - Donner un travail, nourrir, vêtir, loger la classe ouvrière  - L’homme repu comme idéal de Marx ?  b) Marx a critiqué la passion bourgeoise pour l’argent, les choses, la propriété   - Il est « un matérialiste d’ontologie » (24)  - Fromm : Marx n’a jamais utilisé l’expression « matérialisme dialectique ».  c) Son matérialisme : la conscience est un produit concret des conditions économiques  - La relation infrastructure / superstructure

2. Contresens sur sa critique de la religion :  a) Critique l’aliénation consubstantielle à la foi et à la croyance  b) Assimilation à la négation de toute morale  c) Le religion comme « opium du peuple » = nihilisme

e) Lire les Manuscrits de 1844  1. Il n’existe pas de lieux pour enseigner Marx en dehors des deux vulgates  2. Pas d’éditions dignes de ce nom  3. Aller au-delà de la crainte de lire un auteur que le régime soviétique présente comme son inspirateur.

 

8./ UNE THEORIE DU TRAVAIL :

Une théorie de l’aliénation + une théorie de la libération

1. Dans le capitalisme :  - La société marchande, le consumérisme capitaliste transforment les hommes en choses, en marchandises, en objets  - La récupération de soi exige une redéfinition du travail  - Dans le capitalisme : aliénation et spoliation de la force de travail  - Contrainte aux tâches répétitives, sans intérêt, mécaniques

2. Dans le socialisme :  - L’émancipation passe par un « travail libre »  - Il n’obéit plus à la spécialisation, à la division.

3. L’idéal de Marx : l’homme total.  - Pêche le matin, travail de la terre le midi, cuisinier, poète, critique      -Dessine les plans de sa maison, la construit, l’habite  - Manuel & intellectuel  - Artisan & artiste  - Se réapproprier le monde, c’est en finir avec l’aliénation, la mutilation

4. Fromm critique les communismes de l’Est  - Et les socialismes réformistes  - Les adversaires du socialisme qui ont cru que le projet marxiste était de transformer le prolétaire en bourgeois  - Les prolétaires en propriétaires aliénés aux objets

5. Marx n’a jamais développé une philosophie de l’avoir pour tous  - Mais de l’être pour chacun.  - Marx n’aurait pas aimé l’URSS qui ne libère pas l’ouvrier du travail salarié  - Et qui ne permet pas le travail désaliéné

6. Dans la société contemporaine :  - L’aliénation jadis confinée au prolétariat est devenue générale      - Le capitalisme consumériste crée de nouveaux objets   - Après avoir conçu de nouveaux désirs  - Donc inventé de nouvelles aliénations  - Achats compulsifs, convoitises sans fin  - Dévots de la religion de l’objet : nouvel opium du peuple


9./ UN MARXISME HUMANISTE

a) Marxisme humaniste : antidote au marxisme autoritaire

b) Fromm critique l’opposition :  - Marx humaniste de la jeunesse, hégélien : Manuscrits de 1844   - Marx réaliste de la maturité, post-hégélien : Le Capital    - Cette coupure procède des soviétiques :  - Ils veulent empêcher la possibilité d’un marxisme humaniste

c) Fromm défend la cohérence de toute l’œuvre   - Ligne directrice constante :  - Analyse critique des mécanismes de l’aliénation  - Démontage du travail salarié dans le monde capitaliste  - Réappropriation de soi par le travail libre  - Construction d’un homme 

d) Réalisation du socialisme :   - Qui n’est pas production « d’une société d’individus enrégimentés » (103)  - Mais accomplissement d’une civilisation  - Dans laquelle les contradictions sont résolues entre :   -Homme / nature, liberté / nécessité, individu / genre    - Voilà pourquoi : « l’économie politique (…) est la plus morale des sciences » (67).


10/. PORTRAIT DE MARX

1. Dans son chapitre conclusif.  - Attaque la légende (!) d’un Marx agressif, arrogant, autoritaire      - Le présente comme un bon époux, bon père, bon ami  - Courageux, intègre, peu sensible à la vanité « et à la soif de pouvoir »  - Pas une seule critique  - On aurait aimé un ton comme La mission de Sigmund Freud…

2. La vérité : Ogre cynique, destructeur, cynique opportuniste, mari infidèle, fier de l’aristocratie de sa femme, etc

3. L’homme total de Marx ? Un autoportrait :   - « Marx fut l’homme riche, non aliéné, indépendant, l’homme d’une nouvelle société telle qu’il l’a créée dans ses écrits. Il a des rapports fructueux avec le monde entier, avec les gens et les idées. Il correspond vraiment à la conception qu’il s’est faite de l’être humain » (141-142).


11./ CONCLUSIONS

a) La solution à la crise de la psychanalyse et de la société ?  - Un Freud revu et corrigé par Marx      - Un Marx relu à la lumière de la psychologie freudienne  - Le tout visant la libération psychologique et économique des hommes

b) Dénoncer la passion thanatophilique,  - L’analyser, apprendre à la reconnaître et lutter contre elle partout

c) Calomnies contre Fromm :  - De droite pour certains freudiens se disant de gauche  - De gauche pour les freudiens de droite  - De gauche pour la droite politique  - De droite pour la gauche dite freudienne  - Juif allemand exilé aux Etats-Unis, présenté comme psychanalyste américain

d) Ce que voulait Fromm ?  - Le règne généralisé de la biophilie  - Dans La passion de détruire :  - « La biophilie est l’amour passionné de la vie et de tout ce qui vit ; c’est le désir d’une croissance plus poussée, que ce soit celle d’une personne, d’une plante, d’une idée ou d’un groupe social ».   - Puis, quelques lignes plus loin : « L'éthique biophile a ses propres principes de bien et de mal. Le bien est tout ce qui sert la vie ; le mal est tout ce qui sert la mort. Le bien est le respect de la vie, de tout ce qui met la vie, la croissance, l’épanouissement en valeur. Le mal est tout ce qui étouffe la vie, la rétrécit, la met en pièces » (376).  -Programme éthique & politique, psychanalytique & socialiste d’actualité…

 

BIBLIOGRAPHIE :

- Fromm, La conception de l'homme chez Marx, Payot

- Fromm, Vous serez comme des dieux, Éditions Complexe

- Fromm, Bouddhisme zen et psychanalyse, puf

- Marx,  Différence de  la philosophie de la nature chez Démocrite et Épicure, Éditions Ducros

- Marx, Les manuscrits économico-philosophiques de 1844, vrin

- Jean-Claude Gabaude, Marx et le matérialisme antique, Privat

- Francine Markovits, Marx dans le jardin d’Épicure, Minuit

Marc  

Partager cet article

commentaires

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos