Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 16:20

 

 

onfray biblio deboutjerphagnon livres

 

Lucien Jerphagnon, disciple de Vladimir Jankélévitch, historien de la philosophie, spécialiste de la pensée grecque et romaine, et notamment de saint Augustin dont il avait édité trois volumes dans Bibliothèque de la Pléiade, est mort le 16.09.2011 à l’âge de 90 ans.  


Il était professeur de Michel Onfray à l’université de Caen où il enseignait la philosophie antique et médiévale. Michel Onfray disait de lui : « C’était un professeur d’exception. J’ai eu le coup de foudre, il était mon maître. » Ça, c’est selon François Busnel.

Michel Onfray ne voyait peut-être pas ses relations avec le vieux maître de la même façon. Dans sa chronique d’août 2009 il a écrit : « Ce n’est pas le vieux christianisme de Jerphagnon qui a été la cause de mon éloignement mais le grand écart que j‘ai pu constater entre la posture du "philosophe" romain et la petitesse du professeur aigri, vaniteux, orgueilleux, jaloux, envieux. […] Je ne lui reproche pas son christianisme, mais d’être si peu chrétien. Cet homme n’a jamais su aimer personne d’autre que lui. Je le plains… » 

Après la mort du maître, les propos du disciple sont devenus plus mesurés, plus tendres. L’éternité appelle l’hommage


En hommage à Lucien Jerphagnon, France Culture rediffusera des entretiens avec le philosophe réalisés en mars 2004 par Raphaël Enthoven et Gislaine David.


A partir du 26.09.2011, vous allez pouvoir les écouter dans l’émission A voix nue de Sandrine Treiner.

   

 
           

 

 

 

 

Je vous laisse découvrir aussi une rocambolesque histoire d’un podcast trouvé par un ami blogueur : l'enregistrement du passionnant échange entre Michel Onfray et Jean-Louis Dumas, que j’avais pris pour Lucien Jerphagnon, après une enquête digne de Sherlock Holmes. 

 

 

 

Extraits d'un documentaire sur Lucien Jerphagnon


Voici quelques portraits du philosophe parus dans la presse :

1) Le Magazine Littéraire, Lucien Jerphagnon, érudit en toute simplicité, Camille Thomine

2) Libération, Lucien Jerphagnon, dernières pensées, Marc Semo

3) Le Nouvel Observateur, Lucien Jerphagnon, barbouze de l’Antiquité, Jean-Louis Ezine

4) L’Express.fr,  Ce que penser veut dire, François Busnel

Ewa  

Partager cet article

Published by quatuor - dans Goût des autres
commenter cet article

commentaires

Ewa 21/02/2012 20:37


Pour les intéressés. Le reportage consacré à Lucien Jerphagnon n’était plus valable, je l’ai remplacé par deux vidéos du site Ina.fr. 

Frédéric 24/09/2011 11:05






 


L'adieu de Michel Onfray à son "vieux maître", Lucien
Jerphagnon sur lepoint.fr


Un truc qu'il me faudra mettre à pratique : dire à un être cher qu'on l'aime, AVANT qu'il ne meurt. 



un épicurien 22/09/2011 21:47



Ha oui effectivement, l'ami Onfray n'y va pas de main morte !


C'est dommage... J'espère qu'il ne regrette pas trop aujourd'hui ce qui ressemble plus à un de ces emportements dont il a le secret. Et j'espère aussi qu'on ne pourra jamais écrire cela à son
sujet, lui qui avance sur un terrain politique à mon sens très glissant ces derniers temps...



Axel Evigiran 22/09/2011 16:08



Une bien triste nouvelle.


Je me souviens, sur les 'Nouveaux chemins de la connaissance' des belles et savoureuses discussions entre Lucien Jerphagnon et Raphaël Enthoven... Cela n'était pas il y a si
longtemps. Plus récement invité aussi dans le journal d'Adèle Van Reeth... Egalement à Lire dans un Philosophie magazine d'il y a qq mois, un beau portrait de Lucien Jerphagnon.


'Au bonheur des sages' ainsi que 'L'histoire de la Rome Antique', entre autres livres, m'avaient littéralement transportés (surtout le premier d'ailleurs).


Pour ce qui est de l'intervention de Mr Dumas lors de la seconde année des UP, la voix ne correspond pas du tout à celle de Lucien Jerphagnon (qui d'ailleurs aurait eu un échange, je le pense,
d'une toute autre tenue avec Michel Onfray).


Michel Onfray semblait en froid avec son ancien maître, en témoigne sa chronique d'août 2009 que je met en copie ci-dessous pour la petite histoire. Mais au-delà des divergences, bien peu de
chose devant l'éternel c'est la peine, j'en suis sûr qui domine....


"Dans la salle d’attente d’un hôpital, j’avise un vieux tas de revues crasseuses et
probablement couvertes de microbes. J’en ouvre une pour jouer au jeu du : « que reste-t-il de valable dans un journal après la date de péremption ? ». Voilà donc un
« Marianne » de 2007 et… trois pages consacrées à Lucien Jerphagnon, le vieux maître de mes dix-sept ans ! La journaliste (aujourd’hui passée au Figaro…) consacre un paragraphe à
la relation que j’entretenais avec lui et, le créditant de « délicatesse » (!), explique que nous ne nous écrivons plus parce qu’il fut le maître d’œuvre de l’édition de saint Augustin
en Pléiade et que, pour moi, l’athée au couteau entre les dents, c’en était trop : « Qu’il fut croyant ? Méprisable, inacceptable. Il n’eut plus de nouvelles que par les plateaux
de télévision où l’élève a élu résidence ».


Faut-il être crétin pour imaginer que j’ai découvert le christianisme de Jerphagnon avec
son travail pour la Pléiade - travail qui lui échoit par un heureux jeu de chaises musicales, les deux premiers responsables de l’édition ayant cassé leur pipe en route, il fut promu par défaut…
Parmi les cinq étudiants qu’il avait chaque année, nul n’ignorait, en 1976, la bibliographie du Monsieur qui comportait alors plus de bondieuseries et de guimauves chrétiennes mâtinées de
caractérologie que de livres parus chez Gallimard… A l’époque, il publiait surtout aux édition du Vitrail (sic !).


C’était aussi le moment où, drapé dans sa toge, il jouait au philosophe romain – et je
dois dire qu’il avait un talent fou pour ce rôle à contre-emploi. Ce vrai prof, faux philosophe, (à l’époque je croyais l’inverse ce à quoi il nous invitait avec tellement de persuasion…),
vomissait sur Alain Renaut et Luc Ferry, alors enseignants à Caen. Mais c’était bien avant un livre signé en collaboration avec ce dernier, en 2009, un ouvrage dans lequel presque chaque page
fait l’éloge du christianisme et de l’ancien Ministre de Raffarin…


Ce n’est pas le vieux christianisme de Jerphagnon qui a été la cause de mon éloignement
mais le grand écart que j’ai pu constater entre la posture du « philosophe » romain et la petitesse du professeur aigri, vaniteux, orgueilleux, jaloux, envieux – j’ai dix anecdotes pour
justifier chacune de ces épithètes… Je découvre aujourd’hui le menteur…


J’ai avalé nombre de couleuvres et garderai le détail de ce mauvais festin par fidélité à
ce qu’il fut. Juste une chose : comment explique-t-il que j’aurais prétendument rompu à cause de son Augustin en Pléiade (en 1998) alors qu’il m’a demandé de le pistonner chez Grasset (en
2004) pour un livre refusé par le comité de lecture ? Sa femme qui m’a envoyé une lettre d’excuse pour la dernière couleuvre que je refusais d’avaler connaît la date de mon ultime courrier,
il n’a qu’à lui demander, rien à voir avec Augustin.


Au temps de sa splendeur, il m’avait dit : « Onfray, je compte sur vous pour
m’éviter le livre en trop. Je n’ai pas envie d’écrire sous moi ». Quand l’heure fut venue d’écrire sous lui, il avait pris soin de me congédier depuis longtemps. La parution du Traité
d’athéologie en 2005, et surtout son succès, a été la goutte d’eau qui a fait déborder sa vase. Je ne lui reproche pas son christianisme, mais d’être si peu chrétien. Cet homme n’a jamais su
aimer personne d’autre que lui. Je le plains…"


 



un épicurien 21/09/2011 23:10



Une grande perte pour le monde de la philosophie, et pour le monde en général.


J'ai fini la lecture de son dernier livre la veille de son décés. J'ai été très peiné de l'apprendre.


D'ailleurs, autre coïncidence, je faisais ma rentrée à l'université de Caen le lundi suivant sa mort, en philosophie d'ailleurs.


Cet érudit formidable restera présent parmi nous grâce à ses livres (lisez-le si ça n'est pas fait !)



Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos