Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:02

 

C’est à l’initiative et grâce aux enregistrements de Patrick que ce billet a été créé (un grand merci ;~)). Voici donc ces quelques vidéos de Michel Onfray qui a été présent sur le plateau de Laurent Ruquier, dans l’émission On n’est pas couché diffusée sur France 2 le 26 janvier 2013 - pour la promotion de deux livres :

  • «Contre-histoire de la philosophie Vol. 9 : Les consciences réfractaires«, Grasset 2013
  • «Le canari du nazi : Essais sur la monstruosité», Autrement 2013.

_____________________

 

Michel Onfray dans le fauteuil d’ONPC face à Natacha Polony et charmant Aymeric Caron. Il est essentiellement question de ce pauvre vieux malade marquis de Sade (2), du style onfrayen «violent», incitant à la polémique (1), de la vie philosophique et de la méthodologie anti-structuraliste d’Onfray (3).

 

-1- 

 

-2-

-3-
______________________


Quelques interventions de Michel Onfray lors de l’émission.


Vous trouverez tous les thèmes abordés dans le résumé des conférences de Michel Onfray diffusées sur France Culture au cours de l’été 2012 : Les consciences réfractaires 

 

 

Michel Onfray se prononce contre l’intervention de la France au Mali et approuve les positions de Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Olivier Besancenot.

Voir à ce sujet notre billet Michel Collon - La guerre au Mali et les médiamensonges

 

La polémique entre Michel Onfray et Michèle Tabarot, secrétaire générale de l’UMP, concernant Albert Camus et l’Algérie, le FLN et l’OAS


Michel Onfray parle de Georges Politzer et réitère sa position fortement controversée sur Guy Môquet.  A consulter éventuellement : Politzer, une vie philosophique et Guy Môquet, le contraire d’un résistant

 

Quelques « méchancetés » mille fois répétées sur Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
*

D’autres passages de Michel Onfray sur le plateau de l’émission On n’est pas couché : 


Partager cet article

commentaires

marc 04/03/2013 22:52


salutations jean-claude 


aimer à perdre la raison  c‘est pas mal non plus ;)


carpe diem 

Jean-Claude Serlet 04/03/2013 22:14


"aimer c'est ,sans perdre la raison, donner et se donner avec raisons à l'autre afin qu'il se trouve et retrouve en soi "


"amour me fait miroir et écho de toi"


"me faire plaisir en te faisant plaisir et ce jusqu'à la jouissance totale : réelle façon de dire "je t'aime"

Ewa 01/03/2013 21:35


Et pourtant, aimer c'est ce qu'y a d'plus beau, aimer c'est monter si haut, et toucher les ailes des oiseaux... ;~)

marc 01/03/2013 18:51


si si mais en fait il faudrait coller le texte brut (passer par le logiciel de traitement de texte simple comme p.ex. le bloc-notes)


le fond blanc du copier-coller sort parce que les visiteurs sont autorisés à mettre en page leurs commentaires

PhDams 01/03/2013 14:14


Pardonnez moi pour le fond blanc non désiré... visiblement il ne faut pas faire de copié-collé dans cette boîte à commentaires.

PhDams 01/03/2013 09:06


Même Onfray en parle
!?!


Double référence à l'affaire DSK-Iacub et à l'article de Marcela...


[Personne* ne l'aime, il énumère...] "Il faut donc ajouter à la tribu vipérine les Sadiens de Paris.  Je connais leurs arguments pour défendre le penseur féodal, ils sont les mêmes
depuis qu’Apollinaire leur a fourni les éléments de langage en 1909 dans la préface qu’il donne à la première anthologie consacrée à Sade. Depuis, pas un seul intellectuel, penseur ou philosophe
n’a trouvé un argument supplémentaire. J’aurais été étonné que Marcella Iacub en trouve un seul qui soit neuf ! Si d’aventure elle avait eu à montrer un talent, elle n’aurait pas attendu ce jour,
cette heure et cette occasion. Elle est appointée par le CNRS pour chercher, elle n’a donc pas fait profession de trouver.


Ce qui me fait rire aujourd’hui, c’est que la sadienne en peau de lapin a enfin réussi à obtenir les « unes » de la presse. J’ai pris l’avion le jour où les journaux ont rapporté le motif de
cette soudaine célébrité. J’ai donc pu lire nombre d’articles à ce sujet. Je retiens que la dame entre de son plein gré dans le lit d’un homme dont elle sait qui il est depuis l’affaire du
Sofitel, (puisqu’elle a consacré un livre à le défendre au nom de la liberté sexuelle…), qu’elle a une aventure de sept mois avec lui, puis qu’ils se séparent. Motif du ressentiment de la dame :
au moment de la rupture, DSK ignore encore le nom de son chien qui est sa seule raison de vivre, dit-elle – c’est donc bien qu’il est un porc et qu’on peut s’en venger.


On commence thuriféraire de Sade et l’on termine dans la peau de Madame Bovary qui suicide son amant faute d’avoir le courage d’avaler elle-même le poison ! La dame aurait probablement
souhaité que DSK l’épouse, lui fasse des enfants, caresse son chien devant un feu de cheminée. Ensuite, elle lui aurait lu quelques pages de La philosophie dans le boudoir avant de regarder
ensemble le porno de Canal +… Les Sadiens de Paris carburent à l’eau bénite ! Demandez à Sollers…" M.O.

-----
* sauf ici, mais dans ce cas là, c'est lui (ou sont staff ? son éditeur ?

ses notaires ?) qui ne nous/vous aime pas (trop)...

Ewa 23/02/2013 15:17


Très intéressant, merci beaucoup!!! Pas tout lu, pas tout vu. J’y reviendrai!

PhDams 21/02/2013 13:49


J'ai essayé d'étoffer un peu le propos dans ce compostage...
De l’objectivité des intellectuel(le)s pour leurs argumentations…


 

PhDams 21/02/2013 11:03


Vu ce qu'on apprend aujourd'hui, ça remet en question ses commentaires dans l'émission répliques sur la domination maculine (http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4409267, cité plus
bas dans les commentaires) :


Marcela Iacub a décidé de livrer au monde son analyse de DSK, avec qui elle a vécu une relation de fin janvier à août 2012. Soit bien après l'affaire du Sofitel. Dans
"Belle et Bête", qui sort le 27 février prochain, cette femme de 49 ans qualifie Dominique Strauss-Kahn de personnalité double "mi-homme, mi-cochon". L'ex-maîtresse
a accordé une interview au Nouvel Observateur,
qui publie des morceaux choisis du livre. On y apprend ainsi que "ce qu'il y a de créatif, d'artistique chez Dominique Strauss-Kahn, de beau, appartient au cochon et non pas à l'homme. L'homme
est affreux, le cochon est merveilleux même s'il est un cochon.
(Source)On
comprend
mieux ses arguments dans le débat, mais du coup elle perd en objectivité... quand à son analyse... déjà que...

Ewa 04/02/2013 10:32


Lecteur, 


Il est inutile de me remercier. Je préfère mille fois le papier de tatie Marcela que le « message »  que vous lui avez adressé ici (sic), va savoir pourquoi. Franchement, quand Onfray est «
défendu » de manière aussi grotesque, je perds toute envie de publier quoi que ce soit le concernant. 

Lecteur 02/02/2013 03:38


 Certainment ,Marc , mais le site n'acceptait plus de réactions- sans lire le texte ,en plus avec un compte là-bas..


Merci à vous et Ewa

marc 02/02/2013 00:23


lecteur , la meilleure façon de s’adresser à madame iacub c’est poster un com sous son article sur le site de libé 

Lecteur 01/02/2013 21:53


Madame Iacub,


Je viens de finir la troisième lecture de votre crachat d’article, que je me suis forcé de faire pour confirmer l’idée stupéfiante, que j’avais déjà notée dès la première…


Votre texte, Marcela Iacub , est un hymne à l’amour  ! Un sentiment  hors mesure , que vous vouez à votre cher, votre  malheureux,  pauvre , vieux,
Michel…


Car seulement  une personne, follement amoureuse et frustrée puisse s’ armer de cette véhémence pour dénigrer si fortement  un homme , qui ne sait pas vivre second ses  critères
,s’exprimer  de cette  déplorable  manière  C’est tellement clair…


Vous  ressentez  l’énorme succès de  son œuvre, ses conférences , ses interventions TV , son incroyable popularité ,vous lui professez une future tragique .. Vous
lui proposez la recette  de vrai bonheur  avec vos propres valeurs - dans un hôtel particulier à Paris ou à New York , sur un Yacht, l’homme  très beau, en costume chic d’Armani
et   … lui… la pauvre âme se contente d’un petit pavillon en Normandie et  de quelques simples chemises noirs… Créer  des Universités pour les pauvres ignorants … une perte de
temps et d’énergie..

Ewa 01/02/2013 12:43


J'avais oublié le résumé du résumé qui me parle tout particulièrement :


 


"Résumé du résumé : "Touche pas à Sade, car tu es un ignorant envieux". Pas un mot sur le bien fondé des condamnations subies par le marquis
pour avoir violé, battu, empoisonné et torturé des jeunes femmes et même des fillettes. Pas un mot sur la portée de la pensée de Donatien: athéisme, matérialisme, éthique, etc. Rien sur sa valeur
littéraire, sur l'originalité de sa pornographie. Rien sur les causes de son succès posthume. Rien. Un papier vide. Un article de cuistre. Et me voici en
train de défendre Onfray, dont certaines interventions m'emmerdent passablement... Je n'en avais pas particulièrement envie, mais quand il est
attaqué de manière aussi grotesque par Elisabeth Roudinesco ou par Marcela Iacub, il m'est difficile de ne pas le trouver plus honnête et sympathique que ses détracteurs."

Ewa 01/02/2013 00:02


Crocodile,


J’ai lu…  Ce qui est intéressant dans le billet de tatie Marcela, c’est le commentaire de Azmataz :


 




Un peu léger, Marcela... 


Au lieu de faire mon ménage, je me suis amusé à résumer l'article de Marcela Iacub sur Michel Onfray. Tout ça pour les gens pressés... Dites-moi merci, les feignants ! 


1) Onfray n’est célèbre que parce que la plupart des gens sont ignorants. Onfray est célèbre, mais il est malheureux parce qu’il ne se sent pas assez reconnu par l’intelligentsia que, par
ailleurs, il fustige (sadiquement ?).


2) Onfray tente de prendre les ignorants à témoin de l’injustice dont il souffre, au lieu de renoncer sagement à la reconnaissance de l’intelligentsia.


3) Au lieu de se plaindre, Onfray devrait s’estimer heureux de la célébrité dont il jouit déjà auprès des ignorants.


4) Onfray s’en prend à des célébrités comme Freud, Sartre uniquement pour attirer l’attention sur lui, parce qu’il souffre d’un manque de reconnaissance de la part des élites.


5) Onfray s’en prend cette fois-ci à Sade, dont il affirme qu’il est avant tout un criminel endurci.


6) Onfray explique que, dans leur grande majorité, les élites intellectuelles ont créé un Sade fictif, présenté comme une victime des forces conservatrices de son temps, en ignorant
volontairement ou non, sa réalité.


7) Onfray voudrait être aussi célèbre que Sade auprès des élites parce qu’il s’estime moralement supérieur au marquis. A noter ce joli panachage de bonnes et de mauvaises raisons « …ce
délinquant sexuel, ce sodomite, cet opportuniste, ce taulard ». Délinquant sexuel et opportuniste, c’est pas terrible, objectivement ; sodomite et taulard, il n’y a que les bien-pensants pour
réprouver.


8) Onfray estime que l’intelligentsia le méprise pour les mêmes raisons qu’elle adule Sade.


9) A force de taper sur les idoles de l’intelligentsia, Onfray finira par lasser et les ignorants, et les élites, et encourra le mépris général.


10) Les ignorants aiment Onfray surtout parce qu’il flatte certains de leurs penchants, mais sa supercherie finira par être découverte par tous.


11) Onfray n’interrompra pas son travail de démolition systématique, au risque de déplaire à tout le monde, parce qu’il est aveuglé par la haine.


12) Onfray n’aura que ce qu’il mérite.


 


Chère Marcela (permettez-moi de vous appeler par votre prénom, même si cela vous semble aussi familier que le "mon vieux" ou le"mon pauvre Michel", par lesquels vous interpellez M.
Onfray dans votre article), au lieu de noircir une demi-page de Libé pour dire, en substance, que le philosophe est un jaloux et un frustré, ne vaudrait-il pas mieux contredire ses arguments en
(5) et (6) de mon résumé (ce qu'il dit au sujet de Sade)? Sinon, on pourrait croire que vous êtes jalouse de lui...


Bien amicalement


Azmataz

Ewa 31/01/2013 23:53


Le journal de personne,


Ouah! Vous avez recopié l’article complet. Que dire? Cette jolie femme interviewe comme personne d‘autre, et en plus, elle interprète tous ses personnages. Le jeu d’actrice est vraiment pas mal,
bien que un peu trop appuyé à mon goût, personnellement, je pense qu’elle gagnerait à être plus sobre. Et l’auteur de ce texte est Sade en personne, rien que cela! Bref, le site intéressant au
premier coup d’œil. 

Ewa 31/01/2013 13:43


Merci, je la lirai tout à l’heure. Mais, serait-ce la même Marcela qui a dit que le viol pouvait ne pas être traumatisant et qu’il y a les gens qui étaient à Auschwitz et n’ont pas été
traumatisés? Les sadiens, certainement… 


http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4409267  (à partir de la 46e minute)

le journal de personne 31/01/2013 13:37


Michèle Onfray
http://www.lejournaldepersonne.com/2013/01/michele-onfray/
Personne : On n'a pas toujours le plaisir et le loisir d'interroger un philosophe, quelqu'un dont le métier c'est l'interrogation...la mise ou la remise en question.
Michèle Onfray, avec un e, s'il vous plaît, a accepté de répondre à notre désir de l'interroger sur un sujet qui défraye la chronique et qui effraye anciens et théologiens : le mariage pour
tous... y compris pour tous ceux qui ne sont pas pour le mariage.
Michèle Onfray... vous passez pour quelqu'un qui ne craint Personne... et vous avez récemment rédigé un article sur le nouvel observateur, magazine qui porte bien son nom, puisque son titre nous
suggère d'emblée de ne pas en vouloir à l'observateur parce qu'il est nouveau, jeunot, minot... le candide de Voltaire dans le meilleur des mondes pourris possibles. Je vous dis : Bonjour.

Onfray : Vous savez pour moi, c'est toujours le bon jour... et je fais tout mon possible pour que les prêtres de tous bords ne nous le rendent pas "mauvais".

Personne : On l'a compris, vous êtes pour le mariage pour tous, pour les bons comme pour les mauvais... vous êtes comme qui dirait emporté par le vent de la modernité qui souffle comme bon lui
semble... rien ne vous effraye ?

Onfray : Si. Les paravents... les boucliers... les comportements de défense : ma pensée est offensive. Ma philosophie, une alternative à tous les oiseaux de mauvais augure. Je pense donc je ne
suis pas et ne vous demande même pas de me suivre.

Personne : vous êtes pas mal suivie, tout de mêmes avec votre raison, vous êtes devenue populaire... et avec certains sujets, je dirais même populiste... avec vos plaisirs faciles... et votre
sens aigu de l'ouverture. Je vous cite ou récite :
Sodomites de tous les pays, unissons-nous !
C'est vous qui le dîtes, probablement pour ouvrir les portes de toutes les maisons closes...
Mais peut-être que vous avez un petit faible pour les bordels ?

Onfray : Qu'est-ce que vous appelez "bordel" une pensée qui veut se faire la belle ?

Personne : Non. Juste une pensée qui nous incite à penser que la mariée serait trop belle si elle n'avait pas de mari... ou si elle se mariait avec elle-même... ce serait encore mieux... pare
qu'il n'y a pas d'autre Dieu que nous-mêmes.

Onfray : Il va falloir que vous vous débarrassiez de vos points de suture, si vous voulez vraiment soigner vos blessures... je dis : halte à la mauvaise foi...
Finis les craintes et les tremblements... je ne cesse de surprendre la pensée unique en flagrant délit d'illusions... lorsqu'elle aime, espère ou se réfère c'est toujours le même qu'elle même...
serpent qui se mort la queue en se référant à Dieu.

Personne : j'ai compris... que pour vous, si on était bénis, on n'hésiterait pas à bannir de notre vocabulaire le mot "transcendance"... rien au-dessus... rien au-delà... tout est là... c'est
votre tasse de thé!

Onfray : Dans la vie, il y a les plus coincés que soi et les moins coincés que soi. Les plus coincés on les loue. Et les moins coincés, on les blâme. C'est un peu la différence entre nous deux.
Appelez cela comme vous voulez : un pieu ou un Dieu.

Personne : Personne n'accepte d'être jugée par quelqu'un qui a moins souffert qu'elle... et vous donnez vraiment l'impression d'avoir moins souffert que ceux que vous faites aujourd'hui
souffrir... les Freud, les Sade, les Sartre...

Onfray : Je n'ai pas envie de l'ouvrir, si c'est pour dire exactement ce qu'un autre aurait pu dire.

Personne : c'est entendu... vous êtes le nouvel observateur, le philosophe du mariage pour tous, celui qui estime en son âme et conscience qu'un singe a le droit d'épouser un singe et une guenon,
le devoir de convoler en justes noces avec une guenon ...
Qu'importe la morale... pourvu que l'on sauve le moral. Et ça se situe par delà le bien et le mal.

Onfray : Il faut appeler un chat, un chat et un homophobe, un homophobe. Et c'est ce que vous me semblez être : quelqu'un qui craint et déteste les homosexuels, l'homosexualité... arrêtons
d'utiliser l'expression : mariage pour tous.... vous êtes contre le mariage des homosexuels et pour des raisons irrecevables : la fin de la civilisation , la production d'enfants névrosés, la
mort de deux mille ans d'un judéo-christianisme tellement civilisateur, la porte ouverte à l'inceste, à la polygamie, aux partouses institutionnelles, à la zoophilie... voici votre crainte...
voilà votre plainte... et moi je dis que les deux sont sans objets. C'est de l'homophobie... le point de vue de tous les homophobes.

Personne  : s'il est vrai que le monde se divise en deux : les enculés d'un côté et les enculeurs de l'autre... je ne suis pas sûre que vous vous retrouveriez du même côté que votre maître à
penser : Nietzsche...
Clap clap clap!  L'un de vous deux passera à la trappe. Zarathoustra dans les bras du dernier des hommes.... ça m'étonnerait... c'est peut-être Dionysiaque... mais certainement pas
Apollinien.

Onfray : je ne cherche pas Nietzsche... c'est lui qui m'a trouvé

Personne : où ça ? à la SPA ?

Onfray : c'est la vérité qui vous trouble ou c'est moi?

Personne : La vérité, non ! je ne la trouve pas toujours intéressante. Vous, en revanche, vous l'êtes toujours. C'est à se demander si vous ne le faites pas exprès...

Onfray : oui, je fais exprès de nettoyer notre conscience de toutes les impuretés.

Personne : les quelles ?

Onfray : L'ancien testament en premier, le nouveau testament en deuxième et le Coran en troisième... trois messages d'homophobie.
- dans la Torah : "l'homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme : c'est une abomination qu'ils ont tous deux commises, ils devront mourir, leur sang retombera sur eux"
- dans l'épître au Corinthien : "Ni fornicateurs, ni idolâtres, ni dépravés, ni sodomites, ni voleurs, ni cupides, pas plus qu'ivrognes, insulteurs ou rapaces, n'hériteront du royaume de
Dieu".
- et dans le Coran : "vous vous approchez des hommes de préférence aux femmes pour assouvir vos passions. Vous êtes un peuple pervers... chassez les de votre cité, ce sont des gens qui affectent
la pureté".

Personne : tiens, tiens, on dirait que le Coran est plus subtil sur la question... il y a ce qui rabaisse et ce qui hisse l'âme... on aime bien distinguer entre les messieurs et les dames. C'est
cette distinction qui vous chagrine ?

Onfray : Il n'y a ni haut... ni bas... mais des objets que l'on ne trouve même pas dans la caverne d'Ali baba...

Personne : Des fantaisies religieuses, c'est cela ?

Onfray : Des fantasmes et des crises d'asthme pour des gens qui ne manquent pourtant pas d'air

Personne : il n'y a pas que la vérité il y a aussi l'intériorité... l'inexprimé, l'inexprimable, le mystère.

Onfray : Le mystère devrait se taire dans ce cas et non chercher à s'approprier le sens de la terre... Même un Freud n'y échappe pas. Souvenez-vous du complexe d'Oedipe : où il faut un père à
tuer et une mère à baiser. Il manifestera contre le mariage homosexuel sous peine de perdre tous ses repères : s'il y a deux pères, lequel tuer, lequel épargner ?
S'il y a deux mère, laquelle baiser laquelle chasser ? Il aura le tournis comme tous les religieux devant ces nouvelles exigences de liberté, d'égalité et de fraternité... tous malades, 
tous sur un divan à rêver d'un confesseur idéal, à qui ils veulent tout vendre sans qu'il puisse leur répondre. Ils l'appellent Dieu ou l'inconscient.

Personne : c'est le dépravé qui parle ou c'est le nouvel homme révolté ?

Onfray : Désolée, mais je préfère et de loin, la compagnie des pédérastes et des sodomites à tous ces prédicateurs... je l'ai écrit dans mon "traité d'Athéologie".

Personne : c'est ce que je me disais : on dirait que tous les idéaux se sont évanouis en vous... c'est peut être ça être athée !

Onfray : Vous avez une autre vérité à nous proposer ?

Personne : moi, quand je dis la vérité, j'ai l'impression de tromper quelqu'un en moi.

Onfray : moi... je ne trompe personne.

Personne : alors disons que vous êtes trompé par tout le monde... vous êtes le cocu universel... le philosophe sodomisé par la vérité. Qui ne dit pas non ... et qui

Crocodile Dandy 31/01/2013 11:24


Marcela Iacub versus Onfray sur Sade dans Libé.


http://www.liberation.fr/culture/2013/01/25/so-sade_876853


Mes hommages,


Crocodile Dandy 


 

Ewa 29/01/2013 16:45




Marc a remarqué que mon lien sur Bergson était incorrect. Merci. 


Voici donc mon commentaire d’hier revu et corrigé. :~)


______________________________________


 


 


Merci pour votre commentaire, Talon.


Une confusion s’y est glissée (d’ailleurs, ce genre d‘erreur est assez fréquent). 


Ici, il s’agit des attaques «personnelles» de Politzer contre Bergson, d’un élève contre son maître. Pour Politzer, fervent communiste,
Bergson était le philosophe officiel, nationaliste, au service de la bourgeoisie et du capitalisme.


Voir : Les guerres d’un philosophe 


 


 


Michel Onfray, à qui on a demandé : y a-t-il encore quelque chose à sauver de la philosophie bergsonienne?, a répondu : presque tout.  


« Vous adressez la question à Politzer ou à moi? Moi, je vous propose la pensée de Politzer qui n’est pas la mienne. Moi, je le trouve très injuste sur Bergson, je défends presque tout chez
Bergson. Je pense que c’est insultant d’en faire le philosophe de la bourgeoisie, du capital, c’est insultant de considérer que ses thèses se retrouvent dans le fascisme, dans le nazisme, que
ses pensées se retrouvent dans Rosenberg. Je ne crois pas ça. Moi, je vous fais un cours sur Politzer, ce qu’il dit dans son œuvre, et je le trouve
injuste. C’est pas ça Bergson. C’est une pensée extrêmement intéressante, et c’est même une pensée beaucoup plus intéressante qu’on ne pourrait le croire a priori. »


Voir : Les consciences réfractaires -
Questions/Réponses  (27min.25sec.)


 


Les journalistes (il me semble qu’il s’agit uniquement de Natacha Polony) défendent plutôt Bergson, ne le«dézinguent» pas du tout.


Je profite de l’occasion pour signaler une très intéressante émission
sur «
Le rire. Essai sur la signification du comique » de Bergson  - un joli petit livre
publié quelques années après « Matière et mémoire ». 


 


 


Je suis d’accord avec vous, il faudrait prendre ce que l’on considère comme le meilleur de la pensée de n’importe quel philosophe, écrivain, intellectuel indépendamment de toutes considérations
politiques, idéologiques, éthiques, etc. Mais, quant à « une vraie transformation du monde en mieux », j’avoue être beaucoup plus sceptique.  :~)



Commentaire n°2 posté par Ewa hier à 23h46

talon 28/01/2013 16:04


Onfray et les journalistes semblent oublier une chose toute bête: Bergson pensait et vivait en 1900!   On ne peut pas lui reprocher de ne pas penser plus subtilement ! Il pensait déjà
pas mal compte tenu de l'état des connaissances, de la science, à l'époque où il réfléchissait.


Dans Matière et Mémoire,  Bergson montre qu'il a tout pigé du processus de perception sans pour autant savoir expliquer, personne ne le peut alors dans le détail; il sait  le lien entre
corps et esprit: il a pigé que c'est là dans ce lien que tout se joue. la preuve, Damasio et Changeux mais aussi Cyrulnik plus abordable, ont confirmé tout ce que Bergson intuitionnait (sauf que
pour el savoir il faudrait lire tous ces gens en même temps!) Damasio a lu descartes et Spinoza, mais pas Bergson que la Sorbonne (il n'a pas la chaire en 1900 et des brouettes...) déteste, on ne
sait pas bien pourquoi aujourd'hui  (des querelles personnelles!)?


bref


il faut contextualiser, traduire le langage ancien en langage d'aujorud'hui et surtout cesser de dénigrer pour se rendre compte enfin que les penseurs ont tous un peu raison et un peu tort, notre
tache est , non pas de les dézinguer, mais de DISCERNER subtilement ce qu'ils nous apportent pour repartir à notre tour, depuis leur apport jusqu'à une vraie transformation du monde en mieux!!!!!

marc 28/01/2013 09:08


patrick t’es incurable ;)

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos