Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 17:23

 

Du 25 juillet au 26 août 2011, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2010-2011 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 9e année - Le freudisme hérétique : Otto Gross, Wilhelm Reich et Erich Fromm

__________________

           

22/ MORT DE LA PSYCHANALYSE ? - 23.08.2011

 

france culture podcasts onfray

Lacan devient sénile, Fromm voit la psychanalyse comme une science théorique dont les concepts sont repris de façon inexacte par les philosophes. Il souhaite qu’elle redevienne une « théorie critique et provocatrice », non sans susciter quelque polémique.

    

Cliquez sur le logo (le podcast pour ceux qui naviguent avec Google) ou ici (pour ceux qui préfèrent d'autres navigateurs)

 

  SYNOPSIS :

 

A./ ETAT DES LIEUX : UNE DOMINATION LACANIENNE confr-fr-c-fromm-crise-psy.jpg

a) 1970, recueil d’articles parus entre 1939 et 1969 : La crise de la psychanalyse. Premier article éponyme : sur la mort de la psychanalyse si rien n’est fait pour la sortir de l’impasse bourgeoise, institutionnelle, académique, bureaucratique.

b) État de la psychanalyse en France : Lacan a publié les Écrits en 1966 : 50 000 exemplaires. Chef de file de la psychanalyse en France. Oublié le maurrassisme. La sollicitation du pape… ou le désir de conquérir l’URSS. Il a son couvert à l’École Normale Supérieure via Althusser .

c) Lacan et Mai 68 :

1. Veut rencontrer les étudiants maoïstes via Jacques-Alain Miller. Fustige leur inculture, les mets à la porte. Pour la Gauche Prolétarienne Alain Geismar lui demande de l’argent pour la cause. Réponse : « La révolution c’est moi. Je ne vois pas pourquoi je vous subventionnerais. Vous rendez ma révolution impossible et vous m’enlevez mes disciples ».

2. Rencontre Cohn-Bendit et quelques-uns du Mouvement du 22 mars : Mécompréhension. Donne de l’argent : vont le dépenser à la Coupole où ils retrouvent Lacan

3. Lacan ne dit rien mais récupère le mouvement le lendemain à son séminaire. Invite les psychanalystes à s’insurger et à épouser le mouvement. Décembre 1969, Lacan vient à Vincennes : on lui demande de faire son autocritique. Se réclame alors du surréalisme et de son antériorité révolutionnaire « Ce à quoi vous aspirez comme révolutionnaires, c’est à un maître. Vous l’aurez ». Puis : « Je ne suis libéral, comme tout le monde, que dans la mesure où je suis antiprogressiste ».

4. Serge Leclaire en France le 1er département de psychanalyse à Vincennes, Paris VIII. Lacan ne soutient pas l’initiative puis comprend son intérêt et la reprend à son compte en 1974 avec Jacques-Alain Miller

5. Lacan engage la psychanalyse dans la voie : Du jeu de mots, de la provocation, du goût de la formule, de la glossolalie incantatoire, de la religion du néologisme, du verbe asservisseur.

6. La psychanalyse, dans les années post 68, brille par les frasques du dandy Lacan. Qui va sombrer dans l’autisme, et la profession avec lui. Agressif, frappant ses patients, accumulant l’argent, affligé de délire verbal, couchant avec ses patientes (« Mais toujours en dehors du lieu où se déroulait l’analyse » écrit Élisabeth Roudinesco dans son Lacan, page 500…). Enfermé comme un enfant dans le dessin de noeuds borroméens… ou le découpage de papiers. Lacan devient sénile, Mais ses admirateurs épousent sa sénilité…

 

B./ LE DECLIN DE LA PSYCHANALYSE

a) Selon Fromm :   - Chute des inscriptions des étudiants dans les instituts de psychanalyse   - Moins de patients y recourent   - Apparition de thérapies concurrentes : plus efficaces, moins coûteuses   - Elle s’occupe moins de pathologies lourdes que de bobos existentiels   - Elle fait partie du standing des classes moyennes   - Plaisir d’appartenir à un groupe   - Substitut aux idéologies effondrées   - Elle propose un réformisme existentiel contre la révolution politique   - La psychanalyse ne se remet pas en cause   - Même si elle n’obtient pas de résultats, elle ne touche pas au dogme

b) Solutions :   - Ne pas remettre en cause la psychanalyse   - Mais son usage par certains psychanalystes et certains patients   - Nécessité de mieux sélectionner les deux…

c) Choisir son Freud : Freud a été radical, mais non révolutionnaire

1. Destructeur d’illusions comme Galilée, Darwin, Marx

2. Génial découvreur : De l’inconscient, Du déterminisme métapsychologique, Des lois de la psychopathologie, Des mécanismes de fonctionnement de la société, De la généalogie de la société, de la morale, de la religion, Le Freud de La morale sexuelle « culturelle » et la nervosité moderne (1908) : « L’influence dommageable de la culture se réduit pour l’essentiel à la nuisible répression de la vie sexuelle des peuples de la culture (ou des couches sociales de la culture) par la morale sexuelle ‘culturelle’ dominante chez eux » (VIII.201). Mais limité en tant qu’homme de son temps : Victime des préjugés de son époque, bonservateur, bourgeois, découvreur du rôle pathogène du refoulement de la libido, mais opposé à la libération sexuelle. Le Freud de L’avenir d’une illusion : « La culture doit être défendue contre l’individu » (XVIII.146)

d) Quel Freud choisir ?    - Pratiquer le droit d’inventaire   - Freud n’est pas un corpus sacré et intouchable   - S’en servir comme d’une boîte à outils   - Penser à partir de Freud et non comme Freud   - Contre la meute freudienne qui pense en bande   - Sacrifie au culte du chef   - Et de la personnalité    

C./ LA GAUCHE FREUDIENNE

Fromm parlant des freudiens orthodoxes : « contrairement à cette majorité, il y avait une petite minorité de psychanalystes radicaux – la « gauche » psychanalytique – qui a tenté de continuer et de développer le système du Freud radical, et de créer une harmonie entre les vues psychanalytiques de Freud et les vues sociologiques et psychologiques de Marx » - dont Reich.

 

D./ PSYCHANALYSE ET LITTÉRATURE

- La bureaucratie a opté pour le Freud conservateur

- Les artistes, pour le Freud révolutionnaire

- Écrivains, peintres, artistes, poètes, cinéastes…

1. Les avant-gardes : Breton, Le surréalisme : Les rêves, la sublimation, l’auto-analyse, les mythes, l’irrationnel, la folie

2. Gide, Les nourritures terrestres : La sexualité des enfants, L’introspection, Le mécanisme répressif de la société, Le penseur de la sexualité sous toutes ses formes : homosexualité, perversion, onanisme… Dans les années 20, dit qu’il fait du freudisme sans le savoir depuis 10 ans

3. Dali et la méthode paranoïaque critique. La paranoïa est présentée comme une méthode…

 

E./ PSYCHANALYSE ET PHILOSOPHIE

Le rôle de la philosophie selon Fromm :

1. Horkheimer, Théorie traditionnelle et théorie critique (article de 1936) : Importance de Freud et de ses avancées critiques. Lecture de la famille comme du premier rouage répressif. Justesse de la théorie du refoulement et des pulsions. Mais déplore : a) Le caractère sclérosé de la psychanalyse : « A mesure qu’il aborde des problèmes sociologiques, historiques ou philosophiques plus vastes, sa pensée apparaît de plus en plus clairement marquée par une idéologie libérale » (209). b) La théorie de la pulsion de mort qui débouche sur une philosophie de l’histoire simpliste : Impossibilité du progrès, Impossibilité d’en finir avec cette pulsion, nécessité d’instances répressives sévères, politique élitiste et aristocratique « Il ne sait pas à quel point cette phase nouvelle de sa théorie et du mouvement psychanalytique ne fait que reprendre les conventions sociales et religieuses » (212).

2. Adorno, La psychanalyse revisitée (1946) : à la Société Psychanalytique de San Francisco. Déplore l’orthodoxie freudienne mais aussi ceux qui la critiquent… « Freud avait raison quand il avait tort » (38)… Critique ceux, dont Fromm, qui feraient de la psychanalyse un instrument de collaboration avec le capitalisme. Au nom de la critique d’un Freud bourgeois et conservateur. Les « révisionnistes » auchiraient la psychanalyse vers… un mode de vie bourgeois et conservateur.

3. Sartre et La psychanalyse existentielle. Un chapitre théorique de L’être et le néant (1943). Des exercices pratiques : Genet (1952), Flaubert (1970-72). Une psychanalyse sans inconscient avec liberté, choix, responsabilité

4. Marcuse, Eros et civilisation (1955) et L’homme unidimensionnel (1964). Postface d’Eros : oppose gauche et droite freudienne, Reich et Jung. Marcuseclasse Fromm dans les freudiens de droite ! a) Marcuse vise Fromm dans Les implications sociales du révisionnisme freudien : Il lui reproche d’avoir renoncé à la radicalité politique. Au profit d’une pensée de l’adaptation sociale. b) Fromm renvoie à sa lecture erronée des concepts : principe de plaisir / principe de réalité. Sa méconnaissance de la pratique analytique. A la dangerosité nihiliste d’une critique de la société capitaliste. Doublée d’un éloge sans limite d’Eros. Par exemple en laissant libre cours à ses pulsions sadiques c) Fromm répond en publiant dans Partisan (fin 1966) : Les implications humaines du gauchisme instinctiviste.

 

F./ CONCLUSION SUR LES LECTURES PHILOSOPHIQUES

a) « Malheureusement, cette nouvelle littérature souffre du fait que nombre de ses auteurs sont des philosophes de la psychanalyse sans connaissance suffisante de ses bases cliniques. Il n’est pas nécessaire d’être psychanalyste pour comprendre les théories de Freud, mais il faut en connaître les fondements cliniques ; sinon il est trop facile de se méprendre sur les conceptions freudiennes et de relever simplement quelques citations vaguement appropriées, sans connaissance suffisante du système dans son ensemble » (21).

b) La psychanalyse devient une théorie sans fondements empiriques. Insoucieuse de la pratique

c) Les philosophes s’emparent des concepts freudiens. Narcissisme, refoulement, régression, perversion, complexe d’OEdipe, plaisir, désir, Eros, Thanatos, sublimation, libido, inconscient. Mais les vident de leurs contenus.

 

G./ REVOLUTIONNER LA PSYCHANALYSE

a) Fromm souhaite qu’elle redevienne « à nouveau une théorie critique et provocatrice, dans un esprit d’humanisme radical » (40).

b) Cette renaissance suppose :

1. De descendre plus profondément dans l’inconscient pour mieux le connaître   2. Une critique politique de ce qui altère l’inconscient dans la société   3. Établir une psychopathologie de notre époque   4. Une analyse critique de l’aliénation capitaliste Ŕ dont la famille   5. Une dénonciation de la technocratie industrielle   6. Et de la cybernétique contemporaine   7. Un combat contre ce qui déshumanise l’homme

c) Les freudiens se déchaînent contre Fromm, droite et gauche :

- Légende colportée : Fromm est parti du marxisme avec l’École de Francfort dans les années 30. Avec son exil, il devient un réformiste et défend une psychanalyse adaptationniste donc conservatrice, bourgeoise, libérale, de droite

d) Soucieux d’une analyse efficace et concrète

1. Respectueux du patient qui paie et à qui on doit un succès dans les meilleurs délais et au moindre coût

2. Indifférent aux sirènes théorétiques et conceptuelles du freudisme littéraire

3. Indifférent au fait d’être un maître

4. Se moquant de l’argent

5. Dépourvu d’instinct grégaire il fallait bien qu’on le mette à mort… L’accusation de penser à droite dans un monde intellectuel de gauche vaut condamnation. Fromm n’a cessé d’être à gauche : mais pas marxiste orthodoxe. La campagne de dénigrement d’un Fromm de droite commence avec Horkheimer et Adorno. Le socialisme libertaire de Fromm ne plaît pas au socialiste autoritaire qu’est Adorno. Dans Les conditions sociales de la thérapeutiques psychanalytique (1935), Adorno écrit : Fromm « règle son compte trop facilement au concept d’autorité, sans lequel il est pourtant impossible de penser l’avant-garde de Lénine et la dictature. Je lui conseillerais vigoureusement de lire Lénine ». Or Fromm n’a pas envie de lire Lénine, mais de relire Marx. Fromm n’a jamais dit qu’il fallait changer l’homme pour l’adapter à la société. Mais l’inverse. Publie en 1961 La conception de l’homme chez Marx. Intervient à l’UNESCO en Mai 68, fait paraître son intervention sous le titre La contribution de Marx à la connaissance de l’homme ; Donne pour sous-titre à La crise de la psychanalyse en 1970 : Essais sur Freud, Marx et la psychologie sociale, un ouvrage qui rassemble des textes parus depuis 1932 ! Cette accusation relève de l’insulte stalinienne de l’époque Fromm était bien un marxiste, mais… libertaire !

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Fromm, La crise de la psychanalyse

Adorno, La psychanalyse révisée, éd de l'olivier

Adorno, Freudo-marxisme et sociologie de l'aliénation, 10/18

Max Horkheimer, Théorie critique, Payot 

Stefan Müller-Doohm, Adorno, Gallimard 

Revue Le coq héron, n°182, 2005, Erich Fromm, un psychanalyste hors norme, éd Erès

Constance  

22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 12:14

   

Du 25 juillet au 26 août 2011, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2010-2011 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 9e année - Le freudisme hérétique : Otto Gross, Wilhelm Reich et Erich Fromm

__________________

           

21/ L'EMPIRIQUE ET LE TRANSCENDANTAL - 22.08.2011

 

 

france culture podcasts onfray

Fromm l’empirique et Freud le transcendantal confrontent leurs lectures du complexe d’Œdipe. Mu par ses convictions scientifiques, le premier remet en question la libido et les pulsions de l’inconscient freudien défendues par le second.

Cliquez sur le logo (le podcast pour ceux qui naviguent avec Google)

ou ici (pour ceux qui préfèrent d'autres navigateurs)

 



SYNOPSIS :

  aimerlavieFrommErich AvoirOuEtre 1978 1

1/. DECONSTRUCTIONS

1. Déconstruction de Freud

2. Déconstruction du rituel de la cure

3. Critique de la finalité de la cure

4. Mise en cause doctrinale des concepts majeurs du freudisme   a) Nie l’universalité du complexe d’OEdipe   b) Récuse la nature métapsychologique de l’inconscient   c) Met en cause la théorie des instincts   d) Idem avec la théorie de la sexualité, des traumatismes, des perversions   e) Refuse le caractère biologique de la pulsion de mort   f) Contre les thèses phallocrates : envie du pénis chez les filles, complexe de castration   g) Refuse le pessimisme ontologique

5. Souligne le caractère autobiographique et littéraire de la psychanalyse : Freud universalise ses désirs

 

2./ LE CONTEXTE D’OEDIPE

a. Freud : Totem et tabou : une transmission phylogénétique . Abrégé de psychanalyse : « (sur) l’héritage archaïque, résultat de l’expérience des aïeux que l’enfant apporte en naissant, avant toute expérience personnelle » (30-31).

b. Fromm : Revoir Freud : Un héritage ontogénétique.   •   « Le petit garçon, poussé par sa sexualité bourgeonnante, désire sa mère parce qu’elle est la seule, ou la plus accessible parmi les femmes de l’entourage » (45)     L’enfant aime sa mère car il lui doit : la vie et la subsistance, l’affection, la tendresse, les nourritures spirituelles. Elle calme ses angoisses, ses peurs, ses craintes. Elle apaise, protège de la violence du monde, l’attachement, le refus de la quitter en procèdent. Dans une configuration patriarcale, l’enfant retarde le plus possible l’entrée dans la vie sans aide.

 

3./ L’INCONSCIENT EST SOCIAL

 

A) CHEZ FREUD :

a) Il se définit négativement :   1. Pas matériel, pas localisable, pas neuronal, pas physique, pas visible   2. Donc : immatériel, incorporel, invisible, imperceptible   3. Défini dans Métapsychologie (XIII.190) comme le refoulé   4. Mais le propre du refoulé est de l’être…   5. Donc d’être impossible à voir…

b) Saisissable de biais par la psychopathologie :   1. Lapsus, actes manqués, rêves, oublis, erreurs…   2. Le Créateur est invisible, mais ses créatures le sont   3. Quel que soit le parcours du patient, on débouche toujours sur OEdipe, la horde, etc   4. Et nous refoulons ceci : horde, meurtre, banquet, etc

 

B) CHEZ FROMM, dans Grandeur et limites de la pensée freudienne :

   Ne récuse pas le mot inconscient mais la chose freudienne     L’inconscient freudien, c’est l’inconscient de Freud.     L’inconscient n’est pas inné, mais acquis     Il est le produit d’un filtrage social dans lequel : langage, moeurs, coutumes, interdits sociaux jouent un rôle     L’inconscient s’inscrit dans une histoire individuelle et générale   •   Si l’inconscient nomme le refoulé     Et que le refoulé est un effet de la société     On doit conclure à une origine sociologique de l’inconscient.

 

C) L’EMPIRIQUE CONTRE LE TRANSCENDANTAL

a) Chez Freud le transcendantal :   1. La clinique importe peu, seule compte la théorie   2. Utilise les patients comme du matériel utile pour échafauder la théorie. Demande aux patients de confirmer ses thèses qui sont extrapolations. Prétend chercher dans l’empirique ce qu’il trouve de façon transcendantale.   3. Postule de façon performative. Puise dans la littérature, le folklore, la tragédie, la mythologie. Dans Sophocle, Shakespeare, Michel-Ange, Jensen, le Livre des Morts, etc   4. Les deux topiques relèvent de l’exercice intellectuel, spéculatif, hypothétique, philosophique. Freud exécrait les philosophes, mais était l’un d’entre eux. Récusait les faiseurs de visions du monde mais a présenté la sienne. Moquait leur mépris du réel, leur goût pour l’idée pure. Leur reprochait l’absence de clinique. Mais Freud a surclassé tous les philosophes dans ces vices…

b) Chez Fromm l’empirique :   1. A propos du matériel conceptuel freudien : Topique de l’inconscient, rôle agressif du Surmoi, sa liaison avec la pulsion de mort, le rôle du Moi dans le processus répressif, etc   2. Fromm écrit : « Ces hypothèses ne semblent pas clarifier les phénomènes observables en clinique. Il s’agit plutôt d’exercices théoriques abstraits qui au mieux affinent les formulations théoriques et au pire gauchissent l’examen des données observables qui doivent être nécessairement beaucoup plus nombreuses avant que cette sorte de théorisation puisse être fructueuse » (59).

 

D) CONTRE LA LIBIDO TRANSCENDANTALE

a) Fromm critique la théorie freudienne de la libido et des instincts :   1. Elle est inscrite dans un schéma mécaniste prisonnier de son temps. À l’époque, on ignore le pouvoir des hormones et tout de la neurophysiologie   2. Freud est marqué par le modèle thermodynamique : accumulation d’une tension,   production de celle-ci par un déterminisme chimique et décharge accompagnée de plaisir.   3. De même, dans Au-delà du principe de plaisir, la théorie des pulsions de vie/mort. Prégnance du schéma biologique

b) Fromm convoque l’évolutionnisme, les sciences naturelles, la neurobiologie, la médecine   1. Chez Freud : les traits de caractère relèvent de la libido pré-génitale. Chez Fromm : d’une vaste interaction d’interférences extérieures à l’homme qui reste un animal social et non un pur animal libidinal.   2. A la libido biologique freudienne, il oppose une énergie sociobiologique : Un « désir de survivre » (Revoir Freud, 22).

Fromm critique la lecture schématique et abstraite du trajet libidinal : a) Freud, Trois essais sur la théorie de la sexualité : 1. Une dialectique des stades : Oral, anal, sadique-anal, génital, phallique 2. Avec fixation sur une zone érogène : Bouche, anus, sexe 3. Et traits de caractères adéquats : Cannibalisme, jeu de sphincter, onanisme 4. Et des pathologies associées : Anorexie/boulimie, avarice, homosexualité, sadisme ; autoérotisme, narcissisme. b) Fromm : allégorie littéraire, cartographie spéculative Y oppose « les aspects très concrets et spécifiques du comportement sexuel » (68). Freud et les siens, par pruderie, ont récusé cette sexualité concrète telle qu’elle apparaît chez Kinsey.

 

E) REPENSER LES PERVERSIONS

a) Freud, Trois essais sur la théorie de la sexualité (1905) : 1. « Est considéré comme but sexuel normal l’union des organes génitaux dans l’acte désigné comme accouplement, qui conduit à la résolution de la tension sexuelle et à l’extinction temporaire de la pulsion sexuelle » (82) . Schéma thermodynamique et pruderie de son temps 2. Tout ce qui n’est pas « normal » est perversion. Freud de préciser : Homosexualité & pédophilie, bisexualité & zoophilie, fellation & nécrophilie, cunnilingus & sadisme, fétichisme & masochisme, sodomisation & exhibitionnisme, masturbation & voyeurisme 3. Donc : sexualité entre adultes consentants & pratiques imposées aux enfants, aux animaux ou aux morts

b) Fromm ne souscrit pas à cette version puritaine, conjugale et bourgeoise de la sexualité. Dans La passion de détruire, il réduit considérablement l’usage du terme : « Certains actes sexuels sont caractérisés par le fait que l’un des partenaires devient l’objet du mépris de l’autre, de son désir de faire souffrir et de contrôler ; ces actes sexuels sont les seules perversions sexuelles authentiques ; non pas parce qu’elles ne servent pas à la procréation, mais parce qu’elles pervertissent une pulsion qui est au service de la vie en faisant d’elle une pulsion qui étouffe la vie » (295). La perversion ? Quand Thanatos mène le bal.

 

F) UNE PULSION DE MORT CULTURELLE

a) Contre la pulsion de mort freudienne : une cause biologique de la négativité. Fromm : cette pulsion est un effet et non une cause : Une sécrétion sociale, un produit culturel, une conséquence politique

b) La mort n’habite pas au centre de la vie : La vie est plus forte que la mort. L’énergie de survie fait naturellement la loi. La force vitale conduit le réel de façon naturelle

c) La pulsion de vie est première. La pulsion de mort secondaire. Elle est « le résultat d’une défaillance dans l’art de vivre, d’une vie qui n’a pas trouvé son authenticité » (Aimer la vie, 39).

d) On ne naît pas affligé d’une pulsion fatale. On le devient avec le temps, un enchaînement de circonstances, des conditions particulières contre lesquelles on peut lutter …

e) Nous sommes naturellement doués d’une pulsion de vie et culturellement affligés d’une pulsion de mort.

f) La biologie veut la vie. La sociologie produit la mort

g) « L’individu qui n’a pas la possibilité d’être libre et de s’épanouir, qui mène une existence rétrécie, qui vit dans une classe ou une société où tout est mécanique, dépourvu de vie… cet individu perd les facultés de jaillissement » (39).

h) Capitalisme, misère, chômage, pauvreté, régression sociale, familles pathogènes, parents toxiques, sociétés malades : voilà ce qui explique le surgissement de la passion nécrophile.

i) Car « qui n’éprouve pas le bonheur d’être vivant cherche à se venger et préfère détruire la vie plutôt que de sentir qu’il n'a pas réussi à donner un sens à la sienne. Il vit certes physiologiquement ; pour ce qui est de l’âme, il est mort » (40). La passion de détruire devient compulsive. On naît biophile ; on devient nécrophile.

 

G) PHALLOCRATIE FREUDIENNE & FÉMINISME DE FROMM

a) Phallocratie, misogynie procèdent de la thanatophilie. Thèses de Freud sur « l’envie du pénis » : Quelques conséquences psychologiques de la différence anatomique entre les sexes (1925) « Elle remarque le pénis, visible de manière frappante (sic) et bien dimensionné (sic), d’un frère ou d’un compagnon de jeu, le reconnaît aussitôt comme la contrepartie supérieure (sic) de son propre organe, petit et caché, et elle a dès lors (sic) succombé à l’envie du pénis » (XVII.195). Puis : « Dans l’instant, son jugement et sa décision sont arrêtés. Elle l’a vu, sait qu’elle ne l’a pas et veut l’avoir » (XVII.196)… Sentiment d’infériorité dont elle ne se défera jamais

b) Fromm inverse la perspective. Il défend les thèses de Bachofen sur le matriarcat. Les hommes refoulent leur infériorité qu’est l’incapacité à faire des enfants. Ils compensent en affirmant leur pouvoir et en soumettant les femmes.

H) « LE BESOIN D’IDOLE »

a) Freud, Psychologie des masses et analyse du moi : « L’homme est un animal de horde, un être individuel mené par un chef suprême » (60). Chef de la Horde, Père et Dictateur relèvent d’une même structure psychique

b) Fromm souligne « un besoin d’idole » qui procède du fait que « la plupart des hommes vivent inconsciemment comme des enfants et désirent s’attacher à une figure puissante à laquelle ils puissent faire confiance et se vouer corps et âme » (56). Les hommes connaissent l’angoisse existentielle, la peur de la solitude, la crainte de la liberté. Ils préfèrent se soumettre à un chef qui les apaise. Rien à voir avec OEdipe…

c) Le sadisme est la religion des ratés

Le besoin de croire touche prioritairement ceux qui accumulent les ratages   Ceux qui réussissent ont moins besoin d’idoles   Les idoles ne manquent pas : elles dispensent toutes de penser, de réfléchir, de prendre parti. Idole bureaucratique, Idole du Parti, Idole de l’Église, Idole de l’État, Idole communiste, Idole religieuse

 

I) LUTTER CONTRE LA THANATOPHILIE

a) Ce que sont les symptômes :   •   Les mauvais traitements aux enfants   •   L’existence de tyrans et de dictateurs   •   Le sadisme généralisé   •   La folie consumériste   •   La passion de la vitesse   •   La religion du gadget   •   Le culte de la machine   •   La passion pour la pornographie   •   La destruction de la planète   •   L’arme nucléaire   •   La prolifération des guerres   •   L’accroissement de la pollution   •   La banalisation de la drogue   •   Le mépris des valeurs éthiques   •   La décadence culturelle   •   Le nihilisme spirituel   •   La schizophrénie exemplifiée   •   L’approche purement cérébrale du monde   •   L’intersubjectivité autiste   •   La dépression chronique   •   Le pouvoir terrifiant des medias, etc.

b) Comment on peut lutter :   •   Souscrire et soutenir les jeunes et leurs valeurs hippies   •   Leurs valeurs sont biophiles et positives   •   Cette jeunesse s’oppose à l’autorité   •   Et à des millénaires de culpabilité ?   •   Elle recherche des modes d’être inédits   •   Elle refuse l’Avoir et parie sur l’Être   •   Elle critique la société de consommation   •   Elle pratique une nouvelle honnêteté   •   Elle défend une sexualité libre et libérée   •   Fromm ajoute à cette déconstruction de la doctrine freudienne   •   Une déconstruction de l’institution psychanalytique.

 

BIBLIOGRAPHIE :

• Fromm,  La passion de détruire, Robert Laffont

• Fromm,  Aimer la vie, Epi

• Fromm,  Avoir ou être ? Robert Laffont

• Fromm,  L'homme et son utopie, Desclée de Brouwer

• Fromm, Le coeur de l'homme, Payot 

 

Constance 

19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 16:42



Du 25 juillet au 26 août 2011, France Culture diffuse les conférences de Michel Onfray données en 2010-2011 dans le cadre de l’UP de Caen :

Contre-histoire de la philosophie - 9e année - Le freudisme hérétique : Otto Gross, Wilhelm Reich et Erich Fromm

___________

 

20/ QUESTIONS -REPONSES 4/4 - 19.08.2011

france culture podcasts onfray


Cliquez sur le logo (le podcast pour ceux qui naviguent avec Google)

ou ici (pour ceux qui préfèrent d'autres navigateurs)

 


 

 question rouge

1/ Le premier intervenant propose quatre points de réflexion à Michel Onfray

. Relation entre l'Histoire et l'identité. Chercher qui on est grâce à l'Histoire

. Conscience de son corps et de son âme

. Fromm : "Connais-toi toi même" lien avec Socrate

. Dans nos sociétés en conflit, vous sentez-vous l'âme d'un prophète ? Quel peut être le rôle des philosophes dans ces sociétés ?

 

Premier temps de réponse (jusqu'à la seizième minute) : Le "connais-toi toi même" c'est savoir la place que chacun d'entre nous occupe dans le cosmos. Si on ne médite pas sa place dans le cosmos, on ne saura pas qui on est et par définition, si on ne sait pas qui on est on ne pourra pas le devenir. Tu es un fragment d'éternel retour.

A quoi ressemble le temps ? Sortir de la vision chrétienne, passé, présent, futur.

Notre société a oublié l'importance des questions ontologiques.

Second temps de réponse (jusqu'à la dix-huitième minute) : Le bon disciple est celui qui s'affranchit de son maître. Construisez vos instruments de maîtrise mais ne pensez pas comme moi. "Je veux bien cartographier avec vous et ensuite vous inviter au voyage"

 

2/ Que pensez-vous du projet d'organiser un débat sur la laïcité ? Que pensez-vous de la place de l'Islam en France ? jusqu'à la quarante-deuxième minute

 

- Le portail des gentils : l'église veut entamer un dialogue avec les intellectuels, sauf Onfray. Certains que Michel Onfray nomme de vrais chrétiens lui présentent leurs excuses, ils ne veulent pas cela et souhaitent discuter. Nécessité de débattre avec quelqu'un qui est opposé à soi.

Qu'est-ce que peut être l'idée même de la croyance ? Va-t-on parler de Dieu, de Jesus, de la religion ?

Relisons Proudhon annotant la bible, Renan La vie de Jesus et Hans Küng, théologien chassé par le Vatican.

 - Michel Onfray a le sens de la transcendance mais sa transcendance est immanente. Le sentiment du sublime n'est pas le religieux mais fait le départ de la religion.

- L' Islam. L'époque ne veut plus d'échange ni de débat mais de l'insulte. Il faut des débats de qualité et non des débat politiques.  Agir communicationnel. Livre conseillé : Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel, Les racines grecques de l'Europe chrétienne. 

 

3/ Le premier intervenant reprend la parole. Cette fois-ci deux points abordés :

. L'humanité a toujours eu besoin d'une personnalité avec une forte aura pour pouvoir rebondir. Ne pourriez-vous pas être cette personnalité ?

. Après avoir réfléchi sur l'identité, n'y aurait-il pas un travail à faire sur la personnalité ?

   

Constance  

Profil

  • quatuor
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc
  • Le blog de 4 amis réunis autour de la philosophie de Michel Onfray qui discutaient de la philosophie, littérature, art, politique, sexe, gastronomie et de la vie. Le blog a élargi son profil depuis avril 2012, et il est administré par Ewa et Marc

La publicité, peut-on y échapper ?

 

Je lave mon cerveau avec la pub  

 pub-2

La pub nous a été imposée par OverBlog. Pour désactiver les messages publicitaires ici et partout sur le Net, installez gratuitement en un seul clic Adblock Plus.


Recherche

Archives

Nos vidéos